Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2008

Trois versions de la vie de Yasmina Reza.

AKTEON Théâtre
11, rue du Général Blaise
75011 Paris
(M° St-Ambroise)
Tél. 01 43 38 74 62
www.akteon.fr

Du mercredi au samedi à 20h.
Jusqu'au : 1er Mars 2008

9201fc29eca463c65833d92cd49ad9bb.jpg


Mise en scène : Eva Saint-Paul et Antoine Soulié.
avec Céline Espérin (Sonia) - Fabienne Tournet (Inès Finidori) - Julien Le Provost (Hubert Finidori) - Antoine Soulié (Henri) Gary Gillet et Pauline Devinat en alternance, seront Arnaud.

Si l'on fait le bilan des oeuvres dramatiques qui - sur un siècle - passeront à la postérité, fort peu demeureront, bien qu'étant presque toutes révélatrices d'une époque.
En revanche, il y a fort à parier que les écrits de Yasmina Réza seront de ceux qui vont perdurer.
A la qualité de l'écriture s'ajoute la réflexion quasi philosophique (n'ayons pas peur des mots). Or, (à ma connaissance), personne encore n'avait pensé à écrire une pièce nous fournissant plusieurs versions d'un seul et même événement.
A quoi pourtant, tient la réaction d'un individu ? Il suffit parfois d'un seul petit incident pour que se modifie l'état d'esprit du jour. C'est ce que certains désignent par l'expression : se lever ou non du bon pied. Ici, l'analyse va plus loin ...
Deux couples vont se retrouver trois fois de suite en un même appartement et dans les mêmes conditions; pourtant les réactions ne seront pas identiques.
Henri (Antoine Soulié) va tout d'abord être déprimé pour ne pas dire anéanti en apprenant la nouvelle qui lui est annoncée et qui détruit deux années de recherches et d'efforts.
C'est aussi qu'il se voit par les yeux de son épouse Sonia (Céline Espérin) qui lui reproche sa faiblesse vis à vis de leur fils.
Elle le trouve également servile, voire obséquieux face à celui qui apparaît comme son supérieur hiérarchique lequel arrive précisément avec un jour d'avance, situation déstabilisante au possible !
Hubert Finidori (Julien Le Provost) est une sorte de bellâtre assez fat, alliant à ces caractéristiques une nette tendance à la perversité sadique.
Son épouse, Inès ( Fabienne Tournet ) est la victime habituelle de cet homme en mal de domination morale. Le jeu de la comédienne fait de variantes, tout en subtilité, nous présente (entre autres) une scène d'ivresse d'une drôlerie qui parvient à éviter tous les écueils inhérents à ce genre de situation.
Elle restera toujours élégante sans une once de vulgarité. Ce n'était pas évident.
Les spectateurs rient beaucoup et dès la seconde version, intrigués se prennent ardemment au jeu, impatients de connaître la suite qui leur sera proposée.
Un excellent spectacle à voir et même revoir pour le simple plaisir.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

08:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

30/12/2007

Sédimentation des bourrasques

Théâtre de la Tempête
Cartoucherie de Vincennes
Route du Champ de Manoeuvre
75012 PARIS
(M° Château de Vincennes puis Navette Cartoucherie ou bus 112)
http://www.la-tempête.fr

Tél. 01 43 28 36 36
Plein tarif : 18€
tarifs réduits : 13 & 10€
mercredi, tarif unique : 10€

Du 3 janvier au 9 janvier 2008
du mardi au samedi à 20h.30
dimanche à 16h.

6ae4a2eead991660cf35af891dea8e74.jpg


conception artistique et mise en scène Olivier Comte

avec en alternance : Nicolas Bilder, Christophe Bonzom, Jaco Bider, Estelle Bordaçarre, Talou Calvet, Olivier Comte, François Creton, Jean-Marc Hérouin, Julia Loyez, Marie Luc Mâlet, Hélène Lanscotte, Axel Petersen, Maxence Rey, Corinne Taraud.

