Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2007

La Petite Sirène, conte musical d'après Andersen

THEATRE de PARIS
15, rue Blanche
75009 PARIS
(M° Trinité, Blanche, St-Lazare)
Loc. 01 48 74 25 37
Prix des places : 38€, 30€, 16€

Du : 24/11/07 au : 5/1/08 à 14h & 16h.30
chaque mercredi & samedi du 24 nov. au 22 déc.
tous les jours du 24 au 29 décembre 2007
& du 2 au 5 janvier 2008 (le 25/12 à 16h.30 uniquement)

1e101e30c8e4f655c1f83b75eac60524.jpg

Conte musical tout public, à partir de 4 ans.

Paroles, musique et scénographie : Christian SCHITTENHELM
Chorégraphie et mise en scène : Sébastien SAVIN

avec : Albane CHATEAU ou Gaëlle GAUTHIER, Sébastien AGIUS ou Antony VERONESE, Germinal TENAS ou Christophe JEANNEL, Florence TRINCA ou Léovanie RAUD, Joanna MICHEL ou Caroline ROËLANDS, Anne-Marie GANCEL ou Sandrine SEUBILLE

La Petite Sirène, conte d' Andersen qui a ému, ravi nos parents et grand-parents (sans doute même, au delà pour les plus jeunes). On se pose alors une question : Andersen est il toujours autant lu ? ...
Qui connait encore, " La Vierge des Glaciers ", " Une Histoire dans les Dunes " ou " La Soupe à la brochette " ? ... nos petites têtes blondes, rousses ou brunes étant désormais captées, captivées par la télévision.
Il nous faut donc du grand spectacle et pour beaucoup, le merveilleux ne saurait se concevoir sans strass et paillettes !
Christian Schittenhelm et Sébastien Savin l'ont bien compris car nous assistons à une débauche de lumières, de sons, de danses et chansons, bref tout ce qui constitue un spectacle qualifié de vivant.
Un peu dans le style Notre-Dame de Paris mais cette fois, en destination des plus petits.
Bien sûr, tout est sonorisé mais comment pourrait-il en être autrement vu l'énergie de la réalisation, cet espace scénique et les proportions de la salle ? Nous ne sommes pas à l'Opéra tout de même ! Par conséquent, les quelques vieux grincheux qui redoutent un larsen produit par leur appareil acoustique devront sans nul doute le régler.
Que diable, il faut vivre avec son temps !
Certes, l'histoire initiale était plus destinée à nous attendrir qu'à nous transporter mais la vie n'est-elle pas déjà la plupart du temps, assez triste pour ne pas en rajouter ?
Laissons donc nos enfants croire encore durant quelques temps que l'existence est féérique, que les princes peuvent tomber amoureux des petites sirènes et inversement. Ici, même la sorcière est sexy, vous voyez bien, ce n'est pas par hasard !
Les danseurs évoluent à ravir et il y en a même un qui s'offre le luxe de ressembler au mythique Rudolph Valentino dont il n'a peut-être jamais entendu parler ? Allez savoir ...
Certains objecteront que les chanteurs donnent l'impression de sortir tous de la même école (à peu de choses près) Germinal Tenas (le roi de la mer) faisant exception. Oui, mais il a l'expérience et un timbre de voix si particulier qu'il en devient inimitable.
Par conséquent, il s'agit ici du spectacle idéal pour toute la famille en période de fêtes. Les interprètes se donnent sans compter et méritent qu'on leur rende la politesse. A voir et applaudir, sans modération.

Simone Alexandre.

www.theatrauteurs.com

18:35 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

22/11/2007

Une fille en or de Natalie Van Parys et Lise Martin.

Théâtre Daniel-Sorano
16, rue Charles Pathé
(94) VINCENNES
(M° Château de Vincennes)
Loc. 01 43 74 73 74

Jeudi, vendredi, samedi à 20h.45
Matinées, samedi et dimanche à 16h.

Places : 22/18/15€

du 22 Novembre au 30 Décembre 2007

b73d63eb4a76dd7b03e17a3026735f03.jpg


Comédie en chansons.de Georges van Parys, Charles Trenet, Mireille, Vincent Scotto, Henri Christiné, Albert Willemetz, Raoul Moretti, Jean Boyer, Mouloudji ...

