Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2016

Les éclats du bal - Daniil Harms

aff.D.Harms.jpg

 

L'AUGUSTE THEATRE

 

6, Impasse Lamier

 

75011 PARIS

 

 

(M° Philippe-Auguste)

 

loc. 01 43 67 20 47

 

 

http://augustetheatre.com/

 

 

Pl. 16€ - T.R. 12€

 

Les mercredi et vendredi à 21h

 

jusqu'au : 18 MARS 2016

 

et prolongation en Avril,

 

les 12, 14 & 15 puis les 19, 21 & 22 Avril ...

 

 

 

 

Création et mise en scène : Pascal CRANTELLE

 

avec : Aline LEBERT et Harold CROUZET

 

Chorégraphie et costumes : Stéphane PUAULT

 

Toiles peintes : Patricia BURKHALTER 

 

 

Eclats-Bal.jpg

 

Bienvenue en Absurdie !

 

Nous avons coutume, ici - à l'Ouest, de considérer les slaves en général et les russes en particulier - comme des êtres excessifs, capables de passer d'un sentiment extrême à son absolu contraire, ce - en un temps record !

 

Daniil Harms quant à lui, agit de façon particulière en créant ce qui peut ressembler à des fulgurances avant de déraper pour ensuite exploser en plein vol.

 

Ce portrait d'homme roux qu'il nous brosse pour arriver à sa déconstruction en est l'exemple type. Le message est tout à fait subversif, expliquant rétrospectivement le sort qui fut le sien en un régime soviétique où toute liberté d'esprit était proscrite.

 

Ici, les gestes ont autant d'importance et parfois plus que la parole elle-même puisque cette dernière ne se fixe jamais, se contentant de suggérer de façon anarchique.

 

Le rythme fait de pulsions et de brusques ruptures constitue le moteur de ce qui nous est donné à voir et entendre.

 

Nous découvrons en fond de scène, trois panneaux hautement colorés lesquels peuvent évoquer des flammes crépitantes lesquelles s'élancent à l'instar de ces comédiens danseurs, ce - sur des musiques judicieusement choisies ( Stravinsky, Chostakovitch et Rachmaninov seront pour nous sollicités.) 

 

Ici, rien n'est laissé au hasard, jusqu'au choix de teintes des costumes, tout devant contribuer à composer l'atmosphère, c'est donc un tout harmonieux bien que contrasté qui figure ici.

 

Réaliser un spectacle avec des fragments d'écriture aussi parcellaire correspondait à une réelle gageure. Ainsi, de même qu'une toile a besoin d'un châssis qui la structure, Pascal Crantelle encadrera les écrits de Daniil Harms au moyen d'un prologue et d'un épilogue nous permettant de mieux connaître l'auteur qui nous est présenté. ( lui, dont l'esprit battait la campagne pour mieux dénoncer l'absurdité du monde au moyen de cette danse macabre laquelle malgré tout, constitue un formidable hymne à la vie ! )

 

Daniil-Harms.jpg

 

Vous l'avez compris, ce spectacle sort des sentiers battus et à ce titre, mérite d'engendrer notre curiosité. Les comédiens y sont engagés à 300 % et c'est un formidable instant que nous vivons là, avec eux - grâce à eux, la communion entre salle et scène étant totale. Aussi, faites vite, allez-y !

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

11:09 Publié dans THEATRE | Lien permanent