Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2020

Un Tramway nommé Désir de Tennessee Williams

aff.Tramway.jpg

 

 

LA SCENE PARISIENNE

 

34, rue Richer

 

75009 PARIS

 

 

 

(M° Cadet )

LOC. 01 40 41 00 00

 

https://tlsp.paris/

 

du mardi au dimanche à 21h

durée : 2h05

 

Adaptation: Pierre LAVILLE

 

Mise en scène : Manuel OLINGER

 

avec : Julie DELAURENTI ( Blanche Du Bois )

Murielle HUET DES AUNAY ( Stella sa soeur épouse de Stanley )

Manuel OLINGER ( Stanley Kowalsky )

Gilles-Vincent KAPS ( Harold Mitchell )

Jean-Pierre OLINGER ( Steve Hubbel, saxophoniste & artiste plasticien )

 

 

les2soeurs.jpg

 

Chaque personnage de la pièce semble être aussi tourmenté que son auteur ...
Les raisons en sont multiples, la vie n’étant décidément pas un conte de fées.

 

Au départ, il y avait deux soeurs, Blanche et Stella appartenant à un milieu social aisé et vivant dans leur plantation du sud. Un jour, Stella est partie pour suivre Stanley, un ouvrier polonais et ils ont échoué en ce quartier miteux de la Nouvelle Orléans.

 

Blanche quant à elle, mariée dès l’âge de 16 ans à un jeune poète qu’elle avait idéalisé et dont elle a inopinément découvert le penchant homosexuel - juste avant d’être veuve - est restée sur place, essayant de sauver la propriété familiale grevée d’hypothèques mais par ailleurs, faisant un peu n’importe quoi !

 

Déçue par l’existence, elle s’est réfugiée en un monde imaginaire fait d’exaltation, de pseudo raffinement et de folie des grandeurs ; par voie de conséquence, elle flirte en quasi permanence avec le déséquilibre.

 

Kowalsky-Stella-h.jpgLa propriété étant perdue, ne sachant plus où aller, la voilà qui débarque chez ce couple dont les difficultés matérielles sont flagrantes ( cela saute immédiatement aux yeux ) or les deux supportaient jusqu'alors la situation en s’accrochant l’un à l’autre de façon fusionnelle.

 

Stanley a coutume de ramener des copains à domicile afin de boire en jouant au poker avec eux. En outre, Stella est enceinte. Kowalsky désapprouve l’intrusion de cette femme un peu trop snob à son goût et qui par sa présence vient perturber l’équilibre précaire qu’il pensait avoir construit.

 

Blanche-Stanley-h.jpgIl se renseignera alors sur le passé de sa belle soeur et ce faisant mettra fin à l’idylle qui commençait à poindre entre elle et son copain Mitch.

Le piège va finalement se refermer sur l’intruse.

 

Manuel Olinger qui incarne superbement le personnage de Stanley avec une virilité dévastatrice a mis au point une mise en scène au cordeau incluant celle-ci dans une scénographie qui souligne le périmètre restreint de ce huis-clos.

 

Ses partenaires féminines sont bien plus que convaincantes,

 

- Julie Delaurenti est une Blanche Du Bois à la fois altière et désemparée,

 

- Murielle Huet des Aunay est touchante dans le rôle de Stella, femme aimante et victime de ce macho alcoolique auquel elle reste étroitement liée.

 

Enfin, Gilles-Vincent Kapps ( Harold Mitchell ) victime sans doute d’une mère abusive mais malade croira un temps pouvoir vivre enfin avant que son meilleur ami ne vienne casser son rêve en lui dévoilant la vérité sur cette femme qu’il commençait à aimer.

 

 

Blanche-Stanley.jpg

( photos : Aurore Vinot )

 

- Jean-Pierre Linger, excellent saxophoniste est également Steve Hubbel partenaire au jeu ( poker ) et témoin du drame.

 

Un sans faute pour cette réalisation d’une rare qualité.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

15:43 Publié dans THEATRE | Lien permanent

03/02/2020

La Mégère apprivoisée de William Shakespeare

aff.Mégère.jpg

 

 

ARTISTIC THEATRE

 

 45 bis, rue Richard Lenoir

 

75011 PARIS

 

 

 

(M° Voltaire)

 

LOC. 01 43 56 38 32

 

Pl. 30€  - T.R. 25€ -

15€ pr - de 26 ans

 

https://artistictheatre.com/

 

mardi : 20h30  

mercredi, jeudi : 19h

vendredi : 20h30

samedi : 17h & 20h30

dimanche : 17h

relâche le lundi.

 

Adaptation et mise en scène,

 

Frédérique LAZARINI

 

assistée de Lydia Nicaud

 

avec,

 

Sarah BIASINI : Catarina

Cédric COLAS : Petruchio

Pierre EINAUDI : Lucentio

Maxime LOMBARD : Baptista

Guillaume VEYRE : Tranio

 

séduction.jpg

 

 

Personne bien sûr, n'a oublié le couple : Taylor-Burton. Par conséquent, Frédérique Lazarini parfaitement consciente de cet écueil se devait d'aborder le thème différemment.

