Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2009

Le vieux qui lisait des romans d'amour d'après le roman de Luis Sepulveda

jungle.jpg

Théâtre LE LUCERNAIRE

53, rue N.Dame des Champs

75006 PARIS

(M° Vavin, N.Dame des Champs, St-Placide)

Réserv. 01 45 44 57 34

Pl. 30/20/15/10€

Samedi : TU : 30€

Du mardi au samedi à 20h.

(relâche : dimanche et lundi)

jusqu'au : 13 juin 2009.

Adaptation et mise en scène : Patrick Chevalier

avec Patrick Chevalier (le dentiste) Paco Portero (le vieux)

photos : Raoul Gilibert.

levieux-1.jpg

Un vieil homme vit dans une cabane qu'il a sans doute construit lui-même de ses mains, située quelque part dans la forêt amazonienne, à proximité du fleuve duquel débarque ponctuellement son ami le chirurgien dentiste qui ne manque pas chaque fois de lui rendre visite. Une fois de plus, ce dernier arrive avec une provision de livres que notre presque Robinson dévorera avec un enthousiasme quasi enfantin.
Cette fois, un drame s'est déroulé puisqu'une pirogue a ramené le corps lacéré d'un homme blond. Le maire de ce petit village a aussitôt accusé les indiens Shuars alors que tout laisse supposer qu'il s'agit d'un fauve. En effet, une femelle jaguar a échappé de justesse au massacre de son mâle et de ses petits, ce qui indigne notre homme mais lui fait mesurer le risque encouru par les inévitables conséquences.
Comment concilier l'amour de la nature, le respect des animaux et l'imminence du danger ? Or, Antonio José est le seul qui puisse régler ce problème ...
Patrick Chevalier qui a signé l'adaptation de ce roman de Luis Sepulveda ainsi que la mise en scène a choisi de rester en retrait face à ce personnage de vieil ermite dont il est le confident discret. C'est en quelque sorte la force tranquille face à la fragilité chancelante du vieux. Pourtant, la décision appartient à ce dernier et à lui seul. La bande son a presque plus d'impact que le décor forcément minimaliste et ce texte tombe à point nommé pour nous rappeler que l'homme fait partie intégrante de cet équilibre écologique trop souvent oublié.
On sort de là avec une furieuse envie de lire le roman afin de prolonger cet instant ayant en mémoire les images fournies par les interprètes.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

levieux-2.jpg

15:41 Publié dans THEATRE | Lien permanent | Tags : amazonie, nature, ecologie

30/03/2009

La Rosa Blanca, tragédie mexicaine

Rosa-B..jpg

Théâtre ARTISTIC ATHEVAINS

45 bis, rue Richard Lenoir 75011 PARIS

M° Voltaire.

loc. 01 43 56 38 32

Pl. 30€, TR 20€ (CV, ET)

mercredi, jeudi TU : 20€

10€ -26 ans.

mardi à 20h.

mercredi, jeudi : 19h

vendredi, samedi : 20h.30

samedi, dimanche : 16h.

jusqu'au : 19 avril 2009

Mise en scène : Adel Hakim

avec Maryse Aubert.

monologue de Maryse Aubert

librement inspiré du roman de B. Traven.

 

