Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/05/2012

Maison de repos, texte et mise en scène : Emmanuelle Lancien

Maison-Repos-h.jpgTHEATRE LES DECHARGEURS,

3, rue des Déchargeurs

75001 PARIS


(M° Châtelet-les-Halles)


loc. 08 92 70 12 28

www.lesdechargeurs.fr


Du mardi au samedi à 20h.


jusqu'au : 19 MAI 2012


 

avec : Mathieu GORGES, Camille HAZARD, Claudia MOSCONI, Alessandro SGOBBIO (piano)

 

Maison-Repos-1.jpg


 

Piano destiné à alléger l'atmosphère, à la rendre plus ludique par le biais de parenthèses sonores. 

Ce spectacle est très gestuel et ce, de façon presque mécanique. Cela crée également une distanciation aussi salutaire que voulue, la poésie battant en brèche la réalité des faits. Car Marion et Tony sont enfermés dans ce que l'on nomme pudiquement une " maison de repos. " Leur dialogue appartient encore au domaine de l'enfance ...

Un troisième personnage censé les surveiller - fait ponctuellement son apparition - il s'agit de Emeline, qui est là en qualité de stagiaire - qui se livre peu - tant elle est prise dans le carcan de sa fonction.

Le décor évoque une plantation que Tony voudrait de cannabis laquelle se transformera au gré des tableaux. 

Leur accoutrement respectif est étrange, moitié de veste, tutu noir, chaussures à talons très hauts retenues par une sorte de bandelette, chacun présentant une particularité en décalage et un indice ... forcément ! 

Pas un seul instant le spectateur n'oubliera qu'il est au théâtre; certains le déploreront peut-être mais cette approche a le mérite de nous protéger.

La situation tragique s'inscrit en filigrane alors que le caractère apparemment léger des échanges permet de mieux aborder ce qui eut (peut-être) semblé difficilement supportable ? ...

Le vol nocturne du journal de la psy ' (que nous ne verrons jamais) ajoutera un surcroît de pathos à lourde signification. N'oublions pas qu'il faut parler des choses graves légèrement et en ce sens, incontestablement, le pari est tenu, mieux : réussi !

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Maison-Repos-3.jpg


14:18 Publié dans THEATRE | Lien permanent

05/05/2012

Le balai de fer de Karen A. Simonian

balai-fer.jpg


THEATRE DU NORD-OUEST

13, rue du fbg. Montmartre

75009 PARIS


(M° Grands Boulevards)


loc. 01 47 70 32 75


www.TheatreDuNordOuest.com


(à consulter pour connaître les jours & heures des représentations)

 

Mise en scène : Lilit Simonian

avec : Bernard Lefèbvre.

 

Bruitage infernal, lequel viendra meubler l'espace ponctuellement.

Un homme seul, se détache dans l'obscurité. Il s'adresse à un interlocuteur qui restera invisible. Nous allons rapidement comprendre que le visiteur a voulu précipiter les choses car il ne pouvait plus supporter de vivre dans l'angoisse. 

Il s'agit d'un arménien vivant dans la Russie soviétique et il vient de prendre la décision de se rendre de son plein gré dans les bureaux du K.G.B. car autour de lui les gens sont arrêtés, puis disparaissent ...

Et il est là, dans la lumière aveuglante d'une lampe braquée sur lui.

" Les aveux ne se livrent pas debout " ... suggérera t-il, sans succès.

En ces années là, une traque impitoyable avait lieu en direction de ceux qui étaient considérés comme " les ennemis du peuple " et il suffisait de très peu de choses pour se voir attribuer ce qualificatif. Un simple mot comme celui de Dieu qui a échappé au détour d'une phrase, pouvait déclencher la catastrophe.

Ambiguïté de la démarche ... car on hésite a conclure si cette dernière est héroïque ou fut inspirée par une sorte de veulerie. Il est difficile de juger quand on est à l'abri de l'oppression, quand on ne l'a pas connue. Or ces êtres vivaient avec la peur au ventre et ce faisant, la paranoïa était devenue une seconde nature. 

Pour cette fois, l'homme sera relâché mais restera sous surveillance ... 

