Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2018

bande annonce : Le quatrième mur de Julien Bouffier d'après Sorj Chalandon

 

http://www.theatre-paris-villette.fr/

10:57 Publié dans Annonces | Lien permanent

15/05/2018

ABC D'AIRS ( spectacle musical )

aff.ABCd-airs.jpg

 

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

(M° N.Dame des Champs)

 

LOC. 01 45 44 57 34

 

 

http://www.lucernaire.fr/

 

du mardi au samedi à 19h

 

dimanche à 16h

 

jusqu'au : 17 JUIN 2018

 

durée : 1h20

 

Mise en scène : Gérard RAUBER

 

avec Anne BAQUET ( voix )

 

Claude COLLET ( piano )

 

Amandine DEHANT ( contrebasse )

 

Anne REGNIER ( hautbois et cor anglais )

 

ABCdairs-2.jpg

 

Quiconque a vu, entendu, Anne Baquet aura toujours envie de la revoir ce, avec un bonheur non seulement sans égal mais qui en réalité ira crescendo car le risque d'être déçu avec elle n'existe pas même si vous multipliez les spectacles dont elle est visiblement l'instigatrice et pour tout dire le moteur incontestable, mieux : l'âme vibrante et ludique.

Qu'elle soit seule ou accompagnée, vous sortirez toujours du lieu en vous disant,

- " c'est encore mieux que la dernière fois ! "

Rendons cependant à César ce qui lui appartient car la mise en scène de Gérard Rauber n'est pas pour rien dans l'action.

 

N'importe, il existe un flux d'énergie et de joyeuse fantaisie qui émane de cette soprano au timbre clair et puissant dont les possibilités semblent sans limites, auquel vient s'ajouter un don de comédienne à l'irrésistible fantaisie.

Choisir de décliner l'alphabet et de l'utiliser comme fil conducteur du spectacle eut pu sembler simpliste si le résultat n'était aussi concluant. Le spectacle commencera donc par des exclamations optimistes avec une entrée collective aussi fracassante qu'inattendue !

 

ABCDAIRS-3.jpg



Pour accompagner notre chanteuse favorite, une pianiste que nous connaissons déjà, Claude Collet ( qui l'accompagnait lors du dernier spectacle ) une contrebassiste : Amandine Dehant à la silhouette fragile mais dont le talent n'est pas mince ainsi qu'Anne Régnier et son hautbois.

Chacune maîtrise son art avec maestria conjuguant perfectionnisme et fantaisie. Car si nos yeux et nos oreilles sont satisfaits, de surcroît, on rit beaucoup, les facéties étant au rendez-vous tandis que le mode d'expression choisi varie au fil des lettres et des compositions que je vous laisse découvrir et dont le contraste est la règle d'or.

Mais chut !  … je ne puis qu'ajouter une seule chose : allez-y car la joie de vivre est au rendez-vous ce dont nous avons tous le plus besoin actuellement.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

10:53 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

12/05/2018

annonce : ABC D'AIRS

 

 

http://www.lucernaire.fr/

19:30 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

10/05/2018

STILL LIFE TODAY d'Emily MANN

aff.still-life.jpg

 

 

LES DECHARGEURS

 

3, Rue des Déchargeurs

 

75001 PARIS

 

 

 

(M° Châtelet)

 

LOC. 01 42 36 00 50

 

Pl. de 10 à 26€

 

http://www.lesdechargeurs.fr/

 

du mardi au samedi à 19h30

 

jusqu'au : 19 MAI 2018

 

Adaptation et mise en scène : Pierre LAVILLE

 

avec : Manon CLAVEL, Antoine COURTRAY & Ambre PIETRI

 

still-life-today.jpg

( photo iFou pr le Pôle Média )

 

 

Pièce-témoignage mettant en scène un Marine revenu d'Afghanistan qui peine à retrouver sa vie d'avant, entre son épouse ( enceinte ) et sa maîtresse …

L'homme a été deux fois blessé et traumatisé a désormais peur du noir et des feux d'artifice. Certaines images le hantent la nuit. Il ne parvient pas à se réinsérer dans la société civile où il est au chômage.

L'épouse ( Cheryl ) en dépit de ses efforts supporte difficilement la situation avec ce mari qu'elle ne reconnaît plus tandis que l'autre femme ( Nadine ) bien que militante pacifiste se veut positive et pour ce faire, idéalise le personnage.

Mark se définit non sans ironie comme " une nature morte " en référence à ces fruits frais qui étaient offerts aux combattants rescapés ; ce qu'il a vécu tourne en boucle dans sa tête ...

Chaque soldat pris dans l'engrenage ( conséquence logique de tout ce qu'il a vu, enduré, subi ) a tendance à se prendre pour un dieu vengeur ; les remords arrivent plus tard après le retour à la vie normale. Dans le feu de l'action, n'a t'il pas massacré ( il n'y a pas d'autre terme ) toute une famille, enfants compris et voilà qu'il s'apprête à être père !

- " Je casserais moi-même les deux jambes à mon fils pour lui éviter ça " dit-il.

Chaque personnage s'exprime face au public, presque les yeux dans les yeux car nous sommes tous concernés que nous le voulions ou non puisque nos impôts contribuent à financer les guerres. Nous refusons simplement d'y penser.

Un écran en fond de scène présente ponctuellement des images à la limite du supportable. tandis que ce survivant, ce fantôme de lui-même est là, face à nous avec sa culpabilité et son mal-être ...

Vous l'avez compris, ce n'est pas une pièce facile mais NECESSAIRE !
 
Impossible de condamner cet homme qui est lui aussi victime et pour toute la vie. Ce n'est pas lui qui a décidé de la guerre même si l'engagement dans Les Marines n'est pas tout à fait innocent …

Ceux que l'on nommait les vétérans du Vietnam sont identiques à ceux qui ont " fait " l'Afghanistan comme on dit. Mais rien que des bras armés, les cerveaux décideurs restant confortablement à l'abri. Le crime - hélas éternel - c'est la guerre, pas ceux qui une fois qu'ils y sont plongés se battent avec parfois trop de zèle car la peur au ventre, ils n'ont pas le choix.

Certains reprocheront sans doute le manque d'imagination concernant la mise en scène pour le moins statique avec pour la scénographie : 2 chaises, 1 fauteuil et un coffre-valise sur lequel Mark finira par s'installer en une vaine tentative de faire le point.

L'important est le texte traduit, adapté par Pierre Laville et le message qu'il véhicule afin que le " plus jamais ça " ne soit pas une phrase en l'air, ce dont il est permis - hélas - de douter en référence à l'actualité.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

10:05 Publié dans THEATRE | Lien permanent