Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2015

Annonce : Le Pyka Puppet Estival

unnamed.jpg

 

Pour la première fois, l'Atalante présente son festival de marionnettes et théâtre d'objets

 

Le Pyka Puppet Estival

 

du jeudi 4 juin au 11 Juin 2015

 

Poursuivant sa politique d’ouverture aux Arts de la Marionnette et du Théâtre d’objet, leThéâtre de l’Atalante en étroite collaboration avec la compagnie associée, Le Pilier des Anges–Théâtre du Chemin Creux, présente la 1ère édition internationaledu Pyкa Puppet Estival du 4 au 11 juin 2015.

 

Avec la création de ce temps fort « Marionnettes », le Théâtre de l’Atalante souhaite impulser un nouveau pôle de création et de diffusion de ces disciplines au cœur du Nord Parisien. Durant toute une semaine, le 1er Pyкa Puppet Estival regroupera des artistes étrangers de renom et des créateurs franciliens.

 

 

PROGRAMMATION 2015

 

Jeudi 4 juin à 15h et 19h : Teahouse de Grégoire Callies et Yeung Faï

 

Samedi 6 juin à 15h et 19h : Le dernier cri de Constantin de Pierre Blaise

 

Dimanche 7 juin à 16h et 19h : Acte sans paroles 1 de François Lazaro

 

Mardi 9 juin à 15h et 19h : Je hais les marionnettes! de Jean-Louis Heckel

 

Mercredi 10 juin à 12h et 17h : La Légende du bonheur d'Evguéni Ibrahimov

 

Jeudi 11 juin à 15h et 19h : The Seed Carriers de Stephen Mottram

 

Pour en savoir plus sur la programmation, cliquer sur les titres de chaque spectacle.

 

Pass Pyкa Puppet Estival : 30€ / Tarif plein : 15€ / Tarif réduit : 12€ (étudiants, demandeurs d'emploi, habitants des 9e et 18e, séniors) ; 10€ (groupes à partir de 10 personnes) ; 8€ (enfants de moins de 11 ans)

ET AUSSI ...

Mercredi 10 juin à 18h30 (entrée libre sur réservation) : table ronde autour de la marionnette avec la participation d'Alain Alexis Barsacq, Pierre Blaise, Grégoire Callies, Yeung Faï, Jean-Louis Heckel, Evguéni Ibrahimov, François Lazaroet Stephen Mottram.

 Modérateurs: Philippe Choulet, Professeur Émérite de Chaire Supérieur en Philosophie, Agrégé d'Université et Emmanuelle Ebel, chercheure en Arts et formatrice, auteure d’une thèse portant sur les esthétiques actuelles des arts de la Marionnette.

 

Vendredi 12 au dimanche 14 juin : stage de manipulation de marionnettes dirigé par Stephen Mottram.Public du stage :marionnettistes, danseurs, sculpteurs, tout artiste s’étant intéressé au mouvement.

Stage en français

Prix du stage : 110€ tarif plein / 90€ tarif réduit

En savoir plus sur le stage ›

 

 

 

Production: Théâtre de l’Atalante, en association avec la compagnie Le Pilier des Anges – Théâtre du Chemin Creux.
En savoir plus sur le festival ›

 

unnamed.png

10:03 Publié dans THEATRE | Lien permanent

03/06/2015

Antigone de Jean Cocteau

aff.Antigone.jpg

 

 

ESPACE MARAIS

 

22, rue Beautreillis

 

75004 PARIS

 

(M° St-Paul)

 

tél. 01 48 04 91 55

 

http://www.theatreespacemarais.com/

 

Pl. 23,50 à 39,50

 

 

Mardi à 14h,

Jeudi à 13h.30

 

Mise en scène : Joseph MORANA

 

pr la Compagnie Sissia Buggy

 

 

 

Antigone, fille adultérine d'Oedipe et de Jocaste a vu ses deux frères s'entretuer. Créon son oncle a décrété que Polynice serait privé de sépulture le livrant ainsi aux chiens voraces et aux vautours. Seul Etéocle auquel il succède à la tête de Thèbes bénéficiera de funérailles …

 

Bravant l'interdiction, Antigone va enterrer de ses propres mains le corps de ce malheureux frère mort. 

