Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2020

Marcel Maréchal : un grand nom du théâtre vient de nous quitter ...

Marcel-Maréchal.jpg

( photos : Lot )

 

C’est avec une très grande tristesse, que nous vous informons de la disparition du comédien, metteur en scène, directeur de troupe, directeur de théâtre, écrivain, Marcel MARÉCHAL (né le 25 décembre 1937 à Lyon) décédé cette nuit à son domicile parisien des suite d’une fibrose pulmonaire.


Marié à Luce Maréchal, il avait deux enfants (le comédien Mathias Maréchal) et Laurence.
 
LYON (1958-1975)


1958 - Fondation de la Compagnie des Comédiens du Cothurne.


1960 - La troupe s’installe rue des Marronniers. Elle passera huit ans dans le petit théâtre où avait débuté Roger Planchon. Elle y créera notamment Badadesques et Capitaine Bada de Jean Vauthier, Cripure de Louis Guilloux et Le Cavalier seul de Jacques Audiberti.


1968 - Ouverture du Théâtre du Huitième avec la création de La Poupée de Jacques Audiberti.
L’année suivante, Marcel Maréchal joue Sganarelle dans le Dom Juan de Molière mis en scène par Patrice
Chéreau, puis il monte Le Sang de Jean Vauthier.
 
FESTIVAL D’AVIGNON (1973-1974) :


Dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes, en 1973 avec Le Cavalier seul d’Audiberti et en 1974, avec Holderlin de Peter Weiss, La Poupée de Jacques Audiberti et Fracasse.
 
COMÉDIE FRANÇAISE (1975) :


En 1975, Marcel Maréchal met en scène La Célestine avec Denise Gence dans le rôle-titre.
 
MARSEILLE (1975-1994) :


En 1975, Marcel Maréchal et sa compagnie quittent Lyon pour Marseille. Ils s’installent auThéâtre du Gymnase en attendant que s’ouvre, en 1981, sur le Vieux-Port, dans l’ancienne Criée aux poissons, le nouveau grand théâtre dont ils ont rêvé. La compagnie porte désormais le nom de son créateur et acquiert le statut de Théâtre National de Région. À Marseille, il y aura Molière, Brecht (La Vie de Galilée), Beaumarchais, Tchekhov, ainsi que les grandes fresques populaires comme Les Trois mousquetaires, Fracasse ou le Graal-Théâtre.

Mais il y aura surtout, et en nombre, ces auteurs d’aujourd’hui que Marcel Maréchal s’attache à faire connaître : Valère Novarina, Jean Genet, (Les Paravents) David Mamet, Sam Shepard, Nella Bielsky, John Berger, Jean-François Josselin, Marcel Jouhandeau, Pierre Laville et bien sûr Jean Vauthier. Avec Pierre Arditi, Don Juan de Molière et Puntila et son valet Matti de Brecht.
 
PARIS (1995-2000) :


En janvier 1995, Marcel Maréchal prend la direction du Théâtre du Rond-Point. Il transforme totalement la grande salle, multiplie les activités et présente en cinq saisons plus de 50 spectacles, pour la plupart des créations contemporaines. Il met lui-même en scène Paul Claudel, Jacques Prévert, David Mamet, François Billetdoux, Jean Vauthier, Jacques Audiberti et joue En attendant Godot de Samuel Beckett, Rêver peut-être de Jean-Claude Grumberg avec Pierre Arditi. Il offre une saison entière à Harold Pinter et fait rencontrer au public, avec France Culture, une trentaine de poètes d’aujourd’hui.
 
LES TRÉTEAUX DE FRANCE (2001- 2010) :


En janvier 2001, Marcel Maréchal succède à Jean Danet à la direction des Tréteaux de France, Centre Dramatique National. Il fonde une nouvelle troupe, monte et interprète successivement L’école des femmes de Molière, Ruy Blas de Victor Hugo, La Puce à l’oreille de Georges Feydeau, George Dandin de Molière, Les Caprices de Marianne d’Alfred de Musset, Oncle Vania d’Anton Tchekhov (repris au Théâtre 14 en 2010), Lettres d’une mère à son fils de Marcel Jouhandeau, La Maison du peuple de Louis Guilloux, Audiberti & fils, Le Bourgeois gentilhomme de Molière repris au Théâtre 14 à Paris en janvier 2012.
Dans le cadre des Tréteaux de France, il a créé et dirigé le Festival Théâtral de Figeac de 2001 à 2010.
 
DEPUIS 2011 : 


En 2012, au Théâtre La Bruyère, il interprète, avec Francine Bergé, Cher Menteur d’après la correspondance de Béatrice Stella Campbell et Bernard Shaw (mise en scène Régis Santon). Puis en 2013, il est le Roi dans Le Mal court, de Jacques Audiberti, mis en scène par Stéphanie Tesson pour la réouverture du Théâtre de Poche. En 2014, il remonte Cavalier seul de Jacques Audiberti au Théâtre 14 qu’il interprétera avec Marina Vlady… Le Théâtre de Poche l’accueillera du 27 mai au 8 juillet 2019 pour une lecture de Pierre Auguste Renoir, mon père, texte établi par François Bourgeat sur une idée de Marcel Maréchal d’après Pierre-Auguste Renoir, mon père de Jean Renoir.
 
