Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2008

Big Shoot de Koffi Kwahulé

LAVOIR MODERNE PARISIEN

35, rue Léon 75018 PARIS

(M° Château Rouge)

Loc. 01 42 52 09 14

Pl.15€, TR.10€, abonnés : 5€

www.rueleon.net

A partir du 21 août 2008

du jeudi au samedi à 21h.

dimanche à 16h.

Mise en jeu : Michèle Guigon.

Denis Lavant fait son entrée, la démarche lourde, saccadée, fredonnant de façon lancinante; sa tenue vestimentaire est bizarre, un chapeau aux rebords étroits vissé sur la tête, l'imper de Colombo qui sortirait du pressing faisant contraste avec le gilet noir et la cravate en ficelle, à même la peau. Tout intrigue dans le personnage ... Entrée en deux temps, petite facétie dans l'intervalle puis il revient en sifflant pour enchaîner sur une bordée d'injures. Il invective alors un personnage invisible qui se fera de plus en plus présent. Nous constatons que le bourreau et la victime sont face à face, l'un retors, brutal et pervers, l'autre aussi naïf qu'accommodant ... Le mythe de Sisyphe s'invite et passe tel l'ange de Cocteau. Qui est donc cet insignifiant Stan, qu'a t-il fait pour mériter un tel sort ? Apparemment, l'homme est lisse, discret comme un tricot et son attitude d'oiseau peureux tranche avec la volubilité féroce de l' Autre. Et puis, il y a l'énigme à découvrir symbolisée par cette femme à la fenêtre, derrière la palissade fleurie d' hibiscus rouges ... Stan va t-il finalement avouer ?
Tout à la fois, enquêteur, juge et bourreau comme au temps de l' Inquisition, le vibrionnant Denis Lavant encercle sa victime, lui interdit toute issue, la piège comme une araignée dans sa toile. Le spectateur n'est pas loin de se prendre lui-même pour la victime tant il est fasciné. Porté par le talent aux mille facettes du comédien, ce texte pour le moins effroyable devient ludique et nous arrache des rires qui après coup nous surprennent. Nous venons en réalité de vivre un grand moment de théâtre.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

(photo, Laurent Lafuma)

Denis-Lavant-1.jpg

08:22 Publié dans THEATRE | Lien permanent

14/08/2008

3 Jours sous la couette de Jessica Mariani

TALLIA

40, rue de la Colonie

75013 PARIS

(M° Tolbiac)

Tél. 01 45 80 60 90

Pl. 18 & 12€

Lundi & mardi à 21h.

Samedi & dimanche à 21h.30

jusqu'au : 31 Août 2008.

Mise en scène : Jean-Claude Grégoire.

3jours-couette.jpg

 

10:24 Publié dans THEATRE | Lien permanent

06/07/2008

MAÎTRE HAROLD d'Athol Fugard

LAVOIR MODERNE PARISIEN

35, rue Léon 75018 PARIS

M° Marcadet-Poissonniers

loc. 01 42 52 09 14

Pl. 15€ - T.R. 10€

Du mardi au samedi à 21h.

jusqu'au : 12 juillet 2008 

Harold.jpg

 PHOTO : " cie 273M "

Sans la musique et la danse, l'âme africaine ne serait ce qu'elle est. Ces deux modes d'expression lui ont permis de supporter les épreuves, sont même devenues une sorte de philosophie à part entière et parfois le lien avec d'autres peuples qui cependant peinent à acquérir ce degré de transcendance.
Athol Fugard connaît mieux que quiconque l' Afrique du Sud où un honteux apartheid régna jusqu'à une époque récente mais son discours n'est jamais manichéen. Il ne saurait cacher cependant que la patience n'est pas la qualité première des blancs, habitués à se procurer ce qu'ils désirent sans souffrir de retard. A contrario les deux boys de cette histoire sont habitués à se taire et supporter le sort qui est le leur. Pourtant des liens privilégiés existent entre le fils de la maison et ces deux là qui l'ont vu grandir. Nous restons néanmoins, le reflet d'une société qui a ses règles et ses prérogatives ce qui risque parfois de mettre à mal les expériences personnelles. Nous allons assister à ces échanges qui n'excluront pas les blessures morales. Cette histoire s'écoute avec le coeur sur un rythme de fox-trot et les personnages sont attachants au possible.
A ne laisser passer sous aucun prétexte !

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

 

Klam-LMP.jpg

 A l'étage supérieur, une exposition de Klam qui par un dégradé allant du noir au blanc, fait parfois plus que penser à Goya ... avec un sens du mouvement inégalé. Prenez le temps de le découvrir car l'artiste mérite bien plus qu'un détour.

http://klam.skyrock.com/ 

  

14:59 Publié dans THEATRE | Lien permanent