Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2015

Strip-tyque de Denys Treffet

flyer-Strip.jpg

 

Théâtre Essaïon

 

6, rue Pierre au Lard

 

75004 PARIS

 

 

(M° Rambuteau)

 

 

loc. 01 42 78 46 42

 

http://www.essaion.com/

 

Les lundi et mardi à 21h30

 

 

jusqu'au : 21 AVRIL 2015

 

 

Mise en scène : Anne de Broca

assistée de : Muriel Piquart

 

avec Anne de Broca, Erwan Daouphars 

 

Pablo Nemirovsky au bandonéon

 

 

photo Anne de Broca.jpg

 

Blonde, petite, menue, Anne de Broca vient à nous, les yeux bandés. Avec des mots crus, aussi insolites qu’incongrus, voire davantage dans la bouche d'une femme, ce personnage fragile - du moins en apparence - relate ici une sexualité multiple, protéiforme et pour tout dire, débridée.

 

Victime consentante, elle dira (entre autres) " je m'offre à vos effractions. ". Ce consentement suffit à ce que le délit ne soit plus constitué, ce qui fait de la phrase une forme d’oxymore

Oreilles chastes, passez votre chemin ! Les détails abondent, précis et les moyens d'expression utilisés ne connaissent pas de limites. C'est un inventaire non à la Prévert mais à la Treffet auquel nous assistons ici.

 

Erwan-Daouphars.jpgA cette première partie du " striptyque " succèdera le monologue de l'homme, tout de noir vêtu mais portant de prime abord, un loup blanc et des gants non moins immaculés ; lui aussi entre dans le détail de sa sexualité ô combien exigeante, car elle est dépendante de cette boussole qui lui fait perdre le nord. L'analyse est incroyablement juste puisque la majorité des hommes n' obéit qu'à son sexe que notre personnage également désigne de façon crue mais cette fois, n'est-ce pas habituel ? Il s'ensuivra une longue description de ses pratiques, magnifiées par le désir impérieux du recommencement.

 

La troisième partie du spectacle correspondra à la rencontre des deux et nous assisterons à cette danse de l'amour ici symbolisée par le tango argentin, la musique s'étant tue comme pour mieux nous permettre de percevoir la sorte d’alchimie qui passe entre ces deux-là ...

 

Le lieu scénique est sobre avec seulement en fond de scène, côté cour, une table située peut être dans l'arrière salle d'un bistrot où les confidences ont lieu après la fermeture et où le vin coule à flot.

 

Pablo Nemirovsky.jpg

Pablo Nemirovsky accompagne au bandonéon les chansons hispaniques qu'Anne de Broca interprète d'une voix plus grave, plus chaude, plus sensuelle que n’est sa voix parlée. J'ai presque reconnu des accents de Milva quand celle-ci se produisait de façon torride aux côtés d'Astor Piazzola mais le tango en est cause sans doute ? 

 

Erwan Daouphars possède une incroyable palette d'expressions et fait preuve d'un humour qui transforme le texte en agréable passe-temps. Ce faisant, il se joue de toutes les difficultés. Ah ! si DSK avait eu ce talent …

Le spectacle se donne chaque lundi et mardi à 21h30 jusqu'au 21 avril prochain et plus d'un couple en sortant risque de réinventer l'amour … ( physique, bien sûr ) -

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

14:46 Publié dans SPECTACLE MUSICAL, THEATRE | Lien permanent

23/03/2015

Espèces d'espaces de Georges Perec

espece-espace-h.jpg

 

ARTISTIC-ATHEVAINS

 

45 bis, rue Richard Lenoir

 

75011 PARIS

 

 

(M° Voltaire)

 

 

tél. 01 43 56 38 32

 

Pl. 30€ - T.R. 15 & 20€

 

- 26 ans : 10€

 

Mercredi & Jeudi : 20€

 

( horaires variables, consulter site du théâtre )

 

http://www.artistic-athevains.com/

 

jusqu'au : 26 avril 2015

 

 

Mise en scène : Anne Marie Lazarini

 

avec : Stéphanie Lanier, Michel Ouimet, Andréa Retz-Rouyet

 

Perec-1.jpg

 

 

« Espèces d’espaces » a été publié en 1974, et on peut dire que Georges Pérec avait préfiguré la vision qu’offre Google Earth du monde, allant du plus petit au plus grand, et inversement, selon ce que le spectateur voudra, comme un jeu de situations emboîtables.

Nous avons sur la scène de l’Artistic Athévains une sorte de florilège de l’œuvre entière de cet étrange écrivain, lexicomaniaque affirmé, plein d’angoisses et d’interrogations. « Usager de l’espace », mais comme nous le sommes tous, on perçoit en lui toujours la crainte de quelque chose, ou que quelque chose échappe à son entendement, ou à ses questions. On le perçoit plus inquiet et insatisfait qu’amusé, plus intrigué que rassuré, tout autant déçu des savoirs acquis que craintif de ce qui lui reste à découvrir, partout dans le monde, et par-delà, autour de l’univers.

C’est une vision qu’on pourrait qualifier d’encyclopédique que Pérec donne à partager, parce que le savoir passe par le questionnement et celui-ci ne provient que de la curiosité et de la volonté de comprendre.  

Le regard de Pérec se veut tout ensemble curieux, tendre, ironique, mélancolique, nostalgique, amusé, et Anne Marie Lazarini parvient à donner à voir ce que l’auteur écrit de ce qu’il perçoit lui-même. La prouesse n’est pas de peu d’envergure. Elle est magnifiquement servie par Dominique Bourde et François Cabana qui assurent une scénographie des images et des lumières qui donnent aux textes un relief tout particulier.

