Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2017

A QUI LA FAUTE ? de Jacques VIDAL

aff.Qui-faute.jpg

 

 

 

COMEDIE DE PARIS

 

42, rue Pierre Fontaine

 

75009 PARIS

 

 

 

(M° Blanche)

 

Loc. 01 42 81 00 11

 

 

http://www.comediedeparis.com/

 

Pl. de 10 à 28€

 

20 REPRESENTATIONS EXCEPTIONNELLES

 

du mercredi au samedi à 19h30

 

Mise en scène : FLANNAN OBE

 

 

avec : JACQUES VIDAL & PHILIPPE BONHOMMEAU

 

retrouvailles.jpg

 

 

Pablo ( Jacques Vidal) rentre chez lui et trouve l'appartement aussi vide qu'un champ de maïs après le passage d'une nuée de sauterelles. De toute évidence, sa femme Carmen est partie, emmenant Manuela ( leur fille ) et le mobilier a suivi.

Bien qu'hispanique et non gaulois, notre homme a l'impression que le ciel lui est brusquement tombé sur la tête.

Que fait-on quand une catastrophe arrive ? ...

On cherche tout naturellement un réconfort amical et ça tombe bien ( si l'on peut dire ) puisque des retrouvailles providentielles vont avoir lieu avec Felipe - avocat de surcroît. ( Philippe Bonhommeau ) sans aucun jeu de mots.

Ce dernier ne se fera pas trop longtemps tirer l'oreille pour accompagner ce copain en détresse au cours d'un périple Paris-Séville puisque Pablo a rapidement conclu que la fuite de sa femme et de sa fille n'avait pu avoir lieu qu'en cette direction.

Après un voyage pour le moins mouvementé, dans une guimbarde à peu près aussi confortable qu'un sac de noix, les voilà enfin sur place. Carmen ayant un hobby : la danse, ils vont donc se répartir la tâche en faisant le tour de toutes les académies que la ville peut compter.
 
Les rencontres ne seront pas tristes ! ...

Enfin, Felipe finira par dénicher Carmen mais pour lui la découverte sera toute autre puisqu'un petit passage au poste de police lui aura permis de découvrir sa vraie nature qu'il s'était pourtant ingénié à refouler le plus possible jusqu'à ce jour.

 

 

policiers-espagnols.jpg



Toutes ces péripéties racontées ainsi peuvent vous paraître banales mais croyez-moi, elles ne le sont pas. Ils vont à deux, faire vivre tous les personnages de cette histoire, qu'il s'agisse d'hommes ou de femmes sans oublier la petite Manuela et dans tous les cas, c'est du délire !

Le rythme effréné de ce spectacle est celui du Music-hall -  Philippe Bonhommeau est aussi élancé qu'un danseur espagnol

( et pour cause … ) et se lance dans une époustouflante chorégraphie qui nous laisse béats d'admiration.

Quant à Jacques Vidal lequel danse lui aussi, on est confondu par l'aisance et la rapidité avec laquelle il passe d'un personnage à l'autre ; précisons également qu'il chante à ravir.

 

danseur-espagnol.jpg

( photos : Louis BARSIAT )

 



Vous ferai-je un aveu ? Ce genre de spectacle ne constituait pas spécialement " ma tasse de thé " - comme on dit - mais le brio de ces deux interprètes est tellement convaincant que je reprendrais bien de cette sangria là !

Une chose est certaine, le délire ne tarde pas à gagner la salle et la mise en scène de Flannan Obé fait mouche toutes les fois.

En ces temps moroses, nous avons bien besoin qu'un tel spectacle existe, alors ne ménagez pas votre plaisir, d'autant qu'ici, le résultat est garanti.




Simone Alexandre 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

14:44 Publié dans THEATRE | Lien permanent

05/05/2017

Douce vengeance et autres piécettes de Hanokh Levin

aff.douce-vengeance.jpg

 

 

 

Essaïon

 

6, rue Pierre-au-Lard

 

75004 PARIS

 

 

 

(M° Hôtel de Ville ou Rambuteau)

 

Loc. 01 42 78 46 42

 

 

 

http://www.essaion-theatre.com/

 

Pl. 20€ - T.R. 15€

 

Du 4 au 20 MAI 2017

 

les jeudi, vendredi, samedi à 21h30

 

 

Traduction : Laurence SENDROWICZ

 

Mise en scène : Didier BLAU

 

avec Anaïs JEAN - Cyril DAMET et Didier BLAU

 

 

 



Pour 6 représentations exceptionnelles à l’Essaïon, l’aventurier théâtre de la rue Pierre au lard, c’est « Douce vengeance et autres piécettes… » de Hanokh Levin que vous pourrez aller applaudir, si vous le souhaitez.

Dans une mise en scène de Didier Blau, qui joue également en compagnie de Anaïs Jean et Cyril Damet, c’est une suite de petits moments de vie qui vous sont donnés d’être vus.


Ils reflètent tous plutôt les bassesses et ridicules des uns et des autres qu’ils ne mettent en valeur des qualités ou des vertus, et c’est en cela que ces moments joués, qui tiennent davantage des sketchs que de pièces courtes, tant on attend la chute, inéluctable et soulignée à chaque fois par un noir brutal, sont assez dérangeants. Il y a dans tout cela un côté « no future » qui laisse peu de place à l’optimisme.

Parfois, des incursions dans une sorte de « non-sense » britannique permet de retrouver des pistes, et nous sommes alors sur le fil assez ténu d’un humour entre Wodehouse et le surréalisme, tant l‘humour anglais nous paraît relever de cette école.

Ces courts textes sont autant de satires à l’encontre de la société dans laquelle Levin, disparu en 1999, vivait, et dans laquelle nous continuons de tenter d’évoluer, et nombre de situations peuvent se reproduire ou se perpétuer, ce qui n’est pas sans susciter un peu d’effroi.


Cet humour du désespoir, entre Woody Allen, moins photographe de la société qu’admirateur de son propre nombril, et Groucho Marx, franchement allumé et véritable iconoclaste, est typique et marqué. On peut y être sensible ou pas.

Il faut toutefois reconnaître à l’auteur une certaine acuité visuelle et une qualité de synthèse assez puissante pour brosser en quelques phrases les situations auxquelles il s’attache.


En quelque sorte il est, avec les mots, un caricaturiste, c’est-à-dire un rapporteur du quotidien, en d’autres termes, un journaliste,  dans la tradition du genre, et du plus loin qu’elle apparaisse dans les profondeurs de l’histoire.

Avec une grande économie de moyens, les trois comédiens interprètent une douzaine de mini pièces, soit environ une vingtaine de rôles au final, qui laissent tous entrevoir les failles et les incohérences de la société et des individus.

C’est vif, sans temps mort  et le spectacle file sans qu’on voie le temps passer. C’est pour encore 5 représentations.

A vous de voir.


Frédéric Arnoux ©

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

11:13 Publié dans THEATRE | Lien permanent

03/05/2017

French Touch de et par Régis Ivanov

aff.French-Touch.jpg

 

 

VIEILLE GRILLE

 

1, Rue du Puits de l'Ermite

 

75005 PARIS

 

 

 

( M° Place Monge )

 

Loc. 01 47 07 22 11

 

tiki-index.php

 

Pl. 20€ - T.R. 15€

- de 13 ans : 12€

 

A 20h

(voir le site du théâtre pour connaître les dates)

 

jusqu'au : 29 Juin 2017

 

- Mise en scène : Olivier HAMEL

 

Interprète : Régis IVANOV

 

 

Régis-Ivanov.jpg

 


C’est à un monologue lourd de silences et de non-dits que l’auteur et comédien Régis Ivanov nous convie au Théâtre de la Vieille Grille jusqu’au 29 juin prochain.

Pour l’heure, c’est une alerte. Prions le Ciel pour qu’à la fin, ce ne soit qu’une peur rétrospective mais suffisante pour nous avoir appelés à une vigilance accrue, sans relâche ni temps mort, contre la résurrection de la Bête.


Alors qu’il est en charge d’assister une élue locale dont on devine les positions assez extrêmes, parce qu’il est l’auteur caché de ses discours, Jean Paul Pouchkine doit improviser une conférence sur la « French touch » en raison de la défection soudaine de l’élue.

C’est là une occasion pour ce plumitif de l’ombre qui ne doit pas mettre ses opinions en avant mais écrire dans le sens de ce que veut dire l’orateur d’ouvrir un peu les vannes, de lâcher la bonde.


Les origines du conférencier, belgo-lettones, lui donnent à réfléchir  car il peut se poser la question de savoir s’il est légitime, légitime à parler de la France à des Français, de l’élégance française à des non-Français, est-il un acteur, un spectateur, un étranger ?

A coups de progressions historiques appuyées de nombreux visuels de bonheurs divers et de qualités assez hétéroclites, mais on peut présumer sans grand risque que cela reste très volontaire, avec en outre et en outrance des raccourcis historiques, voire des impasses, terribles et parfois foudroyantes, ce qui donne au discours sa dimension humaine, dans ses failles, ses faiblesses, ses non-dits évoqués plus haut, Jean Paul Pouchkine va tenter de nous entraîner sur le terrain de ses préoccupations profondes.

C’est non sans intelligence, et avec un humour un peu désespéré, un humour de politesse en quelque sorte, parce que lorsqu’on dit des choses terribles, il faut savoir « les faire passer » que l’auteur parvient à expliquer que la France est une idée ancienne, toujours très présente et très vive, qui n’est riche que de la multiplicité de ceux qui la composent, qui l’ont composée et qui sont, ou deviennent, les Français.

Bien sûr le spectateur le plus ignorant ne peut se perdre, car Régis Ivanov a pris soin de nommer ceux et celles, plus rares, qui sont notre pays. Picasso, Dali, Poulenc, Stravinsky… Et Louis XIV lui-même était fils d’une Espagnole, petit-fils d’une Italienne et d’un Béarnais époux d’une autre Espagnole et formé par un Italien…

Faut-il redouter l’Europe ?

Et c’est par la citation, sinistre dans son horreur sectaire et raciste, d’un Français dont on présume qu’il était de souche, Louis Ferdinand Destouches, dit Céline, que se clôt presque ce spectacle assez provocateur.


Le conférencier alerte se transforme alors en clown de tragédie pour nous faire part, dans un manteau de sang, de ses angoisses, de ses peurs réelles, si éloignées de ses discours mercenaires.


Il se fait lanceur d’alerte et en appelle donc, sur le fondement de son propos discursif, à la mémoire collective et individuelle, parce que rien n’est jamais acquis, rien n’est jamais gagné, que l’histoire c’est le mouvement et que la création c’est la vie.

Etouffer cela, c’est replonger dans les ténèbres, c’est accepter d’être avalé par la Bête, et telle la victime épuisée face à son bourreau, pareille au bœuf affrontant le merlin du boucher, la lutte se termine toujours par l’affaissement de la victime et son apparent consentement au sacrifice.

Cet appel au sursaut de l’intelligence et de la clarté est salutaire et particulièrement opportun. Ce rappel que l’art est une voie pour la perfection, et malgré ce qu’en dit Arvers dans son Essai sur Léonard « The road to perfection is through a series of digust », qui est aussi un encouragement tout autant qu’une mise en garde contre la facilité, il ne faut rien lâcher.

Dans une mise en scène d’Olivier Hamel, qui gagnerait à être resserrée, Régis Ivanov est ce personnage touchant, émouvant dans ses peurs et ses espoirs, qui sont les nôtres.


Il faut aller entendre ce monologue plus sûrement que tout discours politique.



Frédéric Arnoux ©

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

11:01 Publié dans THEATRE | Lien permanent