Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2009

Le vieux qui lisait des romans d'amour d'après le roman de Luis Sepulveda

jungle.jpg

Théâtre LE LUCERNAIRE

53, rue N.Dame des Champs

75006 PARIS

(M° Vavin, N.Dame des Champs, St-Placide)

Réserv. 01 45 44 57 34

Pl. 30/20/15/10€

Samedi : TU : 30€

Du mardi au samedi à 20h.

(relâche : dimanche et lundi)

jusqu'au : 13 juin 2009.

Adaptation et mise en scène : Patrick Chevalier

avec Patrick Chevalier (le dentiste) Paco Portero (le vieux)

photos : Raoul Gilibert.

levieux-1.jpg

Un vieil homme vit dans une cabane qu'il a sans doute construit lui-même de ses mains, située quelque part dans la forêt amazonienne, à proximité du fleuve duquel débarque ponctuellement son ami le chirurgien dentiste qui ne manque pas chaque fois de lui rendre visite. Une fois de plus, ce dernier arrive avec une provision de livres que notre presque Robinson dévorera avec un enthousiasme quasi enfantin.
Cette fois, un drame s'est déroulé puisqu'une pirogue a ramené le corps lacéré d'un homme blond. Le maire de ce petit village a aussitôt accusé les indiens Shuars alors que tout laisse supposer qu'il s'agit d'un fauve. En effet, une femelle jaguar a échappé de justesse au massacre de son mâle et de ses petits, ce qui indigne notre homme mais lui fait mesurer le risque encouru par les inévitables conséquences.
Comment concilier l'amour de la nature, le respect des animaux et l'imminence du danger ? Or, Antonio José est le seul qui puisse régler ce problème ...
Patrick Chevalier qui a signé l'adaptation de ce roman de Luis Sepulveda ainsi que la mise en scène a choisi de rester en retrait face à ce personnage de vieil ermite dont il est le confident discret. C'est en quelque sorte la force tranquille face à la fragilité chancelante du vieux. Pourtant, la décision appartient à ce dernier et à lui seul. La bande son a presque plus d'impact que le décor forcément minimaliste et ce texte tombe à point nommé pour nous rappeler que l'homme fait partie intégrante de cet équilibre écologique trop souvent oublié.
On sort de là avec une furieuse envie de lire le roman afin de prolonger cet instant ayant en mémoire les images fournies par les interprètes.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

levieux-2.jpg

15:41 Publié dans THEATRE | Lien permanent | Tags : amazonie, nature, ecologie