Parce qu’il n’est jamais simple, ni parfois très fondé, de mettre en scène des textes non écrits directement pour le théâtre, ce travail collectif apporte à « Espèces d’espaces » la dimension théâtrale à laquelle on ne s’attend pas de prime abord. 

Vous verrez que tout ici s’enchâsse dans une logique de loupe terriblement grossissante, avec des repères pour les uns, des lieux de perte, ou de perdition, pour d’autres.

Cette littérature expérimentale, toute issue de l’Oulipo, peut désarçonner, comme elle peut séduire. Elle n’en constitue pas moins une forme d’expression qui n’est pas dénuée de poésie, où le charme peut se trouver dans l’accumulation des verbes, ou des substantifs, comme dans l’absence de lettres de l’alphabet.

C’est en quelque sorte une écriture en recherche permanente. On pourra dire que c’est savant, mais on pourra aussi dire que cela est berçant et léger, comme une comptine.

 

 

Perec-2.jpg

 ( photos : Marion Duhamel )

 

 

Au travers de ce voyage lexical de 1h30, c’est la vie de l’auteur, ses pérégrinations qui sont ici retracées, par les voix entremêlées de Stéphanie Lanier, Andréa Retz-Rouyet et Michel Ouimet, dont le patronyme n’eût pas manqué de séduire Pérec.

Il existe à Paris une rue Georges Pérec, dans le 20ème. arrondissement ;  elle est surtout faite d’escaliers et ne dessert aucune porte de maison ni d’immeuble. Hommage ou paradoxe ? Nos édiles ne doivent pas trop fréquenter les bibliothèques...

Allez voir et entendre cette curiosité théâtrale, mais attention ! : les jours et horaires sont irréguliers, aussi faut-il se rapprocher du théâtre.

Cela aurait dû plaire à Pérec.

 

 © Frédéric Arnoux

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

12:44 Publié dans THEATRE | Lien permanent

18/03/2015

Perrichon voyage toujours d'après Eugène Labiche

face-a-face-h.jpg

 

THEATRE LA BRUYERE

 

5, rue La Bruyère

 

75009 PARIS

 

(M° St-Georges)

 

loc. 01 48 74 76 99

 

http://www.theatrelabruyere.com/

 

Pl. 28€ - T.R. 24€

 

- 26 ans : 10€

 

du mardi au vendredi à 19h

 

samedi à 15h.

 

 

Texte de Gérald Sibleyras d'après Eugène Labiche

 

Mise en scène : Philippe Uchan

 

avec : Gilles Gaston-Dreyfus, Jean-Luc Porraz, Christiane Bopp, Arthur Fenwick, Linda Massoz, Charles Templon.

 

Perrichon-plage.jpg

  

Gérald Sibleyras qui est l’auteur de « Perrichon voyage toujours », en ce moment au théâtre LaBruyère, est né en 1961 ; « Le Voyage de M. Perrichon », d’Eugène Labiche date de 1860. Cette centaine d’années d’écart n’est significativement marquée que par les destinations choisies pour la villégiature. En 1860, la famille Perrichon se rendait à Chamonix, ici, on la retrouve à St. Barthélémy. Les valeurs sont néanmoins les mêmes : un parvenu assez fat tente de se pousser du col et se fait manipuler par un jeune homme peu scrupuleux et que la franchise n‘étouffe pas pour parvenir à ses fins.

Tout dans la trame de « Perrichon voyage toujours » reprend l’original, ce qui tend à démontrer la permanence des caractéristiques humaines. Certes ce n’est pas de la grande psychologie et les traits sont marqués par une recherche d’humour, parfois assez réussie.
Le monde a changé, la société a changé et nous avons affaire à un entrepreneur nécessairement enrichi et retraité face à un jeune énarque et un fils de pub, comme on dit joliment… 

Ce qui ne semble pas avoir changé et dont on peut faire reproche à l’auteur, c’est le statut des femmes, accessoires, marginalisées, domestiquées. Cette vision est désormais très fausse et à tout le moins des plus désuète et certes Perrichon est un tyranneau domestique, avec ce que cela emporte et de drôlerie et d’agacement, mais son épouse et sa fille sont très en retrait. Cela ne colle plus trop.

La transposition est néanmoins plutôt bien faite et n’était l’embrouillamini un peu hâtif de la fin, tout cela serait très réussi.

Il y a toujours une petite morale dans ce type de comédie, et celle de 2015 n’a pas varié d’un iota de celle de 1860.

On pourrait, en période préélectorale, en tirer une leçon et se dire que des actes valent mieux que des paroles, qu’il vaut mieux juger lesdits actes en lucidité et non sous l’éclairage, flatteur ou dépréciatif, que notre humeur veut bien nous fournir, qu’il convient de tenter de n’être dupe de rien ni de personne, mais si, si, si…

Dans une distribution vive et enjouée, qui fait la part belle à Gilles Gaston-Dreyfus, la prestation de Arthur Fenwick, discret et très présent, confirme les promesses de ses débuts, ce qui ne retire rien aux qualités de ses partenaires.

 

 

ts ensembles.jpg

( photos : LOT )

 

Belles lumières de Jacques Rouveyrollis, comme toujours, mais il fallait le signaler.

Au final, une adaptation qui est davantage une remise au goût du jour de la pièce du délicieux Labiche, qui permet, à 19 heures, d’aller commencer la soirée de façon plaisante avant de sortir pour profiter, de bonne humeur, de l’arrivée du printemps.

 

© Frédéric Arnoux

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

10:05 Publié dans THEATRE | Lien permanent