Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2010

Refuge pour temps d'orage de Patrick de Carolis.

Refuge-h.jpg

PETIT HEBERTOT

78bis, bd. des Batignolles

75017 PARIS

(M° Rome et Villiers)

loc. 01 42 93 13 04

www.petithebertot.fr

Tarif unique : 25€

Adaptation et mise en scène : Bérangère DAUTUN

avec Jean-Pierre MICHAEL et Bérangère DAUTUN

tous les samedi à 16h.30

dimanche et lundi à 19h.30

 

" Qu'aviez vous donc, ô mon poète,

" Et quelle est la peine secrète,

" Qui de moi, vous a séparé ? "

 

Qui n'a connu les instants qui succèdent à une rupture ? ...
C'est le lot commun et nous vivons tous cela différemment, envahis que nous sommes par tout ce vécu désormais enfui. Certains s'éloignent tout simplement pour faire le point, d'autres tranchent net, préférant la chirurgie à la médecine.
A chacun selon son tempérament.
Jean-Pierre Michael est cet homme jeune et beau à l'évidente sensualité qui se trouve brusquement privé de celle qu'il aime. Tout son être se révolte face à l'absence. Sa première réaction est de partir vers d'autres cieux et nous le retrouvons à Budapest, dans un bar où il est allé noyer son chagrin puis il y aura ensuite la chambre d'hôtel et le lit désespérément vide ...
La convalescence de l'amour est un moment de crise obligatoire. Tout le passé défile alors revêtant une importance jusqu'alors insoupçonnée. On se surprend à convoquer des fantômes.
Précisément en voici un, tout de blanc vêtu, mais qui est-ce ? ... la projection diaphane de la mère ? ... une muse bienveillante ? ... Son commentaire teinté de douce ironie fait remarquer que le futur ne s'écrit pas couleur sépia.
Or est-il en état d'envisager le futur ? Pas encore, voyons ! Seul le temps a le pouvoir de cicatriser les blessures et pour cela il faut au préalable, plonger en soi afin d'y retrouver ses racines.
Dans ce but, cap sur Arles, la ville natale, sa revigorante lumière, le souvenir de ce gardian qui fut un maître à penser pour le jeune garçon qu'il était alors, afin d'y retrouver l'invisible présence ...
Ce texte est le récit d'un homme qui raconte son expérience en la poétisant, texte dans lequel Bérengère Dautun s'est glissée en un habile contrepoint lui conférant un relief tout à la fois teinté de subtilité, de rigueur - aussi, parfois - composant ce personnage témoin, hiératique aussi proche que lointain un peu à la façon de ces anges gardiens dont certains pensent être accompagnés.
Le comédien bouillant d'énergie semble corps et âme impliqué dans ce rôle qu'il investit de toutes les fibres de son être tandis que son illustre partenaire nous offre un savant dosage de technicité qui nous amène à évoquer les théories du sieur Diderot. Deux conceptions de jeu complètement différentes et qui en s'opposant, se mettent en valeur l'une l'autre. On oublierait presque alors que ce texte n'était pas initialement destiné au théâtre car force est de reconnaître que l'on s'est laissé séduire par lui, et par eux, tout simplement.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Refuge.jpg

Photos LOT

22:15 Publié dans THEATRE | Lien permanent

06/12/2010

Plus qu'hier et moins que demain.

Courteline-h.jpg

THEATRE MOUFFETARD

73, rue Mouffetard

75005 PARIS

(M° Place Monge)

loc. 01 43 31 11 99

Pl. 24€ - T.R.16€

du mercredi au samedi à 21h.

dimanche à 17h.

(Relâches les 25 décembre et 1er janvier)

 

A partir de LA PEUR DES COUPS de Georges COURTELINE

& SCENES DE LA VIE CONJUGALE de Ingmar BERGMAN.

Adaptation et mise en scène : Pierre MAILLET et Matthieu CRUCIANI

avec : Emiie CAPLIEZ, David JEANNE-COMELLO

et la participation de Matthieu CRUCIANI.

 

Faire le grand écart entre Courteline et Bergman, la démarche est peu banale - il fallait oser - et pourtant, à y bien réfléchir ... les couples se conduisent de même sorte depuis toujours, c'est juste le mode d'expression qui diffère selon l'époque. Le résultat - lui - reste identique. Puisque nous sommes au théâtre, le rouge sera à l'honneur, une débauche de rouges qui s'étale sur un lit capable d'accueillir 3 couples; rassurez vous, en dépit des 6 coussins nous nous contenterons d'un seul pour le moins fracassant.
Grâce aux soins conjugués de Pierre Maillet et Matthieu Cruciani, Courteline effectue une plongée en plein 21ème siècle et s'en trouve tout ragaillardi ! Il faut dire que les deux interprètes ne se ménagent pas. Les spectateurs pris à témoins ne seront pas de reste et assisteront au déshabillage tant physique que moral de ce couple survitaminé.
Un coup de baguette magique ou presque et le méga-lit devient un court sur lequel on joue de la raquette. Mais comme tout va très vite, l'habit de soirée succède à l'équipement sportif, costume noir et paillettes, musique et valse ...
Enfin le lieu devient une pièce d'habitation, tenue d'intérieur et divan, bureau et contrat de divorce. Toutes les conjugaisons du couple sont ici déclinées et plus tard sur la plage, suivront les confidences qui sont le prolongement des amours mortes. On joue à être jaloux. La mise en scène est brillante, le rythme trépident et cerise sur le gâteau, David-Jeanne Comello nous gratifie d'une brève mais évidente imitation de Belmondo dont le caractère inattendu nous met en joie. Belle réussite !

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

confidence.jpg


11:17 Publié dans THEATRE | Lien permanent

05/12/2010

ATTITUDES de Benoît Marbot

vis.attit.jpg

Théâtre de l'Ile Saint Louis - Paul Rey

39 Quai d'Anjou 75004 PARIS

Métro : Pont-Marie

Loc. 01 46 33 48 65

du mardi au samedi à 21h.

dimanche & jours fériés à 17h.30

www.theatre-ilesaintlouis.com

 

Mise en scène de l'auteur.

avec Jean TOM et Sabrina BUS

Attitudes-1.jpg

Un barbecue, deux chaises de jardin, le décor est planté sans oublier tout en haut de l'avant-scène, un panneau publicitaire qui deviendra par intermittence l'écran sur lequel évolueront les apprenties danseuses ...
Une musique se fait entendre provenant de la maison voisine et à son écoute, Laurence esquissera automatiquement quelques figures chorégraphiques. Persiflage de Damien qui sans qu'on le voit lui lance,

" quand tu auras fini ta gymnastique ? ... "

et il ne tardera pas à la rejoindre. Ils regarderont ensemble le panneau en question pour convenir d'un commun accord que ce n'est pas très esthétique mais utile aux finances !
Visiblement, ils attendent quelqu'un et devisent histoire de patienter. Ils essaieront bien d'allumer le barbecue mais en vain. Très rapidement on comprend que Damien est écrivain ce qui ne nourrit pas son homme bien que son aspect physique ait tendance à prouver le contraire quant à Laurence, elle enseigne la danse. C'est fou, tout ce que l'on peut se dire quand on attend quelqu'un qui ne vient pas ! Le spectateur au fil des dialogues va peu à peu découvrir tous les membres de la famille, tenter d'analyser le pourquoi du comment. Que s'est-il donc passé d'irréversible l'année précédente ? ... Chaque famille véhicule son lot de rêves  déraisonnables, de frustrations inavouées lesquelles peuvent aller jusqu'à la cruauté inconsciente mais également une heureuse propension à l'humour et à la dérision. Ils sont là tous deux, fragiles en dépit de leurs efforts destinés à prouver le contraire et de ce fait attachants au possible.
Jean TOM va révéler tout au long de la pièce des possibilités que nous ne soupçonnions pas au départ. Certains souhaiteraient peut-être entre sa partenaire et lui des formes d'expression plus contrastées, un ton en décrochage,un rythme différent mais le duo formé avec Sabrina BUS reste parfaitement crédible d'autant que (ne l'oublions pas) ils sont ici frère et soeur ... 

Une pièce à découvrir (faites vite car elle ne se joue que jusqu'au 19 décembre) -

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

satellite.jpg


 

12:12 Publié dans THEATRE | Lien permanent