 

Pour cela, Créon la condamnera à être enfermée en un cachot jusqu'à ce que mort s'ensuive et elle mettra fin à ses jours par pendaison comme fit sa mère en apprenant l'inceste qu'elle avait commis. Le fiancé d'Antigone Hémon (fils de Créon) se poignardera pour la rejoindre en des noces posthumes.

 

Joseph Morana a choisi l'absence de tout décor ce dont on ne saurait lui faire reproche mais par son choix de costumes et de support musical a extrait la pièce de son initial contexte historique.

 

Aux accents d'un tango argentin on pense bien évidemment à celles que certains surnomment irrévérencieusement, " les folles de la place de mai " ces mères, femmes, soeurs ou filles réclamant inlassablement les corps des disparus victimes de la dictature.

 

La tragédie est décrétée par les dieux, le drame par les hommes ; en actualisant le propos le mode d'expression change.

 

 

Antigone n'est plus la sainte dont parlait Cocteau mais devient une passionnaria en pleine action revendicatrice.

Seul le Choeur conservera l'ampleur de l'expression tragique. Curieux Créon que ce Créon là, immense silhouette un peu voutée aux longs cheveux gris et raides et au visage buriné de gitan dont on peine parfois à suivre le propos.

 

Les personnages s'entrecroisent, bougent beaucoup au mépris des indications figurant à l'introduction du texte que j'ai relu et qui stipulait,

 

 

" L'extrême vitesse de l'action n'empêche pas les acteurs d'articuler beaucoup et de remuer peu. "  

 

Ici, ce serait plutôt l'inverse en dehors des cris proférés de façon ponctuelle et des cavalcades. C'est un peu inégal mais pas inintéressant.

 

Il eut juste fallu aux scolaires venus voir le spectacle hier après-midi, un zeste de culture hellénique pour comprendre ce qui se déroulait sous leurs yeux et là, à en juger par leur apathie, je ne parierais pas que ce fut le cas. 

 

Dommage car en dépit des quelques réserves évoquées, la pièce reste à voir. Prochaine représentation demain jeudi à 13h.30

 

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

14:20 Publié dans THEATRE | Lien permanent

02/06/2015

Annonce : Antigone de Cocteau

 

 

http://www.theatreespacemarais.com/

12:31 Publié dans THEATRE | Lien permanent

01/06/2015

Cyrano de Bergerac de Edmond Rostand

Roxane-Christian-h.jpg

 

THEATRE 14

 

20, avenue Marc Sangnier

 

75014 PARIS

 

( M° Porte de Vanves )

 

loc. 01 45 45 49 77

 

 

http://theatre14.fr/

 

Pl. 25€ - T.R. 18€

 

- 26ans, chômeurs : 11€

 

mardi, vendredi, samedi : 20h30

mercredi, jeudi : 19h

matinée samedi à 16 h.

Relâche dimanche et lundi.

 

 

jusqu'au : 4 JUILLET 2015

 

 

 

Adaptation et mise en scène : Henri LAZARINI

 

avec Benoit Solès (Cyrano) - Emmanuel Dechartre (de Guiche)  Clara Huet (Rozane) - Vladimir Perrin (Christian) 

Michel Melki (Ragueneau) - Emeric Marchand (Le Bret)

 

Lydia Nicaud ou Christine Corteggiano (La Duègne, Mère Marguerite) - Anne Sophie Liban (Lise, Soeur Marthe)

Michel Beladi (Lignières, Montfleury, un militaire) 

Pierre Thomas Jourdan (1er Marquis, pâtissier, poète, cadet)  Julien Noïn (2ème Marquis, pâtissier, poète, cadet) 

Jean-Jacques Cordival (Capucin)

 

et la participation de Geneviève Casile, Sociétaire honoraire de la Comédie-Française.

 

 

Rostand-Cyrano.jpg

 

 

Edmond Rostand né en 1868 connut une enfance marquée par le conflit qui opposa la France aux prussiens, ce qui explique ce côté cocardier dans lequel baigne volontiers son oeuvre. 

Romain Rolland le taxait de " chauvinisme fanfaron " c'est un peu vite dit.

