Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2015

Les Feluettes de Michel Marc Bouchard

couple-feluettes_modifié-1.jpg

 

 

THEATRE CLAVEL

 

3, Rue Clavel

 

75019 PARIS

 

 

(M° Pyrénées)

 

 

Loc. 06 51 10 39 00

 

 

A 21h30 : jeudi, vendredi et samedi

 

A 17h le dimanche

 

 

jusqu'au : 1er NOVEMBRE 2015

 

http://www.theatre-clavel.com/

 

Pl. 15€ - T.R. 12 €

 

Mise en scène : Olivier Sanquer

 

avec : Axel Arnault, Hubert Bolduc, Nicolas Dionne-Simard, Simon Guirriec, Rouslan Kats, Jean-Baptiste Lortion, Geoffroy Mathieu, Laurent Mere, Maxime Peyron, Sébastien Pruvost, Denis Rolland, Amric Trudel

 

Feluettes-trio.jpg

 

 

L'action se déroule dans un pénitencier situé à Roberval (au Québec) ville proche du lac St-Jean. Là, un évêque est venu pour confesser un détenu et ne s'attend absolument pas à ce qui va suivre … Car Simon a monté un spectacle théâtral relatant sa propre histoire et celle de l'évêque en question.

 

Ils étaient jeunes alors et un drame effroyable est survenu. L'un d'entre eux a trouvé la mort, Simon fut accusé, condamné puis incarcéré. La victime se nommait Vallier … 

 

Théâtre dans le théâtre puisque ces jeunes répétaient alors " Le martyre de St-Sébastien " de Gabriele d'Annunzio, ( pièce qui fut créée au Châtelet en 1910 avec une musique de Claude Debussy.) Deux personnages masculins s'embrassaient fougueusement devant tous, ce qui à l'époque était synonyme de scandale en cette société puritaine au possible.

 

Interdiction d'un père, trouble de l'un des participants qui ne sait plus que faire et histoire d'amour entre deux jeunes avec jalousie d'un troisième. Les conditions sont requises pour que cette superbe mais terrifiante histoire finisse mal.

 

Tous les personnages du drame seront représentés et comme nous sommes en milieu carcéral les rôles féminins seront interprétés par des hommes bien sûr. C'est le procès de l'intolérance qui va se jouer sous nos yeux. Quand le vrai coupable s'offrira au couteau vengeur, il ne recueillera que le mépris de celui qui fut et reste sa victime.

 

 

L'atmosphère est forte, prenante et la mise en scène sobre mais efficace. Vient s'adjoindre ce charme tout particulier du parler québécois, cette langue aussi chantante qu'imagée qui pour ceux qui l'ont entendue sur place est évocatrice de ces paysages dont on garde la nostalgie après les avoir admirés. Allez donc vous dépayser au Clavel, vous aurez alors l'impression d'avoir emprunté l'invention de Pilâtre de Rozier, d'y voir mieux et de plus haut.

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

 

11:14 Publié dans THEATRE | Lien permanent

10/09/2015

Les Voisins de Michel Vinaver

Aff.Les-Voisins.jpg

 

 

 

THEATRE de POCHE

MONTPARNASSE

 

75, bd du Montparnasse

 

75006 PARIS

 

 

(M° Montparnasse)

 

 

loc. 01 45 44 50 21

 

 

 

 

http://www.theatredepoche-montparnasse.com/

 

Pl. 15 à 35€

 

- 26 ans : 10€ (selon disponibilité)

 

Mise en scène : Marc Paquien

 

avec : Lionel Abelanski (Laheu) - Alice Berger (Alice) - Patrick Catalifo (Blason) - Loïc Mobihan (Ulysse) -

 

Ulysse-Laheu.jpg

 

 

L'atmosphère de cette pièce est tout à la fois dérisoire et étrange …  Michel Vinaver s'amuse à entretenir le doute sans jamais fournir de réponse concrète. Il suggère des situations sans pour autant conclure, au risque d'en agacer certains.

 

- Qui a dérobé ces 800.000 fr auxquels Blason fait allusion dès la première réplique ?

 

- D'où vient tout cet argent qui lui permet de se constituer une collection de lingots ?

 

Un inexplicable accident de la route a fait de lui un veuf tandis que sa fille Alice a hérité d'une cicatrice. Père et fille sont très liés avec les voisins d'en face et partagent la terrasse mitoyenne avec eux. Du reste, la jeune fille est fiancée à Ulysse ce fils Laheu lequel est pour l'heure très perturbé par la mort de sa chienne qu'il vient d'enterrer en compagnie du père, interlocuteur privilégié de Blason.

 

Les deux hommes ont la visible habitude de vider de concert moult bouteilles. Pour l'heure c'est champagne et caviar !

La confiance semble régner entre ces deux embryons de famille qui espèrent bientôt n'en faire qu'une. Laheu aidera même Blason a planquer le dernier lingot acquis.

 

Les enfants quant à eux rêvent d'un restaurant à dénicher qu'ils géreraient ensemble. 

En attendant, Ulysse vend de somptueuses parures de table

( argenterie de chez Christofle ) à une mystérieuse et avide Daphné qui ne cesse de passer commande ...

