Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/09/2010

La peste d'Albert Camus.

la-peste-h.jpg

THEATRE de la HUCHETTE

23, rue de la Huchette

75005 PARIS

M° St-Michel ou Cluny-la-Sorbonne

loc. 01 43 26 38 99

Pl. 26€ - étud. 15€

- 26 ans (mardi, mercr. & jeudi : 10€)


du mardi au vendredi à 21h.

matinée le samedi à 15h.30

Mise en espace et interprétation : Loïc PICHON.

 

A la base, un texte fait pour être lu et non pour être dit. Or on ne décide pas de porter un texte à la scène sans avoir de particulières affinités avec son auteur, d'autant que le terme " adaptation " ne saurait ici s'appliquer tant Loïc Pichon fut fidèle au célèbre roman.
Disons qu'il nous a réservé les extraits qui rencontraient le plus d'échos en lui ?

A l'époque de la parution du livre, en 1947,  son décryptage fut sans doute différent de celui que nous sommes amenés à effectuer en 2010. Quoique  ...


Si vous avez décidé de sortir pour vous distraire, mieux vaudrait bêtement vous engouffrer dans un café-théâtre mais si réfléchir au sens des mots et des situations ne vous rebute pas trop, vous écouterez alors sans difficulté ce monologue d'une heure trente.

L'homme est donc seul en scène et n'a pour créer les images que le support de son interprétation. J'avoue avoir eu très peur au début et puis à mesure que le comédien avançait dans le texte, son aisance allait croissant et à la fin, je puis vous assurer que les applaudissements furent nourris même si durant la représentation un ou deux bâillements furtifs se firent entendre.  Quelques couche-tôt égarés, sans doute ?
Certes, le théâtre sans dialogues n'est pas du théâtre.  Disons alors que le conteur fut à la hauteur de la tâche, ni excessif ni ennuyeux. et il ne suffit que d'apprécier Camus pour avoir envie de l'entendre.
Deux phrases ont plus particulièrement attiré mon attention,

" Il fallait tout croire pour ne pas être réduit à tout nier " - ou encore - " les religieux n'ont pas d'amis, ils ont tout placé en Dieu. "

Pure coïncidence ? ... Signalons dans la foulée que le comédien est Frère Jean-Pierre dans le film de Xavier Beauvois " Des Hommes et des Dieux " lequel comme chacun sait vient de sortir sur nos écrans, évoquant le drame, que dis-je ? la tragédie qui a frappé les moines de Tibhirine. Face à Lambert Wilson et Michael Lonsdale, Loïc Pichon fait preuve d'une belle autorité.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

lapeste-l.jpg

Photos : LOT

15:07 Publié dans THEATRE | Lien permanent

09/09/2010

UBU ROI d'après Alfred Jarry.

Ubu-h.jpg

 

Vingtième THEATRE

7, rue des Plâtrières

75020 PARIS

(M° Ménimontant)

Loc.01 43 66 01 13

Pl. 24, 19 & 12€

Du mercredi au samedi à 21h.30

Dimanche à 17h.

Jusqu'au : 31 Octobre 2010 -

 

Mise en scène de Franck Berthier

avec Jean-Philippe Ecoffey (Père Ubu) - Marie-Christine Letort (mère Ubu) - Teresa Ovidio (la Reine Rosemonde & Sorcière de Macbeth) - Patrick Palmero (Roi Venceslas & sorcière de Macbeth) - Jean-Pierre Poisson (Capitaine Bordure & Bougrelas) -

 

Décor et costumes blancs à l'inverse des âmes ...
Ubu en caleçon long et chemise débraillée se lance dans une danse effrénée.
A l'étage au dessus, son épouse se lime les ongles tout en s'exprimant avec un accent quasi teuton. Dans ses moments de loisirs (or, n'en doutons pas, elle en a beaucoup) la blonde dame Ubu semble avoir lu Shakespeare puisqu'elle s'identifie à lady Macbeth avec toutes les conséquences qui en découlent ...
Au lieu de perdre son temps à jouer du mollet, son gros époux ferait mieux d'assassiner le roi afin de prendre sa place : ainsi pourrait-elle devenir reine de Pologne !

