Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2017

BIG FREEZE ( Thermodynamique de l'amour )

big-freeze-h.jpg

 

 

 

LA REINE BLANCHE

 

2 bis, passage Ruelle

 

75018 PARIS

 

 

 

(M° La Chapelle)

 

Loc. 01 40 05 06 96

 

http://www.reineblanche.com/

 

Pl. 15€ - T.R. 10€ - Groupe : 8€

 

du mardi au samedi à 20h45

 

jusqu'au : 25 FEVRIER 2017

 

 

Ecrit et mise en scène  par Thomas Poitevin

 

Inspiré des écrits de François Roddier, Vincent Mignerot,

Trinh Xuan Than, Hubert Reeves

 

Avec les comédiens,

 

Guillaume Arène, Andréa Brusque, Lucrèce Carmignac,

Amaury de Crayencour, Ophélie Legris, Thomas Poitevin

 

Oriane Dioux ( journaliste scientifique )

et Fabio Acero ( astrophysicien )

 

Son et Lumière : Ludovic Champagne

 

 

Big-Freeze.jpg

 

 

Le Théâtre de la Reine Blanche, lieu dirigé par une physicienne ( Elisabeth Bouchaud ) présente le plus souvent des spectacles atypiques parfois déroutants pour les non initiés mais toujours intéressants et résolument actuels.

Seul reproche, les pièces programmées restent peu de temps sur place et le bouche à oreille n'a pas toujours le loisir de s'exercer ; or vu le nombre de théâtres parisiens, le risque est grand de passer à côté, à moins de faire preuve d'une grande vigilance et pourquoi pas, d'un certain favoritisme.

Pour l'heure, le lieu affiche du 14 au 25 février : BIG FREEZE ( thermodynamique de l'amour ) et coïncidence bénéfique,  le mardi 14 correspondant à la St-Valentin, le public prévenu fut d'autant plus nombreux à prendre le chemin qui mène à la Salle Marie Curie, située au premier étage dudit théâtre.

Pour les besoins de la cause, la salle fut aménagée en rectangle ouvert sur un espace décoré de rectangles bleus cernés de blanc, sur lesquels cinq sièges acrobatiques étaient posés, le tout complété par deux micros sur pied puisque nous allions alternativement passer du jeu théâtral à des plages de vulgarisation scientifique, le tout restant suffisamment ludique pour les profanes.

Avant que le spectacle commence, un membre de l'équipe vient chaleureusement serrer la main des premiers arrivants en les remerciant d'être venus. C'est certes, un peu racoleur mais nous y fûmes néanmoins sensibles.

Un message destiné à ceux qui visiblement n'ont pas appris à éteindre leurs téléphones portables ... suivra et après nous avoir souhaité " une bonne entropie " la pièce commencera par l'arrivée des deux premiers personnages.

Comment le thème a t'il dérivé en direction de la description du couteau utilisé par Ravaillac ? Je ne saurais vous le dire, cet enchaînement reste pour moi un mystère alors que l'image était frappante.

 

Brusque cyclone, retrouvailles téléphoniques et houleuses d'une mère et de sa fille puis non moins brusque évocation de Sadi Carnot ( pas le président mais son oncle ) ce qui nous amènera tout naturellement à l'invention de la machine à vapeur et à l'explication de son fonctionnement.

Comme le spectacle a pour mission de rester ludique quelque soit le sujet évoqué, une " artiste sonore " - terme bien parlant pour désigner une chanteuse - ouvrira quelques parenthèses en un paradoxal " décrochage-charnière. " Une démonstration apparemment fusionnelle entre l'encre et l'eau nous sera alors proposée.

Suivra une scène de barbarie hautement bourgeoise et familiale, laquelle fera exploser l'hypocrisie en mille morceaux. Ah ! le pouvoir de l'argent …

Une volcanique scène opposant un chirurgien des yeux, son patient et l'épouse hystérique de ce dernier portera le climat à son paroxysme et l'hilarité du public à son apogée.

 

BF-a-RB.jpg



Enfin, nous assisterons au mariage de François et Juliette et la mariée en profitera pour régler ses comptes avec ce frère envahissant mais j'en ai déjà trop dit aussi vous laisserai-je découvrir la suite qui n'est qu'une succession de " big-bang "  ...

Vous l'avez compris, l'intensité est grande et le " théâtre de papa " remisé du même coup aux poubelles de l'Histoire !

Certes, ceux qui contrairement à moi ont bénéficié d'une formation scientifique profiteront d'autant plus des interventions de notre physicien de service ( Fabio Acero ) accompagné d'Oriane Dioux ( journaliste scientifique ) tandis que les autres se réjouiront tout simplement aux accents de cette comédie moderne, sorte d'état des lieux de nos névroses existentielles.

Par son caractère insolite, ce spectacle valant réellement le détour - faites vite - je ne saurais trop vous encourager à y aller.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

09:22 Publié dans THEATRE | Lien permanent

10/02/2017

ENSEMBLE de Fabio Marra

aff.Ensemble_modifié-1.jpg

 

 

PETIT THEATRE MONTPARNASSE

 

31, Rue de la Gaité

 

75014 PARIS

 

 

(M° Gaité ou Edgar Quinet)

 

loc. 01 43 22 77 74

 

Pl. 32€ - T.R. 18€

 

Tous les jours sauf dimanche & lundi à 21h

 

Matinée le dimanche à 15h

 

 

http://www.theatremontparnasse.com/

 

 

Ecriture et mise en scène : Fabio Marra

 

 

avec : Catherine Arditi, Sonia Palau, Floriane Vincent

et Fabio Marra

 

 

F.Marra-C.Arditi.jpg

 

Décor austère, évoquant une existence dénuée de tout luxe superflu. Entrent deux personnages, la mère : Catherine Arditi et le fils : Fabio Marra ; le comportement de ce dernier ne laisse pas place au doute, il y a visiblement problème ...

Nous apprenons qu'ils ont dû transférer leur humble mobilier au 7ème étage, là où les loyers sont moins chers et il n'y a pas d'ascenseur, bien sûr. Miquélé ( le fils ) qui aide sa mère à porter les provisions prétend avoir cassé les oeufs !
 
Comment fonctionne exactement un esprit " malade " ? L'explication n'est pas aisée même pour les spécialistes.

Nous ne tarderons pas à faire la connaissance de la soeur, Sandra : Sonia Palau - qui refait brusquement son apparition après 10 ans d'absence. Reproches justifiés de la mère …

L'histoire de cette famille va peu à peu se révéler à nous.
 
Mère et fille sont en complet désaccord concernant ce fils et frère handicapé. Isabella la mère, entièrement dévouée à cet être qu'elle protège s'oppose à Sandra qui voudrait que son frère soit placé dans un établissement spécialisé.

 

Le père est mort depuis longtemps dans des circonstances que nous devinons dramatiques, peut-être même est-ce la cause de l'état mental du fils ?

Il faut une certaine dose de compréhension pour ne pas condamner la fille qui a fui le domicile familial afin de se préserver mais comment l'en blâmer ?


Cela semble du reste lui avoir réussi : elle s'est forgé une belle situation et contrairement à ses frère et mère ne manque pas d'argent.

Elle vient annoncer son prochain mariage et invite sa mère à assister à la cérémonie à condition que Miquelé ne soit pas là. Elle a honte de ce frère qu'elle considère comme un boulet  …

 

 

Ensemble-3.jpg



Vous l'avez compris, le thème n'est pas facile et pourtant on rit tout au long de la pièce tant le sujet est habilement traité - sans dérision aucune bien sûr - avec tendresse, humour et humanité.

L'auteur-metteur en scène interprète Miquélé en une superbe composition.  
Il n'est plus nécessaire de faire l'éloge du jeu toujours parfait de Catherine Arditi qui du reste ne joue pas mais vit littéralement les personnages qu'elle incarne.

Floriane Vincent est Claudia que nous découvrirons en deux temps lorsqu'elle se présentera à la recherche d'un emploi puis ensuite quand les circonstances lui auront finalement permis d'exercer le métier pour lequel elle se destinait.
La comédienne apporte une joyeuse fantaisie à son personnage et contribue ainsi à créer une atmosphère plus légère et surtout ludique vis-à-vis de Miquélé.

Le rôle le plus ingrat est sans nul doute celui qui est dévolu à Sonia Palau qui fait ici preuve d'une belle autorité mais pas seulement  ...

Vous l'avez compris la symbiose est complète entre les quatre comédiens et cette pièce constitue un beau message d'amour en direction de ceux que certains se refusent à assumer, persuadés qu'il y a  ( aussi ) " des maisons pour ça. " 

Certains textes tendent à rendre ceux qui les lisent ou les entendent plus humains, amour et tendresse sont ici - sans mièvrerie aucune - au rendez-vous.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

11:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

07/02/2017

ABIGAIL'S PARTY de MIKE LEIGH

Aff.Abigail.jpg

 

 

THEATRE de POCHE

 

75, boulevard du Montparnasse

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° Montparnasse-Bienvenue)

 

Loc. 01 45 44 50 21

 

Tous les jours à 21h

(sauf dimanche et lundi)

 

Matinée le dimanche à 15h

 

Places de 10 à 38€

 

http://www.theatredepoche-montparnasse.com/

 

 

Adaptation : Gérald SIBLEYRAS

 

Mise en scène : Thierry HARCOURT

 

avec : Cédric CARLIER - Dimitri RATAUD - Alexis RIBES - Lara SUYEUX et Séverine VINCENT

 

Beverley-Susan.jpg

 

 

La scénographie ne laisse aucune place au doute, l'action se déroule en plein milieu des années 70. Décor et costumes nous rappellent le mauvais goût de l'époque et apparemment celui-ci était identique de chaque côté de la Manche.

