Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2016

Fille du Paradis d'après Putain de Nelly Arcan

Texte publié par les Editions du Seuil et les Editions Points

 

Adaptation et mise en scène : Ahmed MADANI

 

 

Interprétation : Véronique SACRI

 

aff.fille-paradis.jpg

 

 

" Fille du Paradis " … ( ô ironie  ! ... )

Adaptation du célèbre (sic) roman de Nelly Arcan intitulé élégamment " Putain. "
Ce n'est pas tout à fait par hasard si Ahmed Madani s'est penché sur cet écrit qui peut en choquer certains. 

Loin de moi l'intention de dénoncer mais quel père ( musulman ou non ) voudrait que sa fille en arrive là ?
 
Sans justifier le port du voile islamique on peut le comprendre face à de tels exemples. Il faut alors prendre la démarche comme une résistance et non une provocation.

Mai 68 fut la meilleure et la pire des choses …
Avant, en Occident, on surveillait étroitement les adolescentes écartant de leur route tout risque de déviance ; ensuite ce ne fut plus possible, l'émancipation étant passée par là, avec ses avantages et ses inconvénients.
 
Après l'explosion émancipatrice, le libéralisme - terme pudique, " politiquement correct " pour désigner le capitalisme - avait une revanche à prendre. Etudier ( surtout au Canada, l'action se situant à Montréal et on se souvient des manifestations dénonçant l'excessif coût des études là-bas ) n'est finalement réservé qu'à une élite. Si les parents n'ont pas les moyens, on laisse tomber et à défaut de diplômes, impossible de trouver un emploi intéressant. C'est sans issue. Alors certaines se donnent les moyens  plus ou moins acceptables de continuer en dépit de tout.

Ce spectacle est par excellence clivant et au final assez sexiste puisque les hommes se mettront immanquablement à fantasmer tandis que la plupart des femmes risquent d'être submergées par le dégoût.
 
Il a fallu beaucoup de courage à Véronique Sacri pour prendre ce texte à bras-le-corps et force est de constater que ses efforts auront été récompensés si j'en juge par les réactions du public. Quelques minutes avant que la représentation commence, une spectatrice enthousiaste déclarait être là pour la troisième fois ! ...

Pour ma part je formulerai un seul regret, puisque Cynthia est une escort-girl canadienne entendre l'accent québécois aurait sans doute apporté une touche ludique à des situations " hard " au possible et ce faisant aurait permis sinon d'éraser la crudité du propos mais de fournir un supplément d'humour " en ce monde de brutes."

Délibérément, auteur, adaptateur et interprète ont fait le choix inverse, celui de la clarté absolue et assument parfaitement la mission qu'ils se sont fixée.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

15:15 Publié dans THEATRE | Lien permanent

17/12/2016

Mileva Einstein d'Angelo Corda

aff.Mileva.png

 

 

 

THEATRE de la REINE BLANCHE

 

2 bis, passage Ruelle

 

75018 PARIS

 

 

 

(M° Chapelle)

 

 

loc. 01 40 05 06 96

 

 

http://www.reineblanche.com/

 

du : 22 novembre au 30 décembre 2016

 

à 19h.

 

Places de 10 à 20€

 

 

Texte et mise en scène : Angelo CORDA

 

 

avec : Marc-Henri LAMANDE, Aude KERIVEL,

Arnaud CERMOLACCE et Ambjörn ELDER

 

Mileva-Eveque.jpg

 

 

Nous connaissons tous le couple formé par Pierre et Marie Curie, celui constitué par Albert et Mileva Einstein l'est moins. Angelo Corda a donc eu l'idée d'écrire et de mettre en scène cette farce politico-vaticanesque.
 
Il existe depuis toujours une incompatibilité entre l'Eglise et la Science. ( se souvenir de Galilée et de Giordano Bruno pour ne nommer que ces deux victimes là )


Or même à l'aube du Vingtième Siècle - où se situe l'action - les esprits avaient peu changé : l'hégémonie pontificale se voulait toujours omnisciente et s'attaquait à tout ce qui risquait d'ébranler ses théories. Celle de la relativité du Temps pouvait donc mettre à mal la croyance voulant que l'Univers ait été créé en 6 jours ( et non 7 ) puisque Dieu s'est alors reposé et visiblement poursuit son oeuvre en fermant les yeux et se bouchant les oreilles dans l'attente de l'Apocalypse prévue.

En ce cas, comment s'étonner que le " représentant de Dieu sur terre " ait eu l'idée d'envoyer un espion au domicile des époux Einstein afin de les dissuader de faire paraître leurs travaux ?  Deux précautions valant mieux qu'une, ce ne sera pas un émissaire du Vatican mais deux qui se présenteront et par conséquent, un de trop.

Je voudrais saluer ici la sobre prestation de Ambjörn Elder à la présence bien trop éphémère, hélas !

Les moyens utilisés sont pour le moins expéditifs et comme Mileva ( qui n'était pas de confession juive ) fait figure de brebis égarée, le Saint Siège pèsera de tout son poids pour la ramener en son camp. C'est l'instant précis où la pièce dévie en direction du thriller et où l'épouse rudoyée par un chercheur macho deviendra une ébauche de Mata-Hari.

