Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2012

La rose tatouée de Tennessee Williams

rose-tatouee-h.jpg


THEATRE de l'ATELIER

1, Place Charles Dullin

75018 PARIS


(M° Anvers)


Loc. 01 46 06 49 24


www.theatre-atelier.com


Pl. 39€ - 33€ - 26€ - 15€ - 10€


 

A 21h. du mardi au samedi,

matinée le samedi à 16h.


 

Texte français : Daniel Loayza


Mise en scène : Benoît Lavigne


 

avec Cristiana Reali, Rasha Bukvic, Léopoldine Serre, Monique Chaumette, Grétel Delattre, Estelle Doré, Bérangère Gallot, Jean-Yves Gautier, Martin Loizillon, Sandrine Molaro, Sophie Nicollas, Nicolas Pujolle, Herrade Von Meier.



 

L'action se déroule en Louisiane, dans un quartier d'immigrés venus de Sicile. Chez elle, la belle et élégante Sérafina s'évente tout en clamant son amour passionnel pour Rosario tandis qu'une vieille voisine essaie de lui vendre des poudres aux vertus aphrodisiaques dont le couple n'a d'évidence, nul besoin.

Serafina avec sa volubilité latine raconte alors cette histoire de transfert de tatouage qui fut le signe annonciateur qu'elle portait un enfant en son sein.

Dehors, les voisines jacassent comme des pies ...

Entrée d' Estelle aussi blonde que Sérafina est brune laquelle vient lui passer commande d'une chemise (la maitresse de céans est couturière) et apporte un coupon de soie sauvage digne de celui à qui elle destine le présent. 

Et puis brusquement, ce sera le drame, Rosario conduisait un camion chargé de contrebande dissimulée sous l'officielle cargaison de bananes et voulant échapper à un contrôle de police s'est tué dans l'accident. Désespoir de l'épouse.

Sérafina telle une moderne Cornélie refusera de se séparer des cendres de celui qu'elle aimait, au grand dam du prêtre qui désapprouvait déjà l'incinération et vit désormais recluse. Comme un malheur n'arrive jamais seul, elle a perdu l'enfant qu'elle portait. Aussi restera t-elle ainsi, durant trois longues années, prostrée, n'honorant plus les commandes de vêtements, se négligeant elle même.

Durant tout ce temps, sa fille a grandi bien sûr mais la mère intransigeante l'empêche de vivre à son tour jusqu'à ce que la vie reprenne ses droits en force tant pour l'une que pour l'autre ...

Cristiana Reali est l'interprète idéale pour ce rôle de femme volcanique et Raha Bukvic est plus que bien dans celui du camionneur de charme lequel se glisse habilement dans la peau tatouée d'un revenant.

Incroyablement cette pièce fut rarement jouée, pourtant c'est du meilleur Teennesse Williams débouchant sur un inhabituel optimisme, le tout porté par une mise en scène tonique, rapide et menée de main de maître par Benoît Lavigne. (13 comédiens, quand même ! ...)

On se réjouit donc, d'autant que, pour qui oriente bien ses choix ou tout simplement a de la chance, cette rentrée théâtrale est riche de magnifiques moments.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com 

 

rose-tatouée-L.jpg

(photos : ARTCOMART)

 


13:52 Publié dans THEATRE | Lien permanent

14/10/2012

Regardez mais ne touchez pas de Théophile Gautier et Bernard Lopez

visuel-regardez.jpgLUCERNAIRE

Centre National d'Art et d'Essai

53, rue Notre Dame des Champs

75006 PARIS


(M° Vavin ou N.D.des Champs)


Loc. 01 45 44 57 34


www.lucernaire.fr


Pl. 30€, 25€, 15€, 10€


 

Du mardi au samedi à 21h.30

Matinée le dimanche à 15h.


 

jusqu'au : 18 NOVEMBRE 2012


 

Mise en scène : Jean-Claude PENCHENAT


avec Désiré Reniflard : Paul MARCHADIER - Don Melchior de Bovadilla : Damien ROUSSINEAU - Le capitaine don Gaspar : Alexis PERRET - Le comte de San Lucar : Samuel BONNAFIL - Dona Beatrix d'Asgtorga : Flore GANDIOL - Elisabeth Farnèse, reine d'Espagne : Chloé DONN / Jeanne GOGNY - Griselda : Judith MARGOLIN / Sarah BENSOUSSAN.



 

Heureuse initiative que celle qui consiste à remettre au goût du jour un auteur que certains d'entre nous auraient bien tort de croire :  " passé de mode " ...

Car, si le théâtre romantique eut de façon incontestable, son heure de gloire,  plus personne ou presque n'ose désormais s'y aventurer. On préfère au lieu de cela adapter des romans en les bricolant pour la scène, ce qui débouche le plus souvent sur le résultat que l'on sait.

Théophile Gautier se classe pourtant parmi les auteurs qui utilisèrent le mieux la langue française, richesse du vocabulaire, sens du rythme, autant de qualités faisant défaut à beaucoup de nos auteurs actuels et ici, c'est du Hugo en plus alerte ! ...

Ajoutez à cela la virtuosité d'un metteur en scène tel que Jean-Claude Penchenat et vous serez certains de passer l'une des meilleures soirées théâtrales de la saison (même si en cette période de l'année, j'ai l'air d'anticiper.)    

Nous sommes à la cour d'Espagne, le monarque régnant étant Philippe V dont l'épouse fut la Grande Duchesse de Parme. Or l'étiquette veut, qu'en dehors du roi (bien sûr) personne n'ait le droit de poser une main sur la reine, au risque de commettre un crime de lèse-majesté. Cet acte improbable étant passible de la peine de mort, que faire quand la reine victime d'un cheval emballé est en danger ? Ce sera le prétexte de l'action débouchant sur une foule de péripéties.

Amour, quiproquos mais également étude précise de caractères, tout y est.

Et puis, cerise sur le gâteau si je puis dire, les cabrioles de Désiré Reniflard qui nous présente le prologue, nous gratifie de didascalies ironiques tout en se glissant tour à tour dans le rôle du souffleur, du régisseur de sons ou de l'alguazil de service ajoutent encore à notre bonheur !

Difficile de vous les nommer tous mais sachez que Damien Roussineau en dépit de son personnage fort peu sympathique est fantaisiste à souhait et que la reine en la personne de Jeanne Gogny (le soir où j'y étais) nous offre sa beauté altière soulignée par un accent qui ajoute de la sensualité au personnage ce, de façon indéniable. 

Une excellente soirée en perpective vous attend donc au Lucernaire, courez-y vite ! Comment ? Vous n'êtes pas encore partis ! ...

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

reinetsuivantes.jpg

(photo : LOT)


 

19:43 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Regardez mais ne touchez pas (en images)

19:12 Publié dans THEATRE | Lien permanent