Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2011

Emilie du Châtelet : Discours sur le Bonheur.

Discours-bonheur-h.jpg

THEATRE du LUCERNAIRE

53, rue N.Dame des Champs

75006 PARIS

(M° N.D.des Champs)

Réserv. 01 45 44 57 34

www.lucernaire.fr

DU 25 MAI au 2 JUILLET 2011

du MARDI au SAMEDI à 18h.30

Mise en scène : Béata NILSKA

avec Edith VERNES et Sylvain BEGERT

 

" J'ai perdu un ami, un grand homme, qui n'avait que le défaut d'être une femme " (Voltaire à Frédéric II de Prusse, à la mort de Madame du Châtelet)

Chaque époque a les personnalités qu'elle mérite or l'autre " grand homme " de ce XVIIIème siècle, ne l'oublions pas, se nommait Catherine II, impératrice de toutes les Russies, preuve que cette envergure exceptionnelle était dans l'air du temps mais revenons à cette marquise qui nous préoccupe.

Gabrièle Emilie du Châtelet est une " femme savante " au sens noble du terme, la première à s'être intéressée à la physique qu'elle considérait comme " la reine des sciences " et à qui nous devons la traduction du célèbre " Principia " de Newton.

C'était également une grande amoureuse et elle voua une passion sans limites à Voltaire dont elle partagea la vie durant plus de 10 ans, lequel la délaissa pour une jeune actrice. Elle en souffrit terriblement et c'est sans doute ainsi que ce " Discours sur le Bonheur " est né.

" Tout ce qui ne tue pas, renforce " déclarera Nietzsche un siècle plus tard. Or comme être passionné est plus la conséquence d'un tempérament que des circonstances, à peine son livre terminé, Madame du Châtelet s'éprendra  d'un jeune officier (Saint-Lambert) dont elle sera enceinte, ce qui causera sa mort à l'âge de 42 ans.

N'avait-elle pas écrit : " Avoir des passions, c'est la seule manière d'être heureux. Il est donc à désirer d'être susceptible de passions, et je le répète encore : n'en a pas qui veut "

Edith Vernes est une Emilie du Châtelet assez pondérée, m'a t-il semblé, en fonction de ce que nous connaissons du personnage ...
Son partenaire, (Sylvain Begert) muet mais à la figuration très intelligente apporte une note subtile de fantaisie par le biais de ces déplacements qu'il effectue avec cette démarche toute particulière qui ne saurait passer inaperçue.

La mise en scène de Béata Nilska est tout à la fois sobre et efficace.
Le texte quant à lui est à découvrir ou se remettre en mémoire, c'est selon.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Emilie-du-Chatelet.jpg

Photos : Claire SHWARTZ

17:09 Publié dans THEATRE | Lien permanent

01/06/2011

20 Novembre de Lars Norén

20-nov.jpg

 

 

 

 THEATRE DU NORD-OUEST

13, rue du Fbg Montmartre

75009 PARIS

Loc. 01 47 70 32 75

www.TheatreDuNordOuest.com

voir dates et heures sur le site en question.

 

20nov.4L.jpg

Traduction : Katrin Ahlgren

L'Arche est éditeur et agent théâtral du texte présenté

Mise en scène : Georges Bécot

avec Jim Bauer (un héros) - Ghassane Farid (le jeune homme) - Thomas Huguenin (un héros)

 

les-trois-8.jpg

20 Novembre (2006) la date est évocatrice, surtout pour les allemands puisqu'il s'agit de l'un de ces épouvantables faits divers dont Lars Norén nous reparle afin de nous éclairer sur les raisons réelles ...
" Comment peut-on en arriver là ? " diront la plupart d'entre nous.
Pourtant le drame n'est pas exceptionnel, il s'en est même produit d'identiques à des endroits divers de la planète durant ces dernières années. Il y a donc forcément un motif. Or, l'exclusion, le mépris de l'autre débouchent immanquablement sur la violence. Nous avons mis dans la tête de tous ces jeunes qu'ils devaient obligatoirement décrocher des diplômes afin de " réussir " comme on dit. Ils ont découvert depuis pas mal de temps qu'il n'en était rien, qu'on les avaient catapultés dans une société bouchée, voire pourrie. Alors la révolte ne suffit plus, certains désormais passent à l'acte. La haine, il ne leur reste plus que cela, leur tient chaud au coeur, avant que le pire se produise.
Un comédien seul en scène, assis par terre, la tête penchée, abrité par sa capuche va se lever, se faire reconnaître et jouer à la grenade dégoupillée en nous prenant à témoins, en nous mettant directement en cause car c'est bien cela que nous méritons, nous les assis qui regardons vivre mais surtout crever les autres. Ce jeune a perdu tout espoir que ça s'arrange.
" I hate " dira t-il et ses yeux de braise nous le confirment. Puisqu'aucun espoir n'est possible, puisque sa vie ne vaut rien, il a décidé d'en finir et c'est pour bientôt mais surtout pas seul car ce serait trop injuste. Notre inertie ne nous rend-elle pas complices de tout ce qui se passe ? ... Le jeune comédien qui s'exprime ainsi devant nous, les poings serrés est accompagné de façon ponctuelle par deux partenaires dont l'un est musicien ce qui parfois permet de détendre imperceptiblement l'atmosphère. Ils n'ont pas encore grande expérience les uns et les autres mais s'impliquent pour et par ce texte subversif que le spectateur réceptionne au creux de l'estomac comme s'il s'était égaré sur un ring. C'est bien cela, le théâtre de proximité, non ? ...

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

11nov-h.jpg

10:22 Publié dans THEATRE | Lien permanent

29/05/2011

Tino Caspanello : Mer

THEATRE de l'ATELIER

1, Place Charles Dullin

75018 PARIS

(M° Anvers)

Loc. 01 46 06 49 24

www.theatre-atelier.com

Pl. de 10 à 30€

du mardi au samedi à 21h.

dimanche à 16h.

traduction du sicilien : Bruno et Frank La Brasca

texte publié aux Editions Espaces 34

Mise en scène : Jean-Louis Benoit

avec Léa Drucker et Gilles Cohen

 

La pièce évoque le problème de l'incommunicabilité entre les êtres, laquelle n'exclut pas toujours ceux qui s'aiment ...
Lui est allé par une nuit noire au bord de la mer en prétextant qu'il voulait pêcher alors qu'il n'y a aucun poisson. Sans doute voulait-il tout à loisir penser à elle - loin d'elle - car l'éloignement peut rapprocher  en permettant de mesurer l'importance que l'autre tient dans sa vie.
Elle ne comprend pas et le cherche, le questionne à coup de banalités auxquelles il répond de façon évasive. Certains couples tuent leur amour à force de paroles maladroites et d'autres le noie dans un océan de non-dits. Malheureuse, se croyant imcomprise, elle revient sans cesse sur ses pas pour le relancer. Bref, elle fait tout ce qu'il ne faut pas faire jusqu'au point de l'agacer. L'homme s'est verrouillé dans le silence et elle insiste pour l'en faire sortir. " Moi je t'appelle toujours même quand je ne le fais pas. " finira t-elle par avouer. Léa Drucker est touchante de désarroi avec sa demande d'amour que rien ne peut combler. Gilles Cohen a toutes les pudeurs de l'homme qui ne veut pas se livrer, muré dans son statut de mâle qui cherche à se préserver. Toutes les générations sont porteuses de couples tels que celui-là. Il ne suffit que d'un déclic pour qu'enfin les mots soient dits réciproquement or par lassitude, les couples se séparent avant, parfois.
Les deux comédiens sont excellents mais sur le plan théâtral le spectateur se sent un peu frustré, attendant que quelque chose enfin se produise qui tarde à venir ... Le théâtre sans action ou presque est-il encore du théâtre ? Les questions que l'on se pose au sortir de la pièce abondent et celle là en fait partie.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

Mer.jpg

15:51 Publié dans THEATRE | Lien permanent