Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2018

Annonce : L'avalée des avalés de Réjean Ducharme

 

http://www.lesdechargeurs.fr/

12:38 Publié dans Annonces | Lien permanent

27/11/2018

Chanson Plus Bifluorée ... passe à table

aff.ChansonPlus.jpg

 

 

 

 

THEATRE LA BRUYERE

 

5, Rue La Bruyère

 

75009 PARIS

 

 

 

(M° St-Georges)

 

LOC. 01 48 74 76 99

 

Pl. de 10 à 30€

 

index.php

 

Dimanche à 16h

 

Lundi à 20h30

 

Durée : 1h30

 

jusqu'au : 7 JANVIER 2019

 

 

Mise en scène : Marinette MAIGNAN

 

 

avec : Sylvain RICHARDOT,

piano, guitare, chant (baryton léger)

 

Michel PUYAU : guitare

 

Xavier CHERRIER : chant (baryton)

 

Chanson-Plus-trio.jpg

 

 

Voilà de quoi ravir les spectateurs les plus friands de textes bien écrits, de polyphonies habiles et d’humour bien français : les Chanson plus bifluorée sont au théâtre La Bruyère.
C’est peu de dire que leur enthousiasme et leur plaisir de chanter sur scène sont communicatifs, puisque très vite la salle, dont on peut juste regretter qu’elle ne soit pas davantage emplie, participe avec allégresse.

Il est toujours délicat de citer l’un plus que l’autre car tous ensemble méritent applaudissements et éloges. Parce que leur nom de scène dissimule leur état civil, rectifions cela en les nommant : Michel Puyau ténor et multi-instrumentiste, Sylvain Richardot chant et clavier et Xavier Cherrier chant et guitare, pour ce spectacle « A table », qui est composé de chansons nouvelles et de quelques reprises, le tout étant lié par une sauce fantaisie de leur façon.

Après plus de trente ans de carrière, c’est toujours la même énergie, la même empathie avec le public, et c’est encore de la parodie, bonne celle-là, travaillée, cherchée, écrite, paroles et musique qui vient nous cueillir et nous ravir à la fois. C’est d’ailleurs pour cela que nous les aimons, cet esprit gentiment moqueur  et ces saynètes qui ponctuent les chansons, mises en scène avec  un énergique talent par Marinette Maignan.

Dans tout cela, au milieu de cette joyeuse fête du chant et du mot d’esprit une très jolie et très émouvante chanson sur le 7 janvier, qui vient dire combien il peut être dangereux de rire car si on peut rire de tout, on ne peut plus nécessairement le faire n’importe où et avec n’importe qui.


Ici c’est face à un public conquis, presque par avance que nos trois lascars s’en donnent à cœur joie !

 

Trio-italien.jpg

( photos : Norbert GABRIEL )



Cette utile et nécessaire fantaisie, quasi salutaire lorsqu’on prête une oreille distraite sur l’actualité, fantaisie qui glisse parfois vers une critique politico-sociale plutôt bienvenue, est comme un souffle frais dans cet univers de spectacles où beaucoup prétendent à l’humour, aspirent à l’esprit, sans jamais pouvoir ni le démontrer, ni en justifier.

Chanson plus bifluorée nous ravit depuis plusieurs décennies, et cette longévité ne doit rien au hasard ni à l’époque, sauf à lui fournir matière à chansonner, de ces chansons qui restent dans une tradition de presque chansonniers.

Ces trois anciens jeunes hommes si verts, qui devraient être déclarés d’utilité publique sont en représentations dites exceptionnelles (et l’adjectif est doublement fondé!) jusqu’au 7 janvier prochain au théâtre La Bruyère.


