Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2015

Les enfants du soleil de Maxime Gorki

Gorki-h.jpg

 

Le Monfort Théâtre

 

106, Rue Briancon

 

75015 PARIS

 

 

(M° Porte de Vanves)

 

 

Loc. 01 56 08 33 88

 

 


http://www.lemonfort.fr/

 

Pl. 25€ - T.R. 12€

 

A 20h30 du mardi au samedi

 

 

du : 4 au 14 FEVRIER 2015

 

 

Durée : 1h.35

 

 

Adaptation et mise en scène : Mikaël Serre

 

 

avec : Nabih Amaraoui (Legor) - Servane Ducorps (Elena) - Cédric Eeckhout (Protassov) - Marijke Pinoy (Melania) - Thierry Raynaud (Boris) - Bruno Roubicek (Vaguine) - Claire Viviane Sobottke (Liza)

 

Gorki-fatras.jpg

 

Il y a visiblement des cactus dans le caviar avec ce spectacle résolument foutraque !

 

Pour les besoins de la réactualisation, l'action est transposée dans un pays arabe qui ne sera jamais nommé (et pour cause …) mais l'appel du muezzin est là pour nous le confirmer, ce dès le départ; la scénographie fera le reste.

 

Initialement la pièce mettait en scène 15 personnages qui, ici sont limités à 7. Est-ce la raison pour laquelle j'ai eu (en un premier temps) quelque peine à m'y retrouver ?

 

Maxime Gorki avait situé le déroulement des faits en 1862 où une épidémie de choléra fut à l'origine d'émeutes populaires.  

 

Si nous transposons à l'époque actuelle, ne dit-on pas qu'aller voter est souvent accepter de choisir entre la peste et le choléra ? Or en plaçant le déroulement dans un pays situé de l'autre côté de la Méditerranée et non plus sur les bords de la Baltique, les excès dus au tempérament slave deviennent ici la manifestation de la décadence et du désordre régnant désormais un peu partout.

 

 

Gorki-rouge.jpg

(photos : Mario del Curto) 

 

 

Au début de la pièce, un homme seul à sa table de travail compulse des ouvrages et prend des notes.

Il s'agit de Pavel Protassov, chercheur un peu lunaire ... (pléonasme) personnage quasi central de ces Enfants du Soleil.

L'homme ne voit à peu près rien ni personne (épouse comprise) tant il est préoccupé par ses travaux.

 

Eléna, ladite épouse passe le plus clair de son temps à l'extérieur et se laisse assez complaisamment courtiser par Dimitri Vaguine le meilleur ami de Pavel.

Il y a Liza bien sûr, soeur de ce dernier, aux nerfs fragiles et qui ressemblera de plus en plus à la Cassandre de l'Antiquité. 

Celui qu'elle redoute d'aimer : Boris Tchépournoï justifiera finalement ses angoisses existentielles. 

Vient ensuite Mélania, soeur de Boris, personnage baroque au possible, excessive jusqu'à l'outrance (la comédienne nous fournira une scène d'un comique irrésistible !) 

N'oublions pas Légor, lequel bat sa femme quand il est ivre. 

Tout ce monde vit en vase clos uniquement préoccupé de ses histoires personnelles tandis que dehors la révolte gronde.

C'est le fait même des nantis qui ne s'aperçoivent pas que le sol se dérobe sous leurs pieds. Société suicidaire par excellence, laquelle court inexorablement à sa perte. 

La scène finale correspondra à l'apogée du désordre, aux accents ironiques d'un chant national pour le moins inattendu, clamé par Mireille Mathieu.

 

Quelques spectateurs dérangés dans leur confort intellectuel ont pris la fuite avant la fin, ce spectacle venant de leur exploser au visage. Les travers d'une société en perdition sont difficiles à supporter, bien sûr mais la vocation du théâtre ne consiste t-elle pas à dénoncer, encore et toujours ? 

 

Alors certes, j'eusse préféré un travail plus approfondi sur le texte et la densité des personnages qui ici, vont et viennent mais tout est tellement rapide : vidéo, musique, lumières, voiture en scène … C'est donc l'énergie dévastatrice qui a priorité et finalement, en raison du message à faire passer, pourquoi pas ? ...

 

Simone Alexandre

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

09:18 Publié dans THEATRE | Lien permanent

08/02/2015

annonce : Les enfants du Soleil de Gorki

 

11:06 Publié dans THEATRE | Lien permanent

06/02/2015

Des souris et des hommes de John Steinbeck

 

aff.steinbeck.jpg 

THEATRE du PALAIS ROYAL

 

38, Rue de Montpensier

 

75001 PARIS

 

(M° Bourse ou Palais Royal)

 

loc. 01 42 97 40 00

 

Pl. 15,50 à 36,50€

 

A 19h du mardi au samedi

 

Relâche les 10 & 20 Mars 2015

 

 

 http://theatrepalaisroyal.com/

 

Adaptation : Marcel Duhamel

 

Mise en scène : Jean-Philippe Evariste & Phiiippe Ivancic

 

Direction d'acteurs : Anne Bourgeois

 

avec : Philippe Ivancic, Jean-Philippe Evariste, Jean Hache, Jacques Bouanich, Agnès Ramy ou Alyzée Costes, Henri Déus, Emmanuel Lemire, Emmanuel Debbous, Augustin Ruhabura ou Bruno Henry, Hervé Jacoby ou Pascal Ivancic

 

PhotoLot Souris15.jpg

 

 

Il est désormais connu que John Steinbeck fut prix Nobel de littérature, en 1962, par défaut, et lui-même trouva cela surprenant, parce qu’il n’avait rien écrit d’important depuis bien longtemps. Reste néanmoins qu’il est l’auteur des « Raisins de la colère » de « A l’est d’Eden » et de « Des souris et des hommes ».

 

C’est dans une adaptation impeccable de Marcel Duhamel que cette dernière pièce est actuellement reprise du mardi au samedi à 19 heures au Théâtre du Palais Royal.

 

L’histoire de George et Lennie est célèbre et ce principe de deux hommes mal appariés, l’un traînant l’autre comme une pénitence, a été maintes fois repris, notamment au cinéma.

Il n’est que de se souvenir de « L’épouvantail », «  Macadam Cowboy » et jusqu’à « Rain man » pour comprendre le ressort sur lequel l’histoire fonctionne.

 

L’intelligence de l’auteur est de donner à voir neuf hommes et une femme pris dans le carcan de leur vie médiocre, éloignée de la ville, vue par les uns comme le lieu de rêve et de bonheur, crainte par d’autres, qui s’évadent de leur condition en pensant à un avenir rural autarcique.

 

C’est un grand texte sur les travailleurs pauvres, la dureté des rapports humains, entre blancs et noirs dans une Amérique en crise des années 30 (qui n’est pas sans évoquer des aspects que nous connaissons actuellement), la difficile communication hommes/femmes, les rapports possédants/travailleurs…

 

Il est bien évident que les rêves des uns ne sont pas ceux des autres et que ceux qui n’en ont pas tentent d’entrer dans la partie, ou s’essaient à la démolir.

 

Dans sa candeur puérile, pour n’être jamais sorti de l’innocence enfantine, Lennie aime à rêver et comme tous les enfants, demeurassent-ils dans un corps de colosse, rien ne le rend plus heureux que d’entendre toujours la même histoire racontée sans fin, parce qu’il peut y habiter comme en pays connu, ce qui le rassure et l’apaise.

 

Et George l’a bien compris aussi qui se plie à ce petit jeu, en toute conscience, certain d’emblée du caractère onirique, fantasmé et pour tout dire inaccessible de tout cela, mais qui y trouve un semblant d’équilibre. Pauvre, quasi désœuvré dans un pays malade, il feint de s’accrocher à son projet partagé pour le faire vivre. Il se fait conteur de ce futur auquel il croit un bref instant, fugace, irréel. Le drame est au bout du chemin.

 

Mis en scène par Jean Philippe Evariste et Philippe Evancic, qui jouent également, ce texte est une merveille d‘intelligence rapide et résonne comme un grand cri d’espoir déçu. C’est une forme rurale et impitoyable des illusions perdues.

 

Steinbeck-1.jpg

( photos : LOT ) 

 

 

Il faut aller sans tarder applaudir ces dix comédiens remarquables qui servent un auteur qui ne l’est pas moins, qui a marqué la génération des élèves des années 1940/1960 et qui mérite amplement d’être découvert et redécouvert.

 

Dans une économie de mots et de moyens il brosse à large pinceau les contours d’une société épuisée, folle d’ambition, perdue de valeurs et au bord de l’implosion.

 

© Frédéric Arnoux

 

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

09:50 Publié dans THEATRE | Lien permanent