Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2015

Espejo de Agathe Surcouf

Visuel-Espejo.jpg

 

THEATRE CLAVEL

 

3, rue Clavel

 

75019 PARIS

 

 

(M° Pyrénées)

 

 

Loc. 09 75 45 60 56

 

http://www.theatre-clavel.com/

 

Pl. 18€ - T.R. 15€

 

A 21h30, jeudi, vendredi, samedi

 

 

jusqu'au : 16 MAI 2015

 

Texte et mise en scène : Agathe Surcouf

 

avec : Nina Despres & Erwan Orain

 

 

Espejo-Elsa.jpg

 

 

La chaîne qui existe entre ces deux là n'est pas virtuelle.

 

Adam a longuement observé cette voisine, de fenêtre à fenêtre durant des jours, des semaines, peut-être des mois avant de prendre la folle décision qui consiste à s'emparer de la jeune femme en misant tout sur le syndrome de Stockholm.

 

Depuis, il joue en sa compagnie un remake de " Portier de Nuit " mais les racines préexistant à cette initiative plongent uniquement dans sa propre vie. Aucun passé en commun et tout à découvrir. Il ne sait d'elle que ce qu'il a vu depuis son appartement tandis que de son côté, elle ignore tout de lui. Construire une relation sur de telles bases constitue un projet pour le moins ... " border line ! "

 

L'homme est violent. En réalité, peu sûr de lui et pour tout dire, caractériel. Il passe indubitablement aux yeux d'Elsa pour un dangereux psychopathe. Sa victime jouera donc le jeu de la soumission - autant que faire se peut - ce qui n'est pas facile eu égard à ce qu'il lui impose et si parfois, à court d'arguments et en dehors de toute logique, elle se confond en excuses, son bourreau se met immédiatement en colère. Navigation à vue par temps de brouillard  …

 

Adam a aussi ( parfois ) de brusques élans de tendresse mais ne tarde pas à se récupérer comme s'il redoutait de se trouver en danger. Superbe paradoxe ! Et pourtant … nul n'est besoin d'être diplômé ès psychologie pour savoir que ce sont souvent les victimes qui gagnent mais nous n'en sommes pas là et la situation est pour la jeune enchaînée plus que pénible à vivre. Bien que ...

 

 

Adam-Elsa.jpg

 

 

Comme il est amateur d'opéra et aime jouer aux échecs, elle choisira de s'intéresser, mieux de partager ces deux hobbies.

Ce couple étrange dansera parfois le tango en dépit de cette chaîne qui apporte à l'action un contrepoint bizarre. 

 

Maintes péripéties les attendent bien sûr et les spectateurs, hypnotisés par ce qui se déroule sous leurs yeux attendent et s'interrogent.

Si vous voulez connaître la suite, prenez vite le chemin qui mène au théâtre Clavel car la dernière est programmée le 16 mai. 

 

Les deux comédiens sont plus que convaincants, ils sont beaux l'un et l'autre, jouent bien et avec le suspens en prime, que demander de mieux ?

 

 

Simone Alexandre 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

11:56 Publié dans THEATRE | Lien permanent

07/05/2015

Une mémoire d'éléphant (dans un magasin de porcelaine)

memoire-elephant.jpg

 

Théâtre ALAMBIC Comédie

 

12, Rue Neuve de la Chardonnière

 

75018 PARIS

 

 

(M° Simplon)

 

Loc. 01 42 23 07 66

 

http://www.alambic-comedie.com/ALAMBIC_COMEDIE/

 

Pl. de 10 à 20€

 

A 19h, lundi et mardi

 

 

jusqu'au : 2 JUIN 2015

 

 

Auteur : Vincent DELBOY

 

Metteur en scène : Arnaud DELPOUX

 

 

avec Claire GERARD & Julia DORVAL

 

 

 

Je connaissais l'Alambic de longue date - ancienne version - or le lieu refait est méconnaissable; en mieux, indubitablement.

Il semble même que l'on ait repoussé les murs car l'espace parait nettement plus spacieux et pour tout dire, fort agréable.

 

L'accent général est mis sur la comédie comme le nom du théâtre l'indique et l'accueil chaleureux.

 

Vincent Delboy est un jeune auteur qui ne manque ni d'expérience ni de talent.

 

Certes, son style d'écriture ne permettra jamais qu'on le confonde avec Victor Hugo, le langage est actuel, un peu au ras des plantes vertes mais il gagne en impact ce qu'il perd en politiquement correct. ( Aucune préciosité, par conséquent.)

 

Quant au thème choisi, ce dernier est bien plus profond qu'il n'y paraît. La fin que je vous scellerai bien sûr, le confirme amplement.

