Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2013

Ninon, l'enclos ou la liberté

Ninon-h.jpg


THEATRE DES MATHURINS

36, Rue des Mathurins

75008 PARIS


(M° Havre-Caumartin)


Loc. 01 42 65 90 00


www.theatredesmathurins.com


Pl. 32€

étudiants et - de 26 ans : 10€


du mardi au samedi à 19h

Relâche : dimanche et lundi.


jusqu'au : 30 JUIN 2013


 

Texte d'Hyppolyte Wouters


Mise en scène et scénographie : Cyrielle Clair


Avec : Cyrielle Clair, Pauline Macia, Sacha Petronijevic, Sylvain Clama


avec-de-Villarceaux.jpg

 

 

 

En référence au théâtre classique, le rideau rouge est tiré et par ses mouvements, ponctuera ensuite les diverses périodes évoquées sur fond de musique baroque.

Le public quant à lui, revenant à ses anciennes habitudes, jacasse en attendant. Pas très longtemps du reste car fait rarissime, la pièce démarre pratiquement à l'heure indiquée. Quand l'espace scénique se révélera à nous, ce sera tout d'abord un ravissement pour les yeux et par le biais des alexandrins les oreilles ne seront pas de reste. 

Cyrielle Clair est l'interprète idéale pour incarner cette aristocrate libérée dont la carrière fut incroyablement longue.  Nous découvrons donc son personnage dans la dernière phase de son existence, l'esprit toujours aussi vif et maîtrisant parfaitement l'art " de réparer des ans, l'irréparable outrage " puisque l'abbé Gédouin en la voyant, sera tout transporté mais elle ne lui permettra pas qu'il la récupère dans tous les sens du terme. 

Pourtant, Ninon n'a t' elle pas (nous dit-on) fêté son 77ème anniversaire d'épicurienne façon avec l'abbé de Châteauneuf ? Il est vrai qu'il lui restait encore presque 20 ans à vivre ce qui à l'époque était un exploit ! 

La dame n'ayant jamais caché son athéisme - bien au contraire - refusera jusqu'à l'idée de confession mais acceptera de se livrer aux confidences et passant de la narration à l'action,  il convient d'ouvrir ici une large parenthèse. Rideau, musique ! 

Nous retrouvons donc Anne de Lenclos dans toute sa splendeur mais partageant (à son corps défendant, ce qui est le comble !)  les faveurs de Louis de Mornay, marquis de Villarceaux (Sylvain Clama) avec Françoise d'Aubigné future Madame de Maintenon.( Pauline Macia) 

L'amie et l'amant seront découverts lors d'une étreinte qui ne laissera aucun doute sur la nature de leurs relations et le sieur de Villarceaux pris sur le fait,  battra courageusement en retraite. Mais il en fallait plus que cela pour fâcher les deux femmes bien que le souvenir de l'incident puisse difficilement être effacé.

Précisément, nous allons retrouver l'ex veuve Scarron, devenue première dame de France et le roi ne tardera pas à faire son apparition pour bénéficier des conseils avisés de cette anti-courtisane qu'est Ninon. 

Sacha Pétronijévic sera successivement le prêtre et Louis XIV qu'il campe de façon pour le moins rustique mais sans nul doute, sa stature en est seule la cause et puis le Roi ne danse plus depuis longtemps, alors ! ... 

Cette parenthèse refermée, la pièce finira comme elle a commencé et Cyrielle Clair réintégrera l'enveloppe du personnage du début mais nous, spectateurs aurons passé un excellent moment à voir cette femme superbe joyeusement vivre avec une telle liberté et peut-être même (qui sait ?) aurons nous la nostalgie de l'élégant libertinage d'antan ? 

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

les-trois.jpg

( Photos LOT )

10:16 Publié dans THEATRE | Lien permanent

08/05/2013

Les Bougres - conception, Pierre Béziers -

chevauchée-h.jpg


VINGTIEME THEATRE

7, rue des Plâtrières

75020 PARIS


(M° Ménilmontant)


loc. 01 48 65 97 90


www.vingtiemetheatre.com


Pl. 25€ - T.R. 20 & 13€


 

A 19h.30 du mercredi au samedi,

A 15h. le dimanche.

 

jusqu'au : 16 JUIN 2013


 

Conception, textes modernes et mise en scène : Pierre Béziers

 

Textes anciens troubadours XIIIème siècle,

Guillem de Tudèle, Bernard Sicart de Maruéjols, Béatritz de Dia.


avec Anne Décis, Florence Hautier, Stéphane Dunan Battandier, Pierre Béziers et Nicolas Hurtevent.

Bougres-2.jpg


 

Bigre ! c'est qu'ils me posent un sacré problème, ces Bougres là ! ... Si j'émets des réserves, sans doute vont-ils (à tort) me taxer de parisianisme ? 

Pourtant force est de reconnaître que certaines troupes vivant sans doute un peu trop en autarcie, gagneraient à aller voir plus souvent ce que font les autres ... 

Oh ! certes, ils ne manquent pas de bonne volonté et ne ménagent pas leurs efforts  pour rendre les choses agréables. Seulement voilà : toute la partie qui passe par l'écran est superbement réalisée à croire qu'ils ont engagé là, le meilleur d'eux-mêmes. En revanche, côté plateau cela ressemble trop souvent à du bricolage ... Les costumes viennent tout droit du " décrochez-moi-ça " quant aux textes, leur arrangement tient un peu du fatras et mériterait d'être mieux structuré.

Ventrebleu !  l'histoire (avec un grand H) qu'ils évoquent ici, comportait un peu plus de panache. Pourtant tout ce qui est relaté est exact qu'il s'agisse des événements illustrant les méfaits des croisades et ceux de l'intégrisme religieux.  Mais, bonjour le mauvais goût avec ce seau hygiénique  rebaptisé pot de chambre (on se demande pourquoi ?) omniprésent sur scène, lequel ne saurait amuser que les amateurs de blagues scatologiques, peu nombreux, il est du moins permis de l'espérer ? Cela dit, à leur décharge faut-il préciser qu'effectivement, au Moyen Age, les chevaliers ne partaient pas en Croisade sans leur " pisse-pot " et puis cela pouvait toujours servir de munitions quand ces dernières venaient à manquer ! Blague à part, j'ai dû attendre le chant final pour saluer enfin la perfection par ces quelques minutes de bonheur absolu. 

Précisons qu'il n'y eut qu'une seule personne (qui avait sans doute de l'Histoire une vision plus exhaustive) pour gagner la sortie avant la fin, tandis que de nombreux spectateurs semblaient apprécier, si j'en juge par leurs éclats de rire. Aussi ne voudrais-je pas jouer les trouble-fête, d'autant que ce qui déplait aux uns, convient aux autres, par conséquent, allez-y, afin de forger sur place votre propre opinion.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

3bougres.jpg

 

16:49 Publié dans THEATRE | Lien permanent

07/05/2013

Un compte rendu pour une Académie de Kafka

kafka-h.jpg


THEATRE des MATHURINS

36, rue des Mathurins

75008 PARIS


(M° Havre-Caumartin)


Loc. 01 42 65 90 00


www.theatredesmathurins.com


Pl. 26€ T.R. 13€


du mercredi au samedi à 21h

dimanche à 15h.30

 

jusqu'au : 25 MAI 2013


 

Adaptation et mise en scène : Jack Garfein


avec Erik Stouvenaker et Hassam Ghancy


 

Par le biais de ses écrits, Kafka a soulevé de multiples questions.  Or il en est une que tout le monde se pose ou se posera un jour : l'espèce humaine descend-elle, oui ou non, du singe ? Que nous soyons savants ou simples curieux, la polémique suivra immanquablement. D'abord parce que l'idée dérange et nous n'aimons pas spécialement être dérangés. Pourtant, le sujet reste primordial pour qui veut essayer de comprendre ...

" Pierre le Rouge " alias Erik Stouvenaker a certes, belle allure !  L'homme est grand, athlétique, le poil noir et la voix mâle. Aucun signe de dégénérescence chez lui mais qu'est-il donc arrivé à son personnage ? 

Car il y a tout juste cinq ans, celui que vous avez sous les yeux était un singe (comment est-ce possible, allez-vous dire ?) lequel fut blessé, capturé, mis en cage et transporté sur un bateau. A partir de ce moment là, tous les efforts du captif tendront à échapper à l'inéluctable, entendez, le zoo. Pour cela, il n'y avait  qu'une  solution : la métamorphose. (Kafka est nous le savons, un expert en ce domaine) -

Tant pis pour ceux qui restent persuadés que les animaux ne pensent pas et sont seulement dirigés par l'instinct car en voici la preuve contraire. Le spectateur intrigué se laisse porter par la narration, ô combien vécue par l'interprète. Même les incrédules seront conquis, emportés par une telle implication, un tel don de persuasion et s'il existe encore d'irréductibles sceptiques, ces derniers seront pour le moins amusés. Comme cette pièce inspirée d'une nouvelle écrite par le grand auteur tchèque est très courte, non pas un mais deux épilogues s'imposaient. 

Nous bénéficierons alors du face à face : Erik Stouvenaker - Hassam Ghancy, deux beaux et bons comédiens qui concluront ainsi ce moment insolite avec en prime un extrait musical de Schubert prouvant s'il était besoin, que la musique adoucit les moeurs en élevant les âmes.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

compte-rendu.jpg

( Photos : David Jacques )


14:00 Publié dans THEATRE | Lien permanent