Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2016

AMER M de Joséphine SERRE

aff.AMER-M.jpg

 

 

 

Théâtre de Belle Ville

 

94, Rue du faubourg du Temple

 

75011 PARIS

 

 

 

(M° Goncourt ou Belleville)

 

loc. 01 48 06 72 34

 

http://www.theatredebelleville.com/

 

Pl. 15 à 25€

 

- 26 ans : 10€

 

Chaque lundi et mardi à 21h15

 

 

jusqu'au : 17 OCTOBRE 2016

 

 

Texte et mise en scène : Joséphine SERRE

 

 

 avec : Guillaume COMPIANO, Xavier CZAPIA,

Camille DURAND-TOVAR & Joséphine SERRE

 

 

Amer-M.1.png

 


Le théâtre est sans cesse à la recherche de nouveaux modes d'expression et il semble bien qu'il en ait toujours été ainsi puisqu'il est en prise directe sur la vie.

Tout ou presque peut donc l'alimenter, un simple fait divers, une rencontre, un incident.

Certes, ce n'est pas tous les jours que l'on découvre dans sa boite à lettres un portefeuille déposé là - Dieu sait par qui ? - contenant les papiers d'un inconnu.
Si par hasard vous trouvez par terre ce genre d'objet, vous allez immédiatement le déposer au premier commissariat de police et ce sera la fin de l'histoire. Mais le fait que quelqu'un l'ait déposé en cet endroit précis est générateur d'une quasi obligatoire implication.

Vous avouerez qu'il y avait de quoi se poser des questions ! …

Le propriétaire desdits papier est ou était - comment savoir ? - un homme " d'origine " algérienne ( comme on dit maintenant ) né dans les années 30, arrivé dans la Métropole 20 ans plus tard, donc citoyen français puisqu'à l'époque l'Algérie était encore française mais inutile de préciser que tout le monde n'avait pas exactement les mêmes droits. On peut du reste toujours s'interroger à ce sujet. Certains ne vont ils pas jusqu'à évoquer les " français de papier " en contraste avec ceux " de souche " ? Le problème est donc toujours d'actualité.
 
Amer M ( comme Méditerranée) cette vaste étendue d'eau qui en séparant deux continents fait beaucoup de victimes depuis quelque temps ...

 

Amer-M.png

( photos : Benjamin POREE )

 



La personne à qui était destiné cet étrange dépôt va décider de se donner les moyens d'en savoir plus et prendra le ferry qui mène à Alger pour ensuite se rendre en Kabylie lieu où le mystérieux fantôme était né et sur la trace duquel elle s'est lancée.

Réaction suivie d'une décision presque irraisonnée mais à laquelle décidément, elle ne peut faillir ...
C'est aussi une remontée dans le temps à l'époque où Luis Mariano chantait " C'est magnifique " où les postes de radio à ampoules démarraient parfois à grand renfort de coups de poing.

Amar … oui, il ne se prénomme Amer que sous un ciel de pluie était arrivé sur le continent avec le secret espoir de contempler La Bastille.
On avait oublié de lui préciser que la Révolution l'avait mise à bas et quelle ne fut sa déconvenue quand il ne vit qu'une simple colonne à la place !

Mais peut-être que notre Sherlock Holmes en jupons a inventé cet épisode ? Comme cette histoire d'amour avec une pianiste … On ne saura jamais ce qui est vrai ou pure invention de la part de celle qui cherche à reconstituer un parcours, une histoire en compensation à la rencontre de ce vieil algérien qui sur le port de Marseille déclarait avoir " vécu pour rien."


Son mystérieux héros devait forcément avoir traversé moult péripéties et peut-être même avoir été soumis à la question par les services secrets ?

Les comédiens vont et viennent sous nos yeux, incarnant les divers personnages créant ainsi à partir de presque rien une sorte de mythologie moderne, nouvelle Odyssée où Penelope partirait à la recherche d'Ulysse et sachez que l'on ne voit absolument pas le temps passer en leur compagnie. Tout concourt à capter notre attention, à aiguiser notre curiosité : le texte, la musique, les lumières sans oublier l'implication de tous sur scène.

  

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

15:46 Publié dans THEATRE | Lien permanent