Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2018

De si tendres liens de Loleh BELLON

aff.Tendres-Liens.jpg

 

 

 

LE LUCERNAIRE

 

53, rue Notre-Dame-des-Champs

 

75006 PARIS

 

 

(M° N.D. des Champs)

 

Loc. 01 42 22 66 87

 

Pl. de 11 à 26€

 

http://www.lucernaire.fr/

 

du mardi au samedi à 21h

 

jusqu'au : 20 OCTOBRE 2018

 

 

Mise en scène : Laurence RENN PENEL

 

avec : Christiane COHENDY & Clotilde MOLLET

 

allongées.jpg

 

Scénographie épurée à l'extrême, composée de panneaux qui, au fil des éclairages, permettent de prolonger les déplacements, le plus important ici étant le texte et la double interprétation pour cette succession de tableaux rapides qui nous entraînent dans le maelström d'une vie à deux, mère et fille enchaînées l'une à l'autre de façon inéluctable.

 

Loleh Bellon n'a voulu aucune chronologie et les images défilent à la façon des rêves qui ont leur logique à eux. Il n'est pas rare que mère et fille aient des rapports conflictuels mais entre ces deux là, la profondeur de l'affection prend le pas sur tout ce qui se passe ou s'est déjà déroulé.

 

Nous allons donc les découvrir tout au long de leur existence commune. Or, comme chacun sait, l'amour est insatiable et retient plus les manques que les preuves puisqu'en cet échange, chacun est en demande …



Jeanne reproche à sa mère ses sorties nocturnes alors que cette dernière se trouva très tôt divorcée avec cette enfant à charge. Charlotte ( jeune encore ) avait besoin de liberté et surtout de ne pas se sentir abandonnée, toutes choses qui ne se comprennent que plus tard, après en avoir personnellement fait l'expérience.

 

DE SI TENDRES LIENS Photos 1 libre de droits (c)Photo Lot.jpg

( Photos : LOT )



Reproches et déclarations d'amour constituent les échanges entre les deux femmes puis le temps ayant fait son oeuvre, celle qui fut jadis protégée deviendra protectrice à son tour.

L'inquiétude changera de camp …

Christiane Cohendy ( la mère ) fait une fois de plus preuve d'une indéniable présence scénique. Sa belle voix grave illustre parfaitement l'autorité ou le désarroi tandis que Clotilde Mollet ( la fille ) se transforme avec subtilité en enfant qui se croit incomprise voire délaissée avant de devenir l'adulte consciente de ses responsabilités.

C'est une grande et belle leçon de vie qui nous est donnée là et le talent conjugué de ces deux comédiennes trouve en cette pièce une pleine et entière expression. A voir sans plus attendre.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

08:37 Publié dans THEATRE | Lien permanent

25/08/2018

FUCK AMERICA de Edgar HILSENRATH

1er plan.jpg

 

 

LA MANUFACTURE DES ABBESSES

 

7, rue Véron

 

75018 PARIS

 

(M° Abbesses)

 

LOC. 01 42 33 42 03

 

Pl. 24€ - T.R. 13€

 

Du jeudi au samedi à 21h

 

Matinée le dimanche à 17h

 

 

jusqu'au : 14 OCTOBRE 2018

 

 

Mise en scène : Laurent MAINDON

 

avec Ghyslain Del Pino, Christophe Gravouil, Laurence Huby, Yann Josso, Nicolas Sansier

 

 

FUCK A - L.MAINDON 7.jpg

 

 

Cette compagnie fondée à Nantes en 1996 a pris pour nom - ô combien évocateur ! : Le Théâtre du Rictus … le " la " est par conséquent donné, le but déclaré consistant à explorer les mythes fondateurs de nos civilisations.

Religions et civilisations ont coutume de marcher l'amble sans que l'on puisse avec certitude déterminer qui a engendré l'autre.

 

Le problème inéluctable se situe donc dans l'acceptation et le plus souvent l'incompréhension vient fausser la donne car comment consentir délibérément à un dogme qui par définition, fut et reste imposé ?

Les Anciens avaient la sagesse de faire cohabiter les dieux en un même Olympe alors que l'époque actuelle s'échine en vain à prôner plusieurs dieux uniques ce qui ne va pas sans quelques complications …

 

FUCK A - L.MAINDON 5.jpg



Berlin 1938 époque d'intolérance paroxystique !

 

Une sorte d'antéchrist mène le monde à sa perte.

Les juifs rêvent dans l'urgence à la Terre Promise.

Les demandes de visas s'accumulent sur le bureau du Consul américain qui croulant sous les sollicitations estime incroyablement que ce n'est pas le moment de faire du sentiment.

Bronski et quelques membres de sa famille parviendront, réfugiés en une cave à échapper à l'extermination nazie mais ne pourront aller se réfugier aux USA que dans les années cinquante. Fuck ! Il faudra alors survivre en pratiquant des petits boulots plus lamentables les uns que les autres mais dans le même temps naîtra en l'esprit de ce rescapé, l'idée d'écrire un livre.