Ne pas y aller serait se priver d’une belle et réjouissante soirée d’intelligence et de bonheurs partagés tant avec la scène que dans la salle, tant « c’est gai, c’est vif, ça pirouette. »


Frédéric ARNOUX
©

 

Représentations supplémentaires,

 

Samedi : 8, 15, 22, 29 / XII à 18h

le 24 décembre à 19h

le 28 décembre à 18h30

 

25.XII.2018 & 1er Janvier 2019 à 16h

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

11:07 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

26/11/2018

Camille contre Claudel de Hélène ZIDI

aff.camillecontreclaudel.jpg

 

 

 

THEATRE du ROI RENE

 

12, rue Edouard Lockroy

 

 

75011 PARIS

 

 

 

(M° Parmentier)

 

LOC. 01 47 00 43 55

 

https://www.theatreduroireneparis.fr/

 

les jeudi, vendredi, samedi à 19h

 

jusqu'au : 22 DECEMBRE 2018

 

puis,

 

Reprise du 10 JANVIER au 9 FEVRIER 2019 à 20h

 

 

Texte et mise en scène : Hélène ZIDI

 

avec Lola ZIDI et Hélène ZIDI

 

et la voix de Gérard DEPARDIEU

 

Camille-buste-R.jpg

 

Camille Claudel, octogénaire sur le point de quitter son lieu d'internement pour accéder à un néant libérateur convoque le fantôme de la jeune Camille …

Hélène Zidi auteur de la pièce compose ce personnage de femme que les années d'enfermement ( 1913-1943 ) ont dégradée physiquement et moralement.

Sa fille, Lola sera la jeune et belle Camille, ivre de talent et de liberté bien que l'asservissement amoureux qu'elle vouait à Rodin ait tissé le drame de son existence.

Le grand auteur dramatique : Octave Mirbeau dira d'elle qu'elle avait " du génie, comme un homme qui en aurait … "

C'est illustrer de façon flagrante l'esprit patriarcal  et surtout  très machiste prévalant déjà.

Pour nous, le décor est planté, celui d'un atelier de sculpteur avec les oeuvres en préparation, et au centre, le buste de Rodin omniprésent grâce à Camille dont les mains créatrices sont autant de voluptueuses caresses.

Par le biais d'un face à face, véritable dédoublement, les périodes de la vie vont ici se donner rendez-vous, se révéler, s'accuser parfois, jusqu'à la fusion finale.

 

les-2-banc.jpg



Existence cahotique, passionnée, bouleversante qui justifierait plus que tout autre la célèbre phrase de Gide : " famille, je vous hais " car le très religieux Paul Claudel n'eut pas une attitude particulièrement glorieuse ni honorable à l’égard de sa soeur.

Le moment venu, il ne se déplacera même pas pour assister à ses funérailles et les restes de Camille - non réclamés par la famille - aboutiront à la fosse commune. No comment, comme on dit outre-Manche ...

La mise en scène réalisée par cette même Hélène Zidi est d'une esthétique volontairement chorégraphique et comme Lola Zidi est également danseuse, son implication physique fait merveille et nous transporte ponctuellement.

En son temps, Anne Delbée nous avait fait découvrir le personnage, qui cette fois accède à la légende.

Gérard Depardieu prête sa voix off au personnage de Rodin ce qui ajoute un charme supplémentaire au spectacle. C'est en quelque sorte le point sur le i du verbe aimer.

Mère et fille rivalisent de talent même si on peut penser qu'au tout début, Hélène Zidi chargeait un peu trop sa composition de vieillarde mais comme on dit : " qui peut le plus peut le moins. "

 

camille-c-claudel.jpg

( photos : Julien Jovelin )

 



En effet, en dépit de la version officielle, la mort de Camille fut vraisemblablement due aux privations et autres mauvais traitements auxquels étaient soumis les pensionnaires de ce genre d'établissement alors que la dame s'est fabriqué un physique certes cassé mais très généreux. Elle est devant nous en tenue de ville alors que nous savons que, contrairement à Antonin Artaud, elle n'est jamais sortie du lieu d'enfermement.

A ce détail près, tout ce qui nous est donné à voir et entendre est optimal aussi ne puis-je que vous conseiller d'aller grossir le flot de spectateurs qui se bousculent au Roi René pour applaudir les deux interprètes. Le soir où j'y étais la salle était absolument comble et l'enthousiasme prégnant.

Ne manquez pas ce rendez-vous. Sachez que le texte de la pièce est en vente sur place et l'auteure toute disposée à le dédicacer.




Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

11:38 Publié dans THEATRE | Lien permanent