Ses conversations téléphoniques sont rigoureusement écoutées. Aucune intimité n'est possible.

A peu de temps de là, des bruits sourds seront cognés à sa porte et là, il ne se retrouvera pas dans les locaux de la police de son plein gré. Puis, viendront les méthodes habituelles ...

Le comédien prend ce texte à bras le corps, le porte de toute l'intensité vocale dont il est capable et le public qui ne peut même plus être incrédule après tout ce qui a été dit sur cette administration soviétique, écoute effaré en se disant,

- quelle chance fut la nôtre, de ne pas avoir vécu cela ! 

Vous l'avez compris, ce n'est pas un spectacle facile mais il convient de s'y arrêter sachant que l'Histoire a la fâcheuse habitude de se répéter au fil des siècles.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

 

 

 

21:12 Publié dans THEATRE | Lien permanent

30/04/2012

La guerre n'a pas un visage de femme d'après le récit de Svetlana Alexievitch


laguerrebleue.jpgTHEATRE GUICHET MONTPARNASSE

15, rue du Maine

75014 PARIS


(M° Montparnasse, Edgar Quinet, Gaité)


Réservations : 01 43 27 88 61


Chaque mercredi & vendredi à 19 h.



jusqu'au : 15 Juin 2012


Texte librement adapté, mis en scène et interprété par Cécile CANAL



Aide à la direction d'acteur, Patrick FORIAN


" La guerre n'a pas un visage de femme "

Edition originale, Presse de la Renaissance 2004, J'ai lu : 2005


 

Au début, une voix off commente en russe.

Ceux qui ne comprennent pas ( j'imagine que nous sommes nombreux ) se laissent porter par la musicalité de la langue. C'était l'époque des engagés volontaires. Certains étaient encore des enfants et trichaient sur leur âge afin d'être acceptés. Il est vrai que les circonstances faisaient que leurs interlocuteurs n'étaient pas trop regardants. il y eut des femmes ou plutôt des adolescentes dans le nombre. " A la guerre comme à la guerre " a t-on coutume de dire ... 

La comédienne est seule en scène, et n'a pour l'accompagner que ces voix off ou ces bruitages venant ponctuer son récit fait de témoignages car elle sera une enfant jetée dans la tempête, déguisée en homme par commodité, sans nul souci d'élégance bien sûr et apprendra la vie en contemplant la mort. 

A 16 ans, son personnage connaîtra la peur, la faim et le froid dans ce combat que les russes envahis menèrent contre ceux que l'on désignait en Europe sous le terme de boches. Nos grands-parents n'ont jamais employé une autre expression pour parler des allemands puisque certains ont traversé deux guerres avec cet ennemi en face. Les conflits n'étaient pas encore complètement mécanisés et la présence des chevaux quand on les connaissaient était rassurante mais parfois, il fallait en sacrifier un tout simplement pour manger. 

Au dessus, les avions et une défense antiaérienne devait alors fatalement s'organiser. Notre héroïne en fit partie. 

Cécile Canal nous décrit la Volga rouge de sang, et tout ce que l'on nomme " les horreurs de la guerre " (ce n'est pas un vain mot) 

A 500 mètres de là, les tranchées ennemies. Seule femme parmi les hommes entassés dans un gourbi de 6m2, on imagine ce que fut son existence ...

Les évocations sont ponctuées par des noirs lui permettant de modifier imperceptiblement son aspect physique mais de façon suffisamment convaincante.

Le rythme ne faiblit jamais. Certes, les personnages de vieilles femmes sont un peu caricaturaux mais nous savons que la réalité est parfois plus terrible que le théâtre et puis il y a cette démarche claudicante mais on ne sort pas intact d'une guerre et celle là fut terrible !  Nous, spectateurs ressortons du Guichet avec à l'esprit un " plus jamais ça " mais avec d'autant plus de conviction que ce serait mille fois plus terrible maintenant et on se dit que décidément, les pacifistes n'ont pas assez de pouvoir en ce monde. Donc, à voir, absolument ! 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Madone.jpg


10:22 Publié dans THEATRE | Lien permanent