Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/03/2018

Pour trois soeurs (d'après Tchekhov) conception : Agnès Bourgeois

Aff.pr-3-soeurs.jpg

 

 

 

Théâtre de Belle Ville

 

94, rue du Fbg du Temple

 

75011 PARIS

 

 

 

(M° Belleville)

 

 

LOC. 01 48 06 72 34

 

 

Pl. 25€ - T.R. 15€

 

- de 26 ans et abonnés : 10€

 

http://www.theatredebelleville.com/

 

Conception et mise en scène : Agnès BOURGEOIS

 

avec Valérie BLANCHON, Agnès BOURGEOIS et Muranyi KOVACS

 

 

Pr-3-Soeurs.jpg

( Photo : David SCHAFFER )

 

 

Côté jardin, un canapé, en milieu de scène - proche du public - une table basse et côté cour une sorte de catafalque blanc sur lequel repose un corps d'homme tout de noir vêtu. C'est le père des trois soeurs qui est mort ; figuration sinon intelligente du moins passive ( et pour cause ! )

Zoom sur image : les 3 Soeurs isolées vues, examinées par un microscope telles des souris de laboratoire. Tchekhov n'a rien à y gagner et Agnès Bourgeois beaucoup, le texte initial devenant thérapie.

Assez incroyablement parfois, deux spectacles en un même lieu relèvent du même ordre d'esprit. Ainsi RAPTURE de Noémie Ksicova plongeait ses racines dans un texte de Marguerite Duras, cette fois une démarche similaire trouve sa justification en la pièce du célèbre auteur russe avec cependant quelques personnages en moins …

Chacun sait qu'Anton Tchekhov était médecin, le voilà devenu psy' malgré lui. Réalité et fiction se télescopent en fusionnant car un triste événement est survenu dans la vie privée de l'adaptatrice qui trouve ici son exutoire.

" Je suis la dernière de trois soeurs. J'ai cinq ans de moins que la première et trois ans de moins que la deuxième " expliquera l'adaptatrice, metteur (e) en scène.

Par le biais de son histoire personnelle nous allons retrouver : Irina, Macha et Olga, leur complicité, leur spleen, ( comment dit-on en russe ? ) leurs fous rires aussi et quelques cris en prime car on crie beaucoup au théâtre depuis quelque temps …

( encore une mode qui passera comme les vidéos qui commencent à ne plus être systématiques )

Or si l'on se console de la mort d'un père, la disparition volontaire d'une soeur est plus difficile à assumer. La vie ne serait-elle qu'une perruque arrachée brusquement quand sonne l'heure de la vérité ?

Le rythme du début de pièce est emprunté au cinéma muet sans doute afin de créer une impression de décalage.

Les spectateurs qui ont coutume de se déplacer chaque fois qu'une pièce de Tchekhov est à l'affiche se disent - englués dans la compassion - qu'il ne serait pas en la circonstance politiquement correct d'insister sur l'absence des autres personnages.

Aussi vais-je exceptionnellement citer ici un autre média,

" Agnès Bourgeois fait entendre différemment le texte de Tchekhov, le laissant nous happer dans un univers exclusivement féminin où amour, tendresse, dépit et jalousie se mêlent adroitement " et c'est signé : Médiapart.

Cette pièce se joue jusqu'au 18 mars, les : mercredi, jeudi, vendredi et samedi à 19h15, la dernière le dimanche suivant à 15h.



Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

10:47 Publié dans THEATRE | Lien permanent

09/03/2018

CLAUDEL de Wendy Beckett

Camille-Claudel_modifié-1.jpg

THEATRE de l'ATHENEE

 

7, Rue Boudreau

Square de l'Opéra Louis Jouvet

 

75009 PARIS

 

(M° Opéra)

 

LOC. 01 53 05 19 19

 

Pl. de 14 à 34€

T.R. de 8 à 17€

 

http://www.athenee-theatre.com/

 

Mardi à 19h

du mercredi au samedi à 20h

 

Texte et mise en scène : Wendy BECKETT

 

Chorégraphie : Meryl TANKARD

 

avec Célia CATALIFO, Marie-France ALVAREZ,

Marie BRUGIERE, Swan DEMARSAN, Sébastien DUMONT, Audrey EVALAUM, Clovis FOUIN, Christine GAGNEPAIN, Mathilde RANCE

 

face-a-face.jpg

 

Il est bien rare qu’une année passe sans que les spectateurs soient conviés à découvrir, redécouvrir, Camille Claudel, sa vie son œuvre.

En ce mois de mars 2018, c’est à l’Athénée- Louis Jouvet que vous pouvez entendre et voir « Claudel », de et dans une mise en scène de Wendy Becket . Disons-le d’emblée, il y a dans cette pièce plus d’ambition que de moyens, et il est bien surprenant que ce soit non la mise en scène ou le texte qui retienne l’attention mais bien la scénographie, intelligente, esthétique sans afféterie, brillante même de Halcyon Pratt, servie par des lumières  somptueuses de François Leneveu et la chorégraphie tout en suggestion et en rappel des oeuvres de la sculptrice de Meryl Tankard.

 

nus.jpg



En fait, on a le sentiment  que l’accessoire et le principal ont ici échangé leurs rôles ; et le texte devient le support de la représentation visuelle.


Ce texte est grandement issu de ce que nous avons lu de la correspondance de Camille Claudel, et ne ménage pas les anachronismes langagiers, mais bon, « il faut être absolument moderne », comme disait Rimbaud, dans « Une saison en enfer ». Car que fut la vie de cette malheureuse artiste sinon une saison en enfer ?

