Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2007

UNE NUIT AU POSTE d' Eric Rouquette

THEATRE MOUFFETARD
73, rue Mouffetard
75005 PARIS
(M° Place Monge)
Loc. 01 43 31 11 99
Prix des places : 22 & 15€

Du mercredi au samedi à 21h. Dimanche à 15h.

c3e2e029a300a28b3ded14bed1584119.jpg


Mise en scène : Eric Rouquette et Julien Allary
avec Clémentine Saintoul et Estelle Vincent.

Le texte est paru aux Editions L'oeil du Prince.

Dans une cellule, quelque part - peu importe la ville puisque c'est la situation et les personnages qui comptent - deux filles entre adolescence et âge adulte vont passer ensemble une nuit au poste. Dehors, sans doute ne se seraient-elles jamais rencontrées étant de niveau social complètement différent.
Diane (Estelle Vincent) est d'évidence la plus excitée des deux, en révolte contre le milieu dans lequel elle vit se sentant rejetée par une mère qui ne fait qu' éponger ses frasques à coup de billets. Est-elle réellement attirée par les bijoux au point de ne pas résister à l'envie de les dérober ou bien veut-elle contraindre sa génitrice à enfin s' occuper d' elle ? ...
Le psy' (qu'elle s'offre en douce) pourrait peut-être le dire, s' il n'était dépassé par le caractère répétitif des incidents.
Isabelle (Clémentine Saintoul) est plus sombre que sa compagne de hasard, tout aussi révoltée mais seule la précarité en est cause.
Cette cohabitation forcée n'ira pas sans frictions et chaque comédienne peut donner ici le meilleur d'elle-même, l'auteur ayant brossé des portraits précis.
On se surprend à imaginer chacune dans le rôle inverse, ce qui tendrait à prouver la richesse des personnages.
Ne cherchez surtout pas à vous demander si c'est ainsi que les choses se passent ou pourraient se dérouler en semblable situation puisqu'il s'agit d'une fiction qui à ce titre, dispense des habituelles rigueurs de la procédure pénale.
Cette pièce a prioritairement le mérite de nous prouver qu'avec un peu de bonne volonté deux êtres très opposés peuvent se comprendre et envisager l' avenir ensemble.
Allez applaudir ces deux interprètes qui par leur engagement, le méritent bien !

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

16:45 Publié dans THEATRE | Lien permanent

LES MAUVAISES, un duo de violoncellistes mal tempérées.

MATHURINS (Petite salle)
36, rue des Mathurins
75008 PARIS
(M° Havre-Caumartin)
Loc. 01 42 65 90 00
Places : 25€, Etud. 15€, -26 ans : 10€ (les mar.mercr.jeudi)

Du mardi au samedi à 19 heures, matinées samedi à 15h.

3db30529ab6be88f739e49ec3616f275.jpg

texte, interprétation et mise en scène,
Patricia Clément et Martine Thinières.

Connaissiez vous Joseph Reinagle ?
Non, bien sûr - et bien grâce à nos deux violoncellistes cet illustre inconnu du grand public, va enfin passer à la postérité. Qu'elles en soient chaleureusement remerciées !
Blanche et Rose sont des duettistes aussi marginales que déjantées avec une nette tendance aux idées fixes.
Oui, qu'importe un Mozart, un Beethoven ou Chopin (pour ne citer qu'eux) quand on a la chance d' initier un public à l'oeuvre (certes, tronquée) d'un compositeur-charcutier. Croyez-moi, ces deux là feront leur chemin si les petits cochons ne les mangent pas. Cultivant l'absurde comme un art absolu, elles parviennent à faire cohabiter dans leur propos (car elles ne se contentent pas de jouer de leur instrument respectif) Nietzsche, Michel Platini, Cioran et Yvette Horner.
Rose cultive de façon péremptoire ses certitudes tandis que Blanche faussement nunuche fait preuve d'une malice toute féminine.
Les privilégiés que nous sommes écouteront avec dévotion Les Quatre Salaisons, L' après-midi d'un phoque découvrant cette musique distancielle qui parfois débouche ( en fa majeur ou ré mineur ) sur un Bartok aggravé.
Le public est heureux de se découvrir aussi iconoclaste, ponctuant le spectacle d'éclats de rires destinés à lui faire oublier les quelques concerts ennuyeux imposés jadis par des éducateurs zélés.
Sciemment, je ne dirai rien des costumes portés par les deux interprètes car ce serait empiéter sur le plaisir de la découverte et des situations qui y sont intimement liées.
Allez-y et à moins que vous ayez l'humour en berne, vous ne pourrez le regretter.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

13:05 Publié dans THEATRE | Lien permanent

22/05/2007

QUE JE T' AIME ! Courrier du Coeur de Clémence Massart

THEATRE des MATHURINS
36, rue des Mathurins
75008 PARIS
(M° Havre-Caumartin)
Loc. 01 42 65 62 46

du : 24 mai au 3 juin 2007
du mardi au samedi à 21h.
dimanche à 17h.

et du 6 juin au 24 juin 2007
le mardi, jeudi et samedi à 21h.
dimanche à 17h.

d78e3e856e80ddda825d546d931517b7.jpg


Collaboration artistique : Philippe Caubère.

La truculence au féminin ne constitue pas une mince prouesse !
Une fois de plus, Clémence Massart a réussi cet exploit.
Vétue d'une provinciale petite robe rouge à fleurs, un noeud dans les cheveux qui semble y stationner depuis l'enfance ... La Massart nous assène ce courrier du c...oeur ! ... ( Après tout, les deux sont concernés ) C'est qu' elle n'a pas peur des mots notre Clémence or très bizarrement elle peut tout dire, tout se permettre tant son talent emporte tout.
Les situations sont crues ( ... très ! ) mais quoiqu' elle dise, quoiqu'elle fasse cette comédienne hors-norme réussit l'exploit de n'être jamais vulgaire. Chapeau !
Son spectacle englobe toute l'étendue d'une vie depuis la petite fille qui se demande si elle n'est pas enceinte sans savoir exactement comment cela s'est passé ? ( on perd la tête ou pas, allez vous dire ) cette galerie de personnages nous mènera à la veuve septuagénaire qui se ressent encore de furieuses ardeurs!
Jusqu'à quel âge Ninon de Lenclos a t'elle poursuivi sa carrière?
L' antidote aux conséquences était-elle déjà Pernod + naphtaline?
La comédienne envahit la scène à elle seule, chante (dans des tessitures différentes car rien ne l' arrête) s'accompagne à l' accordéon, une clope imaginaire collée au coin des lèvres, se transforme en africaine et chaque fois le miracle s'accomplit. Personnellement, j'ai à plusieurs reprises essuyé des larmes, d'autres ont dû carrément pisser de rire.
Allez-y, faites vite car il ne faut jamais bouder son plaisir.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

15:10 Publié dans THEATRE | Lien permanent