Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2007

BASILE de Caroline DARNAY

THEATRE DU PETIT GYMNASE
38, bd. Bonne Nouvelle
75010 PARIS
(M° Bonne Nouvelle)
Tél. 01 42 46 14 07
Pl. 25€ TR. 10€

jusqu'au : 23 décembre 2007
chaque samedi à 18h.

3806c420659f518b8c09f786ad8826dd.jpg

Mise en scène : Rémi PRECHAC
avec Caroline DARNAY et Damien BOISSEAU.

Une histoire un peu ... " brut de décoffrage " issue d'un cerveau actuel, traitant d'une période que Dumas illustra avec talent, des sentiments que Marivaux traita avec subtilité mais il serait - il est vrai - malaisé d'être les deux à la fois.
Basile en sa qualité de chef de la police, appartenant au sieur Mazarin et cadet (non de Gascogne) mais celui du surintendant Fouquet (pleurez, Nymphes de Vaux ... là, j'anticipe ! ) va malencontreusement tomber amoureux d'une femme au dessus de sa condition puisqu'il s'agit de la duchesse de Châtillon laquelle à ses heures perdues, complote quelque peu pour le Prince de Condé ...
Bien entendu, la belle n'a que mépris pour le commensal du célèbre cardinal.
Il va donc sous couvert de disgrâce royale, la kidnapper afin de l'avoir à disposition. On ne saurait être plus expéditif !
N'oublions pas que le Siècle de Louis XIV fut également celui de " l'affaire des poisons " mais notre homme ne courtisait pas La Voisin et de toutes façons, l'amour rend aveugle quand ce n'est pas complètement idiot, comme chacun sait.
Croyant tenir sa proie en ses griffes acérées, Basile va avaler le poison après avoir fait cadeau de l'antidote. Pas très finaud, notre chef de la police !
Rassurez-vous, tout coeur de pierre comporte une faille par laquelle Cupidon parviendra à se faufiler. Ouf ! on a eu peur ...
Le spectacle se partage entre séquences filmées et scènes jouées. Les costumes sont superbes, le décor à la fois fonctionnel et très beau. Il est seulement dommage que l'on voit les interprètes eux-mêmes le modifier sous nos yeux à une époque où l'on ne manquait pas de domestiques.
Damien Boisseau nous campe un Basile au jeu nuancé quant à son auteur(e)-partenaire, cette dernière boule le texte de façon littéralement suicidaire.
On est tenté d'ajouter : après tout c'est le sien et elle en fait ce qu'elle veut !
A ce détail près et si l'on n'est pas allergique à la mixité des genres actuellement à la mode, (vidéo-théâtre) les spectateurs pourront passer cette heure et demie d'assez agréable façon.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

10:30 Publié dans THEATRE | Lien permanent

28/11/2007

La maison de Bernarda Alba de Federico Garcia Lorca

THEATRE de la JONQUIERE
88, rue de la Jonquière
75017 PARIS
(M° Guy Moquet, Brochant, Porte de Clichy)
Loc. 06 32 46 78 37
Pl. 13€ TR.11€

Du 28 novembre au 1er décembre 2007 à 20h.

fd93c35a6649d706e7c1c4a45010e329.jpg

Adaptation et mise en scène : Georges TAPIA
avec Myrna Raccah (Bernarda) - Thérèse Guichard (La Poncia) - Christiane Bastide (Maria Josefa) - Valérie Ferron (Angustias) - Leocadie Brissaud (Magdalena) - Juliette Di Pasquale (Amelia) - Marianne Dell (Martirio) - Nadège Sapède - Ariane Mourier (Adela).