Pour nous présenter ce texte qu'elle a elle-même adapté, la comédienne s'est composé un physique à la " Victor-Victoria." ce qui lui permettra de camper d'autant plus aisément les personnages masculins appartenant à cet épisode de l'histoire américano-mexicaine, qui va se dérouler sous nos yeux.
La scénographie est sobre, évoquant un camaïeu de bleu et de noir en une transmutation de lapis-lazuli brûlé avec pour parachever le décor, une touche blanche, pour rappeler le titre, bien sûr.
L'action se déroulera successivement à Vera Cruz puis à San Francisco durant les années 20 qui s'illustrèrent par la ruée vers l'or noir.
Une hacienda appartenant à un indien va devenir l'objet de convoitises des prédateurs pétroliers américains. Ils ne reculeront devant rien pour mettre leurs projets à exécution, meurtre inclus.
Maryse Aubert va donc se démultiplier sans relâche afin de nous faire voir (et entendre surtout) les protagonistes de ce drame. Peut-on en effet parler de tragédie puisque les dieux sont cruellement absents et que tous les malheurs des uns ne servent qu'à alimenter la convoitise des autres, ces monstrueux humains adorateurs du veau d'or ? ... Certes, la caricature n'est pas absente puisqu'il faut bien donner à voir ceux qui physiquement resteront invisibles. L'exercice est hautement funambulesque et la canne à pommeau servira de balancier.
Adel Hakim excelle à mettre en valeur acteur ou actrice, seul (e) en scène l'ayant prouvé à maintes reprises et la bande son enveloppe le tout de façon optimale.
Ceux qui, grâce à ce monologue ont découvert B. Traven n'auront de cesse avant d'avoir lu son oeuvre, les autres pourront se procurer le DVD du film de John Huston (1948) ayant pour titre " Le trésor de la Sierra Madre."
Par conséquent, merci à Maryse Aubert de nous avoir fait découvrir ce mystérieux B. Traven alias Ret Marut, alias Hal Croves parmi une dizaine d'identités ...
Le mystère n'est il pas la base originelle du théâtre ?


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

rosa-bianca.jpg

 

 


 


15:07 Publié dans THEATRE | Lien permanent

15/03/2009

Le garçon du dernier rang de Juan Mayorga

 

legarcon.jpg

THEATRE de la TEMPETE

Cartoucherie de VINCENNES

Route du Champ-de-Manoeuvre

75012 PARIS

www.la-tempete.fr

Loc. 01 43 28 36 36

Pl. 18€, TR. 13 & 10€

mercredi, tarif unique : 10€

mardi, mercredi, vendredi, samedi : 20h.30

jeudi à 19h.30, dimanche à 16h.

texte français : Jorge Lavelli et Dominique Poulange.

conception et mise en scène : Jorge Lavelli

avec Pierre-Alain Chapuis, Isabel Karajan, Christophe Kourotchkine,

Nathalie Lacroix, Sylvain Levitte, Pierric Plathier.

 

Un professeur de lettres va au milieu de ses lamentations habituelles, découvrir une copie qui se dégage de l'indigence générale.
Sa femme a coutume de lire les devoirs après lui et va flairer immédiatement le danger alors qu'il se déclare ravi de trouver enfin un élève qui présente un quelconque intérêt. Il faut dire que ce Machiavel en herbe avait su ferrer le poisson par un " à suivre " pour le moins incongru.
Qui est Claude, (l'élève doué) d'où vient il ? Nous ne le saurons jamais. Quand il fera allusion à " l'odeur (et non le parfum) si particulier des femmes de la classe moyenne " on subodorera un quelconque Rastignac mais Germain, son professeur trouvera la formule amusante ...
De copie en copie, nous allons découvrir la vie réelle ou fantasmée d'un autre couple, Esther et Rapha, (père) puisque le fils est l'unique ami de ce curieux élève.  Entre eux, un échange s'est établi, une sorte de troc en déséquilibre, s'appliquant aux maths et à la philosophie et le jeune homme est reçu dans cette famille.
Il note chaque détail sans omettre les travers de chacun et cela amuse toujours notre professeur tandis que sa femme est de plus en plus irritée par ce voyeurisme vachard. Nous allons assister à ce va-et-vient, d'une famille à l'autre jusqu'à ce que le pot-aux-roses soit finalement découvert.
Le spectateur se trouve un peu dans la position de celui qui assiste à un match de tennis, se demandant qui, au final va remporter le match. Les échanges sont rapides et la conclusion le sera tout autant.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

(photo : Antonia Bozzi)

Pierre-Alain_2.jpg


 

 


16:29 Publié dans THEATRE | Lien permanent