Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2015

Les Feluettes de Michel Marc Bouchard

couple-feluettes_modifié-1.jpg

 

 

THEATRE CLAVEL

 

3, Rue Clavel

 

75019 PARIS

 

 

(M° Pyrénées)

 

 

Loc. 06 51 10 39 00

 

 

A 21h30 : jeudi, vendredi et samedi

 

A 17h le dimanche

 

 

jusqu'au : 1er NOVEMBRE 2015

 

http://www.theatre-clavel.com/

 

Pl. 15€ - T.R. 12 €

 

Mise en scène : Olivier Sanquer

 

avec : Axel Arnault, Hubert Bolduc, Nicolas Dionne-Simard, Simon Guirriec, Rouslan Kats, Jean-Baptiste Lortion, Geoffroy Mathieu, Laurent Mere, Maxime Peyron, Sébastien Pruvost, Denis Rolland, Amric Trudel

 

Feluettes-trio.jpg

 

 

L'action se déroule dans un pénitencier situé à Roberval (au Québec) ville proche du lac St-Jean. Là, un évêque est venu pour confesser un détenu et ne s'attend absolument pas à ce qui va suivre … Car Simon a monté un spectacle théâtral relatant sa propre histoire et celle de l'évêque en question.

 

Ils étaient jeunes alors et un drame effroyable est survenu. L'un d'entre eux a trouvé la mort, Simon fut accusé, condamné puis incarcéré. La victime se nommait Vallier … 

 

Théâtre dans le théâtre puisque ces jeunes répétaient alors " Le martyre de St-Sébastien " de Gabriele d'Annunzio, ( pièce qui fut créée au Châtelet en 1910 avec une musique de Claude Debussy.) Deux personnages masculins s'embrassaient fougueusement devant tous, ce qui à l'époque était synonyme de scandale en cette société puritaine au possible.

 

Interdiction d'un père, trouble de l'un des participants qui ne sait plus que faire et histoire d'amour entre deux jeunes avec jalousie d'un troisième. Les conditions sont requises pour que cette superbe mais terrifiante histoire finisse mal.

 

Tous les personnages du drame seront représentés et comme nous sommes en milieu carcéral les rôles féminins seront interprétés par des hommes bien sûr. C'est le procès de l'intolérance qui va se jouer sous nos yeux. Quand le vrai coupable s'offrira au couteau vengeur, il ne recueillera que le mépris de celui qui fut et reste sa victime.

 

 

L'atmosphère est forte, prenante et la mise en scène sobre mais efficace. Vient s'adjoindre ce charme tout particulier du parler québécois, cette langue aussi chantante qu'imagée qui pour ceux qui l'ont entendue sur place est évocatrice de ces paysages dont on garde la nostalgie après les avoir admirés. Allez donc vous dépayser au Clavel, vous aurez alors l'impression d'avoir emprunté l'invention de Pilâtre de Rozier, d'y voir mieux et de plus haut.

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

 

11:14 Publié dans THEATRE | Lien permanent