Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2015

SAINT-SIMON : MEMOIRES " dans l'intimité du Soleil "

aff.st-simon.jpg

 

 

Théâtre de l'Ile Saint-Louis

 

Paul Rey

 

39, quai d'Anjou

 

75004 PARIS

 

 

 

(M° Pont-Marie)

 

 

loc. 01 46 33 48 65

 

http://www.theatre-ilesaintlouis.com/

 

Pl. 15€

 

Etud. - 25ans : 10€

 

Du mercredi au samedi à 21h

 

Dimanche à 17h30

 

jusqu'au : 20 DECEMBRE 2015

 

De et par Eric CHARTIER

 

 

Seul en scène, sur un plateau complètement nu, hormis ce rideau bleu sur lequel sa haute silhouette se détache, Eric Chartier nous dit ces textes extraits, sélectionnés des Mémoires de Saint-Simon, témoignages d'une époque correspondant à l'apogée de l'Ancien Régime mais sur laquelle il ne manquait pas cependant d'être critique.

 

L'oeuvre de ce mémorialiste est considérable, l'édition complète ne comportant pas moins de dix-huit volumes chez Ramsay et huit dans la prestigieuse collection de la Pléiade … Qui, actuellement peut se vanter d'avoir tout lu ? Car le vidame de Chartres écrivit durant toute sa vie de façon continue si l'on excepte les six mois qui suivirent la mort de son épouse, Marie-Gabrielle de Lorges devenue par ce mariage duchesse de Saint-Simon, qu'il chérissait tendrement.

 

Double et cruel coup du sort, ses deux fils mourront avant lui.

Seule son oeuvre lui survivra. 

 

Vivant dans l'intimité des Grands, caste à laquelle il appartenait depuis que Louis XIII avait distingué son père en 1635 … l'humour féroce de notre auteur n'épargne rien ni personne. Et ce monde ne se donnait visiblement pas les moyens de perdurer.

 

Peu attiré par le métier des armes, la Cour deviendra en quelque sorte son champ de bataille. Il fallait une diction précise pour mettre en valeur ces écrits, ô combien stylés ! 

Eric Chartier s'y emploie, ciselant l'anecdote ou le compte-rendu avec une malicieuse jubilation. Entre chaque récit, l'interprète fait quelques pas en arrière et lui qui, quelques instants plus tôt n'était pas avare de gestes, se croise résolument les bras avant de repartir en une nouvelle narration.

 

C'est ainsi qu'il nous contera les derniers instants de Monsieur, frère du Roi, que nous suivrons le carrosse qui emportait la Reine flanquée des deux favorites du moment, le portrait du duc de Lauzun s'avèrera redoutable et cette parenthèse monarchique se refermera en compagnie de Madame de Chevreuse qui baptisera une chapelle de façon pour le moins iconoclaste ! 

 

A voir et entendre pour le plaisir de plonger dans le climat de cette époque inégalée.

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

11:44 Publié dans THEATRE | Lien permanent

17/10/2015

ORPHANS de Lyle Kessler

aff.Orphans.jpg

 

 

THEATRE ESSAION

 

6, rue Pierre-au-Lard

 

(angle : 24 rue du Renard)

 

75004 PARIS

 

 

(M° Rambuteau ou Hôtel de Ville)

 

 

loc. 01 42 78 46 42

 

http://www.essaion-theatre.com/

 

Pl. 20€ - T.R. 15€

 

A 21h30, jeudi, vendredi, samedi

 

jusqu'au : 19 DECEMBRE 2015

 

Mise en scène : Sylvy Ferrus

 

avec : Etienne Ménard, Vincent Simon et Bastien Ughetto

 

 

 

Orphans-Treat.jpg

 

 

Dès le début, nous faisons la connaissance de Philipp et de sa façon originale ( mais pour le moins agitée ) de regarder la télé. Quand il n'est pas à plat ventre devant le petit écran, il a coutume de se terrer dans un placard en compagnie des vêtements de sa mère. Il est vrai que l'on pallie l'absence comme on peut ... 

 

Arrivée du grand frère : Treat, hyper violent, d'où la nervosité craintive du gamin.

 

" Jamais deux sans trois " un nouveau personnage fera son apparition ivre jusqu'aux cheveux, tenant à peine debout.

 

 

Ce dernier se nomme Harold et pourrait être le père des deux garçons. Il en a l'âge du moins et une sorte de filiation ne tardera pas à se mettre en place. Mais avant cela, Treat qui vit de menus larcins non content d'avoir fait main basse sur la valise du visiteur, lui a dérobé son carnet d'adresses dans la perspective de réclamer une rançon … 

 

En effet, l'homme dûment ligoté sur une chaise, la garde en est confiée au jeune frère mais revenu de son ivresse, Harold ne tardera pas à se libérer et reprendre la situation en mains.

 

Pour tout dire, il éblouit Phillip qui n'a jamais connu que les brutalités de son aîné lequel va être rapidement dépassé par les événements - sans vouloir bien entendu l'avouer - car Harold leur propose un deal. Il va s'installer chez eux et confiera des missions à Treat sous réserve bien entendu qu'il s'en révèle capable. Pécuniairement, le marché est plus qu'avantageux … Seulement voilà, Treat a du mal à canaliser son caractère impulsif et reste pratiquement incontrôlable.

