Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2015

Don Juan revient de la guerre de Ödon von Horvath

visuel-Don Juan.jpg

                       Théâtre de l'Atalante

 

                       10, Place Charles Dullin

 

                             75018 PARIS

 

                              (M° Anvers)

 

                         loc. 01 46 06 11 90

 

 

http://www.theatre-latalante.com/

 

Lundi, mercredi, vendredi à 20h30

 

Mardi et samedi à 19h

 

Dimanche à 17h.

 

jusqu'au : 23 DECEMBRE 2015

 

Traduction : Hélène Mauler et René Zahnd

 

Editeur et agent théâtral : L'Arche

 

Mise en scène : Guy-Pierre Couleau

 

avec : Nils Öhlund, Carolina Pecheny, Jessica Vedel

 

Don Juan-2.jpg

( photo : André Muller )

 

 

- Don Juan, mythe éternel du séducteur-prédateur ...

 

Le personnage pouvant s'inscrire à toutes les époques alors pourquoi pas à la fin de la guerre de 14 ? … qui bouleversa tant le monde ( et pas seulement sur le plan de la géopolitique ) en changeant littéralement les mentalités et autres us et coutumes.

 

Ainsi, les hommes partis au front ( dont beaucoup ne reviendront jamais ) amèneront les femmes à se débrouiller seules, à prendre des initiatives inconcevables quelques années auparavant. Situé dans ce nouveau contexte, que devient le mâle rescapé, hier encore décideur du destin de ces dames ? L'hédonisme n'est plus d'actualité, la légèreté encore moins.

 

Don Juan, après toutes les horreurs auxquelles il a assisté et dont il a miraculeusement échappé, ressent la nostalgie d'une femme, ce qui va guider ses pas à sa recherche. Pourquoi celle-là et pas une autre allez-vous dire, mais le sait-il seulement ?

 

Son pays ( l'Allemagne ) a perdu la guerre et lui-même est souffrant, une douleur à la poitrine le taraude. N'oublions pas que la grippe espagnole paracheva cruellement les conséquences de ces 4 années de guerre. Il ignore que désespérée, après avoir sombré dans la folie, sa " fiancée " est morte et lui, revenant peu à peu à ses anciennes habitudes va essayer de la retrouver en chaque femme rencontrée.

 

Deux comédiennes ont hérité de la lourde tâche qui consiste à figurer 35 personnages féminins. Pour cela, il convient que les scènes soient rapides, de presque flashs illustrant la situation donnée. Elles n'auront pour conforter ces rapides incarnations que des parties de vêtements à enlever ou ajouter, toujours face à nous, comme ces déplacements scéniques de meubles accessoires d'une banalité voulue.

 

Une scène cependant ne sera pas dénuée de féérie, celle où Don Juan se verra transformé en homme de neige ce qui constituait initialement le second titre de la pièce.

 

Le comédien Nils Öhlund ajoute à un physique avantageux une belle présence scénique, son mode d'expression est puissant et pour lui donner la réplique, Carolina Pecheny et Jessica Vedel font preuve d'une constante énergie.

 

Vous avez jusqu'au 23 Décembre pour aller voir cette pièce qui mérite toute notre attention.

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

10:56 Publié dans THEATRE | Lien permanent