Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2015

Strip-tyque de Denys Treffet

flyer-Strip.jpg

 

Théâtre Essaïon

 

6, rue Pierre au Lard

 

75004 PARIS

 

 

(M° Rambuteau)

 

 

loc. 01 42 78 46 42

 

http://www.essaion.com/

 

Les lundi et mardi à 21h30

 

 

jusqu'au : 21 AVRIL 2015

 

 

Mise en scène : Anne de Broca

assistée de : Muriel Piquart

 

avec Anne de Broca, Erwan Daouphars 

 

Pablo Nemirovsky au bandonéon

 

 

photo Anne de Broca.jpg

 

Blonde, petite, menue, Anne de Broca vient à nous, les yeux bandés. Avec des mots crus, aussi insolites qu’incongrus, voire davantage dans la bouche d'une femme, ce personnage fragile - du moins en apparence - relate ici une sexualité multiple, protéiforme et pour tout dire, débridée.

 

Victime consentante, elle dira (entre autres) " je m'offre à vos effractions. ". Ce consentement suffit à ce que le délit ne soit plus constitué, ce qui fait de la phrase une forme d’oxymore

Oreilles chastes, passez votre chemin ! Les détails abondent, précis et les moyens d'expression utilisés ne connaissent pas de limites. C'est un inventaire non à la Prévert mais à la Treffet auquel nous assistons ici.

 

Erwan-Daouphars.jpgA cette première partie du " striptyque " succèdera le monologue de l'homme, tout de noir vêtu mais portant de prime abord, un loup blanc et des gants non moins immaculés ; lui aussi entre dans le détail de sa sexualité ô combien exigeante, car elle est dépendante de cette boussole qui lui fait perdre le nord. L'analyse est incroyablement juste puisque la majorité des hommes n' obéit qu'à son sexe que notre personnage également désigne de façon crue mais cette fois, n'est-ce pas habituel ? Il s'ensuivra une longue description de ses pratiques, magnifiées par le désir impérieux du recommencement.

 

La troisième partie du spectacle correspondra à la rencontre des deux et nous assisterons à cette danse de l'amour ici symbolisée par le tango argentin, la musique s'étant tue comme pour mieux nous permettre de percevoir la sorte d’alchimie qui passe entre ces deux-là ...

 

Le lieu scénique est sobre avec seulement en fond de scène, côté cour, une table située peut être dans l'arrière salle d'un bistrot où les confidences ont lieu après la fermeture et où le vin coule à flot.

 

Pablo Nemirovsky.jpg

Pablo Nemirovsky accompagne au bandonéon les chansons hispaniques qu'Anne de Broca interprète d'une voix plus grave, plus chaude, plus sensuelle que n’est sa voix parlée. J'ai presque reconnu des accents de Milva quand celle-ci se produisait de façon torride aux côtés d'Astor Piazzola mais le tango en est cause sans doute ? 

 

Erwan Daouphars possède une incroyable palette d'expressions et fait preuve d'un humour qui transforme le texte en agréable passe-temps. Ce faisant, il se joue de toutes les difficultés. Ah ! si DSK avait eu ce talent …

Le spectacle se donne chaque lundi et mardi à 21h30 jusqu'au 21 avril prochain et plus d'un couple en sortant risque de réinventer l'amour … ( physique, bien sûr ) -

 

Simone Alexandre

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

14:46 Publié dans SPECTACLE MUSICAL, THEATRE | Lien permanent