Il nous est donné à voir, et surtout à entendre, car quelle idée que faire sans cesse hurler les comédiens, c’est à la fois pénible et inutile, très peu réaliste par ailleurs, et l’autorité voire le despotisme maternel peut s’exprimer autrement que par des forcements de voix…, une famille peu aimante, éclatée et unie uniquement pour la façade bourgeoise, un frère absent et veule, le futur académicien catholique n’ayant pas encore, selon toute apparence,  croisé le pilier de Notre Dame, un Rodin manipulateur et fuyant, bref une galerie de personnages peu reluisants.

 
Notre Camille tente de s’arranger de tout cela, comme elle peut, frappant à des portes entrouvertes qui se referment très vite avant que se referment définitivement sur elle les portes du monde vivant.

Il a fallu le livre de Anne Delbée en 1982 et surtout le film de Bruno Nuytten en 1988, que très visiblement l’auteur et metteur en scène a vu tant certaines scènes ou expressions semblent être un calque , pour ressortir cette artiste de l’oubli dans lequel elle était tombée, morte à 78 ans dans l’indifférence totale..

 

Divers musées (Lille, Châteauroux, Roubaix…) possèdent des œuvres qui témoignent de la force de son talent. L’an dernier, la Ville de Nogent-sur-Seine a ouvert un musée Camille Claudel et il s’est vendu à Drouot en 2017 une de ses oeuvres majeures qui devrait  intégrer prochainement ce musée.

Car c’est dans l’œuvre suggérée de Claudel que nous trouvons le plus intéressant de ce spectacle : deux danseuses ( Audrey Evalaum et Mathilde Rance ) et un danseur ( Sébastien Dumont ), magnifiquement éclairés, jusqu’à donner l’illusion de la matière dans laquelle ils existent.

 

couleur-et-chair.jpg

( photos : Christine Coquilleau )

 



Outre l’épuisant travail de modèle, car est-il un modeleur sans modèle, la tension nécessaire au maintien de la pose, de la plus simple à la plus sophistiquée, c’est également l’image finale qu’il nous est donné de voir et nous comprenons mieux les tourments de l’artiste par la production de son travail que par tout autre moyen.
C’est une riche et belle idée.

C’est à la salle Christian Bérard, merveilleux décorateur de théâtre mort jeune, à 47 ans, dont les moeurs eussent affolé le pudibond Paul Claudel, ce qui ne manque pas d’une certaine saveur.


Frédéric Arnoux ©

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

10:56 Publié dans THEATRE | Lien permanent

08/03/2018

LE VEILLEUR de Maurici Macian-Colet

LE VEILLEUR - TEASER from Compagnie Les Sbires Sibériens on Vimeo.

 

http://www.gareautheatre.com/

 

GARE AU THEATRE : 13, rue Pierre Semard

 

94400 VITRY-sur-Seine

 

Tél. 01 55 53 22 22 - du 7 au 10 Mars 2018 - à 20h30

 

Places : 13€ -T.R. 10€

 

gare-au-theatre.jpg

LE VEILLEUR

 

 

Ecriture et mise en scène : MAURICI MACIAN-COLET

 

avec MAX MILLET (Le Premier) - CHLOE CHYCKI (La femme) - VINCENT PREVOST (Le Bleu) - FLORIAN MIQUEL (Le Second) - et MAURICI MACIAN COLET (L'homme)

 

 

 

Voilà une bien étrange pièce, sorte de thriller psychologique dont précisément la psychologie des personnages est quasi absente car remplacée par l'instinct de survie qui face à ces événements leur tient lieu d'intelligence.

Le jour où j'ai voulu voir la pièce, un détail d'importance m'avait échappé à savoir l'impossibilité de prendre le RER C en passant par la ligne habituelle mais fort heureusement, l'auteur avait eu l'amabilité de me communiquer le texte au préalable.

Je plongeai donc dans sa lecture comme ces veilleurs scrutent les ténèbres, pour constater que nous ignorerons jusqu'au bout quel mystérieux serial-killer décime ainsi les vigiles de cette société censée protéger un non moins mystérieux trésor ? ...

Le Premier va donc donner ses consignes au petit nouveau, baptisé derechef Le Bleu tandis que le Second devrait logiquement rentrer chez lui, ce qui n'aura pas lieu.
En ce métier où il convient d'agir le plus vite possible, le temps de réflexion pouvant être fatal, la pratique des corrections physiques n'est pas exclue. Le Second en fera les frais.

L'instant critique pour un vigile est " le tour de minuit " l'imagination s'échauffe alors et tout peut advenir mais il est vrai que " tant qu'on reste du bon côté de la chance, on peut encore espérer que rien ne changera." C'est du moins l'illusion, la chimère trop souvent démentie …

Or quelque soient les moyens déployés, quand la peur est au rendez-vous, on est toujours seul, surtout si de surcroît on pisse le sang ayant été victime d'un hiérarchique passage à tabac ! Un bruit insolite suffit alors à vous mettre les nerfs à vif, le vigile honnête et sain d'esprit ne rêvant que du vide.

En clair : la non rencontre.

Et puis quand on est seul à parcourir le noir une torche à la main, l'esprit gamberge. Que peut bien faire l'épouse durant ce temps là ? Celui qui sait - et pour cause - que le mari est retenu loin de son domicile ne va t'il pas indûment en profiter ?

Le Bleu quant à lui, peu sûr de lui, intrigué et curieux va suivre celui qui symbolisera son Destin pour disparaître ensuite tel l'ange de la Mort car en certaines circonstances la vie tient à fort peu de choses …

Le texte de la pièce est édité chez ALNA et il faut espérer que les comédiens nous reviendront prochainement pour faire vivre sous nos yeux ces personnages issus de l'imagination de Maurici Macian-Colet qui, comme chacun sait n'en est pas dépourvu mais ... pas seulement !


Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

08:39 Publié dans THEATRE | Lien permanent