Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2018

Le Marchand de Venise de Shakespeare

aff.March.Venise.jpg

 

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre-Dame-des-Champs

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° N.D.des Champs)

 

LOC. 01 42 22 66 87

 

 

http://www.lucernaire.fr/

 

Du mardi au samedi à 20h

 

Dimanche à 17h

 

 

jusqu'au : 1er AVRIL 2018

 

Mise en scène : NED GRUJIC

 

avec : THOMAS MARCEUL DU CEDRIC REVOLLON,

JULIA PICQUET ou LEA DUBREUCQ, REMY RUTOVIC et ANTOINE THERY

 

 

Shylock.jpg

 

 

Alors que la pièce de Shakespeare, « Le Marchand de Venise », compte pas moins de 19 rôles parlants, dans son adaptation Nec Grujic est parvenu avec seulement quatre comédiens à rendre ce spectacle plus que crédible.

 


Il a par ailleurs assuré la mise en scène avec finesse et énergie, sans temps mort, se jouant des changements de tableaux, de lieux d’espaces de si belle manière que nous restons en haleine d’un bout à l’autre de cette belle représentation.

Rendons grâces ici à son inventivité, à la richesse de ses idées.

Cette œuvre du cher William n’est pas une des moins connues, mais n’est pas non plus une des moins polémiques : contraint d’emprunter une très forte somme à Shylock, marchand juif de Venise, Antonio, marchand vénitien et chrétien, signe un contrat de prêt par lequel il s’engage à rembourser faute de quoi il abandonnera une livre de sa chair à son prêteur. Bien entendu, l’impensable se produit et le débiteur doit s’acquitter.

En dépit de certains mots d’esprit de l’auteur, cette pièce n’appelle à rire, ni même sourire, à aucun moment tant elle est lourde de certains non-dits, tant aucun des personnages n’est vraiment sympathique, tant les oppositions fondées sur l’appartenance sociale et religieuse sont prégnantes.

 

 

MdV-depart.jpg

 



En butte permanente aux insultes et aux coups des vénitiens, on dirait désormais, de façon polémique, « de souche », Shylock exige le respect des conventions signées. Cette triste affaire ira jusqu’au procès qui n’en demeurera pas moins une parodie puisque l’affaire sera plaidée par une personne sans droit ni qualification, devant le Doge qui avalisera. Et Shylock ne s’en sortira pas indemne, alors que Antonio sera renforcé dans ses droits et possessions.

L’immoralité de tout cela n’échappera à personne.

Faut-il voir dans cette pièce un écrit antisémite ?

 

Le long discours de Shylock en dit long sur les persécutions qu’il subit, alors qu’il semble être l’incarnation de tout un peuple.

Il incarne d’une certaine manière le Juif errant qui a nourri  l’imagination et la littérature depuis l’époque médiévale et jusqu’à maintenant encore. Il est le personnage d’Eugène Süe ou Isaac Laquedem, le personnage d’Alexandre Dumas. Sous une multiplicité d’identités, il est la souffrance et la sagesse, perpétuelles et éternelles, ses défauts, ses qualités, son humilité, l’acteur des soumissions et des renoncements.

 

 

la-prison.jpg



Shylock est de loin le personnage le plus complexe de cette œuvre qui oppose un monde de marchands jouisseurs à un monde de marchands travailleurs. C’est la haute société vénitienne, que le pouvoir conforte, face aux habitants du premier Ghetto du monde, qui travaillent et cherchent non pas à exister, mais donnent le sentiment de vouloir justifier de leur existence, comme s’ils devaient s’excuser d’être là. C’est très émouvant.

Dans une distribution courte, rappelons-le, mais impeccable, Ned Grujic donne à voir, à apercevoir, à comprendre en tout cas, que ce monde du début du XVIIème siècle est dur, injuste, inéquitable,  tout imprégné des conflits religieux que nous retrouvons dans notre pénible actualité.

Nous sommes loin de l’image fantasmée, un peu stupide, même pas très jolie, de ces masques de carnaval qui dissimulent  les sentiments quels qu’ils soient tout autant que les visages.
Sans mauvais jeu de mots, nous sommes dans la chair de la vie vénitienne, dans les accords et les transactions, dans la vie commerçante et dans la tentative par une incarnation des plus humbles à se défendre de manière éclatante contre les puissants.

 

Jean-Letort.jpg



Son échec n’en sera que plus durablement violent.


Saluons la très belle image finale, inspirée, et douloureuse.
Une fois de plus le Lucernaire avec cette excellente production défend le théâtre avec force, intelligence et conviction.  C’est jusqu’au 1er avril prochain, et on s’y précipite.


 © Frédéric Arnoux

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

10:15 Publié dans THEATRE | Lien permanent

22/01/2018

Michel-Ange et les fesses de Dieu de Jean-Philippe Noël

aff.M.A.et-lesfessesdedieu.jpg

 

 

THEATRE 14

 

20, avenue Marc Sangnier

 

75014 PARIS

 

 

 

(M° Porte de Vanves)

 

LOC. 01 45 45 49 77

 

Pl. 25€ - T.R. 18€

- 26 ans, ET.CH : 11€

 

http://theatre14.fr/

 

Lundi à 19h

mardi, mercr. jeudi & vendredi à 20h45

matinée le samedi à 16h

 

jusqu'au : 24 FEVRIER 2018

 

Mise en scène : Jean-Paul BORDES

assisté de Dominique SCHEER

 

avec,

François SIENER : Jules II, 

Jean-Paul BORDES : Michel-Ange,

Jean-Paul COMART : Mattéo,

César DABONNEVILLE : Le modèle.

 

 

Michel-A-Matteo.jpg

 

 

Existe t-il une hiérarchie entre peintres et sculpteurs ? … C'est bien possible. En tout cas, Michel-Ange plaçait la sculpture au dessus de tout et quand Jules II lui proposa de repeindre le plafond de la chapelle Sixtine, seule la promesse de 3000 ducats réussit à le convaincre de se livrer à cet exercice aussi périlleux que titanesque puisqu'il s'agissait de réaliser une fresque de plus de 800 m2, située à 20 mètres du sol. Mieux valait ne pas avoir le vertige d'autant que l'artiste s'obstina à travailler seul.

Curieux personnage que ce pape plus condottiere que représentant du Christ sur terre, soucieux de marquer l'Histoire en accroissant l'étendue de ses Etats pontificaux.
Grand mécène, protecteur des Arts car il savait que seuls ceux-ci perdurent, survivant aux hommes …

Ces deux titans ont leur franc-parler et le choc des deux personnalités sera souvent houleux mais il est permis de supposer qu'une amitié au delà des mots s'était installée entre les deux hommes, ce qui n'allait pas sans heurts, bien entendu et ce, en dépit du pouvoir de Jules II, chacun étant souverain en son domaine.

L'idée d'écrire cette pièce est venue à Jean-Philippe Noël consécutivement à une écriture radiophonique traitant du même sujet lequel méritait une extension scénique.
Nous ne verrons pas hélas la représentation du plafond de la chapelle Sixtine qui peut-être aurait justifié l'utilisation d'une vidéo par le biais de la mise en scène mais Jean-Paul Bordes a sans nul doute trouvé cette démarche par trop facile ?

D'autant que ce qui nous est narré ici, ce sont les préparatifs, la mise en oeuvre, laquelle a demandé 4 longues années afin que nous puissions admirer l'un des plus grands chefs-d'oeuvre artistiques existant en Occident.

 

les-3.jpg

( photos : LOT )



La pièce est truculente comme l'était cette époque tumultueuse durant laquelle Louis XI affronta l'archiduc Maximilien d'Autriche, empereur germanique alors que de son côté Jules II n'avait qu'une obsession : chasser les français d'Italie.

Ce pape qui faisait peu de cas de la continence, eut 3 filles et contracta même la syphilis ! ... Il est vrai que celui qui l'avait précédé était un Borgia : Alexandre VI et s'était déjà illustré par ses moeurs dissolues.

Michel Ange ( qui n'en était certes pas un ) nous apparaît avant tout comme un forçat de l'Art dont toute la vie - par les oeuvres qu'il nous a laissées - est illustratrice de son incontestable génie.

Ironie du sort qui amusera sans doute les passionnés d'Histoire, Jules II avait chargé Michel-Ange de dessiner et sculpter son tombeau dont le célèbre Moïse devait faire partie mais le mausolée est resté inachevé et le corps de ce pape repose sous une simple dalle située dans la basilique St-Pierre, à côté de son oncle, Sixte IV.

Or, une impressionnante copie de ce même Moïse se trouve au cimetière Montmartre sur la tombe de Daniel Iffla Osiris, financier et mécène ( 1825-1907 ) qui non sans humour s'est offert ce luxe papal !

Vous avez jusqu'au 24 février pour aller voir la pièce au Théâtre 14 mais il n'est certes pas nécessaire d'attendre plus longtemps.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

 

14:06 Publié dans THEATRE | Lien permanent

19/01/2018

Un jour en octobre ( Oktobertag ) de Georg KAISER

 

oncle-pretre-h_modifié-1.jpg

 

 

 

THEATRE DE L'ATALANTE

 

10, Place Charles Dullin

 

75018 PARIS

 

 

 

(M° Anvers)

 

 

LOC. 01 46 06 11 90

 

 

 http://www.theatre-latalante.com/

 

Pl. 20€

 

T.R. 8/12/15€

 

20h30 : lundi et vendredi,

 

19h : mardi, jeudi, samedi

 

17h le dimanche

 

jusqu'au : 13 FEVRIER 2018

 

Mise en scène : Agathe ALEXIS

 

avec : Jaime AZULAY ( l'Abbé Jattefaux ) - Hervé VAN DER MEULEN  ( Mr Coste ) - Bruno BOULZAGUET ( Lieutenant Marrien ) - Ariane HEUZE ( Catherine Coste ) - Benoît DALLONGEVILLE ( Le boucher Leguerche )

 

les-3.jpg

( photos : Laurencine LOT )

 

 

Cette pièce fut écrite au début du vingtième siècle, c'est à dire avant la montée du national socialisme qui contraindra Georg Kaiser à l'exil. Les sentiments exprimés sont ceux de l'ancien monde où les valeurs morales primaient encore.

L'oncle Coste est le digne représentant d'une grande famille bourgeoise et à la suite d'événements qui ne seront pas évoqués est devenu le tuteur de Catherine dont il a confié l'éducation à l'abbé Jattefaux assisté de la soeur de ce dernier, lesquels veillent l'un et l'autre sur la bonne conduite de la jeune fille, ce qui ne l'a pas empêchée de tomber enceinte.

Imaginez le désarroi et l'indignation de Mr Coste !

A l'époque l'état de " fille-mère " était considéré comme une infamie et il convenait d'étouffer le scandale par un mariage précipité.

 

Le prêtre en porte-à-faux peine à expliquer ce qui a pu se produire, tandis que l'oncle est bien décidé à tirer toute cette affaire au clair.

Lors de l'accouchement, Catherine n'a t'elle pas prononcé un nom ? … Il s'agit d'un lieutenant qui va être convoqué de façon bien plus que pressante or il se trouve que l'homme en question nie avec obstination les faits.

La situation va se compliquer encore plus quand le garçon-boucher, fiancé de l'ancienne femme de chambre fera son apparition : le crapuleux se joindra alors au sordide.

Faisant preuve d'une technique d'écriture théâtrale dont beaucoup d'auteurs actuels devraient s'inspirer, Georg Kaiser met ses personnages sous pression, alliant suspens et rebondissements imprévus.

Ses analyses psychologiques évolutives au possible sont sans failles.

Le décor est sobre mais esthétique et la mise en scène d'Agathe Alexis intelligemment percutante.

Même si les situations bien plus que les sentiments sont d'un autre temps, le tout demeure sujet à réflexion concernant le peu d'emprise qu'une éducation la plus rigoureuse possible peut avoir sur un esprit libre, indépendant et excessivement romantique.
 
Depuis toujours, l'univers se compose d'êtres qui aiment et d'autres qui se laissent aimer or la force de persuasion d'une passion quoiqu'au départ non partagée, est grande !

L'auteur qui eut indéniablement son heure de gloire, n'écrivit pas moins de 74 pièces - dont une trilogie antique et versifiée - la plupart furent jouées en Allemagne avant 1933.
 
Georg Kaiser avait vécu un temps en Amérique du Sud, où il exerça une activité commerciale, c'est à cette époque qu'il lût assidûment Schopenhauer, Dostoïevski et Nietzsche, ( sans doute à l'origine de sa vocation ) avant de revenir en Europe et s'installer à Magdebourg. C'est là qu'il commencera à se consacrer entièrement à l'écriture.


Quand la tourmente nazie s'abattit sur l'Allemagne, il choisit alors de se réfugier en Suisse, où il restera jusqu'à la fin ses jours.

Voilà incontestablement un auteur qu'il fallait redécouvrir.




Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

10:01 Publié dans THEATRE | Lien permanent