Mise en scène : NATALIE VAN PARYS.
avec Nathalie DUONG, Vincent BOUCHOT, Denis CHOUILLET, Pierre CORBEL

La compagnie Les Cavatines grâce à l'écriture de Lise Martin nous invite à revisiter le Jardin d' Eden où " comme de bien entendu ", il pousse des liasses de billets dans les arbres.
Mais n'est-ce pas le rêve suprême de notre époque ?
Bobby-Adam (Vincent Bouchot) est un doux rêveur, un peu chercheur à ses moments perdus or, il n'a que cela en dehors d'un chat (Denis Chouillet), ange gardien qui se nomme Gisèle. (oui, comme chacun sait, le sexe des anges ...)
Mais le démon-tentateur (Pierre Corbel) rôde par là, accompagné d'une Eve rebaptisée Sido car l'auteur a lu Colette.
Notre minou ronronnant est également pianiste et bien évidemment, grand collectionneur de souris devant l' Eternel.
Bobby quant à lui est légèrement puceau mais s'est décidé à consulter les petites annonces alors quand la belle et son souteneur vont débarquer, la confusion sera aussi inéluctable qu'immédiate.
Nathalie Duong chante à ravir et encouragée par Mr Paul va aguicher l'occupant des lieux jusqu'à lui devenir indispensable.
Seulement voilà, à son retour qu'elle trouve trop prompt,(*) Mr Paul boira un élixir d'amour qui fera de lui un lapin avant de poursuivre sa transformation de façon pour le moins surprenante !
Nos chanteurs humoristes revisitent ce répertoire typiquement français avec talent et nous passons une heure dix en leur compagnie d'agréable façon.

(*) petite reminiscence des Cornes de Boursault.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

18:10 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent

04/10/2007

Adèle a ses raisons de Jacques Hadjaje.

LUCERNAIRE
53, rue Notre Dame des Champs
75006 PARIS
(M° N.D. des Champs)
Loc. 01 45 44 57 34
Pl. 30 € - CV. 20 € - 26 ans & CH 15 €
enfant : 10 € - samedi, tarif unique : 30 €
jusqu'au : 15 novembre 2007

Du mardi au samedi à 21h.30
Dimanche à 15h.

2b3b36078ffaaf38c41fec5104870f75.jpg

mise en scène de l'auteur.
avec : Isabelle Brochard (Adèle) Sébastien Desjours (Julio) Anne Didon (Lou) Anne Dolan (Marguerite) Guillaume Lebon (Léon) Romain Lemire (Mr Bouveret, l' Inconnu, le Gardien) Delphine Lequenne (Lucie) Laurent Morteau (Rodolphe)

... de Dieu !

C'est qu'elle a lanterné notre Adèle ... jusqu'à passer le cap des 100 ans.
Après, elle ne comptait plus. Il faut dire qu'elle y était accrochée à la vie !
A tel point que là, sous les yeux de la famille, bien que définitivement à l'horizontale ... ils croient tous encore, la voir bouger.
C'est qu'elle avait un sacré tempérament, la femme à l' éternelle robe rouge et n'hésitait pas à le dire : elle avait fait l'amour partout !
Même dans un placard en plein bombardement car des guerres, elle en avait essuyé deux - Alors si quelqu'un n'avait pas froid aux yeux, c'était bien elle.
Ils vont tous l'évoquer, la faire revivre de répliques en chansons. Pas question de la juger bien sûr, car après tout : elle avait ses raisons, (aussi multiples que ses liaisons) mais paix à ses cendres, comme on dit.
D'abord, il y avait eu le cousin Rodolphe, le révolutionnaire admirateur de Jaurès, qui était parti à la guerre or comme à Verdun le climat n'était pas sain, il n'était jamais revenu.
Ce fut Léon, le réformé aux pieds plats qui vint annoncer à Adèle la triste nouvelle tout en essayant de se caser du même coup, ce qui n'était pas très malin.
Celui qui consolera Adèle sera Julio. Oeil de braise, moustache active et reins cambrés de danseur argentin. Elle le suivra au bout du monde et durant ce temps, Marguerite en mal d'amour, en profitera pour consoler Léon mais comme elle dira plus tard : " je suis entrée par la petite porte et sortie par le soupirail "
Bien longtemps après, Léon - veuf - trouvera le courage de reformuler sa demande à une Adèle revenue de tout, lui fera ensuite 4 enfants et comme malgré cela elle continuait à s'ennuyer elle avouera (après prescription) avoir connu durant ce temps et bibliquement bien sûr (on est dévot ou on ne l'est pas) un para, le commis, le notaire, un représentant en quincaillerie et presque toute la brigade de sapeurs-pompiers.
Eh ! on a du tempérament ou on n'en a pas ! ... de Dieu !
Impossible de pleurer sur une vie pareille, c'est la raison pour laquelle ils l'a font revivre et en chansons.
Le spectacle est enlevé, les comédiens s'en donnent à coeur joie et le public ressort en se frottant les mains encore brûlantes d'avoir tant applaudi.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

11:35 Publié dans SPECTACLE MUSICAL | Lien permanent