Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2018

Camille contre Claudel de Hélène ZIDI

aff.camillecontreclaudel.jpg

 

 

 

THEATRE du ROI RENE

 

12, rue Edouard Lockroy

 

 

75011 PARIS

 

 

 

(M° Parmentier)

 

LOC. 01 47 00 43 55

 

https://www.theatreduroireneparis.fr/

 

les jeudi, vendredi, samedi à 19h

 

jusqu'au : 22 DECEMBRE 2018

 

puis,

 

Reprise du 10 JANVIER au 9 FEVRIER 2019 à 20h

 

 

Texte et mise en scène : Hélène ZIDI

 

avec Lola ZIDI et Hélène ZIDI

 

et la voix de Gérard DEPARDIEU

 

Camille-buste-R.jpg

 

Camille Claudel, octogénaire sur le point de quitter son lieu d'internement pour accéder à un néant libérateur convoque le fantôme de la jeune Camille …

Hélène Zidi auteur de la pièce compose ce personnage de femme que les années d'enfermement ( 1913-1943 ) ont dégradée physiquement et moralement.

Sa fille, Lola sera la jeune et belle Camille, ivre de talent et de liberté bien que l'asservissement amoureux qu'elle vouait à Rodin ait tissé le drame de son existence.

Le grand auteur dramatique : Octave Mirbeau dira d'elle qu'elle avait " du génie, comme un homme qui en aurait … "

C'est illustrer de façon flagrante l'esprit patriarcal  et surtout  très machiste prévalant déjà.

Pour nous, le décor est planté, celui d'un atelier de sculpteur avec les oeuvres en préparation, et au centre, le buste de Rodin omniprésent grâce à Camille dont les mains créatrices sont autant de voluptueuses caresses.

Par le biais d'un face à face, véritable dédoublement, les périodes de la vie vont ici se donner rendez-vous, se révéler, s'accuser parfois, jusqu'à la fusion finale.

 

les-2-banc.jpg



Existence cahotique, passionnée, bouleversante qui justifierait plus que tout autre la célèbre phrase de Gide : " famille, je vous hais " car le très religieux Paul Claudel n'eut pas une attitude particulièrement glorieuse ni honorable à l’égard de sa soeur.

Le moment venu, il ne se déplacera même pas pour assister à ses funérailles et les restes de Camille - non réclamés par la famille - aboutiront à la fosse commune. No comment, comme on dit outre-Manche ...

La mise en scène réalisée par cette même Hélène Zidi est d'une esthétique volontairement chorégraphique et comme Lola Zidi est également danseuse, son implication physique fait merveille et nous transporte ponctuellement.

En son temps, Anne Delbée nous avait fait découvrir le personnage, qui cette fois accède à la légende.

Gérard Depardieu prête sa voix off au personnage de Rodin ce qui ajoute un charme supplémentaire au spectacle. C'est en quelque sorte le point sur le i du verbe aimer.

Mère et fille rivalisent de talent même si on peut penser qu'au tout début, Hélène Zidi chargeait un peu trop sa composition de vieillarde mais comme on dit : " qui peut le plus peut le moins. "

 

camille-c-claudel.jpg

( photos : Julien Jovelin )

 



En effet, en dépit de la version officielle, la mort de Camille fut vraisemblablement due aux privations et autres mauvais traitements auxquels étaient soumis les pensionnaires de ce genre d'établissement alors que la dame s'est fabriqué un physique certes cassé mais très généreux. Elle est devant nous en tenue de ville alors que nous savons que, contrairement à Antonin Artaud, elle n'est jamais sortie du lieu d'enfermement.

A ce détail près, tout ce qui nous est donné à voir et entendre est optimal aussi ne puis-je que vous conseiller d'aller grossir le flot de spectateurs qui se bousculent au Roi René pour applaudir les deux interprètes. Le soir où j'y étais la salle était absolument comble et l'enthousiasme prégnant.

Ne manquez pas ce rendez-vous. Sachez que le texte de la pièce est en vente sur place et l'auteure toute disposée à le dédicacer.




Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

11:38 Publié dans THEATRE | Lien permanent

19/11/2018

La Ronde d'Arthur Schnitzler

aff.La-Ronde.jpg

 

 

 

 

THEATRE 14

 

20, avenue Marc Sangnier

 

75014 PARIS

 

 

 

(M° Porte de Vanves)

 

LOC. 01 45 43 25 48

 

 

Pl. 25€ - T.R. 18€

 

-26 ans : 11€

 

http://theatre14.fr/

 

Lundi à 19h

du mardi au vendredi à 21h

matinée samedi à 16h

 

jusqu'au : 31 DECEMBRE 2018

 

Durée : 1h40

 

Mise en scène : Jean-Paul TRIBOUT

 

assisté de Xavier SIMONIN

 

Schnitzler.jpg

( photos : LOT )

 

avec,

 

Léa DAUVERGNE : la soubrette

Marie-Christine LETORT : La femme mariée

Caroline MAILLARD : la grisette, la fille

Claire MIRANDE : la comédienne

Florent FAVIER : le fils de famille

Laurent RICHARD : le mari

Xavier SIMONIN : le soldat, le comte

Jean-Paul TRIBOUT : l'auteur

Alexandre ZERKI, musicien

 

Décors : Amélie TRIBOUT - Costumes : Sonia BOSC - Lumières : Philippe LACOMBE

 

 

L.R.Schnitzler.jpgDe même que la terre tourne autour du soleil, l'être humain se souvenant de la mésaventure d'Icare tourne autour de l'Amour, tout à la fois attiré mais réticent à trop s'en approcher, par peur de la fusion qu'il considère risquée voire même destructrice et quand il s'y jette - ô contradiction ! - c'est alors à corps perdu.

N'oublions pas qu'Arthur Schnitzler était médecin et qu'il a constaté à maintes reprises les conséquences de certains rapprochements humains. Donc les relations si risquées soient elles seront certes multiples mais brèves. Ajoutez à cela une similitude de pensée avec Freud et vous tenez l'explication de ces éphémères rencontres.

La Ronde met en scène des personnages d'âges différents, de condition sociale différente que le hasard réunit.



La-Ronde-1.jpgEcrit en 1896, ce texte jugé trop sulfureux fut interdit de publication et la pièce ne fut jouée à Berlin qu'en 1920 où elle déclencha un beau scandale suivi d'un procès.


Parler aussi librement de la sexualité, de l'antisémitisme ou critiquer l'armée ne pouvait être bien vu par l'Empire Austro-Hongrois or les écrits de cet auteur faisaient bien plus que tourner autour de ces thèmes là.

Fils d'un éminent laryngologue, Arthur Schnitzler ne devint écrivain qu'après la mort de son père., c'est à dire arrivé à l'âge de 31 ans. Durant toute sa vie il a rédigé un journal intime qu'il considérait comme " une hygiène personnelle " car ce sceptique était un être résolu et notait dès 1879 que jamais la Science ne pourrait représenter pour lui autant que l'Art.

Il écrivit donc 35 pièces de théâtre sans compter les romans, nouvelles ou autres aphorismes lesquels ne furent publiés qu'après sa mort.



La-Ronde-2.jpgMais laissons nous emporter par cette irrésistible Ronde où le désir les entraîne tous en un tourbillon frénétique à l'issue duquel un invisible Deus ex machina coupera d'un coup sec le fil reliant ces marionnettes humaines en pleine apogée du plaisir.

Jean-Paul Tribout a mis en scène ces dix tableaux avec un rythme et une élégance dignes de servir un Crébillon ( le fils, bien sûr ) dont Schnitzler est ici l'incontestable héritier.

Les comédiens ( le metteur en scène fait lui-même partie de la distribution ) rivalisent tous de brio. Je voudrais toutefois décerner une mention spéciale à Florent Favier dont la fantaisie fait merveille et saluer le décor réalisé par Amélie Tribout lequel est à la fois fonctionnel et d'un goût très sûr.

