Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2012

Nuremberg, la fin de Goering (Une pièce de Arnaud Denis)

Goering-R.Jackson.jpgVingtième THEATRE

7, rue des Platrières

75020 PARIS

(M° Ménilmontant)


Loc. 01 48 65 97 90

Pl. 24€, 19€, 12€


Du 25 Janvier au 10 Mars 2012


Pièce écrite et mise en scène par Arnaud Denis

avec Götz Burger (Hermann Goering) - Jean-Pierre Leroux (Robert Jackson) - Raphaëlle Cambray (Marie-Claude Vaillant-Couturier) - Jonathan Max-Bernard (Lieutenant Jack Wheelis) & David Zéboulon ou Arnaud Denis en alternance (Capitaine Gustave Gilbert)

Goering-psy.jpg

 

Evidemment, ils étaient un peu plus nombreux à Nuremberg, pour participer à ce procès que d'aucuns depuis, ont qualifié de " mascarade." Il faut dire que les pays concernés n'avaient pas très bonne conscience pour avoir laissé faire les choses à Auschwitz car lorsque les américains se sont enfin décidés à intervenir, il y avait un bon moment qu'ils étaient au courant de ce qui se passait là-bas. Seulement dans l'intervalle, le commerce des armes faisait florès ! La bataille de Stalingrad aidera  la balance à pencher dans la bonne direction ... Nous savons tout cela par coeur, films et documentaires s'étant chargés de faire notre éducation ad nauseam. Arnaud Denis a sans doute comme beaucoup éprouvé le besoin impérieux d'effectuer ce devoir de mémoire dont il faut bien le dire, on nous rebat les oreilles depuis quelques temps déjà ... En ce cas, pourquoi être allée voir la pièce allez-vous dire ? Tout simplement parce que je trouve ce jeune metteur en scène et ici auteur talentueux. Quant à la phrase de fin " la civilisation ne résisterait pas à la répétition " c'est faire peu de cas du Rwanda par exemple ou des charniers que l'on a découvert en Serbie ! Depuis Tamerlan et même avant, les pires atrocités ont émaillé l'histoire des civilisations tout au long des siècles. 

Vous l'avez compris, c'est à une rude tâche à laquelle cette poignée de comédiens s'est attaquée avec conviction et l'auteur maîtrise parfaitement le sujet.

La prestation de Götz Burger est remarquable et son interprétation du personnage de Goering ne laissera aucun spectateur indifférent. La complicité que le monstre entretient avec le lieutenant Wheelis est saisissante de véracité. Arnaud Denis tout en étant fidèle à ce qui s'est passé a évité le piège du manichéisme. Hitler lui même pouvait avoir un moment de tendresse pour un enfant (blond de préférence) ou un chien car les êtres humains sont complexes. Alors et même si vous vous déclarez saturés par les nombreuses évocations de cette période de l' Histoire, allez-y car tout cela est traité avec intelligence et subtilité.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com 

 

Goering-Wheelis.jpg

Photos LOT

16:31 Publié dans THEATRE | Lien permanent

31/01/2012

Richard III n'aura pas lieu ou scènes de la vie de Meyerhold, tragédie dramatiquement drôle de Matéi Visniec

THEATRE 13-Jardin

103A, boulevard Auguste Blanqui

75013 PARIS

(M° Glacière)

loc. 01 45 88 62 22

Pl. 24€ - TR : 16€

Mardi, jeudi et samedi à 19h.30

Mercredi, vendredi à 20h.30

Dimanche à 15h.30 -

Mise en scène : David Sztulman

Avec, Ludovic Adamcik, Audrey Beaulieu, Natacha Bordaz, Samuel Bousbib ou Raphaël Hadida, Liina Brunelle, Angélique Deheunynck, Pierrick Dupy, André-Xavier Fougerat, Nicolas Hanny, Yves Jégo, Eliott Lerner, Pierre Maurice, Laëtitia Méric, Tchavdar Penchev et Patrick Piard.

Richard-prison.jpg


En règle générale et ce, même si la distribution n'est pas absolument identique, plusieurs années après, j'évite de revoir une pièce tout d'abord parce que l'effet de surprise n'existe plus et que même si on croit avoir oublié, notre subconscient lui, a enregistré à notre insu. 

J'ai donc un peu hésité avant d'aller revoir ce " RICHARD III n'aura pas lieu "  mais la tentation fut la plus forte et je ne regrette nullement de l'avoir revu ! 

Matteï Visniec a voulu rendre hommage à Meyerhold qui lui aussi et encore plus cruellement que notre auteur, eut maille à partir avec le régime en place. Or il n'existe pas un mode d'expression plus apte que le théâtre à dénoncer les injustices de ce monde. C'est même presque un devoir lequel bien entendu ne va pas sans un certain nombre de risques ... 

Utiliser le passé pour éclairer le présent est une formule qui fut souvent employée mais ne met pas à l'abri des conséquences pour autant. Même la farce qui est censée protéger ceux qui l'utilisent peut voler en éclats face à un régime autoritaire. J'ignore le nombre de représentations portées à l'acquis de toute l'équipe théâtrale mais il est évident que chaque interprète est absolument à l'aise dans son rôle, l'ayant parfaitement intégré et même plus ...

Certains dénonceront peut-être quelques outrances or n'oublions pas que nous investissons en quelque sorte le cerveau de Meyerhold durant son sommeil et chacun sait que par le biais du rêve,  les situations les plus loufoques, les plus excessives sont envisageables. 

C'est donc à un excellent moment théâtral auquel vous êtes conviés et il vous reste encore jusqu'au 12 février pour cela. Ne laissez surtout pas passer cette date ! 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

Richard-enfant.jpg

 voir également dans Archives au : 29-10-2008 ... 

15:42 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Orgasme adulte échappé du zoo : Dario Fo - Franca Rame

lunettes.jpgTHEATRE du TEMPS

9, rue du Morvan

75011 PARIS

M° Voltaire

loc. 01 43 55 10 88

www.theatredutemps.fr

Pl. 16, 12, 8€ 

vendredi & samedi à 20h.30

dimanche à 17H

Mise en scène : Barbara Gauvain

avec Aurélie Normandon et Hélène Rossignol.

Durée du spectacle : 1h.15

 

Comme d'habitude, Dario Fo n'y va pas avec le dos de la cuillère ...

Dénoncer le sort fait aux femmes dans nos sociétés dites civilisées, l'intention était louable. C'est ici la forme qui l'est moins. Tout d'abord, je fais partie de ceux qui disent que les monologues, ce n'est pas du théâtre. C'est en réalité une prestation plus ou moins réussie. Une sorte de " je-te-tiens,tu-me-tiens-par-la-barbichette " qui se joue entre l'acteur et le public. A la moindre défaillance, tout s'écroule. Ces femmes vivant recluses (même quand elles sortent) un décor composé de boîtes s'imposait allez-vous dire ? Le problème est que ce n'est pas très esthétique et puis une boîte reste une boîte, qu'elle soit ouverte ou fermée.

Passons à l'interprétation maintenant. Plus les mots sont crus et plus le jeu doit être subtil sinon la surenchère devient insupportable. C'est exactement ce qui advint.

Les deux comédiennes nous balancent le texte à la figure, pire nous l'assènent et nous croulons sous cette avalanche de mots  prononcés sans subtilité aucune.

Agitation compulsive, texte hurlé, jeu extérieur, le résultat est fatiguant et pas drôle du tout.

Maintenant si la vulgarité ne vous rebute pas, mieux,vous amuse, allez-y, vous ne serez pas déçus.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com 

revolver.jpg

(photos : B.Fortrye)

14:07 Publié dans THEATRE | Lien permanent