Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2018

Déjeuner chez Wittgenstein de Thomas Bernhard

 

 

Wittgenstein-h_modifié-1.jpg

 

 

MANUFACTURE des ABBESSES

 

7, rue Véron

 

75018 PARIS

 

 

 

(M° Abbesses)

 

LOC. 01 42 33 42 03

 

Pl. 24€ - T.R. 13€

 

http://www.manufacturedesabbesses.com/

 

les jeudi, vendredi, samedi à 21h

dimanche à 17h

 

jusqu'au : 22 AVRIL 2018

 

Adaptation et mise en scène : Nicolas LAKIOTAKIS

 

avec Sophie LAJEUNESSE, Nicolas LAKIOTAKIS, Corinne de MONTALEMBERT et la voix de René POUTOU

 

 

dejeune-Wittgenstein.jpg


La règle des trois unités est ici rigoureusement respectée et l'action se situe en la maison des Worringer, grande famille d'industriels et de mécènes viennois.


Après le décès des parents ( le père étant mort suite à un cancer de la langue, ce qui hante l'esprit tourmenté du fils qui redoute une possible hérédité ) les deux soeurs restent ancrées sur place, désireuses de faire autrement mais ne le pouvant pas.

Elles se déclarent comédiennes l'une et l'autre mais ne jouent que très rarement.  Du reste Voss ( Ludwig ) n'affirme t'il pas que " faire du théâtre est un art abject " seule la musique et Beethoven en particulier ayant quelque attrait pour lui.

Thomas Bernhard ouvre pour nous ici, une parenthèse, celle qui correspond à la visite de Ludwig ( Nicolas Lakiotakis ) ce frère philosophe monomaniaque interné à Steinhof, lequel bénéficie d'une autorisation de sortie suite aux demandes réitérées de sa soeur : Dene ( Corinne de Montalembert ) ce, en dépit des réticences de la plus jeune de la fratrie : Ritter, ( Sophie Lajeunesse ) qui ne sait que trop comment les expériences précédentes se sont soldées or l'amour de Dene pour ce frère est plus fort que tout.

Cette dernière a donc réussi à convaincre le directeur de l'établissement qui ici prodigue ses recommandations devant nous selon l'intention du metteur en scène. ( dans l'oeuvre initiale, seuls ses propos étaient reportés.)
Ce rôle inhabituel ne dépassera pas les limites d'une éphémère figuration qui n'avait rien d'indispensable de même que le bien fondé de l'utilisation ponctuelle d'une voix off m'a quelque peu échappé …

Nous assistons donc aux instants qui précèdent la venue de ce frère si particulier ; Dene qui a congédié les domestiques, s'active aux derniers préparatifs tandis que la soeur cadette manifeste sa désapprobation en restant confortablement installée dans un fauteuil et consulte négligemment des revues.

En fond de scène, cinq portraits de famille sont accrochés symbolisant l'immuabilité du temps en ce lieu où tout le monde vit dans l'espoir improbable du réel retour de ce frère dont l'absence statufie l'existence de ses proches.

 

trinquons.jpg



Mais voilà Ludwig qui s'insurge immédiatement quand on lui annonce que le docteur Frege est censé superviser sa présence en ce lieu. Or Thomas Bernhard nourrissait la même considération que Molière pour les médecins. " Il y a des médecins qui ne font qu'accélérer les maladies " précise t-il.

( Il faut dire que l'état de santé de l'auteur lui avait permis de les jauger de très près et de façon réitérée.)

Les rapports s'avèrent pour le moins complexes entre ces trois là qui ne peuvent se passer les uns des autres et s'adorent tout en se haïssant ; il y aura forcément quelques confrontations et bris de vaisselle en attendant qu'un après-midi de pluie calme les esprits sinon les corps ...

Ludwig convaincu de son pouvoir sur les deux femmes se révèlera despotique, fantasque et pour tout dire, infantile, les deux soeurs réagissant de façon sensiblement différente mais restant l'une et l'autre à sa merci.

Comment croyez-vous que tout cela finira ?

