Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2016

Le Père Goriot d'après Honoré de Balzac

Goriot-h2.jpg

 

 

Artistic Théâtre

 

45 bis, rue Richard Lenoir

 

75011 PARIS

 

 

(M° Voltaire)

 

 

loc. 01 43 56 38 32

 

 

http://www.artistic-athevains.com/

 

Pl. 30€ - T.R. 20€

 

Etudiants, chômeurs, - de 26 ans : 10€

 

mardi, mercredi, jeudi, vendredi : 19h

 

samedi 20h30, matinée : 17h

 

En avril, dimanche à 15h.

 

Relâches le 1er Mai et les 3, 10, 11 & 12 mai

 

Durée : 1h.15

 

Adaptation : Didier LESOUR

 

Mise en scène : Frédérique LAZARINI

 

avec Thomas GANIDEL

 

Marc-Henri LAMANDE

 

Didier LESOUR / Jacques BONDOUX

 

Trio.jpg

( Photos : Fabienne Rappeneau )

 

 

Les fervents lecteurs de Balzac ( s'il en existe encore …) ou bien quelques puristes, trouveront peut-être à redire concernant cette adaptation ?
Pourtant la justification existerait ( presque ) dans le texte.
En effet, n'est-ce pas l'auteur lui-même qui écrit ?

- " Quand on ne veut pas être dupe des marionnettes, il faut entrer tout à fait dans la baraque et ne pas se contenter de regarder par les trous de la tapisserie. "

Avec malice, Frédérique Lazarini fait sortir les personnages comme d'une nappe trouée car c'est ne l'oublions pas, lors des repas que ceux-ci communiquent en cette loqueteuse Maison-Vauquer.

L'action se déroule à Paris en 1819, rue Neuve Ste Geneviève … un écriteau situé au dessus de la porte d'entrée indique,

" Pension bourgeoise des deux sexes et autres " …

( Balzac n'avait certes pas prévu l'impact hilarant qu'aurait cette phrase à notre époque )

La maîtresse de céans est une femme d'un certain âge ( pour ne pas dire, d'un âge certain ) et " ressemble à toutes les femmes qui ont eu des malheurs " ...
Elle n'a que les revenus de cette maison pour vivre et les pensionnaires ne s'abonnent généralement qu'au dîner.  Il règne donc en ces lieux " une misère économe, concentrée, râpée. "

Celui que l'on surnomme " le père Goriot " est le plus ancien locataire des lieux.
Ayant fait fortune au moment de la Révolution grâce au commerce de grains ( la farine qui comme chacun sait se faisait rare à l'époque ) ce veuf a voulu que ses deux filles gravissent les échelons de la société. C'est ainsi que l'une est devenue comtesse de Restaud et l'autre épouse du banquier Nucingen, accessoirement baron du saint Empire mais nous n'apprendrons cela que beaucoup plus tard ! …

Un jeune ambitieux venu étudier le droit à Paris répond au nom désormais célèbre de Rastignac. Il est encore assez naïf mais n'a pas froid aux yeux.

Plus trouble et dangereux est ce Vautrin qui lit dans les pensées du jeune homme comme en un livre ouvert.

Vous l'avez compris, cette histoire est sombre et même résolument sordide aussi pour ne pas désespérer l'auditoire, Didier Lesour et Frédérique Lazarini nous présentent les personnages à la façon d'un théâtre de marionnettes.
Au total, trois comédiens dont deux ponctuellement masqués interprèteront alors les rôles féminins. C'est caricatural certes, mais d'une incontestable drôlerie !

Conséquence, les personnages ne sont plus aussi noirs que dans le roman et  - en dépit de leurs travers - finissent par être sympathiques. Car après tout, la vie n'est-elle pas une comédie ?  Un dicton populaire ne précise t'il pas ? " mieux vaut en rire qu'en pleurer " - Voilà de quoi justifier la démarche et puis si vous voulez remonter à la source, le texte initial est en vente partout.


Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

10:39 Publié dans THEATRE | Lien permanent

23/04/2016

Le Misanthrope, vs politique d'après Molière.

aff.Misanthrope.jpg

 

Vingtième THEATRE

 

7, rue des Plâtrières

 

75020 PARIS

 

(M° Ménilmontant)

 

loc. 01 48 65 97 90

 

http://www.vingtiemetheatre.com/

 

Pl. 25€ - Séniors : 20€

 

Etud. 13€

 

A 21h30, jeudi - vendredi - samedi

 

A 17h30 le dimanche

 

jusqu'au : 8 MAI 2016

 

Adaptation et mise en scène : Claire GUYOT

 

avec Julie CAVANNA (Célimène) - Pierre MARGOT (Alceste) - Emmanuel LEMIRE (Philinte) - Edgar GIVRY (Oronte) -

Nastassia GIRARD (Eliante) - Benoit du PAC (Acaste) - Denis LAUSTRIAT (Clitandre) - Annick ROUX (Arsinoë)

 

 

Alceste-Celimene.jpg

 

 Combien aimerions nous parfois avoir le courage d'Alceste afin de dire aux gens leur fait, sans barguigner.

Seulement, voilà : les rares essais en ce domaine ne tardent pas à prouver que la démarche consiste à se faire inutilement des ennemis alors, très rapidement on se dit :  à quoi bon ? … gardons nos pensées secrètes puisque " les autres " ne changeront jamais, pas plus que nous du reste …

Quittant le siècle de Louis XIV, notre Misanthrope échoit en plein 21ème siècle, époque de grande lâcheté collective où règne le politiquement correct. Nul besoin pour lui des conseils d'un Stéphane Hessel puisque l'indignation lui est naturelle. Son tendon d'Achille ? … une femme bien entendu, s'accommodant mieux que lui de l'air du temps, aussi séduisante et futile qu'il est profond jusqu'à l'ennui mais naïf aussi.

Comparé à ce Don Quichotte hexagonal, le sportif Philinte,

( Emmanuel Lemire ) ferait presque figure de grand philosophe. En outre, le personnage titre ayant atterri dans la sphère politique, y trouvera naturellement de quoi alimenter ses humeurs pécantes !

 Arsinoë grince moins qu'à l'habitude car Annick Roux déborde d'humour et le public d'affection pour elle ce, à un point tel que l'on finit par se dire qu'Alceste fait ici le mauvais choix mais on ne choisit pas ses attirances et Pierre Margot a pour Julie Cavanna ( leurs personnages du moins ) la même attraction que Pyrrhus pour Andromaque ou Buridan pour sa reine de débauche. Car il est évident que cet amour là est physique, ce qui explique son caractère incontrôlable.

Par dépit amoureux ( pardon Marivaux ) Alceste envisagera de remettre son coeur entre les mains d'Eliante, or décide t-on seul d'un tel choix ? …

 

Celimene-Arsinoe.jpg

( photos : Thierry HUGON )



Les quelques spectateurs qui ne sont pas abonnés au théâtre classique adhéreront facilement au verbe moliéresque bien que situé en un décor tout à fait moderne, sobre et beau, reconnaissons-le. ( le fait est assez rare pour être souligné ) Je ne ferai pas aux initiés l'injure de leur résumer la pièce dont les alexandrins sont rigoureusement respectés à une ou deux onomatopées près, n'ayant que la valeur d'un souffle.( car si l'époque et le lieu de l'action sont transposés, le texte quant à lui est fidèle )

Sachez toutefois que ces presque deux heures passent à la vitesse grand V, aussi ne puis-je que vous inciter à assister à l'une des représentations qui se donnent encore jusqu'au 8 mai prochain. J'ajouterai si besoin est qu'il est quasiment impossible que vous le regrettiez.


Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

11:48 Publié dans THEATRE | Lien permanent

16/04/2016

Pourquoi je suis là ? de Alain Pierremont

aff.Pourquoi.png

 

ARTISTIC THEATRE

 

45 bis, rue Richard Lenoir

 

75011 PARIS

 

(M° Voltaire)

 

loc. 01 43 56 38 32

 

http://www.artistic-athevains.com/

 

Tarifs de 5 à 30€

 

Prochaines représentations,

 

mardi 26 avril & mercredi 27 à 20h30

 

et jusqu'au 30 JUIN 2016

 

à la demande : appartement en ville

 

ou décor d'appartement sur le plateau

 

de l'Artistic Théâtre.

 

Mise en scène : Anne-Marie LAZARINI

 

avec Bruno ANDRIEUX et Cédric COLAS

 

 

Explication.jpg

 

Si tu ne vas pas au théâtre, le théâtre ira à toi !

Pour tous ceux qui hésitent encore à aller au théâtre … ( il en reste quelques uns, hélas ) cette formule a été inventée : le théâtre à domicile.

L'auteur de la pièce, Alain Pierremont fut précisément le créateur de cette formule reprise maintes et maintes fois depuis les années 70.
 
Là, vous avez le choix : faire venir les comédiens chez vous ou bien si vous n'avez pas suffisamment de place pour les recevoir ( à Paris les logements deviennent de plus en plus exigus ) créer votre propre décor sur le plateau de l'Artistic Théâtre.

Vous pourrez ainsi apporter ( le temps d'une représentation ) quelques bibelots, collations à partager qui vous aideront à vous croire chez vous.

Car cette pièce est une histoire de famille, celle d'un père et de son fils qui ont un temps vécu côte à côte sans pouvoir communiquer réellement. Une famille de taiseux comme il en existait jadis et comme il en existe toujours n'en doutons pas.

 

le père et l'arbre.jpg



Les hommes plus que les femmes ont la pudeur des sentiments mais si les manifestations se font plus rares, la sensibilité est souvent identique.


Père et fils se comprennent rarement. Les jeunes refusent le modèle qui se présente à eux et s'ingénient le plus souvent à faire le contraire, à prendre le contre-pied du pater familias. Seules les années, le fait de se retrouver dans le même rôle que celui qui était jadis contesté pourront aider au rapprochement.

Sciemment, je n'entrerai pas dans les détails. Il faut vivre cette histoire de l'intérieur, en être témoin, donc y participer du moins mentalement. J'avoue qu'une certaine dose d'émotion m'est brusquement tombée dessus face à ces deux là qui m'en rappelaient d'autres sans doute ?

Cette formule inhabituelle vous paraît séduisante ? …

Vous voulez en savoir plus ? … Facile, il vous suffit de composer le : 01 43 56 38 32 puisque " Pourquoi je suis là " est à votre disposition à l'Artistic Théâtre ( où ailleurs … ) jusqu'au 30 Juin 2016. Toutes les précisions vous seront alors fournies.

 

Pourquoi je suis là 4.jpg

( photos : Marion Duhamel )



J'ajouterai que les deux comédiens Bruno Andrieux et Cédric Colas nous présentent cette histoire avec une justesse de ton et une conviction qui captent entièrement notre attention et déclenche notre adhésion entière.

 La mise en scène d'Anne Marie Lazarini est prégnante tout en respectant la sensibilité de chacun. Grâce à elle et aux deux interprètes ( sans oublier l'auteur bien sûr ) nous ne sommes plus au théâtre mais dans la vraie vie.  Ne laissez surtout pas passer ce moment exceptionnel de réelle humanité.



Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

11:13 Publié dans THEATRE | Lien permanent