Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2020

Les amants de Varsovie voyage musical au coeur de l'âme slave

aff.Varsovie.png

 

 

 

STUDIO MARIE-BELL

 

38, boulevard Bonne Nouvelle

 

75010 PARIS

 

 

 

(M° Bonne Nouvelle )

 

http://theatredugymnase.paris/

 

du 17 février au 28 Avril 2020

 

chaque lundi et mardi à 20h30

 

 

Mise en scène : William MESGUICH

 

 

avec : EWUNIA texte et chants

 

et Yves DUPUIS aux arrangements et piano

 

Les-amants-de-V.jpg

 

 

Deux soirs par semaine, les lundi et mardi, ce jusqu’au 28 avril prochain, Ewunia se produit sur la scène du Studio Marie Bell en compagnie du pianiste Yves Dupuis l’un et l’autre rivalisant de talent, portés par la mise en scène

( «  mise en valeur … «  aurait dit Anna Prucnal, ) de William Mesguich.

 

Ewunia-h206.jpg

 

 

Cette chanteuse-comédienne nous entraîne à sa suite en une Varsovie ( Warszawa ) jadis, ville martyre

- «  je déambulais le long de la voie royale, aux murs criblés de balles « dit-elle en début de spectacle, en un hommage à ce qu’elle désigne comme ce qui restera à jamais sa ville.

 

 

Parfaitement bilingue sans que le moindre accent transparaisse quand elle s’exprime dans sa seconde langue qu’est devenu le français, Ewunia nous communique les émotions de l’amour véhiculé par la passion et le romanesque de l’âme slave.

 

Sa voix pleine et chaude est tantôt caressante, parfois presque murmurée pour se transformer en un élan que rien n’arrête grâce à une technique irréprochable et à ses grandes possibilités vocales.

 

Ewunia-206h.jpg

 

 

Nous la suivons guidés par les images qu’elle évoque tout au long de cette ville au lourd passé, hantée par le souvenir des amours éternelles, vibrante de toute la passion exprimée.

 

 

Mais ce spectacle bilingue puisant dans les deux répertoires polonais et français est également ludique parfois lorsque par le biais d’un accessoire vestimentaire, l’interprète devient un autre personnage, homme ou femme dont elle nous livre ainsi une tranche de vie.

On reconnaît alors au passage «  la patte «  du metteur en scène …

 

Yves-Dupuis.jpg

( photos : Paul EVRARD )

 

 

Le public séduit adhère complètement et je ne saurais trop vous inciter à aller en grossir le flot car nous passons là un agréable et fort intéressant moment.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

11:45 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

25/02/2020

Annonce : Les amants de Varsovie au Studio Marie Bell

 

527

16:22 Publié dans Annonces | Lien permanent

23/02/2020

MON ISMENIE d'Eugène LABICHE revue et corrigée par Daniel MESGUICH

Aff.Ismenie.jpg

 

 

 

THEATRE de POCHE

 

75, boulevard du Montparnasse

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° Montparnasse-Bienvenue)

 

LOC. 01 45 44 50 21

 

Places à partir de 28€

10€ - de 26 ans

 

http://www.theatredepoche-montparnasse.com/

 

du mardi au samedi à 21h

dimanche à 17h30

 

Durée : 1h 20

 

Adaptation et mise en scène : Daniel MESGUICH

 

avec,

 

Frédéric CUIF ( Chiquette )

Alice EULRY ( Isménie )

Sophie FORTE ( Galathée )

GUANO ou William MESGUICH ( Dardenboeuf )

Frédéric SOUTERELLE ( Vancouver)

 

Vancouveur-Galathee.jpg

 

 

Définition du vaudeville : comédie légère, divertissante, fertile en intrigues et rebondissements.

 


Si l’on en croit la préface au texte «  Mon Isménie «  réécrit par Daniel Mesguich, ce dernier aurait voulu venger Marc Michel, collaborateur d’Eugène Labiche, comme tant d’autres, à commencer par Emile Augier, ayant donc participé de façon active à l’écriture de nombreuses pièces signées par l’auteur officiel sans pour autant se voir décerner la Légion d’honneur, ( 1861) figurer au répertoire de la Comédie française ( 1864) puis être membre de l’Académie (1880) et dans la foulée passer bien entendu à la postérité.

 

Ecrire à plusieurs correspondait aux moeurs d’une époque et son prédécesseur Eugène Scribe que tout le monde a oublié depuis - si l’on excepte ses livrets d’opéra - ne fit pas autre chose ce qui lui valut l’attribution du quatrième fauteuil, celui de Racine en cette même Académie française ayant quant à lui, commis non 175 mais 400 pièces écrites bien entendu en collaboration.

 

Eugène Labiche était - paraît-il - persuadé qu’il était l’auteur de farces au lieu de ces brillants vaudevilles, critique de la société bourgeoise, où fourmillent les sous-entendus, inventions cocasses et coups de théâtre, inventés par Scribe, précisément.

 

Mon-Isménie.jpg

( photos : Pascal GELY )

 

 

De son propre aveu, Daniel Mesguich ne s’était jamais frotté à ce mode d’expression et sa «  transformation «  du texte initial n’est pas d’une subtilité à toute épreuve …

 

Certes, les comédiens s’en donnent à coeur-joie mais ce comique pour le moins pesant, ces incessantes répétitions et cet aguichage réitéré en direction du public, ne sauraient satisfaire ceux qui en 1986 ( j’en fus ) applaudirent Jean-Marie Proslier et Gérard Caillaud aux Mathurins, portés par la mise en scène de Philippe Rondest aussi habile que respectueux de ce qui était écrit.

 

Disons que c’est cette fois un parti-pris que quelques béotiens apprécieront certes dans la mesure où ce texte est fait pour eux. Généralement j’apprécie le travail effectué par Daniel Mesguich mais là, pense qu’il s’est quelque peu fourvoyé mais il lui sera pardonné car il a beaucoup créé …

 

Par conséquent, nous attendons avec impatience sa prochaine réalisation et dans l’intervalle ( petit rappel ) son fils William se produit également à 19h dans «  Les forêts de Sibérie « de Sylvain Tesson, en tous points remarquable : texte, jeu et mise en scène.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

15:31 Publié dans THEATRE | Lien permanent