Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2013

Ferré, Ferrat, Farré

JP-Farré.jpg


VINGTIEME THEATRE

7, rue des Plâtrières

75020 PARIS


(M° Ménilmontant ou Gambetta)


Loc. 01 48 65 97 90


www.vingtiemetheatre.com


Pl. 25€ - Séniors 20€ - Et. 13€


A 19h.30 du mercredi au samedi

matinée le dimanche à 15h.


jusqu'au : 13 OCTOBRE 2013

 

Textes et Chansons de Léo Ferré, Jean Ferrat, Jean-Paul Farré.

 

Mise en scène : Ghislaine Lenoir


Arrangement musical : Isabelle Zanotti


avec Jean-Paul Farré


et les musiciens : Florence Hennequin et Benoît Urbain


Clément Lopez à la création sonore.


 

VOTEZ POELITIQUE !   



 

Poésie et politique, deux mots incompatibles, défi auquel personne n'avait songé, si l'on excepte bien sûr, l'ami Coluche qui lui, faisait passer la dérision avant la poésie.

 

Par le biais de cette démarche, double hommage rendu à deux auteurs-compositeurs-interprètes qui seraient sans doute très malheureux de voir ce qui se passe actuellement, eux qui ont chanté l'espoir et les rêves utopiques, entendez Jean Ferrat et Léo Ferré. 

 

Il fallait un troisième F pour réaliser cette gageure, voilà qui est fait grâce à Jean-Paul Farré pas effaré du tout, encore moins effrayé par l'ampleur de la tâche. La crinière neigeuse tout comme Léo, notre " clown musicien " dont la silhouette s'est arrondie offre une belle caisse de résonance à une voix qui a pris de l'ampleur et que nous découvrons par le biais de ce double répertoire revisité par lui.

 

Farré se ressemblera plus, certes, récupérant son timbre habituel lors de l'interprétation de ses propres textes, qu'il a modestement voulu moins nombreux, tour à tour nostalgiques ou caustiques, avec çà et là, des commentaires de scène de son cru, ce qui nous vaudra une superbe parodie de l'anaphore présidentielle !

 

Le temps d'un spectacle, le comique se recycle dans la chanson engagée : saluons ce " job capital " !  Pour l'accompagner, deux retardataires, ce n'est pas de leur faute mais celle de l'heure d'été : Florence Hennequin à la silhouette longiligne faisant preuve d'une belle présence scénique, dont le violoncelle apporte une ambiance tout à fait particulière ...

 

Benoît Urbain lui donne la réplique au piano et à l'accordéon sans oublier lui aussi quelques touches d'humour prouvant ( si besoin était ) la complicité régnant entre les trois partenaires.

 

Le tout crée un spectacle agréable, drôle, exaltant dont nous ressortons trop tôt à notre gré mais ravis de ce que nous venons de voir et entendre.

 

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

 

3F.jpg

(Photos : Didier Pallagès)


10:36 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent