Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2007

EN TOUTE CONFIANCE de Donald MARGULIES

COMEDIE DES CHAMPS ELYSEES
15, avenue Montaigne
75008 PARIS
(M° Alma-Marceau)
www.comediedeschampselysees.com

Loc. 01 53 23 99 19
Pl. de 15 à 45 €
Du mardi au samedi à 21h.
mat. samedi & dimanche à 16h.30


cfabf1da6ff0224e642fac0728421be8.jpg

Mise en scène : Michel FAGADAU
avec Barbara SCHULZ, Jean-Pierre LORIT, Jean-Pierre MALOT, Elodie NAVARRE.

Donald Margulies, américain d'origine juive est né à New-York en 1954, dans le quartier de Brooklyn. Auteur d'une dizaine de pièces dont la plupart ont été récompensées, il a également écrit de nombreux scenarii en direction du cinéma et de la télévision.

Au début de la pièce, l'action se déroule dans une maison située dans la campagne anglaise à proximité de Londres où Jonathan, peintre devenu célèbre a décidé de rendre visite à son ex. (Patricia) mariée depuis quelques années à un archéologue dont elle partage également l'activité.
Nous sommes en hiver et coïncidence prévisible, l'accueil du mari est un peu froid.
Comme au cinéma, nous allons passer d'un lieu à l'autre, effectuer des come-back afin de connaître la trajectoire des personnages que nous découvrirons au fur et mesure de l'évolution de la pièce.
Barbara Schulz est Patricia, cette jeune femme jadis amoureuse de Jonathan dont elle fut le modèle et la compagne durant 2 ans. Leur rupture a eu lieu quand la mère de Jonathan est morte, cette dernière n'ayant jamais admis que son fils fréquente une goy. Chiva aidant, il voudra tourner la page ...
Jonathan s'était en quelque sorte laissé séduire et le goût de l'interdit peut-être (?) avait transformé Patty en muse avant qu'il prenne réellement conscience du poids de ses origines.
Jean-Pierre Lorit incarne ce personnage aussi séduisant que fluctuant.
Jean-Pierre Malo est Nick, le mari - sécurisant certes - mais qui cache mal ses inquiétudes derrière une prompte ironie. Le comédien apporte de belles nuances à ce rôle.
Enfin, Elodie Navarre est Grete, journaliste allemande qui à force d'intellectualiser le propos pour mieux déguiser ses arrière-pensées, réussira à faire sortir Jonathan de ses gonds.
Bien que construite avec un certain désordre (l'année dernière à Marienbad a fait école depuis longtemps) situations et personnages de la pièce sont intéressants au possible. Je ne déplorerai que ce jeu de yoyo infligé au rideau lequel destiné à nous aider à passer d'une scène à l'autre ( et accessoirement à changer de décor ... ) a pour conséquence de ralentir le rythme.
Michel Fagadau n'a pas fait preuve ici d'une imagination débordante !
Mais à cette réserve près et comme les interprètes sont excellents, les spectateurs devraient se déclarer satisfaits de leur soirée.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

10:50 Publié dans THEATRE | Lien permanent

24/09/2007

VOISINAGE de Jean LARRIAGA.

AKTEON
11, rue du Gal Blaise
75011 PARIS
(M° St-Ambroise)
Loc. 01 43 38 74 62

Du mercredi au samedi à 21h.30
Places : 16€ TR. 10€
Jusqu'au : 29 septembre 2007.

c9799136ec7313617ffb7ade0f16a363.jpg

Mise en scène : Christian PAUMELLE.
avec Béatrice CHAPPE - Laure COMPAIN - Etienne DAUBERT - Matthias KREUTZER.

