Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2016

ANA ou la jeune fille intelligente de Catherine Benhamou

ANA-h.jpg

 

Artistic Théâtre

 

45 bis, rue Richard Lenoir

 

75011 PARIS

 

 

 

(M° Voltaire)

 

loc. 01 43 56 38 32

 

http://www.artistic-athevains.com/

 

Pl. 30€ - T.R. 15 & 20€

 

- 26 ans : 10€

 

A 20h30 : mardi & mercredi

 

A 19h : jeudi & vendredi

 

A 16h & 20h30 le samedi

 

A 15h le dimanche

 

 

jusqu'au : 17 AVRIL 2016

 

 

Mise en scène : Ghislaine Beaudout

 

 

Comédienne : Catherine Benhamou

 

Marionnettistes : Claire Vialon

 

ou Juliette Prillard

 

ou Natacha Stoyanova

 

Ana-au-centre.jpg

 

 

Ana est une jeune femme issue du Maghreb, laquelle vit en banlieue parisienne et fut mariée dès l'âge de 15 ans à un homme plus âgé qu'elle … Elle parle la langue du pays d'adoption mais ne sait ni lire ni écrire, jusqu'au jour où elle va s'inscrire à un atelier d'écriture, démarche qui lui ouvrira des horizons jusqu'alors insoupçonnés.

Les français ont la réputation d'être paresseux lorsqu'il s'agit d'apprendre une langue étrangère ( les choses changent depuis quelque temps, il est vrai.)
Ceux d'entre nous qui ont réfléchi au problème se déclarent paniqués à la seule perspective d'assimiler l'alphabet arabe, par exemple ?  Imaginez alors l'ampleur de la difficulté d'apprendre cette langue française, réputée difficile et que la plupart des autochtones sont déjà loin de maîtriser parfaitement !


Ana qui est intelligente ( comme le précise le titre ) va procéder par association d'idées et puisque le mot " mariage " est le point de départ de sa réflexion, sa pensée va ainsi rebondir et progresser de mot en mot. Vu de l'extérieur, la démarche paraît enfantine et pourtant, elle fera ses preuves.


Les mots déclenchent toujours des idées et depuis peu une d'elles a germé en son esprit : se rendre seule à Paris afin d'y découvrir la Tour Eiffel ce " porte-jarretelles en ferraille  " auquel seuls les gens de passage ou venus d'ailleurs prêtent encore attention. Les symboles ont la vie dure ...


Comme Ana bénéficie d'une solide logique et qu'elle n'est pas encore à même de décrypter le nom des stations, elle s'inquiètera du nombre la séparant du but à atteindre et partira avec en poche autant de petits cailloux que d'arrêts du métro.( Il fallait y penser ) A chaque pause, elle extirpe un caillou de sa poche droite pour le transférer dans la poche gauche ; ainsi quand celle de droite sera vide, elle saura qu'elle est arrivée ! 

Quelques esprits critiques diront " Heureusement qu'il n'y avait pas de correspondance " ... ou bien " si le fait de voir la Tour Eiffel rendait plus intelligent, ça se saurait depuis longtemps ! "  Certes, mais cette démarche naïve est plus lourde de signification qu'il n'y paraît. En fait, les petits cailloux sont comme les barreaux d'une échelle sur laquelle Ana s'est élancée pour ne plus redescendre. " le premier pas est fait, l'ascension commence " aurait dit Louise Ackermann.


 Chaque station fait mentalement surgir les images de sa vie, les petits cailloux sont un chapelet qu'elle égrène en évoquant le fil des jours … De même que la Tour s'élève dans le ciel, Ana marche vers la liberté sinon réelle du moins mentale.

