Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2017

CONTAGION de François BEGAUDEAU

aff.contagion.jpg

 

 

PARIS-VILLETTE

 

211, avenue Jean Jaurès

 

Parc de la Villette

 

75019 PARIS

 

 

 

(M° Porte de Pantin)

 

Tél. 01 40 03 72 23

 

Pl. de 8 à 20€

 

http://www.theatre-paris-villette.fr/

 

DU 6 au 18 JUIN 2017

 

 

du mardi au jeudi à 20h

vendredi 16 à 20h45

samedi à 20h

dimanche à 16h

 

Salle blanche - durée : 1h30

 

 

Mise en scène et costumes : Valérie GRAIL

 

avec Raphaël ALMOSNI et Côme THIEULIN

 

 

Contagion-Maxime.jpg

 

Confiscation de la pensée, faux semblants … nous ne nous appartenons plus.


A force de sur-information, la vérité nous échappe : il devient quasiment impossible de démêler le vrai du faux.

Ne restent que des hypothèses, souvent fallacieuses.
Conséquences : il y a ceux qui gobent tout et ceux qui ne croient plus en rien. Le clivage est flagrant.

Maxime appartient à la génération Y surnommée ainsi à cause de ce cordon qui relie en quasi permanence ceux qui cherchent désespérément à s'informer, les écouteurs aux oreilles, le smartphone en main, déconnectés physiquement du monde réel mais branchés constamment.

 

Le but : se documenter, essayer de comprendre.
Face à cette quasi monomanie, les parents s'inquiètent ... Jadis, le dialogue entre générations était difficile, maintenant il semble impossible.

Stéphane, ami du père et ex-professeur du jeune homme essaie de l'arracher à ses écrans, tente de discuter avec lui. L'intention est louable mais le gouffre évident.

Cette génération n'accepte plus qu'on lui dise ce qu'elle doit faire ou penser et ne manque pas d'arguments !

 

 

demande-emploi.jpg

 



Deuxième séquence.

 

Plus perturbé qu'il ne veut l'avouer, ce même Stéphane a pris rendez-vous avec le rédacteur en chef d'un journal lequel veut l'envoyer sur le terrain. Après tout sa formation d'enseignant devrait lui permettre d'entamer le dialogue, d'enquêter en direction des jeunes de banlieue … Très rapidement cet homme de bonne volonté conclura qu'il ne peut mener à bien cette mission.

 

Second constat d'échec.

Troisième partie du spectacle, un jeune metteur en scène confie un monologue à Stéphane. Dix représentations sont prévues et cela aussi fait partie de notre monde actuel où l'on se contente de prendre ( théoriquement ) les problèmes à bras le corps sans réelle préparation.

François Bégaudeau nous jette en pâture ces situations criantes de vérité. C'est bien là le monde dans lequel nous vivons. Raphaël Almosni est tour à tour l'enseignant, ami de la famille, le postulant auprès du journal et l'apprenti comédien qui comme beaucoup commence par ce qui est le plus difficile dans l'art dramatique, à savoir le monologue.

Côme Thieulin est successivement Maxime, le rédacteur du journal puis l'auteur dramatique qui s'efforce de diriger la mise en scène de son texte.

L'un et l'autre se partagent avec conviction leurs rôles respectifs.

Si vous n'allez au théâtre que pour vous distraire, il est évident que vous vous êtes trompés en choisissant ce spectacle mais si - a contrario - vous aimez vous interroger, cette pièce est pour vous.

Confrontés à ce que l'auteur désigne comme une CONTAGION, ne comptez pas sur lui pour vous fournir l'antidote car c'est à nous de le trouver voire même de l'inventer.



Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

17:13 Publié dans THEATRE | Lien permanent