 

D'abord, elle a choisi de recentrer l'action sur 5 personnages -  ô combien essentiels ! - tout en élargissant la forme d'expression en utilisant le langage cinématographique de façon ponctuelle et en multipliant les clins d'oeil en direction des années 50-60 porteuses de talents comme ceux d'un Fellini, d'un Comencini ou d'un Vittorio De Sica  ...

 

Voilà pour l'atmosphère et il est évident que nous sommes bel et bien en Italie, là où le soleil exacerbe les passions.

 

Catarina.jpg

 

Catarina a le menton carré et le front obstiné de Sarah Biasini qui incarne superbement cette rebelle passant aux yeux de tous pour une mégère !

 

Cedric Collas campe de façon surprenante ce Petruchio à l'allure féline. Sa souplesse et sa détermination font de lui un grand fauve mais il fallait bien cela pour affronter la tigresse annoncée …

 

Baptista, ce père aimant mais respectueux des conventions ( à l'époque l'aînée devait obligatoirement se marier avant la cadette ) résume à lui seul le tempérament méridional dans toute sa splendeur.

Maxime Lombard nous fait croire par instants que le grand Raimu est ressuscité tant il prête à ce rôle de rondeur et d'impact.

 

Catarina-Baptista.jpg

 

Lucentio ( Pierre Einaudi ) amoureux de Bianca, la soeur cadette laquelle ne saurait " brûler les étapes " est le prétendant idéal du moins à ce stade …

 

Enfin, le valet débrouillard ( Tranio ) sous les traits de Guillaume Veyre intervient dans le plus pur style de la comédie italienne.

 

Voici donc une humoristique guerre des sexes où peut-être le vainqueur ne sera pas celui que l'on croit mais en aura du moins toutes les apparences après une alternance de victoires et de défaites.

 

Ce, jusqu'à la morale de l'histoire bien sûr qui à l'époque actuelle peut  nous paraître surprenante !

 

C.au-lit.jpg

( photos : Marion DUHAMEL )

 

 

Scènes jouées en direct et scènes filmées se succèdent faisant parfois la liaison entre l'ancien temps et le nouveau nous déplaçant d'un lieu à l'autre, d'une place publique au huis-clos du mariage où le drame prend souvent des allures burlesques.

 

Le spectateur surpris, un peu dérouté au démarrage de la pièce se prend peu à peu au jeu brillant des interprètes et à la hardiesse avec laquelle ce classique nous est présenté.  Bousculés mais séduits, nous ne pouvons que suivre  et finalement adhérer.

Bravissimo !

 

Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

20:46 Publié dans THEATRE | Lien permanent

27/01/2020

BROKEN de Véro Dahuron et Guy Delamotte

 

RB-Broken-h.jpg

 

 

 

LA REINE BLANCHE

 

2 bis, passage Ruelle

 

75018 PARIS

 

 

(M° La Chapelle)

 

LOC. 01 40 05 06 96

 

Pl. de 10 à 25€

 

https://www.reineblanche.com/

 

du mercredi au dimanche à 19h

 

jusqu'au 2 FEVRIER 2020

 

 

Conception et co-mise en scène,

 

 

Véro DAHURON et Guy DELAMOTTE

 

 

avec Véro DAHURON, Antek KLEMM

 

Jean-Noël FRANCOISE (musique)

Laurent ROJOL (vidéo)

Fabrice FONTAL (lumières et percussions)

 

 

Broken-1.jpg

 

 

 

La vie, cette maladie incurable que nous nous efforçons de prolonger en dépit des incidents de parcours …

 

Auteurs, metteurs en scène et interprètes convoquent chaque soir des forces invisibles qui leur échappent. Ce fut le but originel de la tragédie grecque. ( catharsis )  L'Eglise dénonça en son temps cette obscure énergie qui échappait à son contrôle hégémonique.



A deux jours près, Véro Dahuron eût pu se croire victime des Ides de Mars car Zeus venait de frapper aveuglément.

 

Heureusement pour elle et pour nous, la comédienne avec une énergie incroyable se releva, or la représentation avait tourné court ...

Grouchenka fut terrassée mais Véro après un long combat, à force d'énergie reprit son destin en mains.

 

Six ans plus tard, elle est là, face à nous évoquant brillamment sans misérabilisme aucun ce qui s'est passé.

 

Vero-Dahuron.jpg

 

En fond de scène, un écran sur lequel vont s'afficher tous les visages connus de ceux à qui ce coup du sort est advenu et qui pour autant n'ont pas abdiqué.

Leur exemple l'a aidée à conjurer le sort, à se reconstruire afin d'être en mesure de " terminer " cette représentation brusquement interrompue.

 

Cette moderne princesse d'Eboli est revenue à la scène qui est son royaume depuis toujours et nous spectateurs sommes ses fidèles sujets, admiratifs ô combien !

 

Texte, musique, vidéo, percussions, lumières font de chaque représentation un moment exceptionnel.

 

Grande silhouette dégingandée, Antek Klemm donne la réplique à la comédienne. Leur but ? … Transformer ce cauchemar d'hier en enchantement présent. C'était une gageure mais le pari réussi.

 

Faites vite car vous n'avez plus que jusqu'au 2 février du mercredi au dimanche à 19h pour aller découvrir cette singulière mais indéniable performance.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

10:53 Publié dans SPECTACLE MUSICAL, THEATRE | Lien permanent