Dans l'obscurité, l'homme a parfois besoin que l'on vienne lui prendre amicalement la main mais pour accepter, il doit impérativement rester libre.
L'endoctrinement collectif débouche à coup sûr sur la barbarie. Notre époque avait oublié cela et le réapprend actuellement à ses risques et périls.
Le premier de tous les résistants, Prométhée avait volé le feu afin que la lumière ne soit pas confisquée par les dieux.
Le Siècle des Lumières était précisément celui où l'esprit était enfin libre.
Les souffleurs, commandos poétiques sont là pour nous rappeler la place que nous avons sur cette terre au moyen de gestes symboliques, de textes évocateurs ...
L'homme ne se capture pas mais l'espace se conquiert automatiquement lorsque le but est de s'élever à la perception universelle. L'esprit suit alors la trajectoire de ces faisceaux lumineux sorte de rayons laser s'élevant vers le ciel.
Au fanatisme guerrier ou religieux, à la psalmodie, au halètement succédera le murmure. Après l'échauffement qui mène à la tempête, la brise rafraîchissante ...
Le vin chaud de l'amitié pourra alors être bu de concert.
La Sédimentation des Bourrasques nous dit tout cela créant l'illusion que nous avons abordé une planète nouvelle où tout serait de nouveau possible. Une oasis nous est offerte le temps d'un spectacle, le temps d'un émerveillement.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

16:20 Publié dans THEATRE | Lien permanent

23/12/2007

Même si c'est vrai c'est faux de Henri Michaux

Théâtre Artistic Athévains
45bis, rue Richard Lenoir
75011 Paris
(M° Voltaire)
T. 01 43 56 38 32
Pl. 30€, TR 20€
tarif jeunes - 26 ans : 10€

Du 11 au 23 décembre 2007

mardi 19h. mercredi, jeudi 20h.30
vendredi 19h. samedi 18h
dimanche 16h.30 (relâche le lundi)

f52019e691ef48419458f9666a5505b7.jpg


adaptation théâtrale et mise en scène,
Isa Mercure et Gilles Guillot
scénographie : Claude Lemaire.
avec Gilles Guillot (Plume, etc ...)
Hervé Dupuis ou Bertrand Ravalard au piano sur une musique de Hervé Dupuis

Honfleur, grand ciel bleu parsemé de nuages, bruit de vagues, un homme lézarde sur la jetée. C'est à un voyage immobile que Gilles Guillot va nous convier et pour cela, il sera Plume, ce personnage inventé par Henri Michaux que l'auteur a gratifié d'un nom plus léger que l'air mais dont l'esprit véhicule de très nombreuses et parfois, très lourdes pensées.
Plume, c'est cet homme entre deux âges, coincé dans ce costume couleur de muraille qui prétend vouloir dormir mais dont l' esprit vagabonde en permanence. Car ce Neptune terrien déclenche des tempêtes, s'invente de terribles haines, joue les sérial-Scapin enfournant une multitude de Géronte en son sac.
- " Je peux rarement voir quelqu'un sans le battre " dira t' il.
Une petite copie de lui, habillée à l'identique, sorte d'avatar en miniature se trouve là, à proximité comme si son reflet dans l'eau, en émergeant avait rétréci.
Pluche semble croire en la métempsycose à part que, selon lui, l'âme ne vole pas, elle nage. Car il croit en Dieu, même si ce dernier n'en sait rien ... Le monde dans lequel il vit serait affreux s'il n'était aussi absurde. On y arrache des têtes car certaines tiennent et d'autres pas. Un rat, un mouton ou un éléphant peuvent aussi bien être écrasés quant au papier, son malheur est de rester couché sous la plume alors qu'il est amoureux de l'encre ...
Nous assistons à ce délire verbal dit de façon naturelle comme si tout ce que nous entendons était d'une banalité absolument quotidienne.
Le verbe chemine en compagnie du piano qui intervient en contrepoint. Des marionnettes, grandeur nature celles-là, font leur apparition. L'une d'elle porte couronne et puisque c'est la reine, notre homme l'accompagnera en un petit pas de danse avant d'accéder à plus d'intimité.
On entre (ou pas), en cet univers décalé qu'il faut sans doute bien connaître pour tout à fait l'apprécier car force est d'admettre qu' on n'y accède pas directement de plein pied.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

16:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent