Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/01/2013

Ultime Dialogue de Charles André


Théâtre du MARAIS

37, rue Volta

75003 PARIS


(M° Arts & Métiers)


Réserv. 01 45 44 88 42


Du jeudi au samedi à 19h,

dimanche à 15h.


jusqu'au : 31 mars 2013


 

Mise en scène : Alexandra Royan


avec Michel Le Royer et Michel Chalmeau


 

Ultime dialogue-1.jpg


 

Décor monastique (et pour cause) une immense croix posée sur le mur du fond, un lit dont la tête fait immédiatement penser à un double prie-dieu, pas de draps, (on s'étonne presque d'y voir un oreiller) une simple couverture que l'on imagine rêche au possible, une table, des tabourets …

Un journaliste de renom est venu se réfugier ici sous le fallacieux prétexte d'interviewer ce moine qui est un ami perdu de vue depuis 20 ou 30 ans ?

Les membres de la communauté appliquent pourtant une stricte règle de silence mais ici dans cette cellule il n'en sera plus question, bien au contraire. L'échange s'avèrera même très verbeux et la démarche n'est pas surprenante car depuis le temps, les deux hommes ont forcément beaucoup de choses à se dire …

Gérald (le visiteur) est un homme d'action doublé d'un séducteur.  il est résolument agnostique. Son interlocuteur, le frère Jean, a choisi depuis longtemps le recueillement et l'ascèse. Les repères fondamentaux de l'un et l'autre se situent donc aux antipodes. Le journaliste a de fréquents malaises et ne tardera pas à avouer que ses jours sont comptés. Il a comme beaucoup la peur de ce qui va suivre alors que Jean est convaincu que la vraie vie se situe ailleurs, que l'existence ici bas n'est qu'une épreuve qui intervient en forme de parenthèse plus ou moins longue, avant l'accès à la lumière. Cette pièce est en fait destinée à soulever les questions que nous nous posons tous un jour ou l'autre. 

Ceux qui ont connu Michel Le Royer plus jeune sont toujours heureux de le revoir et de constater qu'il continue à se ressembler, sa " belle gueule d'ange " ayant juste avec le temps, pris un peu de patine.

Michel Chalmeau à la belle stature lui donne la réplique mais le soir où j'y étais m'a semblé préoccupé par le rythme plus que de raison.  Il faut dire que le rôle n'est pas facile ... N'importe, ce qui est dit ici mérite le détour et du reste, le public l'a chaleureusement prouvé au moment des applaudissements.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

Ultime-Dialogue-2.jpg

( photos : Anne Gayan )

 

14:08 Publié dans THEATRE | Lien permanent

28/01/2013

Riviera d'Emmanuel Robert Espalieu

visuel-Riviera.png


PETIT MONTPARNASSE

31 Rue de la Gaité

75014 PARIS


(M° Gaité ou Edgar Quinet)


loc. 01 43 22 77 74


www.petitmontparnasse.com


Pl. 32€ - T.R. 18€

Collectivités : 26€


du mardi au samedi à 21h.

matinée dimanche à 15h.


 

Mise en scène, Gérard Gélas


avec Myriam Boyer (Fréhel) - Clément Rouault (Maurice Chevalier) - Laure Vallès (Paulette)


 

Fréhel, une légende qui faisait dire aux anciens quand on s'enthousiasmait pour Piaf ...

- " mais tu n'as pas connu Fréhel ! "

Car cette chanteuse fut en ce début de vingtième siècle, le fer de lance de la chanson réaliste alors que les talents ne manquaient pas à l'époque qu'il s'agisse de Damia et même de Mistinguett avec laquelle Fréhel avait un compte à régler ...

Pour parler du personnage, Emmanuel Robert Espalieu a sélectionné l'amour que la chanteuse eut pour Maurice Chevalier. En réalité son talent se nourrissait de ses déboires sentimentaux car elle fut plusieurs fois abandonnée pour une autre artiste ce qui était doublement difficile à vivre pour elle ... 

L'idée géniale fut de confier ce rôle à Myriam Boyer laquelle transcende toujours ce qu'elle interprète tout en respectant le réalisme de situation. 

Pièce créée en Avignon, mise en scène par Gérard Gélas lequel possède l'art et la manière de mettre en valeur les comédiens qu'il dirige.

La môme Pervenche qui eut la chance exceptionnelle de croiser un jour la route de la Belle Otéro avant de devenir Fréhel est représentée ici en toute fin de vie usée par la drogue et l'alcool, hantée par le souvenir du jeune Maurice Chevalier avec lequel elle eut une courte aventure dont elle aurait ensuite traîné la nostalgie ? ... Prétexte à évoquer ce que fut sa carrière sous le regard compassionnel mais non moins admiratif de Paulette, une chanteuse en herbe qui dans la foulée, bénéficiera de ses conseils. Ici, chacun se tire parfaitement de sa partition si je puis dire, Myriam Boyer est époustouflante (une fois de plus) Clément Rouault réussit à camper l'élégance dégingandée d'un Maurice Chevalier de 20 ans. Quant à Laure Vallès cette dernière sait être cette Paulette, humaine et attentive.

A voir même si nous n'apprenons pas grand chose de supplémentaire concernant le personnage central mais pour le plaisir de l'évocation d'une grande chanteuse jouée par une grande comédienne.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

RIVIERA.jpg

Photo : Manuel Pacual


16:53 Publié dans THEATRE | Lien permanent

17/01/2013

Le nazi et le barbier d'après Edgar Hilsenrath

visuel-nazi-barbier.jpg


MANUFACTURE DES ABBESSES

7, rue Véron

75018 PARIS


M° Abbesses ou Pigalle


loc. O1 42 33 42 03


www.manufacturedesabbesses.com


Pl. 24€ - T.R. 13€


(salle accessible aux fauteuils roulants)

 

A 21h, les dimanche, lundi, mardi et mercredi.

 

Adaptation et jeu : David Nathanson


Mise en scène : Tatiana Werner


 

Une légende voudrait que la grand-mère d'Hitler ait été engrossée par son employeur juif - marié - lequel n'a bien entendu pas reconnu l'enfant, ce qui expliquerait la haine du descendant et surtout le fait qu'il ait fait raser la maison ancestrale. En tout état de cause, le dictateur n'avait rien d'un " aryen pur souche " exactement comme ce Max Schultz, personnage central du roman écrit par Edgar Hilsenrath qui s'en est peut-être inspiré ? …

Ici, Max ignore qui fut son père et il a le choix entre cinq, son opulente mère ayant été très fréquentée …  le sixième de surcroît, le martyrise.

Or comme chacun sait, les victimes deviennent souvent des bourreaux.

Le futur nazi passera son enfance en compagnie d'Itzig Finkelstein dont il empruntera plus tard l'identité après l'avoir massacré lui et toute sa famille …

Charmant personnage allez-vous dire ! C'est en réalité un peu plus compliqué que cela et David Nathanson est absolument époustouflant : seul en scène mais actif en permanence tant physiquement que mentalement, il fait vivre sous nos yeux les participants de l'histoire et nous allons le suivre tout au long des différentes phases de cette existence tourmentée, racontée par lui, mimée avec une implication totale.

Sa voix utilise toutes les inflexions destinées à nous faire croire au personnage évoqué sur l'instant, qu'il s'agisse d'un homme, d'une femme, d'une victime ou d'un bourreau.

En prenant le chemin qui mène à ce théâtre, je me suis dit, - " zut ! encore un monologue ... " et pour faire diversion m'étais mis en tête que j'allais enfin savoir pour quelle raison, le sinistre personnage (toujours le même) arborait cette frange encombrante ainsi que ce bout de moustache ridicule. Là, je n'ai pas eu la réponse mais en revanche, le jeu du comédien m'a comblée, preuve que certaines greffes peuvent réussir …

Si vous voulez saisir la signification de cette dernière phrase, allez-voir la pièce et vous comprendrez d'autant que je pourrais presque parier qu'après avoir assisté à la représentation, vous aurez tout comme moi, très envie de lire le texte. 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

D.Nathan.jpg


14:49 Publié dans THEATRE | Lien permanent