 

C'est énorme bien sûr et les comédiens voguent sans retenue sur cette mer d'intranquillité. Einstein cocufié par un évêque, la situation ne manque pas de piquant et devrait réjouir tous les anticléricaux de France et de Navarre pour employer une expression aussi célèbre que désormais obsolète.

La vie de Mileva Einstein fut légèrement différente de ce qui nous est ici montré mais n'oublions pas que nous sommes au théâtre où parait-il, tout est permis ? …
Quant à savoir si les travaux de l'homme qui tirait la langue doivent plus à son épouse qu'à Poincaré, laissons les scientifiques trancher la question or il semble que la polémique ne soit pas éteinte.

 

Einstein-Mileva.jpg



Ceux qui, un peu plus sérieusement voudront s'intéresser au personnage-titre pourront bien sûr se pencher sur les " Lettres d'amour et de Science " d'Albert Einstein et Mileva Maric parues au Seuil ainsi que sur " Mileva-Maric Einstein, vivre avec Albert Einstein " par Radmila Milentijevic aux Editions de l'Age d'homme. Une double idée de cadeaux pour les fêtes de fin d'année également.

En attendant, vous pouvez certes aller vous divertir en prenant le chemin qui mène à la Reine Blanche d'autant que le désopilant Marc-Henri Lamande fait tout pour cela, sans retenue aucune tant il est évident que le comédien s'en donne à coeur joie !

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

15:23 Publié dans THEATRE | Lien permanent

13/12/2016

La vie à l'envers de Charlotte-Rita PICHON

aff.vie-envers.jpg

 

 

 

THEATRE du NORD-OUEST

 

13, rue du faubourg Montmartre

 

75009 PARIS

 

 

 

(M° Grands Boulevards)

 

loc. 01 47 70 32 75

 

 

http://theatredunordouest.com/

 

Prochaines représentations

 

les 18 et 29 décembre 2016 à 19h

 

 

Mise en scène : Alexis LOUBIERES

 

 

avec : Charlotte-Rita PICHON, Emmanuelle COUSIN

et Paul MARGENEST

 

 

Réveil en sursaut !  

Ch.R.Pichon.jpg

 

Charlotte-Rita Pichon compose ( parfois jusqu'à l'excès ) son personnage de vieille dame cassée en deux, tremblotante, vacillante et quelque peu sénile.

La personne en question ne va pas tarder à se révéler envahissante auprès d'une voisine, laquelle s'avèrera d'une complaisance assez incroyable ; le fait trouvera son explication un peu plus tard …


 
E.Cousin.jpg

Alors que la jeune femme ( Emmanuelle Cousin ) interrompue dans son écriture

( elle a un livre en préparation ) cherche désespérément une suite à son roman, cette intruse viendra lui infliger le récit de sa vie et de ses amours vieilles d'un demi-siècle. Car elle a jadis aimé un comédien séduisant au possible lequel s'est brusquement envolé.

 

Très curieusement, la jeune personne ne lui opposera que peu de résistance et une fois l'impression de dérangement passée se pliera de bon gré aux exigences de cette femme visiblement dérangée.

Elles ont l'une et l'autre le même prénom : Marianne mais l'ainée se fit rapidement appeler Marie pour ne pas subir les jeux de mots que la finale du prénom en question déclenchait. Ce ne sera que l'un des nombreux caprices de cette Marianne là car le fantôme de son amant nous apprendra qu'elle ne fut pas facile à vivre ... ( comme on dit )
Sans doute n'avait-elle pas confiance en elle et conséquence logique ne pouvait croire totalement en l'autre ?

 

C'est là que la fable fantastique commence car une idée va germer en son esprit : ramener cet Orphée des Enfers afin qu'il séduise celle qui lui ressemble tant. Le projet est pour le moins machiavélique puisque le contrat sera de courte durée.
Ce Faust au féminin tirera diaboliquement les ficelles en un remake qui comblera d'aise celle qui a conçu l'ultime machination.



Il n'est pas rare que nous assistions à des représentations où le théâtre s'invite dans le théâtre or ici, c'est l'écriture elle même qui réussit cet exploit. La jeune femme sans le savoir réécrit ce que l'ancêtre a vécu, vibre des mêmes émotions, bref accomplit son destin en un copié-collé quasi absolu.

Le spectateur de façon haletante - au détour d'une phrase - s'épuise à imaginer la suite tout en restant complètement à la merci de ce texte qui l'entraîne en dehors des sentiers battus.

P.Margenest.jpg

 

Je ne vais certes pas vous raconter la suite, sachez toutefois que l'objet du désir de ces dames en la personne de Paul Margenest est un élégant et séduisant fantôme tandis qu'Emmanuelle Cousin personnifie la victime tout à la fois éperdue et comblée par le retour à la vie de ces deux personnages.



Car à supposer que la vie soit un songe, seuls comptent les rêves que nous construisons en vue de l'améliorer dussions-nous - ô paradoxe ! - en souffrir quelque peu, puisque l'amour est une délicieuse souffrance dont nous ne saurions nous priver avant de nous abimer dans un ailleurs peuplé ou non de fantômes …

Prochaines représentations les 18 et 29 décembre, ( 19h ) n'oubliez surtout pas ces deux dates, ce serait dommage car le thème de la pièce est bien plus qu'intéressant et j'avoue être ressortie du théâtre complètement envoûtée par le déroulé de l'action.

 


Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

09:52 Publié dans THEATRE | Lien permanent