Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2019

La Parure de Guy de Maupassant

aff.parure.jpg

 

 

 

LE GUICHET MONTPARNASSE

 

15, Rue du Maine

 

75014 PARIS

 

 

 

(M° Montparnasse)

 

 

LOC. 01 43 27 88 61

 

Pl. 20€ - T.R. 15€

 

http://www.guichetmontparnasse.com/

 

Chaque dimanche à 15h

 

 

Adaptation et interprétation : Annie VERGNE

 

Mise en scène : Isabelle DELAGE

 

La-parure.jpg

 

Du temps de sa jeunesse, Mathilde rêvait du prince charmant comme toutes les filles de sa génération du reste. Et puis, faute de posséder une dot, elle se trouva à 18 ans mariée à un petit employé du Ministère de l'Instruction publique ( auquel l'auteur avait lui-même appartenu en 1879 avant que commence sa réelle carrière .)

Oh certes, elle s'acquitta de ses devoirs d'épouse, tenant du mieux possible son intérieur, s'appliquant à concocter ponctuellement le pot-au-feu que son époux appréciait tant, mais continuait à rêver d'une autre vie désormais inaccessible car à l'époque on ne divorçait pas aussi aisément qu'aujourd'hui.

 

Gageons que l'idée ne l'effleurait même pas : elle n'était pas très heureuse mais résignée.

Or un jour, qui se trouvait être celui de son anniversaire, son mari arriva porteur d'une enveloppe laquelle contenait une invitation à un bal organisé par le Ministère.
Il pensait lui faire plaisir et fut bien étonné du résultat.

 

AV-Maupassant.jpg



Durant son enfance, Mathilde avait sympathisé avec une camarade de pension, " une  fille de la haute " comme on disait alors puis les liens s'étaient un peu distendus car la jeune femme ne pouvait sans un pincement de coeur supporter la comparaison.

Alors que son mari l'agaçait parfois par son manque d'ambition, celui-ci ne refusait rien à sa femme aussi sacrifiera t'il sans hésiter les économies qu'il avait péniblement réalisées afin de s'offrir un fusil en prévision de ces parties de chasse, seul luxe qu'il s'octroyait dans la plaine de Nanterre, durant l'été.

Une superbe robe fut achetée mais une fois en possession de celle-ci, l'épouse se dit qu'un bijou faisait cruellement défaut ! Heureusement qu'il y avait Jeanne Forestier, l'amie en question qui pourrait facilement lui en prêter un. Ce que cette dernière fit spontanément.

 

Annie-Vergne.jpg



La soirée fut une mirifique parenthèse dans la vie de Mathilde Loisel. Telle la parure de diamants, elle brilla de tous ses feux. Vers 4 heures du matin il fallut rentrer et c'est une fois de retour à domicile que le drame se déclencha.

Annie Vergne qui a adapté cette nouvelle de Maupassant incarne cette femme qui des années plus tard, après mille épreuves, se souvient …

Oserai-je dire que son adaptation va beaucoup plus loin que la nouvelle initiale, forme d'expression dans laquelle pourtant Maupassant excellait lui qui n'en écrivit pas moins de 260.

Et puis mettre en scène cette histoire en notre époque de grand consumérisme ( pour ne pas dire macronisme aigu ) tombe à point nommé.


Eternelle confrontation entre l'être et le paraître entre ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien ...

 

Maupassant.jpg



Du temps où se situe l'action, le réflexe automatique consistant à assurer un bijou n'était sans doute pas de mise et du reste pourquoi la propriétaire l'aurait-elle fait ? puisque … mais chut !

Je vous laisse découvrir la suite.

Ce dimanche la salle du Guichet Montparnasse était pleine à craquer et les réactions favorables allaient nombreuses de la salle à la scène. Il faut dire qu'Annie Vergne s'est tellement impliquée dans ce " seule en scène " que l'incarnation ( ce phénomène si rare au théâtre ) est ici parfaite.

Aussi ne saurais-je trop vous encourager à aller l'applaudir. Cela se passe chaque dimanche en matinée à 15h. et qui sait, peut-être acquerrez-vous sur place, une once de philosophie et de sagesse, ce qui n'est jamais inutile.



Simone ALEXANDRE

www.theatrauteurs.com

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

15:01 Publié dans THEATRE | Lien permanent

02/02/2019

LA DAMA BOBA ou celle qu'on trouvait idiote de Félix Lope de Vega

damaboba-h.jpg

 

 

THEATRE 13 / JARDIN

 

100 A, Bd.Auguste Blanqui

 

75013 PARIS

 

 

 

(M° Glacière)

 

LOC. 01 45 88 62 22

 

Pl. 24€ - T.R. 16€

& 13€ le 13 de chaque mois

 

http://www.theatre13.com/

 

Traduction : Benjamin PENAMARIA

Adaptation : Benjamin PENAMARIA et Justine HEYNEMANN

 

Mise en scène: Justine HEYNEMANN

 

avec : Sol ESPECHE ( Nise ) - Stephan GODIN ( Otavio ) 

Corentin HOT ( Turin ) - Rémy LAQUITTANT ( Liséo ) 

Pascal NEYRON ( Duardo ) - Lisa PERRIO ( Clara ) 

Roxanne ROUX ( Finéa ) - Antoine SARRAZIN ( Laurencio )

 

les2soeurs.jpg

 

" Ou comment l'esprit vient aux filles "

aurait dit ce bon Jean de La Fontaine …



L'action se déroule à Madrid dans la maison du sieur Otavio

( Stephan Godin ) lequel est père de deux filles à marier, dissemblables au possible.

Finéa ( Roxanne Roux ) qui vient d'hériter d'un oncle

( d'Amérique ? ... ) lequel lui a légué une somme assez considérable : 100 000 ducas, ce qui fait de la damoiselle un parti éminemment convoitable … est absolument inculte et irrémédiablement sotte aux yeux de tous ceux qui l'approchent.

A contrario, sa soeur Nise ( Sol Espeche ) est non seulement intelligente mais cultivée et à ce titre bien plus courtisée que la précédente, du moins tant que l'argent n'est pas encore venu fausser la donne.

Nise est amoureuse d'un garçon sans le sou : Laurencio,

( Antoine Sarrazin ) qui bien entendu va brusquement et comme par hasard s'intéresser à la petite dinde devenue brusquement richissime.

Or Otavio avait pressenti un mariage pour Finéa en faisant venir Liséo ( Rémy Laquittant ) de Tolède lequel sera bien sûr rebuté par la bêtise dont fait preuve la promise en question.

 

tiraillement.jpg

( Photos : Cindy Doutres )



Que croyez-vous qu'il advint ?  ...

Je ne vais certes pas vous raconter la suite au risque de vous gâcher le plaisir de la découverte car la pièce du début à la fin regorge de rebondissements.

Sachez toutefois que les comédiens rivalisent de souplesse et d'inventivité, que le rythme est soutenu de bout en bout sans laisser place à la moindre faille ou baisse de tension. C'est complètement fou, excessif mais avec talent, joyeux ce, même aux pires moments et enlevé : con maestria !

Je me garderai bien d'oublier les autres rôles à savoir celui de Turin ( Corentin Hot ) Clara ( Lisa Perrio ) ainsi que Duardo

( Pascal Neyron ) car chacun s'acquitte de sa partition avec fantaisie et brio.

La musique et le chant viennent agrémenter un texte déjà haut en couleurs. Bref, une totale réussite et l'on ressort du lieu en se disant : " ça, au moins, c'est du théâtre … "

Felicidades !


Simone ALEXANDRE

www.theatrauteurs.com

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

20:50 Publié dans SPECTACLE MUSICAL, THEATRE | Lien permanent

27/01/2019

Qui va garder les enfants ? de Nicolas Bonneau

en fonction.jpg

 

 

THEATRE BELLEVILLE

 

94, rue du fbg du Temple

 

75011 PARIS

 

 

 

(M° Belleville)

 

LOC. 01 48 06 72 34

 

Pl. 25€ - T.R. 15€

- 26 ans : 10€

 

https://www.theatredebelleville.com/

 

 

Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi à 19h15

Dimanche à 15h

 

Mardi : 19h15 en MARS

 

C R E A T I O N -

 

Conception et écriture,

 

Nicolas BONNEAU et Fanny CHERIAUX

 

Co-mise en scène : Gaëlle HERAUT

 

Jeu : Nicolas BONNEAU

 

Qui-va-garder.jpg

 

 

En politique il y a comme on dit : " des choses à faire et ne pas faire " …
 
Sans doute vous souvenez vous de la médiatisation qui a suivi l'accouchement de Ségolène Royal alors qu'elle était ministre ?

 

Puis il y eut cette phrase ironico-machiste de Laurent Fabius,

- " mais qui va garder les enfants ? "


Et oui, nos politiques ne se font pas de cadeaux mais de là à mettre " la fraise des bois " aux fourneaux, il y avait une marge ... Monsieur " petite blague " et sa compagne d'alors ont dû apprécier !

Un qui n'a pas oublié, c'est Nicolas Bonneau, lequel en quête de témoignages et durant deux ans, est allé à la rencontre des femmes politiques françaises.


Son spectacle est un véritable patchwork d'incidents médiatico-politiques car désormais tout se sait et bien entendu, les réseaux sociaux n'ont rien arrangé.

Or lui, est allé sur le terrain car tout ce qu'il nous raconte s'est passé avant qu'internet n'envahisse le quotidien et il rencontra quelques réticences à obtenir les renseignements qu'il nous fournit. Car ce ne fut pas une enquête de tout repos !

Mais qui se soucie encore d'Yvette Roudy, de Huguette Bouchardeau ou d'Edith Cresson ? C'est vraiment très loin tout ça et les gouvernements successifs avec leur cortège de péripéties ont relégué les faits à la presque-préhistoire ...

D'autant que ce spectacle-témoignage n'a pas su éviter les clichés ni les lieux communs. Certes, la matière collectée est riche mais cela part un peu dans tous les sens. Il faut reconnaître que la démarche effectuée par un homme reste ambiguë car comment être juge et partie ?
 
Une femme dotée d'une bonne dose d'humour et d'esprit caustique racontant ce genre de déboires aurait peut-être eu plus d'impact ? …

Même Angela Merkel n'a pas été oubliée : Ach ! mein Gott.

 

Nicolas-Bonneau.jpg

( photos : Marianne-Richard Volante )

 



Pourtant de grandes figures féminines ont émaillé l'Histoire, celle d'avant, il est vrai.


Elisabeth Première, Catherine II de Russie, Marie-Thérèse d'Autriche … on pourrait même remonter jusqu'à Agrippine bien que cette dernière, comme on sait ait mal fini.
Or tout cela ne se situait pas en démocratie laquelle favorise les luttes intestines et autres compétitions et pour parler clair : la foire d'empoigne.

Chaque mardi du 5 au 26 février à 19h15, Noël Mamère viendra s'entretenir avec Nicolas Bonneau peut-être un regain d'intérêt va t-il alors se déclencher ? ...
Cela s'intitule : " Une vie politique "


Par conséquent, " wait and see " comme on dit chez Theresa May or vous pouvez bien entendu aller d'ores et déjà, forger votre propre opinion sur place.




Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

07:01 Publié dans THEATRE | Lien permanent