 

Il convient de situer les écrits dans le contexte de l'époque car n'oublions pas que 17 ans plus tard, un certain climat de frustration générant l'esprit revanchard allait être à l'origine de la guerre de 14, de même qu'un sentiment identique dans l'autre camp aura les mêmes effets en 1939. 

 

Règle d'or : ne jamais sortir les auteurs du contexte dans lequel ils ont vécu, si on veut les comprendre !

 

Cyrano est un personnage hybride : " sans peur et sans reproche " tel le chevalier Bayard, fougueux comme D'Artagnan dont il a l'esprit gascon, évitant de justesse le ridicule par ce côté donquichottesque qui est le sien. 

 

On pourrait difficilement trouver à notre époque quelqu'un qui lui ressemble, la chirurgie esthétique ayant prouvé depuis longtemps son aptitude à éradiquer les complexes physiques. Est-ce la raison pour laquelle les poètes se font plus rares ?

 

Donc Cyrano est amoureux fou de sa belle cousine : Roxane mais contrairement à Narcisse, le seul fait de croiser son reflet par hasard, le dissuade aussitôt d'espérer. Hardi, volontiers belliqueux envers ses semblables, il se comporte de façon toute différente face à celle qui hante ses pensées.

 

Peut-être Rostand fut-il secrètement amoureux d'une femme à laquelle il n'osa se déclarer ?

 

Coquelin créateur du rôle de Cyrano écrivit à son sujet

" personne ne jouerait mieux Cyrano que lui " 

Flatterie d' interprète en direction de celui qui l'a choisi ? … Peut-être pas car il n'est pas rare qu'un auteur se projette dans le personnage dont il veut faire le héros. 

 

De ce fait, la démarche de Henri Lazarini se justifie pleinement puisque c'est Rostand lui-même qui dans cette version va sous nos yeux devenir Cyrano après s'être affublé d'un nez emprunté à la commedia dell' arte. Ce qui explique que son costume soit le seul à ne pas illustrer l'époque où se situe l'action et ainsi nul hiatus, l'anachronisme ayant valeur justificative.

 

Or ce qui sauve la redondance (réelle) de Rostand, c'est le rythme et ce dernier créé le panache ! ...

Comment pourrait-on ne pas s'exalter face à de tels personnages ? Il faudrait pour cela avoir la froideur du marbre.

 

 

Cyrano-groupe.jpg

 ( photos : LOT )

 

Benoît Solès (Cyrano) qui parfois joue un peu trop l'esprit du texte en se laissant emporter par l'emphase du propos, sait à d'autres moments être tellement humain qu'à défaut de séduire personnellement la dame de ses pensées, il parvient à conquérir le public.

 

Claire Huet est une Roxane tout à la fois charmante et belle interprétant son personnage avec brio.

 

Vladimir Perrin prête sa blondeur au rôle un peu falot de Christian de Neuvillette, complexé lui aussi mais pour d'autres raisons car étant persuadé de n'avoir pas d'esprit, il n'en produit point. Et puis si l'amour ( nous dit-on ) donne de l'esprit aux filles, il a souvent l'effet inverse chez les garçons.

 

Emmanuel Dechartre est un curieux de Guiche, moins odieux que l'habituel comme s'il avait voulu en dépit de ses actes, revaloriser le personnage ? On le plaindrait presque du sort qui est le sien.

 

Jean-Jacques Cordival se révèle très drôle dans Le Capucin et c'est plaisir que de le voir et entendre.

 

Sans oublier bien sûr, Michel Melki : superbe Ragueneau !

 

Quant à Geneviève Casile, elle nous offre pour cet ultime acte V, une Roxane très lisse, protégée par le souvenir d'un amour qu'elle ne fit qu'entrevoir quand d'autres s'y abiment.

 

Pardon à ceux que je n'ai pas nommés, la distribution ne comportant pas moins de 13 interprètes ce qui prouve bien que certains savent avec bonheur échapper à la superstition dont on les soupçonne habituellement. N'hésitez pas à aller les applaudir ( jusqu'au 4 juillet ) mais ne tardez pas car il ne faut surtout pas ajourner son plaisir …

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

11:23 Publié dans THEATRE | Lien permanent