Il fallait alors pour " avoir l'air branché " en décorant son appartement adopter ces dessins géométriques et ces teintes souvent automnales quand on ne revêtait pas les murs de papier métallique ou cuivré.

La mode vestimentaire n'était guère mieux : coiffures volontiers sophistiquées pour les femmes, cheveux mi-longs pour les hommes et costumes à pantalons " pattes d'éph ' "

( quelques nostalgiques y reviennent parfois)

Mai 68 appartenait déjà au passé et un début de libéralisme prenait sa revanche en s'installant dans le " m'as-tu-vuïsme " car pour être considéré, il fallait étaler son aisance.

Les personnages dont nous allons faire la connaissance habitent dans une cité pavillonnaire située en banlieue londonienne. Là, les femmes le plus souvent restent au foyer tandis que le mari part travailler au volant d'une voiture qu'il souhaite changer le plus souvent possible. Standing oblige !

Et l'intellect dans tout ça ? …

 

Une bibliothèque figure dans le salon bien sûr - rien que des livres choisis en fonction de reliures modernes mais avec du doré sur la tranche. Gageons que seul le plumeau est intime avec les ouvrages en question.

Peter et Beverley ont ce soir là invité pour un cocktail-maison, un jeune couple de voisins nouvellement installés … on pense immédiatement à une certaine pièce d'Albee et on se dit qu'il va y avoir " de la rumba dans l'air " …

Nous ne serons pas déçus.

 

 

Danse.jpg

( photos : Victor Tonelli )



Un cinquième personnage ne tardera pas à faire son apparition en la personne de Susan - la doyenne du groupe - laquelle a fuit son domicile car sa fille Abigail ( qui pour nous jouera les arlésiennes ) a organisé une petite sauterie à domicile dont la mère est exclue.

Ce dont Mike Leigh joue avec brio, c'est de la confrontation de ces êtres appartenant à des milieux sociaux différents car d'évidence, ces gens n'ont strictement rien en commun et bien entendu rien à se dire, ce que nous constaterons très rapidement.

Beverley ( Lara Suyeux ) reçoit son monde en longue robe d'intérieur qui ne déparerait pas une soirée mondaine, parle beaucoup mais n'émet que des banalités.

Peter ( Dimitri Rataud ) est l'homme d'affaires qui n'a pas un instant à lui. Nous découvrirons un peu plus tard qu'il est le seul du groupe a posséder un semblant de culture dite classique.

Après les maîtres de maison, passons aux visiteurs maintenant,

Antony ( Cédric Carlier ) est le beau gosse qui va immédiatement et sans rien faire, séduire Beverley laquelle lui donnera familièrement du Tonio. Il est évident qu'elle ne détesterait pas avoir un flirt avec lui, voire plus le cas échéant …

Angela ( Alexie Ribes ) est elle aussi du genre qui inspire la remarque " sois belle et tais-toi " Elle deviendra intéressante à la suite d'un certain incident qui lui permettra d'utiliser ses capacités professionnelles.

Enfin Susan ( Severine Vincent ) a tout de la ménagère sur le retour qui bénéficie sans nul doute d'un solide bon sens mais qui se situe un peu en décalage car contrairement aux autres, elle ne cherche à prouver quoi que ce soit.

L'alcool coule à flots - on se dit même qu'ils ont un sacré entrainement - sauf Susan bien sûr qui arrivée à jeun contrairement aux autres … ne tardera pas à être malade.

La tension va monter et je vous laisse bien entendu découvrir la suite ...

L'auteur est un fin observateur de cette société qui n'a pour idéal que l'argent. Nous connaissons tous quelques spécimens du genre et ne savons que trop où tout cela mène.

Thierry Harcourt signe une fois de plus une mise en scène efficace au rythme enlevé permettant à chacun de donner du meilleur de soi pour camper son personnage au plus près.

Sans l'ombre d'une hésitation, allez-y ; il est exclu, voire impossible que vous le regrettiez.


Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

16:03 Publié dans THEATRE | Lien permanent