Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2017

ANNE BAQUET : soprano en liberté

Anne-Baquet-h.jpg

 

 

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

 

 

(M° N.D.des Champs)

 

Loc. 01 45 44 57 34

 

Pl. de 11 à 26

 

http://www.lucernaire.fr/

 

Du mardi au samedi à 21h

 

dimanche à 19h

 

jusqu'au : 9 JUILLET 2017

 

Mise en scène : Anne-Marie GROS

 

Pianiste : Claude COLLET ou Christophe HENRY ou Grégoire BAUMBERGER

 

avec Anne BAQUET

 

Anne Baquet Photo 2.jpg

 

Ponctuellement, Anne Baquet revient pour nous offrir un nouveau spectacle et nous constatons éberlués que chaque fois, elle met la barre encore et toujours plus haut.
 
C'est techniquement parfait et son mode d'expression ne se limite pas à la voix - ô combien  remarquable ! - car elle mime, danse, vibre et nous fait vibrer sur fond d'humour parfois cruel, tantôt nostalgique mais toujours en parfaite symbiose avec ce qu'elle exprime allègrement.

"  Un furtif perruquier a poudré à frimas l'amandier " son opulente coiffure faite de tulle et de plumes ...

Guy Béart déclarait " le matin je m'éveille en chantant " soeur Anne vocalise avec bonheur dès le réveil, ce qui n'est pas un mince exploit !

Elle ne tardera pas à émerger de cette pourpre dans laquelle elle s'est drapée, petit chaperon rouge malicieux évoquant la grand-mère assassine et cannibale puis deviendra active fée du logis, épluchant les légumes en chantant. ( rassurez-vous les oignons ne sont pas de la fête.)

Tout au long du spectacle, l'artiste de sa voix cristalline alternera joyeusetés puis douceur mélancolique face à l'amour qui n'est plus. Mais l'optimisme prendra chaque fois sa revanche et pour preuve : nous ne tarderons pas à la retrouver, primesautière, faisant des bulles dans sa baignoire-sabot.
 
En la suivant nous réempruntons le manège des montagnes russes de notre enfance, à l'époque où les émotions fortes n'étaient pas meurtrières mais juste destinées à faire battre nos coeurs plus intensément.

Au fait, saviez-vous que l'intègre inspecteur Derrick était secrètement une sorte de Hyde et Jekyll se défoulant la nuit pour violer ecclésiastiques et facteurs quand il ne s'attaquait pas aux petits enfants - qui l'eut cru ?

Or comme il est dit, " chacun son tic, chacun son tac " et chanter ne saurait se résumer à un hobby, plutôt à une raison de vivre comme l'évoque avec brio la Juliette de Gounod.

( enthousiastes applaudissements et ce ne sont pas les seuls )

Le morceau de bravoure - car il y en a un - consistera à se contraindre à chanter faux pour amuser le public, ce qui constitue un exploit supplémentaire, Anne Baquet ne pouvant se confondre avec Florence Foster Jenkins.

Vous l'avez compris, c'est drôle au possible, enlevé ! Profitons-en pour rendre hommage à Anne-Marie Gros qui a signé la mise en scène avec en prime, la complicité évidente de la pianiste : Claude Collet, pour la représentation à laquelle j'ai assisté.  

Pour nous spectateurs c'est une heure quinze de bonheur absolu.

 

Simone Alexandre

 

 

puis, du 12 JUILLET au 27 AOUT 2017

 

du mercredi au samedi à 21h

 

le dimanche à 19h

 

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

10:07 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

24/05/2017

CHAT NOIR ! Cabaret des poètes et des gueux

chat-noir.png

 

 

 

THEATRE 13 / JARDIN

 

103A bld. Auguste Blanqui

 

75013 PARIS

 

 

(M° Glacière)

 

 

Loc. 01 45 88 62 22

 

 

http://www.theatre13.com/

 

Pl. 24€ - T.R. 16€

 

13€ le 13 de chaque mois.

 

Tous les jours sauf dimanche & lundi à 20h

 

Matinée le dimanche à 16h

 

Jusqu'au : 18 JUIN 2017

 

1h30 sans entracte, conseillé à partir de 12 ans

 

Texte et mise en scène : Etienne LUNEAU

 

Direction musicale : Joseph ROBINNE

 

avec : Jean BARLERIN, Clément BEAUVOIR,

Isabelle ERNOULT, Clémentine LEBOCEY, Etienne LUNEAU, Elsa ROBINNE et Joseph ROBINNE

 

 

Chat-Noir-1.jpg

 

 

Ils sont sept, tous comédiens, musiciens et chanteurs et vont ressusciter pour nous l'ambiance de ce mythique cabaret montmartrois se nommant : Le Chat Noir !

Le lieu s'ouvrit en 1882 alors que le souvenir de la Commune hantait encore les esprits. On y brocardait volontiers le bourgeois venu sur place s'encanailler un soir et Aristide Bruant l'accueillait souvent par un goguenard,

- " Oh ! c' te gueule, c'te gueule, c'te binette ! " …

disons que c'était le prix à payer et le bourgeois en question quelque peu bousculé se pliait volontiers aux caprices de ces artistes facétieux.

La bohème ne se résumait pas encore à une chanson, elle était vécue par ces crève-la-faim qui situaient l'Art au dessus de tout et faisaient fi de l'inconfort du moment que poésie et musique étaient au rendez-vous.

Quelques rapins payaient leurs consommations en accrochant leurs toiles ce qui constituait un crédit voire un remboursement quand les poches de leur costume élimé restaient vides, camaraderie et bonne humeur étant au rendez-vous. L'absinthe chère à Verlaine était encore en vente libre …

Ici nulle coterie, l'art conventionnel n'étant pas de mise et on se moque volontiers de ceux qui le pratiquent.  L'immense stature du père Hugo sera égratignée au passage …

Le Sacré Coeur, " cette verrue sur la joue de Montmartre "

( disait je ne sais plus qui ) était alors en construction, illustrant à lui seul tout ce que dénoncent ces sympathiques anars. Rodolphe symboliquement crucifié ne laissera pas place au doute quant à l'esprit du groupe qui s'affirme dans le décalage le plus subversif possible.

 

 

Chat-Noir-2.jpg



Grâce à la mise en scène active d'Etienne Luneau, au talent et à la verve gouailleuse des interprètes, nous re visitons les textes de Jean Richepin, d'Alphonse Allais de Jules Vallés et Charles Cros pour ne nommer que ceux-là.

Les figures mythiques d' Yvette Guilbert et Aristide Bruant revivent sous nos yeux enchantés par tant de fougue et de bonne humeur, ce dont nous avons le plus besoin actuellement. Allez-y, car vous ressortirez du lieu avec une provision de joyeuse énergie pour les jours à venir.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

13:15 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

27/04/2017

Hommage aux castrats (pièce musicale contée)

 

 

THEATRE de NESLE : 8, Rue de Nesle 75006 PARIS 

 

Réserv. 01 46 34 61 04

 

le dernier lundi de chaque mois, jusqu'à MAI 2017 à 19h

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

Un voyage qui vous fera découvrir le répertoire baroque des ces sublimes " voix d'anges "

 

Contre-ténor : Mathieu Salama

 

Viole de gambe : Bruno Angé

 

Mise en scène : Violette Angé

 

 

 

 

Un personnage en costume d'époque arrive sur scène, découvrant symboliquement, un à un, les meubles recouverts d'une pièce d'étoffe comme nous le faisons après le retour en un lieu resté inhabité un fort long temps ce, jusqu'à la découverte de la viole de gamme, instrument précieux, à mi-chemin entre le violon et le violoncelle.

Bruno Angé car c'est lui, nous précise alors que le mode d'expression de l'objet en question est celui qui se rapproche le plus de la voix humaine. Ce musicien-conteur interviendra tout au long du spectacle afin de nous guider en cet univers magique.

Mathieu Salama ne tardera pas à le rejoindre nous donnant aussitôt un aperçu de ce que d'aucuns nomment " la voix des anges " entendez par cette expression la tessiture de contre-ténor qui est la sienne. On se dit alors qu'il a fallu des années de préparation pour arriver à ce résultat là.
 
Car les contre-ténors sont sensés couvrir trois octaves ce qui ne constitue pas une mince affaire ...

Nous sommes nombreux à avoir vu le film Farinelli et nous frémissons à l'évocation de la castration imposée à de jeunes chanteurs durant les XVII et XVIII ème siècle, pratique barbare destinée à préserver la pureté de la voix.

Ces moeurs furent interdites par un pape un peu plus humain que les autres et désormais seule la technique permet d'accéder à ce répertoire aux incroyables aigus !
C'est ainsi que l'Orphée de Gluck pourra indifféremment être chanté par une contralto ou un contre-ténor … N'importe, ce n'est pas ici un mince exploit.

Donc, avec un sens inné de la pédagogie mais également beaucoup d'humour, chanteur et musicien illustrent ce répertoire allant de Pergolèse à Scarlatti en passant par Bach et Haendel sans oublier Purcell ...

Certes, une oreille profane sera peut-être quelque peu déroutée mais gageons que le charme du spectacle ne tardera pas à s'imposer et des enregistrements sont à la disposition du public qui pourra ainsi tout à loisir approfondir à domicile ce mode d'expression hors normes.

Hélas, ce spectacle n'est donné que le dernier lundi de chaque mois ( ce qui explique ma présence tardive ) et je crains fort que la dernière représentation ne se situe le 29 Mai prochain, aussi notez bien cette date dans vos agendas afin de ne pas manquer ce dernier rendez-vous et n'oubliez pas de réserver à l'avance car il est difficile de reculer les murs de cet endroit si charmant soit-il.


Simone Alexandre
 

 

REPRISE EN CE MEME LIEU A LA RENTREE PROCHAINE,

 

Jeudi 7 Septembre à 21h

Jeudi 14 Septembre à 21h

Jeudi 21 Septembre à 19h

Jeudi 28 Septembre à 19h

 

 

09:16 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent