Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2013

Les Mystères de Paris d'Eugène Sue

Myst.Paris-h.jpg


CARTOUCHERIE  

THEATRE de la TEMPETE

Route du Champ de Manoeuvre

75012 PARIS


(M° Château de Vincennes + navette gratuite, Cartoucherie)


Loc. 01 43 28 36 36


www.la-tempete.fr


jusqu'au 16 JUIN 2013


Pl. 18€ - T.R. 15 & 12€

le mercredi tarif unique : 12€


Du mardi au samedi à 20h

Dimanche à 16h


Durée : 2h.


 

Adaptation : Charlotte Escamez (Editions Les Cygnes)


Mise en scène : William Mesguich

 

avec,

Jacques Courtès (Monsieur Loyal, Jacques Ferrand, Le Maître d'Ecole, Squelette


Zazie Delem (Madame Loyal, La Veuve Martial, La Chouette, La Nourrice, La Fermière)


Romain Francisco (Monsieur Loyal, Morel, François Germain, Le Chourineur, Polidori, Tortillard)


Marie Frémont (Madame Loyal, Rigolette, Sarah, Cecily)


Sterenn Guirriec (Madame Loyal, Fleur de Marie, Louise)


Julie Laufenbuchler (Madame Loyal, Madame Pipelet, La Louve, Madame Séraphin, L'Ogresse)


William Mesguich (Monsieur Loyal, Rodolphe, Martial)



 

N'en doutons pas, la vision des sans abris qui investissent de plus en plus nos rues parisiennes a sans nul doute donné l'idée à William Mesguich de se pencher sur " Les Mystères de Paris ", la capitale ressemblant parfois (hélas) à un remake non souhaité de la Cour des Miracles ... 

Désormais, plus personne (ou presque) ne lit Eugène Sue, lequel au XIXème siècle eut pourtant son heure de gloire par le biais de feuilletons proposés par les quotidiens de l'époque. C'était alors la meilleure formule pour arriver au lendemain, mille fois plus jouissive que nos journaux télévisés et sans doute, les lecteurs sur le gril, trépignaient-ils en attendant  la suite ?  Plus près de nous, cette histoire a d'autant plus marqué ceux qui traversèrent les 30 glorieuses puisqu'ils étaient encore à l'abri de semblable sort.

Nous voici donc plongés dans les Bas-fonds de Paris où un aristocrate (Rodolphe, grand duc de Gérolstein, pardonnez du peu ! ) vient chaque soir s'encanailler. C'est aussi la démarche typique de l'écrivain à la recherche des réalités. N'a t-on pas coutume de dire que tout auteur se glisse dans la peau de ses personnages ?... Là, pour tous les présenter il ne faudra pas moins de plusieurs Mr Loyal déclinés tant au masculin qu'au féminin. (pas de jaloux !) 

- 7 comédiens pour 25 personnages en 25 lieux différents : la méga-gageure ...

D'évidence, le trait est forcé mais autant miser sur l'humour à une époque où il est devenu impossible de " faire pleurer Margot " Et oui, nous ne percevons plus les choses de même sorte que nos ancêtres et par ce choix, le risque de ringardise se trouve écarté. 

Certes, s'il déborde d'idées, William Mesguich n'a pas la stature d'un Frédéric Lemaître (du moins pour ce que l'on en sait) et peut-être aurait il dû abandonner le rôle de Rodolphe à quelqu'un d'autre afin de se consacrer tout entier à celui de metteur en scène ? 

Chaque interprète se voyant confier plusieurs personnages, il serait fastidieux de se pencher en détail sur chacun d'eux. Aussi, allez découvrir : Le Chourineur, Martial et le Maître d'Ecole sans oublier La Chouette, Rigolette, la Louve et Fleur de Marie (pour ne citer que ceux-là) tous hauts en couleurs comme il se doit. 

Pour ma part, je reste convaincue qu'un nouvel Eugène Sue nous fait cruellement défaut pour relater ce qui se passe à l'époque actuelle d'autant qu'une transposition au théâtre reste toujours possible. Pour l'heure, l'action se situe au 19ème siècle, par conséquent, restons-y.

 

Simone Alexandre

 

www.theatrauteurs.com 

Mystères.jpg

( photos : Palazon )


16:30 Publié dans THEATRE | Lien permanent

22/05/2013

Je pense à Yu de Carole Fréchette

Yu-h_modifié-1.jpg


Théâtre ARTISTIC ATHEVAINS

45, RUE Richard Lenoir

75011 PARIS


(M° Voltaire)


Loc.01 43 56 38 32


www.artistic-athevains.com


Pl. 30€ - T.R. 20€

-de 26 ans : 10€


mardi 2Oh, mercredi et jeudi 19h,

vendredi et samedi 20h30

samedi et dimanche 16h

Relâche le lundi


jusqu'au : 30 JUIN 2013


 

( Le texte est édité par Actes Sud-Papiers )


 

Mise en scène : Jean-Claude Berutti

assisté de Salomé Broussky


avec : Marianne Basler (Madeleine) -

Antoine Caubet (Jérémie) - Yilin Yang (Lin)


 

Pour un auteur qui a le talent de Carole Fréchette, il n'est pas étonnant que la lecture d'un simple entrefilet dans la presse quotidienne, suffise à déclencher l'écriture d'une pièce. 

Nombreux furent durant les années 60, les jeunes qui ne juraient que par Mao. C'était sans doute en quelque sorte, à leurs yeux, la réincarnation asiatique de Bonaparte et de ses idées révolutionnaires du début.

Une fois arrivé au pouvoir, les mentalités changent et le Grand Timonier ne fit pas exception à la règle. 

Carole Fréchette (avant que naisse le personnage de Madeleine) s'est intéressée à ce jeune contestataire chinois qui lors des événements de la Place Tiananmen lança des projectiles remplis de peinture rouge sur le portrait de Mao Zedong. Gaminerie qui lui valut d'être condamné à 20 ans de prison ! Il fut libéré 17 ans plus tard mais son esprit avait sombré dans l'intervalle ...

Maintenant, imaginez le Canada en février sous 40 cm de neige ... on reste alors chez soi, à lire ou ranger (ce qui visiblement inspire peu Madeleine) laquelle recherche sur internet des documents susceptibles de lui permettre d'approfondir le destin de ce malheureux Yu.

Deux autres personnages vont les jours suivants, faire leur apparition en ce lieu, tout d'abord Lin, la jeune élève chinoise qui est censée venir ici prendre des cours de français mais que Madeleine repousse à diverses reprises sous les plus fallacieux prétextes parce qu'elle veut rester seule, tout simplement.

Lin est aussi vive que Madeleine est repliée sur elle-même et les deux personnalités ne vont pas tarder à s'affronter.

Et puis, il y a Jérémie ce voisin ou presque " à 2 rues d'ici " (précisera t-il) lequel a incroyablement récupéré un colis pour elle ... Il reviendra plusieurs fois et nous assisterons alors à leurs échanges à tous. Rencontre de trois solitudes subitement réunies par un événement qui s'est produit il y a bien longtemps à l'autre bout de la planète. Cette pièce vient opportunément nous rappeler que nous faisons partie d'un tout.

 

Simone Alexandre

 

www.theatrauteurs.com

Marianne-recherches.jpg

(photos : Jean-Louis Fernandez)


16:23 Publié dans THEATRE | Lien permanent

18/05/2013

L'Histoire du Tigre de Dario Fo

Tigre-2.jpg


MANUFACTURE des ABBESSES

7, rue Véron 75018 PARIS


(M° Abbesses ou Blanche)


Loc. 01 42 33 42 03


manufacturedesabbesses.com


A 21h les dimanche, lundi,

mardi, mercredi - Durée : 1h.


jusqu'au : 5 JUIN 2013


 

Adaptation : Toni Cecchinato, Nicole Colchat


Mise en scène et interprétation : Pierre-Marie Escourrou


 

Sur un espace aussi vide que celui des plaines chinoises après le passage des Seigneurs de la Guerre, quand ces derniers se prenaient pour les hordes d'Attila, (c.a.d. bien avant la Longue Marche) Pierre-Marie Escourrou aborde le sujet en nous narrant l'histoire-de-l'histoire ... du Tigre, lequel n'était pas de papier, bien que Dario Fo l'y ait couché. 

Napoléon clôtura sa carrière par la retraite de Russie tandis que Mao commença son ascension par la conquête à pied du pays. Pourtant la tâche fut aussi rude de part et d'autre, surtout pour la piétaille qui tombait comme à Gravelotte ... (oui, quand on parle de guerre, le temps est aboli alors au diable la chronologie !) 

Un soldat blessé, presque mourant, une jambe gangrenée, va - au prix d'un incroyable instinct de conservation - et après moult péripéties, trouver accidentellement refuge auprès d'une tigresse et de son rejeton. 

Mourant de faim (de trouille aussi) puis gavé de lait, il finira par reprendre des forces sous la langue cautérisante de l'omniprésente bestiole en question.

Qu'un auteur pour le moins anar' nous fasse vivre les péripéties guerrières d'un communiste bon teint, la démarche ne pouvait qu'être drolatique avec pour seul objectif : faire rugir le spectateur de plaisir. Force est de reconnaître, qu'on n'en est pas loin. D'autant qu'à quelques intonations soulignées par des mouvements d'épaules, j'ai cru revoir quelqu'un. Or, avec ses talonnettes cette Longue Marche vers le pouvoir n'était pas envisageable ! Aurais-je eu une hallucination ? Si m'en croyez, vous feriez bien d'aller vérifier sur place ...

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com 

 

Escourrou-2_modifié-1.jpg


17:31 Publié dans THEATRE | Lien permanent