Pour le savoir il ne suffit que de prendre le chemin qui mène à la Manufacture des Abbesses. Cette pièce commence à peine mais étant programmée jusqu'au 22 avril, devrait s'améliorer de soir en soir et trouver très rapidement son rythme de croisière.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

08:53 Publié dans THEATRE | Lien permanent

15/03/2018

Qui êtes-vous Elsa Triolet ? de Dominique Wallard

Aff.Elsa-Nesle.jpg

 

 

 

THEATRE de NESLE

 

8, rue Nesle

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° Odéon)

 

Loc. 01 46 34 61 04

 

Pl. 20€ - T.R. 13€

 

http://www.theatredenesle.com/

 

chaque vendredi à 19h

 

du 2 Mars au 13 AVRIL 2018

 

puis,

 

du 31 MARS au 21 AVRIL,

 

chaque samedi à 16h

 

Durée : 1h15

 

Mise en scène : Julie Berducq-Bousquet

 

avec Brigitte Damiens & Julie Berducq-Bousquet

 

Frédéric Borsarello au violoncelle

 

Elsa-seule.png

 

 

 S’il est une interview, comme on dit en bon français, qu’il importe d’entendre, et de voir, c’est bien celle que Dominique Wallard a écrite, dans son spectacle intitulé « Qui êtes-vous Elsa triolet ? »

Dans une mise en scène impeccable, pas simple en raison même du dialogue et de l’échange questions / réponses que constitue cette entrevue, Julie Berduq-Busquet , qui joue, en compagnie de Brigitte Damiens, formidable Elsa, nous propose de découvrir ou se remémorer la vie de celle qui reste la muse la plus célèbre du XXème. siècle.
 
Abélard avait Héloïse, Dante avait Béatrice, Aragon eut Elsa. C’est ainsi, de ces couples qu’on ne peut désapparier et qui marquent durablement l’histoire littéraire.


Toutefois Elsa affirme sa différence : elle est également écrivain et même un auteur connu et reconnu, prix Goncourt à la Libération, et les polémiques ne manquèrent pas alors pour minimiser l’œuvre prétendant que c’est l’écrivain communiste qui était salué, et même la communiste tout court, au sortir de la guerre.

Passons sur l’évocation de la lente montée en puissance de l’auteur, son travail solitaire et longtemps peu ou pas reconnu, moyen de subsistance avant d’être raison de vivre, et regardons la femme de plus près.

 

Elle se définit souvent comme russe, juive, écrivain et communiste. Dans un pays, le nôtre, où le cumul est une notion toujours un peu inquiétante, parce qu’on ne sait jamais par quel bout la prendre, la dame ne rassure pas beaucoup ...

 

Ecoute.png

 



Issue d’une famille plutôt intellectuelle, sœur d’une femme inspiratrice d’auteurs célèbres et de révolutionnaires, elle part pour se trouver elle-même, et elle y parvient, à force d’indépendance d’esprit, de mœurs, de combats personnels et de la mise en valeur permanente de son égalité face aux autres, quels qu’ils soient.

 

D’une manière différente de sa consoeur et contemporaine Beauvoir, on peut dire d’Elsa Triolet qu’elle est une féministe, de celles qui recourent aux armes de leur intelligence, de leur culture et de leur féminité pour damer le pion aux hommes.

Il est parfois curieux de constater combien la route d’Elsa a croisé de chemins différents et de personnages célèbres à des titres divers, tous ou presque artistes, et le quasi « name droping » auquel il nous est donné d’entendre laisse assez rêveur… Mais ici tout est vrai et aucun effet n’est recherché, et c’est ce qui rend cette vie d’autant plus impressionnante.

Il n’a manqué aucune critique machiste à l’encontre de cette femme de tête, et de coeur volage, pour tenter de diminuer son travail en le plaçant souvent en perspective avec celui d’Aragon, jaloux parfois des succès de cette brillante compagne.
Pourtant comment mieux connaître un auteur qu’en lisant son œuvre, et ce spectacle brillant ponctué, peut-être un peu trop parfois des accords  moelleux du violoncelle de Frédéric Borsarello.

 

Elsa-Triolet.png

( photos : Françoise ALMERAS )



Une note de rappel sur l’élégance proverbiale d’Elsa, au moment où le plus chic et raffiné des couturiers de ces années vient de mourir, Hubert de Givenchy, pour signaler combien l’apparente légèreté dans laquelle certains ont voulu la cantonner représente une masse de travail importante. La futilité, c’est beaucoup de travail, à commencer par un immense effort d’indifférence à la critique, et elle permet de suivre sa voie en laissant les dupes sur le côté.

C’est ce que semble avoir réussi cette femme si particulière, attachante, agaçante, généreuse et calculatrice néanmoins, et toutes ces qualités rendues par cet intelligent et émouvant spectacle font que, au sortir, on regrette que les librairies soient fermées.




