Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2018

Annonce : L'influence de l'odeur des croissants chauds sur la bonté humaine

 

 

http://www.reineblanche.com/

15:01 Publié dans Annonces | Lien permanent

04/04/2018

COMEDIENS ! Une comédie musicale

aff.comediens.jpg

 

 

 

THEATRE de la HUCHETTE

 

23, Rue de la Huchette

 

 

75005 PARIS

 

 

(M° Saint-Michel)

 

 

LOC. 01 43 26 38 99

 

 

Pl. 28€ - T.R. 18€

 

- de 26 ans : 10€

 

http://www.theatre-huchette.com/

 

du mardi au vendredi à 21h

samedi : 16h & 21h

 

 

Comédie musicale librement inspirée de l'opéra : " Paillasse " de Ruggero Leoncavallo

 

Concept et mise en scène : Samuel SENE

 

Livret et paroles des chansons : Eric CHANTELAUZE

 

Musique : Raphaël BANCOU

 

avec : Marion PREITE (Coco) - Fabian RICHARD (Pierre) 

Cyril ROMOLI (Guy)

 

 

Comediens-2.jpg

 

 

Franck Desmedt, actuel directeur du Théâtre de la Huchette

( lieu qui fête son soixante dixième anniversaire ) a fort judicieusement choisi de présenter ponctuellement des comédies musicales sans abandonner pour autant les habituels Ionesco que le monde entier vient voir inlassablement depuis l'origine, ce qui ne constitue pas un mince exploit !

Après " Kiki de Montparnasse ", " la Poupée sanglante " et

" l'Ecume des jours ", voici : " Comédiens " spectacle conçu et mis en scène par Pascal Sené, librement inspiré du célèbre Paillasse de Léoncavallo, l'action ici se situant dans le Paris des années 40 ( en toute fin. )

Théâtre dans le théâtre, clin d'oeil humoristique à ce qui se passe généralement hors des yeux du public, lorsqu'un interprète doit être remplacé au pied levé ( apprendre un rôle en quelques jours n'est pas une mince affaire ! ) et que de surcroît, l'espace scénique est trop petit pour contenir le décor habituel ...

Complicités que créée la scène - logique puisque c'est le lieu où l'on partage les émotions … Des histoires d'amour y naissent, de solides amitiés également, parfois des drames, voire des tragédies.

Donc, nos trois comédiens-chanteurs s'apprêtent à jouer

" Au diable Vauvert " vaudeville musical déjà rodé en province et la nouvelle recrue est en retard ce qui ajoute un surplus de stress à l'instant vécu.

Dernières recommandations du metteur en scène, dernier bricolage du décor de remplacement, la tension devient paroxystique mais comme chacun sait, l'adrénaline est une drogue dont beaucoup ne peuvent se passer …

 

Comediens-3.jpg

( photos : LOT )

 



Il est évident que Pierre ( le metteur en scène, rôle joué par Fabian Richard ) et Coco, ( Marion Preïté ) l'interprète féminine " sont ensemble " comme on dit, et que le fait de jouer sur une scène parisienne si petite soit-elle, constitue un événement pour eux, surtout pour lui car Coco avait par amour, suivi son compagnon en province alors que sa carrière avait commencé dans la capitale quelques années au préalable, où elle a conservé certaines relations.

" Jalousie, tu viens ramper autour de moi comme un serpent perfide et froid ... " pourrait entonner Pierre sur le célèbre air de tango car c'est effectivement Coco qui a suggéré que le rôle vacant du troisième personnage pouvait être confié à Guy ( Cyril Romoli ) qu'elle connaît depuis longtemps.

Je vous laisse découvrir la suite des péripéties …

Tous les trois font preuve d'une implication totale et la voix de Marion Préïté constitue un pur ravissement.

Le spectacle a commencé le 20 mars dernier et se joue chaque soir lundi et dimanche exclus ( matinée le samedi à 16h. )

Le jour où j'ai assisté à la représentation le lieu était plein à craquer et il y avait un évident et enthousiaste retour du côté salle.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

10:48 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

28/03/2018

Lettres à Elise de Jean-François Viot

aff.Lettres-Elise.jpg

 

 

L' ATALANTE

 

10, Place Charles Dullin

 

 

75018 PARIS

 

( M° Anvers)

 

LOC. 01 46 06 11 90

 

Pl. 20€, T.R. 8, 12, 15€

 

Mercredi, Vendredi, Lundi : 20h30

Jeudi et Samedi à 19h

Dimanche à 17h

 

Durée : 1h15

 

 

Du 23 Mars au 14 Avril 2018

 

 

Mise en scène : Yves Beaunesne

 

avec Lou Chauvain et Elie Triffault

 

Elise-scene-1.jpg

 

 

Toute la romanesque nostalgie d'une sonate de Beethoven, toute l'intensité d'un drame historique qui à l'époque ( celle de la Grande Guerre ) fabriquait les héros à la pelle ( celle du fossoyeur ) et ces 18 millions de victimes qui ici passent par le prisme de deux comédiens …

Que les pacifistes ne prennent surtout pas la fuite, épouvantés par le thème. Ils auraient bien tort car Jean-François Viot a écrit cette page d'Histoire tout à la fois intime et universelle avec une indéniable subtilité.

Jean, instituteur dans un petit village est mobilisé comme tous ceux de sa génération.

Il laisse derrière lui ses élèves bien sûr, ses amis et surtout : une épouse, deux enfants : Camille et Arthur ainsi qu'une petite fille à venir ...

 


La guerre entre l'Allemagne et la France est une fois de plus déclarée mais pas seulement puisqu'il s'agit cette fois de la Première Guerre Mondiale, " la Grande Guerre " comme on dira plus tard en comparaison avec " la drôle de guerre " qui a repris après la signature de l'Armistice du 11 Novembre 1918 … 21 ans plus tard.

 

Elis1915.jpg



L'esprit de revanche est souvent ce qui sert de moteur en pareille circonstance mais quand un conflit que l'on pensait vite réglé s'éternise, que les victimes succèdent aux victimes, le combattant se met à faire le bilan, à réfléchir et constate qu'il est dupe de la politique plus cruellement encore qu'en temps de paix.

Beaucoup de lettres ont été échangées entre ceux du front et leur famille. La censure a - certes - fait disparaître bon nombre d'entre elles car il ne fallait pas que certaines informations soient divulguées. Dans le même temps, la presse tenait plus de la propagande et à ce titre de la désinformation que de la stricte vérité. Il en est chaque fois toujours ainsi.

 

Jean-Elise.jpg

( photos : Guy Delahaye )

 



Grâce à une scénographie qui a son mot à dire, l'action se déroule sous nos yeux servie par deux comédiens exceptionnels. Le piège du mélo' fut ici écarté et Lou Chauvain ainsi que Elie Triffaut nous offrent l'un et l'autre un jeu savamment dosé mais criant de vérité.

" Quelle connerie la guerre ! " dira plus tard Prévert, à juste titre.
 
Nous savons malheureusement que le " plus jamais ça " relève de l'utopie mais en revanche aller voir et entendre ce texte fait de nous des êtres plus humains et plus intelligents aussi.

La mise en scène que l'on doit à Yves Beaunesne, l'effet de surprise passé, s'avère très efficace.

Par conséquent, c'est une réelle réussite qu'il ne faut surtout pas manquer.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

 

14:12 Publié dans THEATRE | Lien permanent