 

A sa place, aurions-nous fait mieux qu'elle ? …

 

ANA-3.jpg

 

( photos : Fabienne Rappeneau )

 



Ce monologue dit d'une voix fraîche, presqu'enfantine, illustré par l'animation d'une marionnette qui la représente quand elle était petite fille ou adolescente en attendrira plus d'un et pourquoi pas vous ? …



Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

13:53 Publié dans THEATRE | Lien permanent

29/03/2016

ANNABELLA, dommage que ce soit une putain de John Ford

Annabella-John-Ford-Theatre-Tempete-Paris-billet-reduc-abonnement-carte-coffret-box-culture-2-310x.jpg

 

THEATRE DE LA TEMPETE

 

Cartoucherie de Vincennes

 

Rte du Champ de Manoeuvre

 

75012 PARIS

 

 

(M° Château de Vincennes puis navette gratuite)

 

loc. 01 43 28 36 36

 

http://www.la-tempete.fr/

 

Pl. 20€ - T.R. 12 & 15€

 

le mercredi : 12€

 

A 20h30 du mardi au samedi,

 

A 16h30 le dimanche,

 

jusqu'au : 17 AVRIL 2016

 

Traduction et adaptation : Frédéric Jessua et Vincent Thépaut

 

Mise en scène : Frédéric Jessua

 

avec : Harrison Arevalo, Justine Bachelet, Jean-Claude Bonnifait, Baptiste Chabauty, Elsa Grzeszczak, Frédéric Jessua, Thomas Matalou, Tatiana Spivakova, Vincent Thépaut.

 

Dommage-1.jpg

 

 

Nous avons coutume de dire que les jumeaux ne peuvent vivre l'un sans l'autre. Ici le raisonnement est poussé à l'extrême puisque le tabou d'inceste sera littéralement violé par Giovanni et Annabella, frère et soeur hantés l'un par l'autre.

La pièce commence sur la confession recueillie par un moine, Giovanni avouant son amour aussi dévorant que dévastateur, ce que bien entendu le religieux ne peut que désapprouver.

Or d'évidence, le jeune homme ne peut et ne veut lutter contre cette attirance qui finira en folie meurtrière.


En son temps, Alain Delon et Romy Schneider incarnèrent ces personnages hors normes sous la direction ( pardonnez du peu ) de Luchino Visconti, lequel avait également réalisé les somptueux décors destinés à servir d'écrin à cette terrible histoire. La distribution était immense et celle ci reste conséquente, quoique moindre.

Bien que les costumes ne soient pas d'époque, il faut reconnaître qu'un effort a été fait en direction de la scénographie avec un résultat plutôt flatteur !


John Ford, juriste de formation n'était pas insensible aux interdits et aux conséquences pénales engendrées par certaines situations ...

 
En outre, les auteurs élisabéthains dont il est le dernier grand représentant flirtaient volontiers avec les sujets sulfureux.

 

dommage-3.jpg

( photos : C. Chauvin )



Cet amour interdit aura des conséquences et Annabella en désespoir de cause, se pliera à la volonté d'un père qui veut la voir mariée avant de disparaître.


Fou de douleur, Giovanni tuera cette soeur enceinte de ses oeuvres et reviendra vers nous en une scène horrifique dans le but de déclencher la vengeance qui le délivrera d'une vie qu'il ne saurait poursuivre sans l'objet de son amour, coupable aux yeux de tous.


Les intrigues se multiplient autour de ce couple, trahisons, rancoeurs alimentent le climat ambiant. C'est excessif, comme les sentiments évoqués ; la musique fait diversion à espaces réguliers et les lumières sont là pour mettre en valeur ce grand remue-ménage au rythme effréné.


L'adaptation de Frédéric Jessua et Vincent Thépaut se veut plus actuelle que celle de Georges Beaume bien sûr ; ici les comédiens sont amenés à jouer plusieurs personnages, travestissements inclus, bref c'est une autre vision qui nous est proposée, quelque peu décalée certes mais néanmoins respectueuse de l'oeuvre initiale. Donc, à voir …

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

07:50 Publié dans THEATRE | Lien permanent

22/03/2016

SUPERBARRIO de Jacques Hadjaje

motocyclette.jpg

 

 

THEATRE 13 / SEINE

 

30, rue du Chevaleret

 

75013 PARIS

 

 

 

(M° Bibliothèque F.Mitterrand)

 

loc. 01 45 88 62 22

 

http://www.theatre13.com/

 

Pl. 26€ - T.R. 17€

 

le 13 de chaque mois, tarif unique : 13€

 

jusqu'au : 17 AVRIL 2016

 

La joyeuse et probable histoire de SUPERBARRIO que l'on vit s'envoler un soir dans le ciel de Mexico.

 

Texte et mise en scène : Jacques Hadjaje

 

avec Ariane Bassery, Marc Bollengier, Isabelle Brochard, Sébastien Desjours, Anne Didon, Guillaume Lebon, Delphine Lequenne et Laurent Morteau.

 

 

Superbarrio.jpg

 

Barrio est arrivé-é-é ! … ( sur un air bien connu ) Superbarrio ! (Guillaume Lebon) et pour lui, ça presse … car cela fait un an qu'une secousse sismique a pulvérisé le centre de Mexico, jetant ses habitants à la rue, or comme d'habitude, les réparations tardent. Il en est de même sous tous les cieux. Sauf, que ce requin de Soledad caresse le projet de reconstruire de façon telle, que les sinistrés ne pourront s'offrir les appartements de luxe qui vont être construits. Classique, allez-vous dire ! …

 

Alors, notre homme s'indigne. Il fut catcheur jadis et demande à sa soeur Dolorès ( Delphine Lequenne ) d'exhumer sa panoplie de super-héros du ring. Oh, certes, il a pris un peu de poids depuis et aura quelque peine à l'endosser.

 

Ce Zorro populaire a pour destrier une motocyclette qui refuse de démarrer. Qu'importe, s'il faut faire la révolution à pied, il la fera ! C'est un ouvrier mais qui n'a pas sa langue dans sa poche et qui surtout ne se laissera pas acheter.

 

Autour de lui gravite beaucoup de monde … Tout d'abord son cousin, Pepe ( Laurent Morteau ) qui est policier et le protège car il est amoureux de la soeur de ce héros improvisé, laquelle tarde à répondre à sa flamme, ce - depuis 20 ans.

 

Superbarrio a une maîtresse : Catalina ( Ariane Bassery ) qu'il va quelque peu négliger à cause de la tâche qu'il s'est fixée et qui est stripteaseuse dans le même cabaret que Ramon

( Sébastien Desjours ) lequel présente un numéro,travesti en Marilyn ...

 

Le même comédien sera également Ernesto, ce pseudo-magicien-jeteur-de-sort qui rate tout et s'apprête à se suicider par noyade jusqu'au jour où lui aussi tombera amoureux de Dolorès.

 

Et puis, comme les forces du bien et celles du mal ont pour vocation de s'opposer, il y a face à notre redresseur de torts, Soledad ( Isabelle Brochard ) femme d'affaires impitoyable qui tyrannise son assistante ( Anne Didon ) laquelle sera également Ludivine, cet ange tombé du ciel venu observer ce qui se passe mais n'a pas mission d'intervenir …

 

Spectacle haut en couleurs, ce que confirme la palissade devant laquelle tout ce monde s'agite, s'oppose ou s'aime tout simplement, ce sous l'oeil d'une vierge impassible, simple objet de décor.

 

 

Barrio-baignoire_modifié-1.jpg

( photos : Pierre Dolzani )

 

 

Une super-musique ( création ) jouée en direct par Marc Bollengier sublime le tout. Que vous dire de plus, sinon qu'il m'a juste semblé que de même que le chocolat potion-magique additionné de vanille et de piment sert de déclencheur à l'action du magicien, il manquait peut-être une petite once de folie pour que le spectacle se transforme en feu d'artifice mais je suis venue en matinée et chacun sait qu'à contrario, la nuit, tout est possible. 

 

Vous devriez donc passer en leur compagnie un excellent moment.

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

10:44 Publié dans THEATRE | Lien permanent