Frédéric Arnoux ©

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

10:28 Publié dans THEATRE | Lien permanent

14/03/2018

OEDIPE PARICIDE de MARCOS MALAVIA

aff.Oedipe.jpg

 

 

THEATRE de l'EPEE de BOIS

 

Cartoucherie de Vincennes

 

Route du Champs de Manoeuvre

 

 

75012 PARIS

 

(M° Château de Vincennes puis autobus 112)

 

Loc. 01 48 08 39 74

 

Pl. 20€ - T.R. 12 & 10€

 

http://www.epeedebois.com/

 

du mardi au vendredi à 20h30

 

samedi à 16h & 20h30

 

jusqu'au 24 MARS 2018

 

Durée du spectacle : 1H30

 

 

Texte et mise en scène : Marcos MALAVIA

 

 

avec : Claude MERLIN, Alexandre SALBERG,

Marcos MALAVIA, Muriel ROLAND, Eléonore GRESSET

 

Oedipe-parricide.jpg

 

 

Nous savons désormais que tout a déjà existé, tout était écrit avant Freud, il ne suffisait que de décrypter. On nous raconte que les deux premiers humains furent Adam et Eve mais alors l'inceste obligatoire de leurs enfants remonte à la nuit des temps ! Ensuite, le cercle familial s'est élargi, c'est tout - jusqu'à se disperser.

Pour exister certains affirment qu'il faut tuer le père. C'est ce que fit le malheureux Oedipe sans le savoir. Il devint donc l'instrument de son propre malheur alors que celui-ci était prévu, programmé et donc connu des dieux et autres pythies …

Folie de la nature humaine, corruption du pouvoir, Oedipe passera par tous les stades évolutifs avant d'atteindre

" l'irrévocable Hadès." Etait-il vraiment coupable ? Personnellement j'en doute puisque les dieux avaient voulu qu'il en soit ainsi afin que les hommes apprennent et tirent des conclusions de leur propre expérience.

Marcos Malavia revisite les deux tragédies de Sophocle : Oedipe Roi et Oedipe à Colone puis se conformant aux trois stades de l'énigme du Sphinx évoque les trois périodes de la vie : jeunesse, maturité, vieillesse.

Les trois Oedipe se retrouvent sur la tombe de Laïos où la conscience est invoquée. Sinistre trinité pour un seul et même être.L'homme devient le taureau sacrifié dont les banderilles lui crèveront les yeux. Au mythe grec se superpose la culture hispanique. Quelle corrida que la vie !

L'espace scénique se présente de façon bi-frontale et un écran sur le côté apportera un supplément illustratif en noir et blanc. L'océan sur lequel vogue un mythique navire fera place aux foules fanatisées.

 

( " reductio ad hitlerum " diront certains … )

 

Oedipe-dictat-2.jpg

 



Le jeune et fougueux Oedipe ( Alexandre Salberg ) rebaptisé : Oedipe-Candide ( clin d'oeil à Voltaire ? ) aura l'allure d'un punk claudiquant qui fait irrémédiablement penser à Richard III … Le comédien fait preuve d'un impressionnant engagement physique.

Oedipe adulte autrement dit : Oedipe-Roi ( Marcos Malavia ) a toutes les caractéristiques du monarque qui vire au despote tout en se prenant pour un bienfaiteur alors qu'il symbolise la cause de tous les maux dont le peuple est accablé.

Oedipe-Aveugle ou plus précisément le vieil Oedipe est interprété avec sobriété par Claude Merlin.

Tous les trois illustrent de façon parfaite les phases évolutives que connaîtra le mythique personnage : tour à tour roi plein de sollicitude, et l'inquiétude aidant, ( voulant se rassurer ) monarque présomptueux, arrogant, violent, incrédule puis désespéré quand la Vérité s'imposera à lui, enfin submergé par l'horreur de la situation, humilié, humble et honteux.

 

Jocaste.jpg

 



 Muriel Roland est La Mère-Epouse autrement dit Jocaste laquelle fait preuve d'une intensité tragique mais drôle aussi parfois et chante à la perfection ; elle sera également Ismène et une Ombre.

Eléonore Gresset est Antigone et cette Ombre-Ange : originale transposition du personnage austère de Tirésias que l'on n'eût jamais imaginé de façon aussi ludique et attrayante.

Car en cette indéniable tragédie la farce existentielle n'est jamais absente, c'est même ce qui fait le charme de cette création hors du temps.

N'ayons pas peur des mots : j'ai adoré !




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

16:33 Publié dans THEATRE | Lien permanent