Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2015

On a mangé le chameau de M. Hollande ( une pièce de Berty Cadilhac)

aff.chameau.jpg

 

THEATRE DAUNOU

 

7, Rue Daunou

 

75002 PARIS

 

(M° Opéra)

 

loc. 01 42 61 69 14

 

Pl. 28 & 35€

 

 

T.R. 10€

 

http://www.theatre-daunou.com/

 

A 19h30 du mardi au samedi

 

Matinée le samedi à 17h30

 

Texte et mise en scène de Berty Cadilhac

  

avec : Louis Bernard, Pauline Cousty, Jean-Baptiste Fillon, Sean Rees, Philippe Smolikowski

 

accueil-stagiaire.png

 

 

 

Honni soit qui MALI panse … de chameau, bien sûr, ou l'histoire d'un malheureux camélidé, lequel partira en fumée comme un vulgaire paquet de cigarettes.

 

La pièce commence par une vidéo tournée à Tombouctou le 2 février 2013, document que tout le monde peut consulter sur internet.

 

Pour ses hauts-faits guerriers perpétrés depuis son bureau de l'Elysée, le président se voit remercié par le don d'un chameau qui visiblement n'apprécie pas l'honneur qui lui est fait. ( la perspective de remplacer le scooter présidentiel ou celle d'être remisé sous le ciel gris du zoo de Vincennes étant il est vrai assez peu réjouissante )

 

Complètement paniqué, l'animal blatère obstinément et se refuse à toute tentative de caresse émanant d'un Flamby aussi maladroit que peu rassuré. ( c'est qu'avec la gent animale, n'est pas Chirac qui veut ! )

 

Las, après quelques péripéties incluant une série de vaccins, la pauvre bête finira malencontreusement ses jours en tajine, dévorée par une famille touareg persuadée que l'exportation du cadeau n'était pas la solution aux problèmes de famine engendrés par la guerre.

 

 

catastrophe.png

 

Ici, à Paris, chaque semaine, le Conseil des Ministres est censé prendre connaissance et communiquer l'état de santé de l'animal retenu sur place en quarantaine avant récupération ( le ministère de la Défense se trouvant tout désigné pour gérer ce haut-fait historique ! )

 

Le spectateur va donc pénétrer dans les arcanes dudit ministère    ( Rappelons au passage que ces gens là sont payés grâce à nos impôts ) Force sera alors de constater que l'incursion fut édifiante ...

 

C'est ainsi que nous découvrirons un attaché de mission qui s'annonce avec un titre aussi ronflant que son patronyme :  Charles-Henri de Mouton-Valière, campé par un Louis Bertrand très chochotte, bassement flatteur, fasciné par le haut de gamme des chaussures arborées en un lieu où les baskets ne sont pas de mise.

 

Son supérieur hiérarchique est Monsieur Matais

( Jean-Baptiste Fillon à la ville ) qui en qualité de chef de Cabinet donne ses instructions à grand renfort d'enjambées et de mouvements de bras ce qui paraît logique quand on sait à quel point ces gens là brassent de l'air !

 

Le Ministre de la Défense est Sean Rees ressemblant plus à Julien Dray qu'à Le Drian nettement moins coincé que l'original dont les directives-courant-d'air imposeront le rythme à toute l'équipe.

 

Une jeune stagiaire ( Juliette Poutou alias Pauline Cousty ) déjà couverte de diplômes héritera du dossier chameau en sa qualité de spécialiste du Mali d'où le surnom démenti par son apparence : " l'Africaine. "

 

 

 

Philippe Smolikowski aura quant à lui la double tâche d'incarner avec brio Le Général Lambert mais sera un peu moins crédible dans le rôle du premier pingouin de France tant sa stature et sa voix correspondent peu au personnage en question.

 

Notre auteur-metteur en scène aurait peut-être dû se mettre en quête d'un sosie doublé ( pourquoi pas ?) d'un imitateur, ce qui aurait fourni un peu plus de vraisemblance à la figure présidentielle.

 

ministere-complet.png

 

Sinon, le public ravi que l'on épingle nos dirigeants en place s'esclaffe de bon gré, ce en dépit d'un sur-jeu généralisé et d'une pièce dont le contenu reste un peu mince.

 

Mais au fait, qu'est devenu Philaé, l'obligatoire labrador de l'Elysée ? ...

Sans nouvelles de l'animal il faut espérer qu'un cuisinier asiatique n'a pas réglé son sort !

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

10:15 Publié dans THEATRE | Lien permanent

18/12/2015

Le Manuscrit de Rembrandt

aff.manuscrit.jpg

 

 

THEATRE LE RANELAGH

 

5, rue des Vignes

 

75016 PARIS

 

 

(M° La Muette)

 

 

loc. 01 42 88 64 44

 

 

http://www.theatre-ranelagh.com/

 

Pl. 28 & 32€

 

- 26 ans : 10€

 

 

jusqu'au : 31 JANVIER 2016

 

 

Adaptation : Céline DUHAMEL du livre " Rembrandt kabbaliste " de Raoul Mourgues

 

Mise en scène et scénographie : Patrick COURTOIS

 

avec : Patrick FLOERSHEIM / Jean-François VLERICK (en alternance)

 

& Céline DUHAMEL

 

Rembrandt-1.jpg

 

Au crépuscule de sa vie, Rembrandt convoque Stella qui fut tout à la fois son modèle, sa muse, sa gouvernante ( maîtresse aussi sans doute ) puis dans un accès de colère précise qu'on ne le gouverne pas !

 

Céline Duhamel, adaptatrice du célèbre " Rembrandt kabbaliste " de Raoul Mourgues, livre qui soulève encore un certain nombre de questions … a choisi ce " duologue " afin d'extérioriser l'introspection du peintre en sa tentative de justification.

 

Stella face au grand homme qui s'apprête à disparaître sera tour à tour confidente et accusatrice car leur proximité excluait tout secret, toute concession entre eux.

 

Personne sans doute ne le connaissait mieux qu'elle, aussi n'hésite t-elle pas à dénoncer tous ces autoportraits dans lesquels Rembrandt se cherchait lui-même et au delà, la figure du père qui paraissait chaque fois sous ses yeux.

 

Alors rendant à César ce qui lui appartient elle conclura que " les artistes sont les vrais prêtres de l'humanité. "

 

Tandis que le portraitiste était constamment préoccupé de détecter l'âme du modèle qui s'offrait à lui, ce dernier n'était trop souvent venu que par vanité,

" gonflé d'un orgueil de dindon. "

 

Peu enclin à l'indulgence, Rembrandt fustige " la stupidité du bourgeois " ou " la gloriole du soldat " à la recherche d'une illustration flatteuse alors que l'artiste est en quête de tout autre chose ...

 

Rembrandt-duo.jpg

( photos : Marc Bretonnière )

 

 

Car c'est sa propre émotion qu'il peint et cela souvent, lui fait peur. C'est ainsi qu'il abandonnera la peinture pour la gravure, lançant cette lapidaire justification : " je suis peintre, pas teinturier ! "

 

Ce Maître de l'ombre et de la lumière se posera alors l'ultime question,

 

- " Qui suis-je donc pour avoir autant produit ? "

 

La pièce tend avec brio, à nous rendre perceptible la philosophie de la création artistique.

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

14:50 Publié dans THEATRE | Lien permanent

14/12/2015

Don Juan revient de la guerre de Ödon von Horvath

visuel-Don Juan.jpg

                       Théâtre de l'Atalante

 

                       10, Place Charles Dullin

 

                             75018 PARIS

 

                              (M° Anvers)

 

                         loc. 01 46 06 11 90

 

 

http://www.theatre-latalante.com/

 

Lundi, mercredi, vendredi à 20h30

 

Mardi et samedi à 19h

 

Dimanche à 17h.

 

jusqu'au : 23 DECEMBRE 2015

 

Traduction : Hélène Mauler et René Zahnd

 

Editeur et agent théâtral : L'Arche

 

Mise en scène : Guy-Pierre Couleau

 

avec : Nils Öhlund, Carolina Pecheny, Jessica Vedel

 

Don Juan-2.jpg

( photo : André Muller )

 

 

- Don Juan, mythe éternel du séducteur-prédateur ...

 

Le personnage pouvant s'inscrire à toutes les époques alors pourquoi pas à la fin de la guerre de 14 ? … qui bouleversa tant le monde ( et pas seulement sur le plan de la géopolitique ) en changeant littéralement les mentalités et autres us et coutumes.

 

Ainsi, les hommes partis au front ( dont beaucoup ne reviendront jamais ) amèneront les femmes à se débrouiller seules, à prendre des initiatives inconcevables quelques années auparavant. Situé dans ce nouveau contexte, que devient le mâle rescapé, hier encore décideur du destin de ces dames ? L'hédonisme n'est plus d'actualité, la légèreté encore moins.

 

Don Juan, après toutes les horreurs auxquelles il a assisté et dont il a miraculeusement échappé, ressent la nostalgie d'une femme, ce qui va guider ses pas à sa recherche. Pourquoi celle-là et pas une autre allez-vous dire, mais le sait-il seulement ?

 

Son pays ( l'Allemagne ) a perdu la guerre et lui-même est souffrant, une douleur à la poitrine le taraude. N'oublions pas que la grippe espagnole paracheva cruellement les conséquences de ces 4 années de guerre. Il ignore que désespérée, après avoir sombré dans la folie, sa " fiancée " est morte et lui, revenant peu à peu à ses anciennes habitudes va essayer de la retrouver en chaque femme rencontrée.

 

Deux comédiennes ont hérité de la lourde tâche qui consiste à figurer 35 personnages féminins. Pour cela, il convient que les scènes soient rapides, de presque flashs illustrant la situation donnée. Elles n'auront pour conforter ces rapides incarnations que des parties de vêtements à enlever ou ajouter, toujours face à nous, comme ces déplacements scéniques de meubles accessoires d'une banalité voulue.

 

Une scène cependant ne sera pas dénuée de féérie, celle où Don Juan se verra transformé en homme de neige ce qui constituait initialement le second titre de la pièce.

 

Le comédien Nils Öhlund ajoute à un physique avantageux une belle présence scénique, son mode d'expression est puissant et pour lui donner la réplique, Carolina Pecheny et Jessica Vedel font preuve d'une constante énergie.

 

Vous avez jusqu'au 23 Décembre pour aller voir cette pièce qui mérite toute notre attention.

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

10:56 Publié dans THEATRE | Lien permanent