 

 

Laheu-Blason.jpg

( photo : Pascal Gely )

 

  

Pour ne pas risquer d'être volé, il faut ne rien avoir …

Là où les choses se compliquent, c'est lorsqu'un cambriolage a eu lieu sans effraction ! Mais Blason semble ne pas trop mal vivre cette mésaventure : euphorie éthylique sans doute ?

En apparence et nonobstant les quelques interrogatoires de la police, rien ne change. Pourtant dans l'ombre certaines manigances auront lieu … 

 

Les spectateurs quant à eux manqueront toujours d'éléments pour tout comprendre. C'est en quelque sorte la méthode vinaverienne et nous devrons nous contenter de suppositions.

 

Ce texte édité par L'Avant-Scène en 1986 - écrit apparemment sans ponctuation ( à part les points d'interrogations, bien sûr ) ne nous en dira guère plus.

 

Il fallait des comédiens chevronnés pour donner du relief à tout cela ! Patrick Catalifo ( Blason ) est l'interprète idéal et ses partenaires lui donnent la réplique de façon bien plus qu'honorable. Qu'ajouter de plus ? … 

 

N'ayant pas moi-même trouvé les réponses aux questions que je me posais, je ne puis que vous inciter à aller utiliser vos neurones sur place. On se plaint assez souvent du prédigéré télévisuel. Ici, aucun risque ! 

 

Simone Alexandre 

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

08:44 Publié dans THEATRE | Lien permanent

08/09/2015

Lysistrata, la grève du sexe - comédie d'Aristophane

aff.Lysistrata.jpg

 

 

A LA FOLIE THEATRE

 

6, Rue de la Folie Méricourt

 

75011 PARIS

 

 

(M° Saint Ambroise)

 

loc. 01 43 55 14 8O

 

http://www.folietheatre.com/

 

Pl. 22€ - T.R. 17€

 

jusqu'au : 8 NOVEMBRE 2015

 

Le jeudi à 19h30

 

le samedi à 18h

 

& le dimanche à 16h30

 

 

Mise en scène : Louise Contet, Caroline Gozin & Salomé Ramon

 

avec Lucie Contet (Lysistrata) - Salomé Ramon ( Myrrhine) - Caroline Gozin (Calonice) - Charlotte Roullant (Lampito) - Louise Ternois (Dracès) - Quentin Voinot (Le Magistrat) - Adrien Rummler (Cinésias, Héraut, Archer) 

 

Création musicale : Louise Ternois

 

 

les-3-hommes.jpg

 

 

 

Avant que la pièce commence … bruitage évoquant l'atmosphère d'un champ de bataille : brouhaha généré par les hommes qui se battent, galopades, hennissements de chevaux, chocs des armes. Les guerriers d'alors étaient courageux, les corps-à-corps meurtriers, on ne faisait pas encore la guerre au moyen de drones déclenchés à distance, en toute sécurité.

 

" Si tous les gars du monde … " dit une chanson. Et oui, et si toutes les femmes du monde décidaient de se liguer afin que les guerres cessent ? Imaginez femmes palestiniennes et israéliennes décrétant une grève aussi générale qu'intime. Croyez-vous alors que le conflit dont il est question ne vivrait pas ses dernières heures ? ...

 

Encore faudrait-il le vouloir ! 

 

Aristophane nous dit que Lysistrata avait fait preuve de cet esprit de décision. 

Athènes et Sparte étaient alors en guerre … Quelques femmes eurent l'idée d'y mettre fin. Sommes nous devenues plus passives que nos mères ? L'Antiquité était-elle plus responsable et plus sage à la fois ? … Le problème est certes complexe or jadis, l'était-il moins ? 

 

Trois femmes Lysistrata, Myrrhine et Calonice ( et beaucoup d'autres bien sûr, que nous ne verrons pas mais que nous pouvons imaginer ) après une courte hésitation décident de prêter serment d'abstinence pour la durée de guerre qu'elles souhaitent la plus courte possible. Que le vin contenu par l'amphore-témoin se change en eau si elles ne tiennent pas parole ! 

 

Abandonnant toutes le domicile conjugal où du reste elles étaient seules la plupart du temps, elle vont se réfugier en une forteresse tant morale que physique. Malheur à ceux qui voudront les en faire sortir …

 

Dracès, ce vieillard qui porte dans sa hotte une collection de nains de jardin et semble avoir la voix attaquée par un traitement prostatique, puis l'opulent Magistrat et le blond Cinésias (tantôt héraut ou archer) disciple de Priape, se verront tous repoussés.

 

Comme il n'est pas de victoire sans quelque sacrifice, nos pacifiques amazones feront tout pour obtenir satisfaction.

 

 

Seduction.jpg

 

 

Le décor est amusant, les costumes féminins ne sont point de transparentes tuniques safranées mais symboliquement des bustiers lacés (ce sont leurs cuirasses à elles) le texte est dit joyeusement et sans l'ombre d'une vulgarité. Chanté également parfois.

 

Une fantaisie vestimentaire s'appliquera également aux hommes évoquant plus le Moyen-Age voire l'époque actuelle que l'Antiquité mais on veut bien pardonner la liberté prise car le tout est agréable à voir. 

 

Bref, on passe avec eux un agréable moment et je ne saurais trop vous recommander d'aller oublier les pénibles problèmes d'actualité en leur compagnie.

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

13:30 Publié dans THEATRE | Lien permanent