Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2015

bande annonce : Une mémoire d'éléphant ... (comédie de Vincent Delboy)

 

 

http://www.alambic-comedie.com/

09:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

04/05/2015

L'entretien de M.Descartes avec M.Pascal le jeune (Reprise)

aff.Pascal-Descartes_modifié-1.jpg

 

THEATRE de POCHE

 

75, boulevard du Montparnasse

 

75006 PARIS

 

 

(M° Montparnasse-Bienvenue)

 

http://www.theatredepoche-montparnasse.com/

 

Pl. 15 à 35€

 

- 26 ans : 10€

 

 

A 21h du mardi au samedi

 

A 15h le dimanche

 

Relâche les 19, 23, 26 & 28 mai

 

jusqu'au : 23 JUIN 2015

 

Mise en scène et interprétation,

Daniel & William MESGUICH

 

Durée : 1h 05

 

 

Entretien-reprise.jpg

 ( photo : Brigitte Enguerrand )

 

 

En ce 24 Septembre 1647, la rencontre entre Blaise Pascal et René Descartes eut réellement lieu. Cependant l'un et l'autre en ont préservé le mystère …

Jean-Claude Brisville a donc imaginé ce qui s'était dit ( ou aurait pu se dire ) par le biais de ce dialogue tout à la fois profond et brillant.

 

Au rationalisme de Descartes s'oppose la fougue illuminée du jeune Pascal. A l'époque où se situe l'action jésuites et jansénistes s'opposaient violemment.

 

Porté par l'admiration qu'il voue à son hôte, Blaise Pascal entreprend la démarche qui consiste à tenter d'obtenir le soutien du prestigieux philosophe en faveur d'Antoine Arnauld,  ( frère d'Agnès Arnauld, abbesse de Port-Royal ), lequel a commis l'imprudence d'écrire " De la fréquente communion " ouvrage qui l'amènera à se cacher durant plus de 20 années, un peu à la façon d'un Salman Rushdie après l'écriture de ses Versets Sataniques, tant il est dit et vérifié que l'Histoire se répète inlassablement.

 

 

L'esprit n'était pourtant pas le même mais la réaction est presque identique car ceux qui croient détenir la vérité font peu de cas des opinions non conformes aux leurs ...

 

Descartes est alors un homme d'âge mûr, qui ne s'engage pas à la légère et face à l'insistance de son jeune interlocuteur, il se verra contraint de lui rappeler le rôle que ce dernier a eu lors de l'Affaire du Père St-Ange ! …Or, Pascal traine ce souvenir en un perpétuel remords.

 

 

Du reste, Descartes est sur le point d'aller rendre visite à " La Reine des Neiges " et nous savons que ce dernier voyage lui sera fatal, lui qui a besoin de 10 heures de sommeil chaque nuit. Christine de Suède va littéralement l’épuiser en le contraignant à de nombreuses discussions nocturnes aussi longues qu'imprévisibles, écourtant ainsi, pour son royal plaisir, le temps qui lui reste à vivre.

 

Les deux comédiens, père et fils ( Daniel et William Mesguich ) nous offrent ici le double et superbe contraste de leur jeu respectif.  Daniel Mesguich ( Descartes ) nous fait don de toute la subtilité de son intelligente interprétation tandis que William Mesguich ( Pascal ) maîtrise son personnage tout en fougue et douloureuse incarnation.

 

 

C'est indéniablement à un grand moment de théâtre auquel vous êtes conviés et que même la présence d'un anachronique poste de radio traînant sur une malle-bibliothèque ne saurait compromettre, il ne suffit pour cela que de l'oublier.

 

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

15:49 Publié dans THEATRE | Lien permanent

01/05/2015

PLAY HOUSE de Martin Crimp

visuel-Playhouse.jpg

 

 

Théâtre de Belle Ville

 

94, rue du faubourg du Temple

 

75011 PARIS

 

 

(M°Goncourt ou Belleville)

 

Loc. 01 48 06 72 34

 

http://www.theatredebelleville.com/

 

Pl. 25€ - T.R. 15€

Tarif jeune : 10€

 

A 19h30 du mardi au samedi

A 20h30 le dimanche

 

Relâche les 7, 8, 9, 19, 20, 21 mai

 

 

Jusqu'au : 26 JUIN 2015

 

 

Traduction : Rémy Barché et Adèle Chaniolleau

 

Mise en scène : Rémy Barché

 

avec Mytille Bordier et Tom Politano

 

et la voix de Paulette Wright

 

 

play-house-2.png

( photos : Axel Coeuret )

 

 

Un jeune couple arrive … se suivant étroitement.

Annonce est faite : 13 scènes en une toute petite heure.  

Le rythme sera donc rapide, mieux, survolté. Un peu à l'emporte-pièce aussi. Car ils n'en revienent pas, … Enfin ! ils sont chez eux et projettent leur amour démonstratif sur chaque objet constituant le mobilier. Home, sweet home ! 

 

Un échange de regards déclenchera des déclarations d'amour en écho car visiblement chacun aime aimer l'autre … 

Un cadeau de bienvenue sans nul doute ? Le contenu du carton sera pour le moins inattendu mais il en faut plus que cela pour perturber une lune de miel. Quoique …

 

Au fait, l'amour est il lui aussi frappé de péremption, comme les yoghourts ? 

Mais Katrina et Simon n'en sont pas encore là, voyons … et pour se le prouver, une petite gymnastique intime est la bienvenue.

 

C'était bien sûr, compter sans les voisins et plus précisément, une voisine, attirée par ce qu'elle vient d'entendre ...

Un grand point d'interrogation entouré d'un triangle s'inscrit brusquement dans l'imagination des spectateurs. Pour éloigner cette hypothèse, Katrine possède des arguments frappants et Simon n'a rien d'un Petruchio.

 

En revanche, profitant d'une absence du jeune époux, le père a semble t-il, apporté une relique, témoignage du passé, laquelle aura valeur de piqure de rappel dans l'esprit de la jeune femme réalisant alors qu'elle n'est plus libre. Comment croyez-vous que tout cela va finir ? ...

 

La seule chose que je puis vous dire est que le spectacle se terminera de façon abrupte, nous laissant à nos réflexions et comparaisons personnelles. Intéressant ...

 

 

Play-house.jpg

 

 

" Vision fugitive et toujours poursuivie " … Très bizarrement, cet air hantait mon esprit en sortant. Allez savoir pourquoi ?

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

06:54 Publié dans THEATRE | Lien permanent