Pour cela il ne suffit que de convoquer quelques sbires et il sera possible de recourir au capitaine Bordure puisqu'il exècre le monarque en place.
Or une convocation arrive du palais et père Ubu s'y rend - convaincu de devoir y laisser sa tête - alors que c'est un comté qui l'attend. Loin d'être reconnaissant, il fera quand même assassiner Venceslas lequel laisse derrière lui une épouse (mais pas pour longtemps) et un jeune héritier, Bougrelas, âgé de 14 ans.
Arrêtons là la narration puisque c'est le moment précis où tout commence, un nouveau tyran est monté sur le trône et la noblesse ne va pas tarder à comprendre ce que cela signifie.
Remords ou perversion suprême ? ... A moins que ce ne soit vulgaire cupidité, dame Ubu-Macbeth va désormais souhaiter la chute de son royal époux.
Le clou du spectacle sera cette revue en plumes et paillettes au cours de laquelle une Zizi Jeanmaire rajeunie et ressemblant à s'y méprendre à Victoria Abril, tiendra le rôle décisif de l'une des célèbres sorcières shakespeariennes. (en plus sexy) -
N'oublions pas pour autant que " la Roche Tarpéienne est proche du Capitole " et qu'une embarcation peut évoquer le naufrage du Titanic ...
La fin est abrupte et tout se termine sur une lapalissade que je vous laisse découvrir mais qui fait immanquablement dire aux spectateurs qui resteraient bien plus longtemps,
- " Merdre alors ! c'est déjà fini ? " tant ce Jarry repeint en blanc est devenu actuel.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Ubu-Roi.jpg

Photos : Greg Zibell

16:15 Publié dans THEATRE | Lien permanent

07/09/2010

Ce qui arrive et ce qu'on attend de Jean-Marie Besset.

duo.jpg

Vingtième THEATRE

7, rue des Plâtrières

75020 PARIS

Loc. 01 43 66 01 13

Pl. de 12 à 24€

Mer, Jeu, ven, sam. 19h.30

Dimanche à 15h.

jusqu'au 31 octobre 2010 -

Mise en scène : Arnaud Denis.

avec : Virginie Pradal, Arnaud Denis, Blanche Leleu, Adrien Melin, Jonathan Max-Bernard, Niels Adjiman, Jean-Pierre Leroux.

L'expression " tirer des plans sur la comète " trouve ici la plus belle illustration qui se puisse concevoir car peut-il exister un projet plus fou que celui qui consisterait à lancer un concours en vue de la construction d'un monument sur la lune ?
Là, pardonnez l'expression mais Jean-Marie Besset n'y est pas allé " avec le dos de la cuillère " ! C'est énorme et même Ionesco (à ma connaissance) n'y a jamais pensé. Bienvenue en Absurdie où très sérieusement, et avec une impatience teintée d'angoisse, deux hommes attendent dans le couloir du ministère chargé du financement de ce projet pharaonique. Et l'attente de se prolonger, vécue de même sorte mais exprimée différemment par chacun d'eux.

Tout le monde sait que lorsque l'ambition porte les individus, tous les coups sont permis, que depuis la nuit des temps, le sexe a souvent fait office d'accélérateur. Nous allons donc assister à un épisode très hot dans et sur le bureau même de Madame la Ministre en exercice ... Jolie scène de pattes en l'air dans toute l'acception du terme à laquelle Virginie Pradal et Jean-Pierre Leroux se livrent pour le plus grand plaisir des spectateurs !

coupleplusancien.jpg


Des retrouvailles plus discrètes auront lieu fortuitement et de façon différée entre le  plus jeune architecte et un membre du jury. Nous ne tarderons pas à deviner le drame qui s'est joué quelques années au préalable ...
 
Changement de décor, nous sommes désormais dans l'appartement tout à la fois luxueux et moderne de Niels Abbot chez qui vit Jason Feyder (Jonathan Max-Bernard) cet homme au visage fermé mais dont la voix pèse lourd pour l'obtention du brevet.
Un autre jeu de séduction ne tardera pas à avoir lieu entre la femme du second postulant ( Philippe Derrien interprété avec subtilité par Adrien Melin ) et Niels, jeune homme au charme quasi irrésistible auquel Arnaud Denis prête son élégance.
Qu'est-ce qui fait courir le monde ? ... le fric et le ... c'est bien connu (cherchez la rime) il arrivera donc ce qui devait arriver. A vous de découvrir la suite en prenant le chemin qui mène au Vingtième Théâtre.

Les comédiens sont irréprochables et la pièce est peinte aux couleurs de la vie, teintée d'un humour parfois grinçant mais destiné à rehausser la grisaille de destins que l'on avait rêvés éclaboussés de soleil. Parodiant Lorenzo l'un des deux pourrait presque alors s'écrier : " Te voilà, toi, face livide ? " quand il aura gagné.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

cequiarrive.jpg

Photos : Lot.

12:59 Publié dans THEATRE | Lien permanent