Bref, un excellent moment vous attend si vous décidez de prendre le chemin qui mène au théâtre 14 car si l'action se déroule à Vienne au début du Vingtième Siècle, nous n'oublions pas que la France était jusqu'à ces dernières décennies le pays réputé pour sa joie de vivre et sa tolérance avant qu'un puritanisme rampant puis galopant ne s'impose à grand renfort de " me too " pour le moins rétrospectifs.




Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

12:31 Publié dans THEATRE | Lien permanent

15/11/2018

CASSAVETES de Thomas RESENDES

aff.Cassavetes.jpg

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue N.Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° N.D. des Champs)

 

LOC. 01 45 44 57 34

 

Pl. de 11 à 26€

 

http://www.lucernaire.fr/

 

THEATRE ROUGE

 

du mardi au samedi à 19h

dimanche à 16h

 

 

Mise en scène : Alain CHOQUART et Vanessa LHOSTE

 

avec : Florian CHOQUART

 

scénario.jpg

 

 

N'en doutons pas, tous les nostalgiques des films de John Cassavetes ( dont je suis ) vont se précipiter au Lucernaire en souhaitant assister à sa résurrection.

Le jeune Florian Choquart - seul en scène - sera donc le temps d'une représentation ce réalisateur-scénariste et acteur qui a fourni un mode d'expression tout à fait personnel et particulier en ce monde où Hollywood " faisait ( encore ) la pluie et le beau temps ! "

Il prouva avec quelques copains qui deviendront ses fidèles, qu'un cinéma indépendant pouvait parvenir à s'imposer aux USA et partout dans le monde, avec pour seul atout la persévérance, la conviction et beaucoup de talents.

Son premier film : " Shadows " fut réalisé grâce à une souscription qu'il obtint suite à une annonce pour le moins improvisée lors d'un passage à la radio. Les auditeurs crurent spontanément en son projet et lui adressèrent les fonds ...

Par perfectionnisme, il tournera une seconde version de ce film que Gena Rowlands imposera par la suite, interdisant que la première mouture soit exploitée.

Gena Rowlands, comédienne exceptionnelle dont le réalisateur tombera très rapidement amoureux et qui deviendra son épouse, la mère de ses enfants et sa Muse incontestable.

" Une femme sous influence ", " Opening Night " et " Gloria " sont les trois films qui viennent immédiatement à l'esprit parmi la douzaine de longs métrages que John Cassavetes a tourné.

Chaque fois, bien qu'entourée de comédiens de talents, tels que Seymour Cassel, Peter Falk ou Ben Gazzara, dès que Gena Rowlands paraissait sur l'écran, les spectateurs ne voyaient plus qu'elle, son visage incroyablement expressif et ce jeu sans limite aucune.

 

arguments.jpg

( photos : Xavier Bouvier )



Car Cassavetes qui ( contrairement à Fassbinder ) vivait en parfaite symbiose avec ses comédiens, leur laissait un maximum de liberté d'action, misant sur l'improvisation de chacun ; force est de reconnaître qu'il obtenait ainsi des résultats exceptionnels.

L'homme avait fait ses classes au théâtre et rompu au jeu scénique transposait avec naturel son expérience à l'écran.

Avec charme et souplesse, guidé par les soins conjugués de Alain Choquart et Vanessa Lhoste, Florian Choquart se faufile dans la peau de ce personnage qui a indubitablement marqué l'expression cinématographique.

Le texte du spectacle s'inspire d'un entretien que John Cassavetes accorda aux Cahiers du Cinéma tandis que de façon ponctuelle de courts-extraits de films en illustration du propos sont projetés sur un écran en fond de scène.

Gageons qu'après avoir assisté à une représentation, vous ne manquerez pas de vous ruer en direction de votre fournisseur habituel de DVD afin de voir ou revoir les films du grand John dont la disparition nous a laissé inconsolables.




Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

11:05 Publié dans THEATRE | Lien permanent