 

Rencontre improbable dans la salle d'attente ( ! ) d'un psy '  entre une maniaco-dépressive un tantinet psychorigide et une douce fofolle qui a perdu la mémoire à la suite d'un accident de voiture … 

 

La première (Claire Gérard, alias Marianne) en instance de divorce est complètement obsédée par l'ordre et la propreté tandis que la seconde (Julia Dorval dite Babette) dotée d'une bonne humeur inoxydable prend des notes dans un cahier afin de battre en brèche un Alzheimer pour le moins prématuré.

 

La mise en scène réalisée par Arnaud Delpoux est tout à la fois fluide et efficace, le public rit beaucoup et visiblement plus habitué que moi aux moeurs du café-théâtre, applaudit à la fin de chaque scène, bref participe sans réserve.

 

Le jeu des comédiennes est irréprochable. Certes Babette en fait des tonnes mais c'est son personnage qui veut cela.

Bref, on passe sur place un excellent moment de détente et c'est sans doute ce dont nous avons le plus besoin actuellement.

 

Par conséquent, A VOIR ... pour le plaisir ! 

 

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

07:54 Publié dans THEATRE | Lien permanent

05/05/2015

bande annonce : Une mémoire d'éléphant ... (comédie de Vincent Delboy)

 

 

http://www.alambic-comedie.com/

09:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

04/05/2015

L'entretien de M.Descartes avec M.Pascal le jeune (Reprise)

aff.Pascal-Descartes_modifié-1.jpg

 

THEATRE de POCHE

 

75, boulevard du Montparnasse

 

75006 PARIS

 

 

(M° Montparnasse-Bienvenue)

 

http://www.theatredepoche-montparnasse.com/

 

Pl. 15 à 35€

 

- 26 ans : 10€

 

 

A 21h du mardi au samedi

 

A 15h le dimanche

 

Relâche les 19, 23, 26 & 28 mai

 

jusqu'au : 23 JUIN 2015

 

Mise en scène et interprétation,

Daniel & William MESGUICH

 

Durée : 1h 05

 

 

Entretien-reprise.jpg

 ( photo : Brigitte Enguerrand )

 

 

En ce 24 Septembre 1647, la rencontre entre Blaise Pascal et René Descartes eut réellement lieu. Cependant l'un et l'autre en ont préservé le mystère …

Jean-Claude Brisville a donc imaginé ce qui s'était dit ( ou aurait pu se dire ) par le biais de ce dialogue tout à la fois profond et brillant.

 

Au rationalisme de Descartes s'oppose la fougue illuminée du jeune Pascal. A l'époque où se situe l'action jésuites et jansénistes s'opposaient violemment.

 

Porté par l'admiration qu'il voue à son hôte, Blaise Pascal entreprend la démarche qui consiste à tenter d'obtenir le soutien du prestigieux philosophe en faveur d'Antoine Arnauld,  ( frère d'Agnès Arnauld, abbesse de Port-Royal ), lequel a commis l'imprudence d'écrire " De la fréquente communion " ouvrage qui l'amènera à se cacher durant plus de 20 années, un peu à la façon d'un Salman Rushdie après l'écriture de ses Versets Sataniques, tant il est dit et vérifié que l'Histoire se répète inlassablement.

 

 

L'esprit n'était pourtant pas le même mais la réaction est presque identique car ceux qui croient détenir la vérité font peu de cas des opinions non conformes aux leurs ...

 

Descartes est alors un homme d'âge mûr, qui ne s'engage pas à la légère et face à l'insistance de son jeune interlocuteur, il se verra contraint de lui rappeler le rôle que ce dernier a eu lors de l'Affaire du Père St-Ange ! …Or, Pascal traine ce souvenir en un perpétuel remords.

 

 

Du reste, Descartes est sur le point d'aller rendre visite à " La Reine des Neiges " et nous savons que ce dernier voyage lui sera fatal, lui qui a besoin de 10 heures de sommeil chaque nuit. Christine de Suède va littéralement l’épuiser en le contraignant à de nombreuses discussions nocturnes aussi longues qu'imprévisibles, écourtant ainsi, pour son royal plaisir, le temps qui lui reste à vivre.

 

Les deux comédiens, père et fils ( Daniel et William Mesguich ) nous offrent ici le double et superbe contraste de leur jeu respectif.  Daniel Mesguich ( Descartes ) nous fait don de toute la subtilité de son intelligente interprétation tandis que William Mesguich ( Pascal ) maîtrise son personnage tout en fougue et douloureuse incarnation.

 

 

C'est indéniablement à un grand moment de théâtre auquel vous êtes conviés et que même la présence d'un anachronique poste de radio traînant sur une malle-bibliothèque ne saurait compromettre, il ne suffit pour cela que de l'oublier.

 

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

15:49 Publié dans THEATRE | Lien permanent