Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2010

Reprise de La Ballade ...

ballade-h.jpg

MAISON DE LA POESIE

Passage Molière

157 rue St-Martin

75003 PARIS

M° Rambuteau ou Les Halles

loc. 01 44 54 53 00

Pl. 22€ TR : 17 & 12€

du mercredi au samedi à 20h.

dimanche à 16h.

Durée du spectacle : 1h.15

jusqu'au 7 février 2010.


La Ballade de la geôle de Reading d'Oscar Wilde,

traduction : Henry-D.Davray parue au Mercure de France, 1898

Mise en scène : Céline Pouillon

avec Stanislas Nordey et Julie Pouillon


Certains lieux adoptent une politique de fidélisation, il n'est donc pas étonnant de revoir sur place un spectacle programmé deux ans au préalable.
Stanislas Nordey et Julie Pouillon se partagent la responsabilité de dire ce long poème que Wilde n'aurait sans doute jamais écrit s'il n'avait été incarcéré pour les raisons que l'on sait.

En effet, aux yeux de l'auteur le Christ est un artiste et l'artiste est un Christ, ce qui suffit à expliquer le physique de Stanislas Nordey et son comportement scénique. (certains gestes réitérés viennent en illustration.)
Julie Pouillon intervient plus qu'en contrepoint puisqu'elle constitue indéniablement le second pilier de la représentation compensant par sa seule présence l'austérité du propos.


Je me garderai bien d'oublier la composition musicale de Siegfried Canto auquel s'applique de façon justifiée le terme de plasticien sonore utilisé le concernant.
Signalons à ceux qui apprécieront plus particulièrement la beauté du texte que celui-ci est édité chez Gallimard et récupérable dans la collection Folio.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

(photos : Thierry Cohen)


Ballade-Reading.jpg



N.B. La chronique initiale parue sur ce site en février 2008 est récupérable en tapant au moyen du moteur de recherche (situé à gauche), le titre de l'oeuvre à savoir La Ballade de la geôle de Reading.

14:56 Publié dans THEATRE | Lien permanent | Tags : oscar wilde