Le traumatisme a créé un grand trou en sa mémoire ... force sera alors de pallier cet inconvénient en adoptant la forme du roman, par pudeur peut-être aussi ?  ( bien que notre homme ait la truculence facile, les spectateurs le constateront à maintes reprises.)

Du reste le titre de l'ouvrage en question adoptera le mode provocateur : " Le branleur " étant la formule choisie.

 

FUCK A - L.MAINDON 2.jpg



L'humour juif moins elliptique que l'humour anglais se veut plus subversif, plus caricatural aussi et ici, parfois, d'un goût … " limite "  comme on dit. N'importe ! Laurent Maindon metteur en scène, mène l'action de main de maître.

Certes, en dehors des textes les projections utilisées ne sont pas toujours agréables à voir, le trait en étant forcé mais l'esthétisme restant une notion éminemment personnelle, le spectateur ne peut les accueillir que comme faisant partie d'un tout.

Nonobstant ces quelques réserves, je ne saurais trop vous conseiller de prendre le chemin qui mène à la rue Véron, La Manufacture des Abbesses s'ingéniant au fil des saisons à nous présenter des spectacles intéressants à plus d'un titre.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

11:31 Publié dans THEATRE | Lien permanent

25/06/2018

Le songe d'une nuit d'été de William Shakespeare

aff.songe-nuit.jpg

 

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue N.Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° N.D.des Champs)

 

LOC. 01 45 44 57 34

 

Pl. de 11 à 26€

 

http://www.lucernaire.fr/

 

CREATION LUCERNAIRE

 

 

DU 20 JUIN au 8 JUILLET 2018

 

A 19h du mardi au samedi, dimanche à 16h

 

puis,

 

DU 11 JUILLET au 26 AOUT 2018

 

à 19H du MERCREDI au SAMEDI,

DIMANCHE à 16h

 

THEATRE ROUGE, durée : 1h25

 

Adaptation : Philippe PERSON

 

Mise en scène : Florence LE CORRE & Philippe PERSON

 

par le COLLECTIF MEME SERVICE

 

2ème PROMOTION de l'ECOLE d'ART DRAMATIQUE du LUCERNAIRE

 

Le Songe.jpg

 

 

Heureuse initiative que d'avoir choisi cette pièce ô combien ludique du grand Will pour aborder l'été et qui - mieux que de jeunes comédiens - eussent été à même de jouer ces personnages avec tout l'enthousiasme lié à leur âge ? …

Le décor est agréable à voir. Or l'esthétisme est devenu rarissime à notre époque où il semble le plus souvent que le simple bon goût s'étiole. Bravo à Vincent Blot pour ces feuillages peints de façon aussi superbe qu'onirique !

La pièce habilement réduite dans la durée par Philippe Person

( disons qu'il en a extrait la quintessence ) impose d'emblée son rythme par le biais d'une danse où les personnages arborent des masques d'animaux.

Ici les amoureux ne se battent pas en duel mais avec humour effectuent des pompes et autres cavalcades afin de rivaliser de virilité tandis que les femmes se déplacent joyeusement.

 

Nuit d'été.jpg

( photos : Jennifer Guillet )

 



Je ne vais certes pas vous faire l'injure de raconter ici le déroulement de cette pièce qui est peut-être la plus jouée du répertoire shakespearien puisque susceptible d'inspirer à coup sûr, les metteurs en scène qui, grâce à ce thème ne peuvent que rivaliser d'imagination.

Derrière la fable se greffe une réflexion sur le théâtre quand au milieu de l'action une troupe constituée d'amateurs fait son apparition en un " théâtre dans le théâtre " démarche que Shakespeare affectionnait. ( se souvenir de ces comédiens ambulants qui servirent les desseins d'Hamlet )

C'est donc à une joyeuse représentation où vous êtes tous conviés laquelle vous fera découvrir les espoirs de demain car n'en doutons pas, si la persévérance s'allie aux dispositions de chacun, la relève est d'évidence assurée, l'Ecole d'Art dramatique du Lucernaire faisant une fois de plus ses preuves ici, grâce aux soins conjugués de Florence le Corre et de Philippe Person.

 

 

avec, Zoé Bensimon, Léonard Ballesteros, Lucas Bottini, Jordan Brandao Rodrigues, Cindy del Salto Vitery, Florian Edet, Eléna El Ghaoui, Jennifer Guillet, Bénédicte Fantin, Elodie Fischlenski, Manon Hincker, Florine Leleu, Angéliqua Louis, Thomas Modeste, Juliette Ramirez, Alice Serfati, Lolilla Siourd.

 

Musique originale : Manon Hincker

 




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

14:59 Publié dans THEATRE | Lien permanent