A une époque où tout va trop vite, il est malaisé de faire la preuve de l'aboutissement d'un spectacle en seulement quatre représentations. C'est ce que tente actuellement Georges TAPIA qui a réécrit La Maison de Bernarda Alba afin de rendre la pièce jouable par les huit comédiennes qu'il avait à disposition ...
Le décor est constitué de voilages blancs sans doute pour souligner la présence de ces cinq filles qui rêvent désespérément de mariage sous le toit d'une mère tyrannique. Le père vient de mourir et l'ainée âgée de presque 40 ans se voit brusquement convoitée par un coq de village.
A la lucidité de La Poncia (domestique fidèle, ici sans doute un peu trop effacée) s'oppose l'égoïsme dominateur de l'omniprésente maîtresse des lieux.
Les jeunes comédiennes (plus jolies que Lorca l'avait prévu) s'acquittent de leur rôle respectif avec une aisance qui ira croissant si bien entendu la pièce perdure en ce lieu ou est reprise ailleurs.
Quant à cette harpie claudicante qui a pour nom : Bernarda Alba, la comédienne ayant mémorisé le livret aurait tout intérêt à oublier la partition car Myma Raccah chante étrangement le texte situant son autorité dans la canne qu'elle brandit à tout bout de champ. (A l'issue d'une apparition, on pourrait presque croire qu'elle dort avec). Le metteur en scène nous a dans le passé fourni d'intéressantes réalisations ce qui nous amène à penser que cette pièce n'en est qu'au stade du rodage et qu'après avoir resserré quelques boulons (comme on dit en jargon de métier) tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes ...
Une mention à Christiane Bastide dont la fugitive omniprésence nous arrache un sourire par le biais de sa composition de vieille folle amusante au possible.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

10:30 Publié dans THEATRE | Lien permanent

27/11/2007

Gengis Khan de Henry Bauchau

THEATRE 13
103A, bd Auguste Blanqui
75013 PARIS
(M° Glacière)
Tél. 01 45 88 62 22

Mardi, mercredi, vendredi à 20h.30
Jeudi & samedi à 19h.30
Dimanche à 15h.30

Pl. 22€ TR.15€
le 13 de chaque mois : TU 13€

jusqu'au : 23 décembre 2007
9656c447a08bcd0f00855c303b096ec7.jpgEpopée : 2h.20 sans entracte. Mise en scène : Benoît Weiler. avec Lorenzo Baitelli, Alexandre Barbe, Thomas Blanchet, Sarkaw Gorani, Delphine Haber, Laurent Letellier, Michael Maïno, Bertrand Nadler, Marta Terzi, Régis Vallee et les musiciens Geoffrey Dugas et Vincent Martial.

photo : Samuel Guibal.



Un texte superbe, une mise en scène à la hauteur que demander de plus ?
Gengis Khan fut la première pièce écrite par Henry Bauchau mais peut-on parler de coup d'essai quand il s'agit d'un coup de maître ?
Cette épopée fut rarement montée tout simplement parce qu'il y a beaucoup de monde et ici à l'exception du comédien jouant le rôle titre, tous devront se glisser dans la peau de plusieurs personnages.
Ce qui créé sans nul doute un phénomène d'accélération car chacun doit rassembler toute son énergie pour passer d'un rôle à l'autre et le rythme y gagne incontestablement.
Le spectateur se trouve de ce fait entraîné comme par une tornade. Il n'en fallait pas moins pour évoquer cette période de bruits et de fureur.
Les grands conquérants n'ont pas été légion tout au long de l'histoire de l'humanité et si leur destin et celui des peuples qu'ils rencontrèrent et soumirent sont inscrits en lettres de sang, leur image n'en demeure pas moins exceptionnelle.
Si impitoyable soit-il, un grand homme reste un être humain avec comme tout un chacun son lot d'émotions et de faiblesses même s'il a appris à les cacher jalousement aux yeux des autres.
Fasciné par les grands destins (Henry Bauchau ne s'est il pas également penché sur la vie de Mao Zédong ?) passionné de psychanalyse, ses personnages sont aussi vaillants que complexes.
Les costumes stylisés sont superbes et les maquillages expressifs à l'extrème.
Ici, les projections se justifient puisque nous montrant tour à tour la steppe ou les armées galopantes, voire les calligraphies que l'on peut assimiler à d'immenses dazibaos. Deux musiciens vont parfaire les interventions du choeur lequel ponctuera les périodes, situé à l'avant-scène côté jardin maintenant ainsi les spectateurs dans l'ambiance de ce théâtre épique destiné à nous transporter.
En espérant ne pas rendre ses camarades jaloux, un immense bravo à Thomas Blanchet qui ici, se surpasse. Son Nicola Polo est à la fois d'un drôle et d'une justesse inégalés. Spectacle à voir, toutes affaires cessantes !

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

13:50 Publié dans THEATRE | Lien permanent