AUTEUR :


La Mise en théâtre (1974), Une anémone pour Guignol (1975), L’Arbre de mai (1984), Fracasse, Un colossal enfant, Rhum-Limonade, Cripure, d’après Louis Guilloux, opéra, musique de François Fayt…
 
DISTINCTIONS :


Prix de la Critique dramatique 1969 et 1983 ; par trois fois, Molière de la Décentralisation ; nomination au Molière du meilleur acteur pour le rôle de Puntila…
 
TOURNÉES À L’ÉTRANGER :


Russie (Moscou, Saint-Petersbourg), Ukraine, Pologne, Bulgarie, Roumanie, Allemagne de l’Ouest, Allemagne de l’Est, Amérique du sud (Brésil, Argentine, Urugay, Chili), USA, Algérie, Tunisie, Mauritanie, Togo, Niger, Nigeria, Japon,Chine…

Le Bourgeois Gentilhomme au Théâtre 14

 

Mr Jourdain.jpg

Inoubliable Monsieur Jourdain !

 

Que tous ses proches : famille et amis sachent à quel point nous le regrettons.

15:04 Publié dans Annonces | Lien permanent

08/03/2020

UN ESPOIR, les trois reflets d'une adoption de Wendy Beckett

logo.jpg

 

ATHENNE THEATRE

LOUIS JOUVET

 

7, rue Boudreau

 

Square de l'Opéra

Louis Jouvet

 

75009 PARIS

 

( M° Opéra )

 

LOC. O1 40 03 72 23

 

https://www.athenee-theatre.com/

 

Mardi à 19h

 

Mercredi, jeudi, vendredi, samedi à 20h

 

 

du 4 au 20 MARS 2020

 

 

Ecrit et mis en scène par Wendy BECKETT

 

 

Traduction : Dominique HOLLIER

 

avec Hélène BABU, Christine GAGNEPAIN et Rebecca WILLIAMS

 

 

 

La perfection est-elle concevable en ce monde ? …

Nous croyons tous faire de notre mieux avec les moyens du moment.

 


Peut-on blâmer cette femme qui a eu un enfant trop tôt et n’a pu l’élever ?  Elle traînera cette culpabilité sa vie durant.

Au moins n’a t’elle pas recouru à une «  faiseuse d’ange «  !

 

Ensuite, il a fallu se reconstruire, créer un semblant d’ordre au moyen de ce puzzle désarticulé.

 

Harpie-poubelle.jpg

 

Quelque part - ailleurs - une autre a pris le relais, remplaçant la mère biologique tout en se reconstruisant elle-même aussi. Deux situations problématiques avec l’enfant devenue adolescente, laquelle n'a que trop tendance à éprouver un sentiment de manque, en dépit de tout ce qui lui est fourni.

 

Voici donc trois portraits de femmes, trois caractères féminins que le Sort n’a pas épargné.

 

Minette ( Hélène Babu ) est une splendide quadragénaire qui vit avec cette fillette adoptée. On comprend qu’elle n’a jamais pu engendrer et qu’elle continue à chercher l’homme idéal sans parvenir à le trouver.

 

Minette.jpg

 

Afin de gagner sa vie et celle de la jeune fille, elle invente des modèles de robes qu’elle réalise elle-même. Ensuite pour s’étourdir, elle sort le soir ( trop souvent ) avec l’ami du moment, au grand dam de Deidre ( Rebecca Williams ) qui cherche à la retenir auprès d’elle, se sentant abandonnée et jalousant ces sorties.

 

Un personnage fantomatique va ponctuellement ( pour nous ) faire son apparition, ayant troqué son nom initial pour celui pour le moins inquiétant de Harpie. Elle fouille alors dans la poubelle de ses souvenirs … Elle envoie des lettres aussi, tant à Minette qu’à Deidre, perturbant l’une et l’autre par ses interventions.

 

missive.jpg

 

Mère et fille sont souvent en conflit et ici le problème est triangulaire bien que l’une des deux adultes soit absente.

 

Comme toujours, Wendy Beckett excelle à brosser les caractères, à analyser les situations, à flirter avec l’étrange, le presque fantastique, parfois ...
Ce drame car c’en est un, nous prend littéralement aux tripes. L’auteure saura habilement convoquer conciliation et sérénité le moment venu.

 

entente.jpg

( photos : Julian Villalba )

 

 

Une fois la pièce terminée, les personnages ne nous auront pas quittés et nous accompagneront encore longtemps …

 

C’est la troisième fois que cette auteure est jouée en ce lieu, mise en scène par elle-même et il convient de féliciter L’Athénée Théâtre de ce choix.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

15:34 Publié dans THEATRE | Lien permanent

07/03/2020

Annonce : UN ESPOIR de Wendy Beckett

https://www.athenee-theatre.com/

16:48 Publié dans Annonces | Lien permanent