Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2007

Virginie Hocq " C'est tout moi "

medium_virginie10h.jpg


THEATRE DE DIX HEURES : 36 boulevard de Clichy 75018 PARIS (Métro Pigalle)
Location : 01 46 06 10 17 - T.P. 22 euros - T.R. 18 euros -
Durée : 1h.15 -

Spectacle co-écrit par Virginie Hocq & Victor Scheffer.
du 6 février au 21 avril 2007 à 20h. du mardi au samedi.

Même si on ne la connaît pas personnellement, il est flagrant que ce spectacle, c'est tout elle : sincère, audacieuse jusqu'à l'incorrect, une sorte de volcan en permanente éruption. Seulement voilà, le hic avec Hocq (Virginie) c'est que lorsqu'elle a démarré, plus rien ne l'arrête ! Tour à tour, grimaçante, survoltée elle nous fait penser à la version féminine d'un Jerry Lewis réactualisé. On aime ou on n'aime pas car notre Gavroche belge en salopette noire ne s'embarrasse pas de demi-mesures : elle y va, et carrément !
Cette sale gosse a le regard scalpel, elle attrape au vol les tics de chacun pour mieux les épingler et nous les présenter comme une collection de papillons ...
Il en sera question du reste de papillon, avec cette répétition de spectacle qu'elle a sans doute vécue durant son enfance. Son oeil inquisiteur a également parcouru les méandres d'une maison de retraite où sa tendresse s'est posée sur Frankie,
" handicapé mais pas méchant, différent " comme il se définit lui-même.
Le souci du détail de cette interprète nous mettra presque mal à l'aise parfois car ces passages ultra-rapides d'un personnage à l'autre exigent une précision de trait jusqu'auboutiste pouvant aller jusqu'à la caricature.
Son fil conducteur ? ... un GPS : on ne fait pas plus actuel ! Quand elle aborde le problème de la sexualité de la ménagère de moins de ... le public s'étrangle de rire et puis comme elle a aussi travaillé le répertoire classique du temps (pas très lointain) où elle était au Conservatoire, elle nous parlera de Shakespeare " ce jeune auteur " et se choisira même un Roméo dans la salle afin d'interpréter la scène du balcon et nous prouver qu'elle peut aussi jouer avec nuance et sensibilité.
Vous l'aviez sans nul doute remarquée chez Ruquier où elle déboule ponctuellement afin de pimenter l'atmosphère par l'incongruité de ses interventions Maintenant, vous savez où la retrouver et un conseil, n'arrivez surtout pas en retard car vous pourriez le regretter.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

11:40 Publié dans THEATRE | Lien permanent

19/02/2007

Le Coeur et l' Esprit

Chaque année, le Théâtre du Nord-Ouest propose un cycle de spectacles : pièces de théâtre répondant à un thème de réflexion. Cette année, 39 pièces seront jouées en alternance * du 5 janvier au 10 juin 2007 - Celles-ci doivent aussi bien toucher le coeur que l'esprit puisque l'un et l'autre seront au rendez-vous.

THEATRE du NORD-OUEST - Direction : Jean Luc Jeener -
13, rue du faubourg Montmartre 75009 PARIS. (Métro : Grands Boulevard)

Tél. 01 47 70 32 75
www.TheatreDuNordOuest.com

Accès libre à tous les spectacles moyennant un passeport de 80 € valable pour toute la durée du cycle *

MONTAIGNE
ou DIEU QUE LA FEMME ME RESTE OBSCURE de Robert POUDEROU.

Scénographie minimale. Le lieu ne se prête pas aux fioritures ...
Le sieur de Montaigne soigne sa gravelle en écrivant.
Ce faisant, il l'alimente aussi ayant choisi l'agilité de l'esprit, la préférant à celle du corps. Son épouse peut s'en plaindre car il est aisé de comprendre qu'il caresse plus souvent les feuilles sur lesquelles il couche ses pensées que celle qui attend tout de lui. L' âme soeur fut un temps La Boétie et notre homme reste inconsolable. Certaines communions pour être valables, ne peuvent avoir lieu qu'une fois.
La femme restera donc obscure à Michel de Montaigne, du moins le prétend il car son ouverture d'esprit ne peut se contenter d'une vision unique en dépit de ces phrases écrites dans la sincérité du moment.
Ce sont autant de flèches du Parthe qui martyrisent Françoise, son épouse laquelle le lui fera savoir, au grand dam de celui qui les a écrites. L'écriture a des raisons que la raison des autres n'entend pas toujours de bon gré.
Or, si l'on ne loue plus l' écriture de Montaigne, il n'en est pas de même en ce qui concerne celle de Robert Poudérou dont l'élégance trouve ici matière à s'exercer.
Ce texte se savoure de bout en bout et la pièce à peine terminée, nombreux sont les spectateurs qui n'ont plus qu'une seule pensée : se procurer le texte afin de prolonger le plaisir ...
L'auteur a signé la mise en scène et plus particulièrement la direction d'acteurs qui frise l'irréprochable à peu de choses près ... A voir pour ces multiples raisons !


Simone Alexandre.
theatrauteurs.hautefort.com

20:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent