Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2016

Un stylo dans la tête de Jean Dell

1-stylo-tete.jpg

 

 

MONTMARTRE GALABRU

 

4, rue de l'Armée d'Orient

 

(face au 53, rue Lepic)

 

 

75018 PARIS

 

 

(M° Blanche)

 

loc. 01 42  23 15 85

 

http://theatregalabru.com/

 

Pl. 20€ - T.R. 10€

 

jusqu'au : 3 MAI 2016

 

Mise en scène : Marc Rizo

 

 

avec : Sandra de Jesus, Winnie Dhenin, Stéphanie Genvrin, Rémi Johnsen, Omar Mebrouk, Geoffrey Morhmann

 

 

Adeline-Raphael.jpg

 

Une femme, un canapé et une bouteille qu'elle vide consciencieusement car c'est visiblement dramatique d'être l'épouse d'un auteur  … Mais le voilà qui arrive en retard comme d'habitude ( ? ) et uniquement préoccupé de la réception de ses mails … Adeline lui rappelle qu'ils ont des invités et que ceux-ci ne devraient pas tarder à être là, d'autant que ( soit dit en passant … ) c'est lui qui les a convoqués.

Peu lui chaut, car ce qui lui importe dans l'immédiat est la réponse consécutive à l'envoi de son dernier manuscrit.

Tout le reste peut attendre ! Et voilà que cette invention du diable ( entendez internet ) est débranchée … Discussion entre les deux époux, Adeline ne trouvant pas génial le fait de s'être inspiré de la vie de leurs proches amis pour alimenter le contenu de sa dernière pièce. D'autant que visiblement, personne n'est épargné.

A ces remarques, Victor objectera que lorsque Zola écrivit les Rougon-Macquart, il ne s'y prit pas autrement et beaucoup d'autres ont fait de même avant et après lui.

Un exemple : en remontant le plus loin possible, si les hommes préhistoriques n'avaient pas observé les mammouths, les célèbres fresques de la grotte de Lascaux n'auraient jamais existé. Argument imparable !

Les invités-amis vont arriver un à un, nous allons faire leur connaissance tandis qu'eux vont découvrir ce qui les attend.

( Une belle " soupe à la grimace " va leur être servie. )

Chacun sait que le portrait s'arrête là où commence la caricature, ce sera rapidement l'opinion de chacun puisque personne ne se voit tel qu'il est.

 

crayon-discussion.jpg



Théâtre dans le théâtre : commençons par l'épouse qui va se retrouver muette et femme trompée ( le terme " cocu " s'appliquant uniquement aux hommes ) Cela dit, en douce … elle lui rend bien la monnaie de sa pièce puisque Victor qui se croyait très malin précipitant en imagination son épouse dans les bras de son ex - histoire de corser l'action - ne croyait pas si bien dire !

Beau couple de névrosées que ces deux soeurs : Karen qui gavée de tranquillisants depuis des années suit une psychothérapie aux effets pour le moins aléatoires et Olga, l'emmerdeuse de service, frustrée par sa vie de femme et de comédienne, cultive l'agressivité en aggravant son cas.

N'oublions pas les hommes : Raoul, homosexuel notoire, galiériste mondain ( forcément ) et Raphaël - l'ex, toujours d'actualité - en dépit de son obscur destin à la C.A.F, lequel passe aux yeux de presque tous pour le demeuré de service.

Beau portrait de famille ! 

Je vous laisse découvrir la suite bien entendu.
Les comédiens s'amusent comme des fous et le public s'esclaffe à tout bout de champ. C'est du théâtre de boulevard, pur jus et les spectateurs friands de ce mode d'expression ne seront pas déçus. Qu'on se le dise !



Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

 

11:43 Publié dans THEATRE | Lien permanent