Succession de saynètes : dix" scènes de voisinage" entre deux hommes et deux femmes. Chacun vit chez soi dans son pavillon ce qui n'empêche nullement de se croiser, mieux de se fréquenter. Les rapports connaissent des hauts et des bas évidemment, c'est la vie ! La solidarité par exemple, peut naître d'un cambriolage en série. Etre victime, ça créé des liens. Apparemment, les hommes sont aussi bavards que les femmes et tout comme elles, ont des soucis d'esthétique. Les liftings ne sont pas faits pour les chiens, après tout. C'est un peu là tout de même que le bât blesse car ces jeunes comédiens nous décrivent parfois des déchéances qui n'ont pas eu le temps d'avoir lieu. N' importe, oublions ce détail puisqu' en revanche, ils imposent au spectacle un rythme et un enthousiasme que seul leur âge était susceptible de véhiculer. Les scènes sont reliées par une musique choisie elle aussi pour encourager le mouvement. Alors suivons les sans plus nous poser de questions. S'ils parlent parfois un peu trop vite, en revanche nous les trouvons sympathiques en diable et force est de reconnaître que ... c'est enlevé !

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

A l'Aktéon du 19 au 22 et du 26 au 29 septembre 2007 à 21h.30

puis jeudi 15 & vendredi 16 novembre à 20h.30 à l' Espace Landowski 28 avenue André Morizet 92100 Boulogne
ensuite, jeudi 29 et vendredi 30 novembre ainsi que le samedi 1er décembre à 20h.30 au Centre Mathis situé 15 rue Mathis 75019 Paris.
Pour en savoir plus, composer le 06 62 72 45 87

17:20 Publié dans THEATRE | Lien permanent

GOOD CANARY de Zach HELM

COMEDIA
4, bd de Strasbourg
75010 PARIS
(M° Strasbourg-St-Denis)
Loc. 01 42 38 22 22
www.theatrecomedia.com

Du mardi au vendredi à 20h.30
samedi à 17h.30 & 21h.
dimanche à 17h.30

Pl. de 15 à 48€

ae338497ceb4ca22a682a45df9707799.jpg

Adaptation de Lulu et Michael SADLER
Mise en scène de : John MALKOVICH

Sur une seule et même affiche, John Malkovich (pour la mise en scène) Cristiana Réali, Vincent Elbaz j'en passe et des meilleurs, comment ne pas aller voir la pièce sur les chapeaux de roues puisque cela se nomme à juste titre, l' évênement de la rentrée.
L'action se situe à New-York durant les années 80.
Jacques est très amoureux d' Annie son imprévisible compagne. Pour l'heure ils sont censés prendre leur petit déjeuner à la terrasse du café du coin et Annie lit son avenir dans sa chaussure ... Le reste du temps elle fait le ménage à une allure supersonique tout en se gavant de petites gelules. Le plus difficile étant de nettoyer ces vitres dont la superficie change à mesure qu'on en approche !
Jacques écrit des livres tout à fait dans l'air du temps avec le dosage nécessaire de sexualité destiné à booster la vente. Précisément, son copain Charlie lui a ménagé une rencontre très importante pour l'avenir or, il vaudrait peut-être mieux qu'il vienne seul au rendez-vous ...
Nous allons pénétrer dans le milieu new-yorkais de l'édition mais partout sur la planète les situations ne sont elles pas identiques quand l'argent est en jeu parmi ceux qui se considèrent comme l'élite intellectuelle ?
Annie shootée à mort fera figure de grenade dégoupillée (une fois de plus) tandis que Jacques témoignera d'une patience quasi inexplicable.
Nous découvrirons plus tard la vérité.
John Malkovich met en scène les comédiens avec une précision chorégraphique.
Les interprètes nous offrent une large palette de sentiments. José Paul dans le rôle de Mulholland fait preuve d'une belle humanité alors qu'on le croyait cyniquement irrécupérable lors de la première rencontre.
Les personnages créés par Zach Helm ont la particularité de se révéler humains quand on les croit immergés dans la superficialité.
Une mention spéciale à ces décors virtuels qui se mettent en place grâce aux projections. Quant au canari, il m'a semblé qu'il était très sensible aux bravos ...

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

17:15 Publié dans THEATRE | Lien permanent