 

 

Orphans-les3.jpg

 

 

 

Bastien Ughetto (Phillip) son allure juvénile et ses acrobaties, le rendent craquant au possible. Pas étonnant qu'Harold le prenne souvent dans ses bras pour le rassurer et mieux le protéger.

 

Etienne Ménard dans ce rôle de gangster sur le retour sorti de sa scène d'ivresse est de loin, le plus pondéré du trio.

 

Vincent Simon (Treat) joue les grenades dégoupillées de bout en bout ( enfin … presque ) faisant preuve d'un potentiel incroyable d'énergie.

 

La mise en scène de Sylvy Ferrus est nerveuse et diablement efficace ! ...

 

Le texte est violent mais n'exclut pas la tendresse. Voilà une grande et belle pièce comme seuls, savent parfois écrire les auteurs américains.

 

Je ne résiste pas à la tentation d'évoquer cette scène criante de vérité où Treat est confronté dans les transports à un grand black qui confiant en sa stature, prend toute la place, convaincu que personne n'osera s'attaquer à lui. A qui n'est-ce arrivé un jour ? …  ( Heureusement, nous gardons mieux notre self-control que lui. )

 

Pièce à voir et revoir si le coeur vous en dit. Il y a de fortes chances pour que ce soit le cas car personnellement, je m'offrirais bien un " bis " ce qui comme vous pouvez l'imaginer, en fonction des circonstances, n'est pas commun. 

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

09:08 Publié dans THEATRE | Lien permanent

15/10/2015

Nous qui sommes cent de Jonas Hassen Khemini

aff.ns-qui-sommes.jpg

 

THEATRE LES DECHARGEURS

 

3, rue des Déchargeurs

 

75001 PARIS

 

 

(M° Châtelet-Les Halles)

 

loc. 01 42 36 00 50

 

 

http://www.lesdechargeurs.fr/

 

 

Pl. de 10 à 26€

 

A 21h30 du mardi au samedi

 

 Durée : 1h20

 

Du 13 OCTOBRE au 7 NOVEMBRE 2015

 

Texte publié aux éditions théâtrales

 

traduction : Marianne Ségol-Samoy

 

Mise en scène : Laura Perrotte

 

 

avec :  Caroline Monnier, Laura Perrotte, Isabelle Seleskovitch

 

 

 

Ns-qui-sommes-100.jpg

( photo : Jean-François Faure )

 

 

 

 - Quand les spectateurs arrivent,

elles sont déjà toutes trois en place.

 

Même génération - coiffure identique à une frange près - même habillement ( cette fois, jupes et châles bleu étoilé ) pieds nus. Une musique de scène tout à la fois lancinante et répétitive meuble l'espace.

 

Nous accédons à leur vécu par le biais d'une chorégraphie gymnique : rappel de la veillée d'armes du chevalier ou de la concentration du kamikaze. Exercices de respiration, comptage … Heureusement pour nous, elles ne feront pas le grand saut,

( pas cette fois, du moins )

 

En dépit de leur jeunesse, elles éprouvent le besoin de faire le point, de se retourner sur leur proche passé, d'établir le bilan de leur existence, de raconter ce qu'elles ont vu, vécu ou simplement imaginé.

 

Jusqu'alors, elles se sont cherchées - sans pour autant se trouver - Ces nouvelles amazones ne savent pas exactement si les garçons les attirent ou si elles préfèrent leurs semblables ? L'enfance n'est pas loin et l'ours en peluche toujours là pour recueillir les plus secrètes confidences.

 

La mise en scène déviera en direction de la salle pas seulement à cause de la configuration des lieux mais peut-être pour mieux nous faire sentir que les préoccupations sont les mêmes de part et d'autre ? 

 

Actuellement, beaucoup se réfugient dans le monde virtuel, espérant y trouver une solution qui n'existe pas, bien sûr.

On rêve de soi tel que l'on aurait voulu être …

 

Il y a un demi-siècle, on aurait parlé de " troubles existentiels " … l'expression désormais prête à sourire. Nous peinons à comprendre le monde dans lequel nous vivons et pour échapper à cela, certains choisissent de se raconter des histoires. 

" La vie est un songe " disait Calderon ...

 

Nous autres spectateurs, nous laissons séduire par le caractère juvénile de ces trois là ! 

 

 

D'autant que c'est un peu un miroir qui nous est tendu car nous ne supportons pas plus qu'elles ce qui les dérange tant. L'humanité ( cette mal nommée ) continue à perpétrer des génocides alors que nous restons assis à déplorer.

 

Nos tentatives plus ou moins convaincues de vivre des histoires d'amour nous laissent bien souvent en carafe. Les illusions ont la vie dure … Bref, ce texte nous parle et quelque soit notre âge, nous résume fort bien mais rassurez-vous, tout est présenté de façon ludique et on passe en la compagnie de Laura Perrotte, Caroline Monnier et Isabelle Seleskovitch un excellent moment.

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

10:07 Publié dans THEATRE | Lien permanent